Archives

(1624 archives)
[Vidéo] Marie Bergström invitée de La Grande Librairie

Marie Bergström, sociologue et autrice du livre Les nouvelles lois de l'amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique, était sur le plateau de La Grande Librairie ce mercredi 19 janvier. L'émission était consacrée aux « nouvelles formes du discours amoureux ». 

Ci-contre, un extrait de l'émission, dont le replay est intégralement disponible sur le site de France Télévisions

À lire par ailleurs, un entretien avec Marie Bergström pour Libération

[Vidéo] Khalil Tafakji, cartographe de la colonisation israélienne

Khalil Tafakji, cartographe palestinien et auteur avec Stéphanie Maupas de 31° Nord 35° Est. Chroniques de la colonisation israélienne, a été reçue par Olivia Gesbert dans La Grande Table des Idées sur France Culture à l'occasion de sa venue en France. 

« À Jérusalem, le cartographe Khalil Tafakji dérange. Ses cartes, éloquentes, montrent la désagrégation du territoire des Palestiniens. [...] Khalil Tafakji est une véritable "mémoire du territoire" » (Télérama)

« Tous les dossiers conflictuels sont saisis à travers son oeil de géographe. Une lecture qui ne rend pas très optimiste quant à la proximité d'une issue pacifiée mais qui permet de mieux visualiser les enjeux et les rapports de force » (Livres Hebdo)  

« Khalil Tafakji est, par son métier, l'un des meilleurs observateurs de l'extension incessante de la colonisation israélienne » (Politis

[Vidéo] Sylvain Cypel présente « L'État d'Israël contre les Juifs »

À (ré)écouter, un entretien Sylvain Cypel, auteur de L'État d'Israël contre les Juifs pour Mediapart. Sylvain Cypel était par ailleurs l'invité de Pascal Boniface pour le podcast « Comprendre le monde » et d'Antoine Bellier sur RCF

« Le titre est un coup de tonnerre. [...] En 330 pages, l'auteur décrit le lent basculement de ce pays dans un nationalisme ethniciste et un repli sur soi. Mille anecdotes, faits divers étayent son propos passionnant. D'une écriture nerveuse, il explique avec une limpidité désarmante la pollution intellectuelle et morale induite par l'occupation de la Cisjordanie, par les colons, par l'esprit militaire borné et sadique. Sylvain Cypel a interviewé plus d'une centaine de chercheurs, militaires et... « dissidents » - les « refuzniks ». Plus fort : il a sondé la diaspora américaine et constate qu'elle se détourne maintenant de ce pays. On sent l'auteur amer. Mais son ouvrage va faire date. » (Paris Match)

[ACTUALITÉ] « La violence en image »

Une image extrême est-elle un document ? C’est la question posée par la couverture de Combattre, Punir, Photographier de Daniel Foliard. Selon lui « Capacité de subversion de la photographie lue comme archive, ubiquité de la violence dans les contextes coloniaux, problème de la re-médiatisation de clichés choquants, nécessaire révision de la chronologie de la photographie de conflits : l’image reflète plusieurs des thématiques qui sont au cœur de Combattre, Punir, Photographier. »

L’auteur, maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paris Nanterre, s’est focalisé sur les archives privées des colons européens. L’Histoire décrit son livre comme une « enquête passionnante » et comme « une rigoureuse démonstration sur le pouvoir conjoint du Kodak et des empires ».

[PRIX] Raphaëlle Branche remporte le prix Augustin Thierry à Blois !

Du 7 au 11 octobre, se déroulaient les Rendez-vous de l'Histoire à Blois. Lieu de rencontre privilégié, des historiens, des sociologues, des philosophes, des économistes s'y retrouvent chaque année pour exposer l'état de leurs réflexions, présenter leurs travaux et confronter leurs points de vue.  

Le Prix Augustin Thierry 2020 y a été remis dimanche à Raphaëlle Branche. Créé pour récompenser les travaux d'un historien ayant publié au cours de l'année de l'attribution un ouvrage ou l'ensemble d'une œuvre concernant l'histoire contemporaine, le Prix lui a été décerné pour son livre Papa, qu'as-tu fait en Algérie ? Enquête sur un silence familial.

Le magazine L'Histoire s'est entretenu avec l'autrice à cette occasion. Une interview à retrouver en ligne, dans laquelle Raphaëlle Branche évoque la particularité de la guerre d'Algérie :

« Il y a quelque chose de classique autour du silence des combattants à propos de nombreux conflits, mais il y a bien une spécificité du silence qui entoure la guerre d'Algérie. Cette guerre n'a rien à voir avec les Première et Seconde Guerres mondiales, qui sont les modèles de référence pour cette génération. ».

