Une autre science est possible !
Manifeste pour un ralentissement des sciences, suivi de Le poulpe du doctorat

William JAMES, Isabelle STENGERS

Comme le fast food, la fast science, c’est vite fait, pas bon et pas très digeste ! Une économie spéculative – avec ses bulles et ses krachs – s’est emparée de la recherche scientifique : les chercheurs doivent intéresser des « partenaires » industriels, participer aux jeux guerriers de l’économie compétitive. Conformisme, compétitivité, opportunisme et flexibilité : c’est la formule de l’excellence. Mais comment poser publiquement la question d’un désastre lorsque l’on ne veut pas que le public perde confiance en « sa » science ? Les mots d’ordre comme « Sauvons la recherche » font consensus, alors qu’ils ne posent surtout pas la bonne question : « De quoi faut-il la sauver ? »
Isabelle Stengers montre que les chercheurs doivent cesser de se prendre pour le « cerveau pensant, rationnel, de l’humanité », refuser que leur expertise serve à faire taire l’inquiétude de l’opinion, à propager la croyance en un progrès scientifique inéluctable capable de résoudre les grands problèmes de sociétés. Il s’agit pour eux de nouer des liens avec un public potentiellement intelligent et curieux, c’est-à-dire aussi de produire des savoirs dignes de cette ambition.

En 1903, le philosophe américain William James (1842-1910) publiait « Le poulpe du doctorat ». Il éprouvait une telle répugnance vis-à-vis de l’enseignement académique qu’il se présentait comme un outsider, voire un charlatan. Au regard des plus récentes inventions institutionnelles visant à évaluer les chercheurs, les examens auxquels James s’en prend apparaissent pourtant comme d’innocents archaïsmes… Le poulpe enlace les chercheurs plus puissamment que jamais.

Version papier : 16,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Postface de Thierry DRUMM
Collection : Les Empêcheurs de penser en rond
Parution : janvier 2013
ISBN : 9782359250664
Nb de pages : 200
Dimensions : 140 * 205 mm

William JAMES

Isabelle STENGERS

Isabelle STENGERS

Isabelle Stengers, docteur en philosophie, enseigne à l'Université libre de Bruxelles. Elle est l'auteure de nombreux livres sur l'histoire et la philosophie des sciences, dont, à La Découverte, L'Invention des sciences modernes (1993) et Sciences et pouvoir (1997, 2002). Elle a reçu le grand prix de philosophie de l'Académie française en 1993.

Vidéos


dimanche 10 février 2013
Thier200DRUMM, Isabe167 STENGERS - Une autre science est possible aux éditions La Decouverte


 

Table des matières

I / Une autre science est possible !, par Isabelle Stengers
1. Pour une intelligence publique des sciences
« Le public » doit-til « comprendre » les sciences ?
Ce que le public devrait comprendre ?
Les exigences des connaisseurs
La bonne volonté ne suffit pas
La science en accusation
Ce qu'exploitent les marchands de doute
Mise en culture, mise en politique
2. Avoir l'étoffe du chercheur
Le genre de la science
Les vrais chercheurs
La fabrique du vrai chercheur
Démobilisation ?
3. Sciences et valeurs : comment ralentir ?
L'emprise de l'évaluation
Qui sont les pairs ?
« La science », un amalgame à dissoudre
Contrastes
Symbioses
Ralentir
4. Plaidoyer pour une science «slow»
Une chercheuse mise à pied
La tâche des universités
L'invention d'une science rapide
Ralentir
5. Cosmopolitiques. Civiliser les pratiques modernes
L'intrusion de Gaïa
Sans garantie
Civiliser les savoirs modernes ?
Écologie politique
Civiliser la politique
II / Le poulpe du doctorat, texte de William James, présenté par Thierry Drumm
Avertissement
Notice
Le réticulaire et le tentaculaire,par Thierry Drumm
L'empirisme radicel
La pieuvre et l'étreinte des corps
La méduse et la capture des âmes
La seiche et l'isolement des esprits
Défense du nivellement
Attention, confiance et hésitation
Le public et les conséquences
Différence et répétition
« Le poulpe du doctorat », par William James

Droits étrangers

ANOTHER SCIENCE IS POSSIBLE !
Manifesto for a slowdown of science, followed by The Doctoral Octopus

According to Isabelle Stengers, it is not the role of scientists to proselytize about unstoppable scientific progress and its role in solving every important issue. Instead, they should try and interact with a conceivably intelligent and interested audience, and produce knowledge worthy of that ambition.
The long standing agreement which has long given researchers the minimum of vital independence is over. Knowledge economy is dependent on private interests. This plea for slow science is answered over a century apart, by a brilliant pamphlet by philosopher William James (1842-1910).


Isabelle Stengers, is a doctor of philosophy, Professor at the Université libre de Bruxelles. She is the author of several books on the history and philosophy of science, amongst which, published at La Découverte : L’Invention des sciences modernes (1993) and Sciences et pouvoir. She has recently published Au temps des catastrophes (2009) and Les Faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ? (with V. Despret, 2011).
Thierry Drumm is a researcher in philosophy at the Université libre de Bruxelles, he is working on his thesis on William James.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com