L'échec d'une utopie
Une histoire des gauches en Israël

Thomas Vescovi

La gauche a joué un rôle central dans l’histoire d’Israël. Au cœur de la création de l’État en 1948, elle est restée majoritaire au Parlement pendant plus de trente ans. Depuis la fin des années 1970, et plus encore après l’assassinat d’Yitzhak Rabin en 1995, les partis de gauche traversent une crise profonde. Face à la poussée des courants ultranationalistes et religieux, ils doivent multiplier les alliances contre nature pour s’assurer une représentation parlementaire. La question est désormais posée : existe-t-il encore une gauche en Israël ?
Remontant aux sources du mouvement sioniste, dont l’aile gauche cherchait à bâtir en Palestine un État pour les juifs sur des bases socialistes, ce livre raconte l’histoire des mouvements progressistes et révolutionnaires israéliens. Au fil de ce récit très documenté, l’auteur analyse les débats qui animent et divisent ces mouvements depuis leurs origines. Comment peut-on être sioniste et de gauche ? Comment construire une société juste et égalitaire avec les Palestiniens ? Comment contrer les assauts de la droite sioniste et des mouvements religieux qui, jadis minoritaires, sont désormais hégémoniques politiquement et culturellement ?

Version papier : 22 €
Version numérique : 14,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de : Michel Warschawski
Collection : Cahiers libres
Parution : 15/03/2021
ISBN : 9782348043116
Nb de pages : 372
Dimensions : 140 * 205 mm
ISBN numérique : 9782348060328
Format : EPUB

Thomas Vescovi

Thomas Vescovi
Thomas Vescovi est chercheur indépendant en histoire contemporaine. Diplômé de l’université Paris-8, il collabore à différents médias (Middle East Eye, Le Monde diplomatique, Moyen-Orient). Il est l’auteur de La Mémoire de la Nakba en Israël (L’Harmattan, 2015).

Extraits presse

Thomas Vescovi propose une somme exhaustive sur la gauche israélienne, aux airs de nécrologie. […] C’est la grande qualité de son livre : il rappelle qu’il y a toujours eu deux gauches juives, dès la fin du XIXème siècle. L’auteur se plonge avec minutie dans les affrontements entre le Bund et les sionistes, les « territorialistes » et les « inconditionnels », les marxistes orientalisants et les travaillistes atlantistes, qui déterminent encore les lignes de fracture contemporaines. Surtout, il montre comment le sionisme, d’abord mouvement d’émancipation face à l’antisémitisme, a repris les méthodes et discours « civilisateurs » du colonialisme, faisant du socialisme un simple bras armé de l’étatisme, de la même façon que la terre sacrée n’était qu’un mythe mobilisateur. Un double jeu qui a fini par se retourner, telle la créature de Frankenstein, contre la gauche sioniste, la synagogue l’emportant contre le kibboutz.

2021-04-08 - Guillaume Gendron - Libération

 

L’historien ThomasVescovi dresse le bilan inédit d'une utopie qui a fini par succomber à ses contradictions internes.

2021-05-13 - Denis Sieffert - Politis

 

