Penser la crise de l'école
Perspectives anti-utilitaristes

REVUE DU M.A.U.S.S.

Qu’est-ce qui est en crise, au bout du compte, dans l’école en France ? La manière de transmettre les savoirs, trop éloignée de la pédagogie ancienne ou, au contraire, mal adaptée à la mutation des publics ? L’inadéquation croissante des formations à la structure des emplois ? Et ces évolutions sont-elles imputables à la sclérose de l’école ou à la situation socio-économique ? L’école souffre-t-elle d’être trop attachée à la défense d’une culture générale vieillie ou, au contraire, d’avoir déjà succombé à une exigence utilitariste de rentabilisation des diplômes ? La seule chose certaine, c’est que nous sommes bel et bien confrontés à une crise grave de la transmission des connaissances institutionnellement légitimes. Pour sortir des querelles particulièrement féroces en France sur la question et en permettre une approche plus sereine, il est important de partir du caractère multidimensionnel de la crise scolaire – à la fois crise des méthodes, des finalités, du sens, de l’autorité, du rapport aux publics et aux emplois. Tel est le parti pris de ce dossier. Mais qu’apporte à ce débat une perspective anti-utilitariste ? Sans doute la possibilité de soulever des questions souvent trop négligées : que signifie donner et recevoir (et rendre) un savoir ? Et un savoir qui vaut pour et par quoi : sa valeur intrinsèque, son utilité pour les individus ou son rôle de ciment d’une collectivité humaine ? Comment bien faire la part dans l’acquisition des connaissances de la quête du diplôme et de l’intérêt pour la connaissance elle-même ? De l’autorité et de la complicité du maître ? De l’obligation d’apprendre et du plaisir de comprendre ? Ici comme ailleurs, la bonne réponse n’est-elle pas que les savoirs susceptibles de devenir réellement utiles sont surtout ceux pour lesquels on s’est au moins un peu pris de passion ?

Version papier : 30,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue du M.A.U.S.S. n°28
Parution : novembre 2006
ISBN : 9782707150011
Nb de pages : 480
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

REVUE DU M.A.U.S.S.

Fondée en 1981, et dirigée par Alain Caillé, la Revue du M.A.U.S.S. (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales) s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à ce qui se produit à l’intersection des sciences sociales, du politique et de l’histoire. Elle s’est imposée comme l’un des lieux importants du débat public en France.

Extraits presse

« La revue fait appel à de nombreux chercheurs qui se sont, durant ces deux ou trois dérnières années, exprimés sur cette crise. De François Dubet et Marie Duru-Bellat à Franck Poupeau, de François Flahault à Stéphane Beaud, chacu propose sa vision que ses recherches légitiment. Les croisements que le lecteur opérera permettront de mesurer les dégâts, et d'envisager, sinon les remèdes, du moins les pistes de refondation du système.
ÉDUCATION ENFANTINE

« La Revue du MAUSS propose des éléments de diagnostic pour sortir de la "crise de l'école", analysée d'abord comme une crise de la transmission des connaissances à l'école. Le malaise scolaire y est questionné à nouveaux frais. »
LA MARSEILLAISE

« Une fois encore, la revue du MAUSS contribue avec rigueur et belle manière à un des débats majeurs pour notre temps, en gardant le souci de la pluralité des points de vue comme de la mise à distance des thématiques les plus spontanées qui viennent trop souvent cacher les vrais enjeux. »
PARUTIONS.COM

« 23 articles, tous plus intéressants les uns que les autres, pour parler de la crise de l'école. Sujet ressassé depuis des décennies sans qu'on ait jamais pu y apporter une réponse susceptible de dépasser cette crise, dont on ne sait même plus s'il s'agit de la crise de l'école, de la crise à l'école, ou de la crise de l'enseignement qui y est proposé. Un point rapproche cependant les auteurs, nous sommes bel et bien face à une crise grave de la transmission des connaissances institutionnelles légitimes. Cette crise prend de plus un caractère multidimensionnel; crise des méthodes, des finalités, de l'autorité, du sens, du rapport aux publics et aux emplois. Au delà du débat la vision de perspectives anti-utilitaristes tente d'apporter la possibilité de soulever des questions souvent trop négligées. [...] Un ouvrage très intéressant pour un sujet très intéressant. »
LE SOCIOGRAPHE

PRESSE

 

Table des matières

Présentation,par Alain Caillé - I. / Penser la crise de l’école - 1. Crise de l’école, crise de la pensée sur l’école -a) L’école entre déshérence et espérance - Haine de l’école, par Thomté Ram - Élèves de ZEP, par Grégoire Pauze - Les sept savoirs nécessaires, par Edgar Morin - Qu’est-ce qu’enseigner ?, par Gilles Gagné : Polémiques sur l’utilité des diplômes ;Déclassement : quand l’ascenseur social descend ; Le diplôme, l’arme des plus faibles ; Diplômes, l’illusoire inflation ; Former n’est pas employer, par François Dubet, Marie Duru-Bellat et Tristan Poullaouec - b) Crise de la pensée -Les deux crises de l’éducation, par Christian Laval - Pour une approche systémique de la crise de l’école, par Franck Poupeau et Sandrine Garcia - c) Le champ de bataille pédagogique - La syllabique est-elle réactionnaire ?, par Jean-Pierre Terrail - Fragments d’une critique radicale de l’école actuelle, par Laurent Lafforgue : Pourquoi j’ai démissionné du Haut Conseil de l’éducation ; Un courriel qui aurait dû rester confidentiel ; Défense de l’école et politique ; De la culture générale des futurs instituteurs et professeurs - « Sauver les lettres », par Michel Buttet, Agnès Joste et Robert Wainer - « C’est pire que s’il n’y avait rien… », par Nayla Nafissa - Pour une « dématernisation » de l’Éducation nationale, par Chantal Mallet - Les temps nouveaux de l’éducation, parRoger Sue - 2. Perspectives anti-utilitaristes - Une foi commune : démocratie, don et éducation chez John Dewey, par Philippe Chanial - La démocratie créatrice, par John Dewey - La dette en trop. Face à la domination postcoloniale, par Julien Rémy - Confucius dans le cortège, Shuo Yu - Donner et s’adonner. Pour un discours éducatif amoureux , par Jean-Paul Lambert - Instruction, éducation et transmission entre générations, par François Flahaut - Une école sans rites ni symboles, par Bruno Viard - Une pratique d’enseignement (EPS) à l’épreuve du paradigme du don, par Pierre Imbert et Jacques Méard - « La fac, c’est moins pire que je croyais ! », par Stéphane Beaud - II / Libre revue - De l’utilité de la torture ? Les sociétés démocratiques peuvent-elles rester des sociétés décentes ? , par Michel Terestchenko - « Éthique » et « morale » en français, en allemand et en anglais, par E. Günther Schumacher - Le mouvement altermondialiste et le mouvement historique de la décolonisation, par Gustave Massiah - Qu’est-ce que la sociologie morale ?, par Patrick Pharo - L’anthropologue et la dualité paradoxale du « croire » occidental, Roberte N. Hamayon - Rythme et utopie chez Marcel Mauss. Pour une eurythmie de la violence, par Pascal Michon - Bibliothèque - Réunions-débats du MAUSS.