Changer de société, refaire de la sociologie

Bruno LATOUR

« Il faut changer de société », dit-on souvent et on a bien raison, car celle où nous vivons est souvent irrespirable. Mais, pour y parvenir, il faut peut-être d’abord s’efforcer de changer la notion même de société. Et d’abord distinguer deux définitions du social. La première, devenue dominante dans la sociologie, présente le social comme l’ombre projetée par la société sur d’autres activités, par exemple l’économie, le droit, la science, etc. La seconde préfère considérer le social comme l’association nouvelle entre des êtres surprenants qui viennent briser la certitude confortable d’appartenir au même monde commun. Dans ce deuxième sens, le social se modifie constamment. Pour le suivre, il faut d’autres méthodes d’enquête, d’autres exigences, d’autres terrains.
C’est à retracer le social comme association que s’attache depuis trente ans ce qu’on a appelle la « sociologie de l’acteur-réseau » et que Bruno Latour présente dans ce livre. Sa proposition est simple : entre la société et la sociologie, il faut choisir. De la même manière que la notion de « nature » rend la politique impossible, il faut maintenant se faire à l’idée que la notion de société, à son tour, est devenue l’ennemie de toute pensée du politique. Ce n’est pas une raison pour se décourager, mais l’occasion de refaire de la sociologie.

Version papier : 13 €
Version numérique : 11,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Traduit de l'Anglais par Nicolas GUILHOT
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°264
Parution : octobre 2007
ISBN : 9782707153272
Nb de pages : 406
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché
ISBN numérique : 9782707160324
Format : EPUB

Bruno LATOUR

Bruno LATOUR

Bruno Latour, philosophe et sociologue des sciences, est professeur à Sciences-Po Paris. Il a écrit de nombreux ouvrages et articles sur l’anthropologie du monde moderne. Son dernier livre, publié à La Découverte, Enquête sur les modes d'existence (2012) permet de situer l'analyse de la parole religieuse parmi les autres modes.

Extraits presse

« La pensée [de Bruno Latour] n'est pas de celles qui confortent les certitudes. Elle précipite au contraire, avec bonheur, ceux qui l'abordent sur des étendues de plus en plus mouvantes. Son dernier livre en donne une nouvelle illustration : c'est à une véritable critique de la raison sociologique qu'il nous convie. Qui suit ce chemin s'expose à une révision profonde des fondements même de la discipline. »
LE MONDE


« Le sociologue Bruno Latour, dans un livre au titre provocateur, Changer de société, bouscule par son originalité -et son apparente marginalité - notre vision traditionnelle du monde social et propose des outils nouveaux pour le décrire. »
TÉLÉRAMA

« Voici un livre stimulant qui vient défier la sociologie institutionnelle dans ses ambitions les mieux reconnues... »
ÉTUDES

«... Bruno Latour entend refonder la sociologie sur de nouvelles basespour lui redonner une efficacité pragmatique et politique qu'elle a en grande partie perdue. »
VIENT DE PARAITRE

« On l'a compris, le livre de Latour est tout à fait stimulant. Il pose pleins de questions passionnantes. »
ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

« Réunissant un ensemble de réfléxions destinées à l'origine au public universitaire anglais, ce livre, dont le titre original Reassambling the social: Introduction to actor-network theory est beaucoup plus explicite, relève à la fois d'une ambition modeste et d'un objectif audacieux. »
ANNALES

PRESSE

 

Table des matières

Introduction - Comment recommencer à suivre les associations ? - I / Comment déployer les controverses sur le monde social ? - Introduction : du bon usage des controverses - Première source d’incertitude : pas de groupes, mais des regroupements - Une liste des traces laissées par la formation de groupes - Pas de travail, pas de groupe - Médiateurs contre intermédiaires -Deuxième source d’incertitude : débordés par l’action - Un acteur n’agit pas : on le fait agir - Une enquête de métaphysique appliquée - Une liste pour enregistrer les controverses sur les sources de l’action - Comment faire faire quelque chose à quelqu’un - Troisième source d’incertitude : Quelle action pour quels objets ? - Élargir la gamme des acteurs - Les objets aussi participent à l’action - Les objets ne laissent de traces que par intermittence - Une liste de situations pour rendre visible le rôle des objets - Qui a oublié les relations de pouvoir ? - Quatrième source d’incertitude : des faits indiscutables aux faits disputés - Constructivisme, pas constructivisme social - L’heureux naufrage de la sociologie des sciences - Se passer de toute explication sociale - Traduction contre transport - L’expérience mène plus loin - Une liste pour nous aider à déployer les faits disputés - Cinquième source d’incertitude : rédiger des comptes rendus risqués - Nous écrivons des textes, nous ne regardons pas à travers une vitre - Mais qu’est-ce qu’un réseau, à la fin ? - Retour aux fondamentaux : une liste de carnets - Déploiement, non pas critique - Que faire de l’acteur-réseau ? Interlude sous forme de dialogue - II / Comment retracer les associations ?- Introduction : pourquoi le social est-il si difficile à dessiner ? - Le monde social est plat ! - Premier mouvement : localiser le global - Du panoptique à l’oligoptique - Panoramas - Deuxième mouvement : Redistribuer le local - Articulateurs et localisateurs - Le lieu improbable des interactions face-à-face - Plug-ins - Des acteurs aux attachements - Troisième mouvement : connecter les sites - Des normalisations aux énoncés collectants - Les médiateurs, enfin - Plasma : les masses manquantes - Conclusion : de la société au collectif — peut-on réassembler le social ? - Quel type d’épistémologie politique ? - Une discipline parmi d’autres - Une autre définition de la composition politique - Bibliographie.