Politiques de la nature
Comment faire entrer les sciences en démocratie

Bruno LATOUR

Comment combler le fossé apparemment infranchissable séparant les sciences (chargées de comprendre la nature) et la politique (chargée de régler la vie sociale), séparation dont les conséquences deviennent de plus en plus catastrophiques ?
La nature a toujours constitué l’une des deux moitiés de la vie publique – celle qui nous unit –, l’autre moitié formant ce qu’on appelle la politique, c’est-à-dire le jeu des intérêts et des passions – qui nous divise. L’écologie politique a prétendu apporter une réponse mais, à cause des controverses scientifiques qu’elle suscite, à cause de l’incertitude sur les valeurs qu’elle provoque, elle oblige à abandonner la nature comme mode d’organisation publique.
Selon Bruno Latour, la solution repose sur une profonde redéfinition à la fois de l’activité scientifique (à réintégrer dans le jeu normal de la société) et de l’activité politique (comprise comme l’élaboration progressive d’un monde commun). Ce sont les conditions et les contraintes de telles redéfinitions qu’il explore ici.

Version papier : 13,90 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°166
Parution : 08/12/2016
Format : EPub
ISBN papier : 9782707142191 ISBN numérique: 9782707194930

Bruno LATOUR

Bruno LATOUR

Bruno Latour, professeur associé au médialab de Sciences Po, est notamment l’auteur de Face à Gaïa. Huit conférences sur le Nouveau Régime climatique (2015) et de Où atterrir ? Comment s’orienter en politique (2017).

Table des matières

Avertissement
Introduction : Que faire de l'écologie politique ?
Remerciements
1. Pourquoi l'écologie politique ne saurait conserver la nature ?
D'abord, sortir de la Caverne
Crise écologique ou crise de l'objectivité ?
La fin de la nature
L'écueil des représentations sociales de la nature
Le fragile secours de l'anthropologie comparée
Conclusion : quel successeur pour le collectif à deux chambres ?
Annexe du chapitre 1
2. Comment réunir le collectif
Difficultés pour convoquer le collectif
Premier partage : savoir douter de ses porte-parole
Deuxième partage : les associations d'humains et de non-humains
Troisième partage entre humains et non-humains : réalité et récalcitrance
Un collectif plus ou moins bien articulé
Conclusion : Le retour à la paix civile
3. Une nouvelle séparation des pouvoirs
Quelques inconvénients des notions de fait et de valeur
Le pouvoir de prise en compte et le pouvoir d'ordonnancement
Les deux exigences contradictoires captives dans la notion de fait - Les deux exigences contradictoires captives dans la notion de valeur
Les deux pouvoirs de représentation du collectif
Vérification du maintien des garanties essentielles
Conclusion : une nouvelle extériorité
4. Les compétences du collectif
La troisième nature et la querelle des deux « écopos »
Contribution des corps de métier à l'équipement des chambres
La contribution des sciences - La contribution des politiques - La contribution des économistes - La contribution des moralistes - L'organisation du chantier
Le travail des chambres
La réception par la chambre haute - La réception par la chambre basse
Conclusion : la maison commune, l'oikos
5. L'exploration des mondes communs
Les deux flèches du temps
La trajectoire d'apprentissage
Le troisième pouvoir et la question de l'État
L'exercice de la diplomatie
Conclusion : guerre et paix des sciences
Conclusion : que faire ? De l'écologie politique !
Notes

Glossaire
Bibliographie
Résumé de l'argument (pour lecteur pressé...).