[VIDÉO] Capitalismes VS Pandémie

« Le coronavirus a fait ressortir l’insuffisant investissement dans les dispositifs de lutte contre les pandémies et appelé une réévaluation sous l’égide de l’État du partage entre consommation privée et biens publics. »

Robert Boyer développe dans son livre Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie sa vision économique de la période que nous traversons qui selon lui n’a rien à voir avec une crise des capitalismes.

Il s’est rendu chez Europe 1 mais aussi à France Culture pour échanger autour de son livre. Vous pouvez retrouver ci-contre son passage dans l’émission « L’invité de l’économie » de France 24.

Caractérisé comme « un ouvrage qui fera date » par Le Monde, c’est également selon Alternatives économiques « un essai pour éclairer l'avenir des rapports de force mondiaux entre capitalismes à l'ère de la post-pandémie ».

Festival International de Géographie

Rendez-vous incontournable du monde de la géographie, le Festival International de Géographie aura bien lieu les 2, 3 et 4 octobre 2020 à Saint-Dié-des-Vosges !

Vous pourrez y rencontrer un de nos auteurs :

- Le samedi 3 octobre à 13H45, Renaud Duterme participera à la table ronde « Penser les changements climatiques sans céder à la panique » à la Cathédrale.

- Le dimanche 4 octobre à 9H30, Renaud Duterme l’auteur du Petit manuel pour une géographie de combat participera également au débat « Vers un effondrement de la civilisation ? » dans la salle François Cholé.

« Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? »

Avec un bulletin « oui » ou « non », les électeurs de l’archipel répondront une nouvelle fois à cette question ce dimanche 4 octobre. Prévu dans le cadre de l'accord de Nouméa en 1998, il s'agit du troisième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

Lors du précédent référendum sur l'indépendance, tenu le 4 novembre 2018, la rédaction de Mediapart s'était fortement mobilisée pour raconter la genèse de ce processus inédit. Ce sont ces reportages, enquêtes et analyses, augmentées de mises en perspective, qui font la matière première d'Une décolonisation au présent. Une lecture indispensable pour comprendre les enjeux de ce nouveau scrutin qui pourrait constituer la première décolonisation réussie de l’État français.

« Coordonné par Joseph Confavreux, ce livre revisite, entre passé et avenir, tous les enjeux de l’autodétermination des habitants du « Caillou » dont le peuple autochtone, les Kanak, a failli disparaître sous l’effet de sa prise de possession par la France en 1853 » écrit Edwy Plenel dans Médiapart.

[ACTUALITÉ] Coup de coeur « Nos mères »

La librairie Mollat recommande la lecture de Nos Mères, classé coup de coeur sciences humaines !

À l’occasion de la rentrée des auteurs en Auvergne-Rhône-Alpes, les autrices Christine Détrez et Karine Bastide, ont pris la parole le 14 septembre dernier. C’est au Théâtre Nouvelle Génération / CDN de Lyon qu’elles ont pu présenter leur ouvrage et échanger avec le public présent. 

Elles ont également été invitées par France Inter qui décrit leur livre ainsi : « Le récit de cette enquête particulière sur les traces de leurs mères permet ainsi de retracer les tentatives d'émancipation des femmes dans les années 1960, moment charnière du féminisme. Il est aussi le lieu d'une réflexion épistémologique sur la possibilité de faire de la sociologie et de l'histoire à partir de sujets qui relèvent autant de l'intime et du personnel ».

[VIDÉO] Le Génocide des Tutsi vu par les enfants

« C’est un travail immense qui attend les sciences sociales dans les décennies à venir pour que ce génocide soit habilité et placé au même rang de valeur et de gravité que les autres génocides du 20ème siècle ». Hélène Dumas a eu l’occasion de parler du Génocide des Tutsi qui s’est déroulé au Rwanda en 1994, avec Valériane Gauthier sur le plateau de France 24 (vidéo ci-contre).

Elle a également été invitée sur Rfi dans « La marche du monde ». L’autrice y évoque ses recherches : « c'était extrêmement intéressant de pouvoir suivre la diversité de ces trajectoires et de pouvoir restituer dans leur complexité l’ensemble de ces itinéraires ».

Le Monde le décrit comme le fruit du « précieux travail d’Hélène Dumas, Sans ciel ni terre est bâti sur les témoignages écrits de 105 orphelins […] que l’historienne française replace savamment dans le contexte de l’époque et commente avec la plus grande délicatesse ».