Archives

(1650 archives)
[ACTUALITÉ] L’illusion de la croissance verte

« La croissance verte » : elle serait le nouvel horizon du capitalisme contemporain. Du « Green New Deal » au « Plan de Relance », chacun espère que les « technologies vertes » permettraient de faire du changement climatique une opportunité économique. Mais bien loin d’être une solution, elle pourrait être une illusion.  

« Agrocarburants », « marché carbone », « semences augmentées »… En décortiquant ces outils, programmes et conceptsHélène Tordjman décrypte dans son livre La croissance verte contre la nature cette marchandisation du vivant. Sur France Culture, elle analysait cette extension infinie du domaine capitaliste. Mais l’économiste, invitée par Le Media, dessine également quelques pistes pour définir une autre voie à cette financiarisation de la nature.

À lire également l’article que Reporterre consacrait à son livre.  

 

FESTIVAL ÉTONNANTS VOYAGEURS [Saint-Malo]

Bruno Latour, auteur notamment de Où suis-je ?, interviendra à plusieurs reprises tout au long du Festival.

[ACTUALITÉ] Décrypter le mécanisme de l'emprise

Comment analyser les mécanismes d’emprise et mieux comprendre les récits des victimes ? Comment décrire cet état de soumission et de dépendance à un pouvoir abusif qui utilise ses proies comme des objets, en prenant possession d’elles-mêmes, de leur corps, leur psyché, leur vie sociale et économique ? Le livre de Pascale Jamoulle Je n’existais plus éclaire ces nœuds de l’emprise, ses modes opératoires et ses effets. Il est également une ressource salutaire pour dessiner les dynamiques d’émancipation qui permettent aux victimes de se libérer.

Car pour analyser ce mécanisme prédateur, une lecture psychologisante de la relation toxique entre une victime au prise d’un manipulateur ne suffit pas. Comme elle l’explique dans cet entretien au journal Le Soir ou à Libération, l'anthropologue décrit justement ce processus dans sa dimension systémique, déployant des mécanismes similaires d’un terrain à l’autre. Échapper à l’emprise passe avant tout par décrypter ces systèmes de domination. Et s’en libérer.

[ACTUALITÉ] Changer de genre : une question de mobilité sociale

Si les personnes transgenres ont gagné en visibilité au cours des dernières années, elles n’échappent pas aux caricatures et aux préjugés. Comment vivent-elles leur transition ? Quel impact cela a-t-il sur leur place dans la société ? 

Le livre d’Emmanuel Beaubatie Transfuges de sexe, tout en gardant « une approche du sujet loin de tout voyeurisme » précise Télérama, explore la multiplicité des trajectoires de celles et ceux qui entreprennent de passer les frontières du genre. À l’image des transfuges de classe, qui passent d’une catégorie sociale à une autre, les personnes trans’ sont ici considérées comme des « transfuges de sexe ».

Cette enquête inédite constitue « un observatoire extrêmement puissant » pour analyser les inégalités entre les catégories de sexe estime le sociologue dans un entretien à L’Obs. Si changer de sexe, c’est aussi changer de catégorie sociale, ce livre montre que « le genre est avant tout une catégorie sociale, qui différencie et hiérarchise les hommes et les femmes » (entretien à Libération).

LIBRAIRIE L'ATELIER [Paris]

Une journée exceptionnelle est organisée à la librairie L'Atelier à Paris en présence de Philippe Artières, à l'occasion de la parution de son livre Le peuple du Larzac

[ACTUALITÉ] Une nouvelle éthique de l'agir

Face aux menaces multiples, dans un contexte où les phénomènes comme les effets de nos actes sont désormais marqués du sceau de l’incertitude et de l’impuissance, comment apprendre à vivre, à penser et à agir ?

Dans leur ouvrage, le psychanalyste et philosophe Miguel Benasayag et le journaliste Bastien Cany nous invitent à imaginer de « Nouvelle figures de l’agir ». Si la croyance dans un progrès linéaire dirigé vers la maitrise et la connaissance du monde a été ébranlée par la mise en lumière de la « complexité du réel », mettant ainsi à l’épreuve notre capacité de penser et d’agir, il s’agit maintenant de délaisser la figure de l’individu moderne, empêtré dans une rationalité sans prise sur le monde, pour penser plutôt à partir du vivant et de ce qui nous relie à lui. Un essai engagé et stimulant, qui nous appelle à explorer les possibilités de renouer avec un agir puissant.

