Mémo sur la nouvelle classe écologique
Comment faire émerger une classe écologique consciente et fière d’elle-même

Bruno Latour, Nikolaj Schultz

À quelles conditions l’écologie, au lieu d’être un ensemble de mouvements parmi d’autres, pourrait-elle organiser la politique autour d’elle ? Peut-elle aspirer à définir l’horizon politique comme l’ont fait, à d’autres périodes, le libéralisme, puis les socialismes, le néolibéralisme et enfin, plus récemment, les partis illibéraux ou néofascistes dont l’ascendant ne cesse de croître ? Peut-elle apprendre de l’histoire sociale comment émergent les nouveaux mouvements politiques et comment ils gagnent la lutte pour les idées, bien avant de pouvoir traduire leurs avancées dans des partis et des élections ?

Version papier : 14 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Les Empêcheurs de penser en rond
Parution : 06/01/2022
ISBN : 9782359252187
Nb de pages : 94
Dimensions : 12,50 * 19 cm
ISBN numérique : 9782359252194
Format : EPUB

Bruno Latour

Bruno Latour

Bruno Latour, professeur associé au médialab de Sciences Po, est notamment l’auteur de Face à Gaïa. Huit conférences sur le Nouveau Régime Climatique (2015), de Où atterrir ? Comment s’orienter en politique (2017) et de Où suis-je ? Leçons du confinement à l’usage des terrestres (2021).

Nikolaj Schultz

Nikolaj Schultz, doctorant au Département de sociologie de l’université de Copenhague, travaille sur les classes géosociales.

Extraits presse

On a parfois reproché à la nouvelle pensée écopolitique, et à Bruno Latour en particulier, de n’être pas assez « radicale ». Or Bruno Latour est sur ce point assez clair. La classe écologique est « de gauche, et de gauche au carré ». Elle reprendrait même, « en l’amplifiant, l’histoire de la gauche émancipatrice ». Car non seulement elle s’oppose à l’« économisation », mais également au règne de la production. Le signe, macabre, de ce passage de témoin, en attesterait : « Les militants écologistes sont maintenant plus nombreux à se faire assassiner que les syndicalistes. »

A l’aide d’un nouveau matérialisme, non plus dialectique, mais que l’on pourrait qualifier de matérialisme écologique, cette nouvelle classe géosociale pourrait régénérer et réorienter cet idéal. Voici, en tout cas, même si « la vie politique est à son plus bas », un ouvrage destiné à reprendre fièrement ce combat.

2021-12-10 - Nicolas Truong - Le Monde

 

Dans ce livre, Bruno Latour propose une réflexion sur l’orientation que doivent prendre nos sociétés face au «nouveau régime climatique», à base d’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, d’exploitation des ressources de la planète et de destruction des écosystèmes. A l’heure où toutes ces questions gagnent en importance dans le débat public, voyage dans la pensée latourienne et ses lendemains (écologiques) qui chantent.

2022-01-05 - Thibaut Sardier - Libération

 

Bruno Latour et Nikolaj Schultz donnent un horizon politique à l’écologie, dans un ouvrage aussi synthétique qu’inspirant.

2022-01-13 - Élodie Maurot - La Croix

 

Un texte incisif, percutant, en soixante-seize points « à discuter et annoter » et qui arrive à point pour la campagne présidentielle.

2022-01-26 - Weronika Zarachowicz - Télérama

 

Son "Mémo pour une nouvelle classe écologique" pourrait inspirer toute une génération.

2022-02-03 - Pascale Tournier - La Vie

 

Des notes incisives et précieuses.

2022-02-16 - Barnabé Binctin - Basta!

 

Vidéos






 

Table des matières


Mémo sur la nouvelle classe écologique
I. Luttes de classes et luttes de classements
II. Une prodigieuse extension du matérialisme
III. Le grand retournement
IV. Une classe enfin légitime
V. Un désalignement des affects
VI. Un autre sens de l’histoire dans un autre cosmos
VII. La classe écologique est potentiellement majoritaire
VIII. L’indispensable et trop délaissée lutte pour les idées
IX. Conquérir le pouvoir, mais lequel ?
X. Combler par le bas le vide de l’espace public.

Droits étrangers

MEMO ON THE NEW GREEN CLASS
How to Create a Class Both Environmentally Conscious and Proud of Itself

Given the collapse of the “international order” and the sheer scale of the disaster now underway, it is urgent to give environmentalism greater consistency and independence.
Under what conditions can environmentalism organize policy around itself, rather than being a loose gaggle of movements fighting for one cause among many? Can it aspire to define the political horizon as liberalism, various socialisms, and neoliberalism have done in the past, and more recently, swiftly growing illiberal and neofascist groups are doing right now? Can social history teach it how to create new political movements and how to win the battle of ideas, with an eye to translating these advances into political parties and elections?


Bruno Latour, Associate Emeritus Professor at the Sciences Po medialab, is the author of such recent works as Face à Gaïa. Huit conférences sur le Nouveau Régime climatique (Facing Gaia: Eight Lectures on the New Climate Regime, 2015), Où atterrir ? Comment s’orienter en politique (Where to Land? Orienting Yourself in the Todays’ Political Landscape, 2017), and Où suis-je ? Leçons du confinement à l’usage des terrestres (Where Am I ? Lessons from Confinement for Terran Use, 2021).

Nikolaj Schultz, a Ph.D. candidate in the sociology department at the University of Copenhagen, studies geosocial classes.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com