Table des matières

Préface par Michel Warschawski
Introduction
La naissance du mouvement sioniste
Être sioniste et de gauche ?
Être sioniste ou de gauche ?
Trois scrutins pour un même constat
1 - Comment penser et réaliser un sionisme de gauche
Se libérer de l’antisémitisme
Le kibboutz, au cœur de l’idéal travailliste
Les Britanniques en Palestine, le renversement du rapport de force
Marxiste ou nationaliste ?
2 - Lutte des classes ou solidarité communautaire ?
Les communistes de Palestine
De la prolétarisation arabe aux révoltes sanglantes
La création du Mapaï : une fragile hégémonie travailliste sur le mouvement sioniste
Le projet d’organisation syndicale intercommunautaire
3 - De la révolte arabe en Palestine au génocide en Europe, l’État juif devient un impératif
La Grande Révolte arabe et l’idée de « transfert »
Entre union antifasciste et division des communistes
L’urgence du sauvetage et de la poursuite du projet sioniste
La marche à la guerre des travaillistes
4 - Comment le partage de la Palestine s’impose
Les avantages des sionistes sur les Arabes de Palestine
La fin du binationalisme
Quand Moscou rallie la cause sioniste
Les gauches face au partage
5 - La guerre de 1948 et la naissance de l’État d’Israël
Première guerre israélo-arabe (1948) : les travaillistes à la manœuvre
Comprendre la victoire israélienne
L’armement soviétique des troupes juive
Concurrencer l’hégémonie de Ben Gourion
Mapaï, Mapam, Maki : les gauches en compétition électorale
6 - Les Arabes d’Israël, entre régime militaire et enjeu électoral
Terroriser pour mieux régner
Le régime militaire d’exception
Séduire l’électorat arabe
El Ard, ou l’impossibilité d’une voix autonome arabe
7 - La fin du mythe socialiste israélien
Entre échec du kibboutz et revendications religieuses
Le divorce israélo-soviétique
Nouveau Maki, Rakah, Matzpen : à la recherche d’une nouvelle dynamique à gauche
Fin de règne pour Ben Gourion
8 - 1967, droite et gauche unies pour l’expansionnisme
Une opération israélienne longuement préparée
Que faire des Territoires occupés ?
Les prémices d’un mouvement antioccupation
D’une guerre à l’autre : la scène politique israélienne en ébullition
Les nouvelles orientations politiques des Palestiniens
9 - De la révolte des minorités à la victoire du Likoud : les travaillistes dans la tourmente
Les juifs orientaux, entre déracinement et humiliation
Les Panthères noires, l’échec d’une révolte juive orientale de gauche
Palestiniens d’Israël, une nouvelle génération en quête d’autonomie
La victoire de la droite nationaliste
10 - « Camp de la paix », guerre du Liban et première Intifada : le consensus sioniste s’effrite
La naissance du « camp de la paix »
La guerre du Liban remet en cause le militarisme
Le procès de la « frontière »
La première Intifada
Solidarité avec la révolte palestinienne
11 - Les illusions d’Oslo
Rabin, l’espoir du camp de la paix
Peser sur les négociations ou faire confiance à Rabin ?
Désillusions
Netanyahou au pouvoir, la victoire du néosionisme sur le postsionisme
12 - La mort du camp de la paix et ses héritiers
Barak dynamite le camp de la paix
Sharon anéantit le partenaire palestinien
Militarisme et ultra-libéralisme
Comment briser le consensus ?
De nouvelles formes de mobilisation
13 - Les gauches face à la droitisation israélienne
Le processus de paix enterré à Gaza
La gauche sioniste sait-elle encore parler de paix ?
Faire taire les voix dissidentes
Délaisser la question palestinienne au profit de la « question sociale » ?
Qui peut s’opposer à Netanyahou ?
14 - Israël en voie de « fascisation » ?
Une société marquée par les discriminations et les inégalités
Contrôle de l’information et invisibilisation des Palestiniens
Une législation liberticide
La loi sur l’État-nation du « peuple juif »
15 - À la recherche d’une gauche en Israël
Existe-t-il encore un sionisme de gauche ?
L’alternative non sioniste et judéo-arabe de la Liste unie
La gauche israélienne joue sa survie
Conclusion. L’échec d’une utopie sioniste de gauche
Notes.

Droits étrangers

THE FAILURE OF A UTOPIA
A history of leftist parties in Israel

L’Échec d’une utopie presents a map of Israel’s leftist parties but also the history of Israel and Zionism. Nevertheless, it doesn’t neglect that other Jewish, anti-Zionism Israel, which is very active in spite of being a minority swimming against the tide as it advocates justice and peace in the Near East.
Based on numerous interviews carried out over the past few years with Israeli political officers and militants, this work offers the first major overview of the question.


Thomas Vescovi is a high school teacher and an independent modern history researcher. He is a graduate of the Université Paris 8 and author of numerous articles and two books on the Near East including La Mémoire de la Nakba en Israël (The memory of the Nakba in Israel (L’Harmattan, 2015).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com