Invité par la Librairie Mollat, Miguel Benasayag présentait Les nouvelles figures de l’agir.

[ACTUALITÉ] Un lieu d’invention collective

Le Larzac est aujourd’hui un véritable symbole de la résistance contre l’arbitraire politique. Mais l’emblématique contestation contre le projet d’extension d’un camp militaire dans les années 1970 ne constitue pour autant qu’une partie de l’histoire de ce lieu désertique.

L’historien Philippe Artières propose dans son livre Le peuple du Larzac une histoire longue de ce formidable laboratoire d’invention collective. Ce récit nous plonge aux sources de ce plateau atypique, de son peuple divers, composé d’humains et de brebis, de sorcières et de potiers, de bergers et de paysans, d’ouvrières et de soldats, de prisonniers et de militants… Une perspective historiographique singulière, dans la lignée de Fernand Braudel, de qui Philippe Artières serait, selon L’Express, « le digne héritier légèrement turbulent ». Un regard singulier et stimulant aux résonnances multiples.

Pour en savoir plus, l’historien était l'invité de Laure Adler sur France Inter

[ACTUALITÉ] Aux origines des stéréotypes racistes

Les manifestations du racisme auxquels nous sommes toujours aujourd’hui confrontés sont le produit d’une histoire longue. Dans son livre Corps noirs et médecins blancs, l’historienne Delphine Peirretti-Courtis propose de remonter cette histoire, avec celle de la fabrication scientifique des préjugés raciaux.

Cette enquête documente l’apparition des théories raciales dans les sciences médicales, qui, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au milieu du XXe, a élevé au rang de vérité scientifique les préjugés raciaux sur les corps noirs. Dans une société où la science se substitue progressivement à la religion comme source du savoir, ce schéma racialiste a ensuite été mis au service du projet colonial. Un livre nécessaire pour déconstruire un imaginaire et des préjugés restés ancrés dans les esprits d’aujourd’hui.

À écouter : Delphine Peirretti-Courtis était l’invitée de Sylvain Bourmeau sur France Culture.

[ACTUALITÉ] Une histoire écologique et raciale de la sécularisation

Le processus de sécularisation est généralement présenté comme le phénomène qui aurait libéré le monde occidental des croyances au profit de la Raison émancipatrice. En marge de ce récit, Mohamad Amer Meziane propose dans Des empires sous la terre une tout autre histoire de ce processus.  

En construisant l’Islam comme la figure fanatique d'une sécularisation impossible, la sécularisation est conçue dans ce livre comme un ordre impérial qui aurait entrainé dans son sillage le racisme colonial. Outre cette dimension raciale de la sécularisation, Mohamad Amer Meziane y associe un ordre écologique : en l’absence d’un Royaume de l’au-delà, la Terre devient le seul monde « sacré », et l’exploitation de ses sols et sous-sols la source unique de la légitimité de l’Empire.

Une histoire inédite passionnante et prometteuse qui « pose les bases d'un travail qui n'a vraisemblablement pas fini d'ouvrir des horizons de pensées radicalement nouvelles, et peut-être même, révolutionnaires… » (Luisa Yousfi pour Hors-Série)

[ACTUALITÉ] Serge Audier remporte le prix des Rencontres Philosophiques de Monaco

Le Prix 2021 des Rencontres Philosophiques de Monaco est décerné à Serge Audier pour son livre La cité écologique. Pour un éco-républicanisme. Un livre qui refonde la pensée démocratique et l’arme face à la crise climatique globale.

Dans cet essai à contre-courant, le philosophe nous invite à réinventer nos grands idéaux de liberté, d’égalité et de solidarité pour faire face aux défis sociaux et écologiques. Des idées récompensées, on peut s’en réjouir, mais, surtout, qui nous obligent à prendre la mesure de l’urgence à agir face à la crise écologique.

L’introduction de l’ouvrage est à découvrir ici.