L'interprétation sociologique des rêves

Bernard LAHIRE

Le rêve peut-il être appréhendé par les sciences sociales ? Objet devenu indissociable de la psychanalyse, il était jusqu’à ce jour largement ignoré des sociologues. Si quelques chercheurs ont pu s’interroger sur la manière dont le rêve a été perçu selon les époques et les milieux, Bernard Lahire entre ici dans la logique même de sa fabrication et le relie aux expériences que les individus ont vécues dans le monde social.
L’ambition de cet ouvrage est d’élaborer une théorie générale de l’expression onirique. En partant des acquis du modèle d’interprétation proposé par Freud, il s’efforce d’en corriger les faiblesses et les erreurs, en tirant parti des nombreuses avancées scientifiques accomplies depuis L’Interprétation du rêve. À l’opposé de ce que croyait Freud, le rêve apparaît ici comme l’espace de jeu symbolique le plus complètement délivré de toutes les sortes de censures. Il livre des éléments de compréhension profonde de ce que nous sommes et permet de voir frontalement ce qui nous travailleobscurément, de comprendre ce qui pense en nousà l’insu de notre volonté.
Cet ouvrage contribue aussi à donner de nouvelles ambitions à la sociologie. Si le rêve fait son entrée dans la grande maison des sciences sociales, ce n’est pas pour laisser le lieu en l’état, mais pour en déranger les habitudes.

Version papier : 15,00 €
Version numérique : 11,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°531
Parution : 07/01/2021
Format : EPub
ISBN papier : 9782348067334 ISBN numérique: 9782348067501

Bernard LAHIRE

Bernard LAHIRE

Bernard Lahire, professeur de sociologie à l'École normale supérieure de Lyon (Centre Max-Weber) et membre senior de l'Institut universitaire de France, a publié une vingtaine d'ouvrages, parmi lesquels L'Homme pluriel (Nathan, 1998), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire (La Découverte, 2010), Dans les plis singuliers du social (La Découverte, 2013), Ceci n'est pas qu'un tableau (La Découverte, 2015), L'Interprétation sociologique des rêves (La Découverte, 2018) et Enfances de classe (Le Seuil, 2019).

Extraits presse

Grand livre théorique, ouvrant en grand un placard de questions de fond sur ce qui nous agite, de jour comme de nuit, sur ce que les structures sociales font à notre inconscient, sur ce que le monde fait à notre imaginaire noctambule, L’interprétation sociologique des rêves n’attend que son prolongement pratique pour légitimer ses intuitions stimulantes. Déjà engagé dans un travail de mise en actes de sa méthodologie, à travers des enquêtes fondées sur ses réflexions, Bernard Lahire se prépare à nous éclairer concrètement sur la question de savoir pourquoi nous rêvons ce dont nous rêvons et dans les formes par lesquelles nous le faisons. Traces confuses de nos vies intérieures, conditionnées par notre histoire sociale et ce qui, en elle, nous affecte indirectement, les rêves s’ouvrent à nous comme l’horizon ultime de dévoilement des mystères de nos vies.

2018-01-05 - Jean-Marie Durand - Les Inrocks

 

Le rêve n’est pas toujours l’expression d’un désir, n’en déplaise à Sigmund Freud. Nos nuits sont hantées par le monde politique et social, comme le montre le sociologue Bernard Lahire dans son livre L’Interprétation sociologique des rêves.

2018-01-25 - Juliette Cert - Télérama

 

Après avoir retracé l'historique de « la science des rêves », il met en perspective le moment freudien, puisque « rien ne commence ni ne s'arrête avec Freud ». Si l'auteur salue les avancées scientifiques de la psychanalyse freudienne et sa compréhension des mécanismes de la vie psychique, il remet en cause sa méthodologie, la restriction des relations sociales premières à la famille son déterminisme infantile sa réduction sexualiste, la limitation de l'inconscient au refoulé et à la censure. […]
Le rêve est selon lui une réalité individuelle intrinsèquement liée au social qui n'est ni le groupe ni le collectif, mais tout ce qui engage des relations entre individus. Les rêves sont alors conçus comme des condensés d'expériences sociales mises en forme involontairement par le rêveur durant son sommeil. Bernard Lahire va au-delà de la critique de Freud, puisqu'il développe une formule générale d'interprétation du rêve qui insiste sur les dispositions et les contextes socialement ancrés.

2018-01-29 - Nicolas Mathey - L'Humanité

 

À la croisée de nombreuses disciplines et reprenant des travaux méconnus sur l’activité onirique, des découvertes sur la conscience et le fonctionnement de la pensée, [Bernard Lahire] formule une audacieuse théorie : selon lui, nous y rejouons, en nocturne, les schémas et déterminismes inconscients qui « travaillent » notre personnalité et fondent nos comportements.

2018-02-01 - Véronique Radier - L'Obs

 

Table des matières

Remerciements
Introduction. Un rêve pour les sciences sociales
1. Les progrès de la science des rêves

Le rêve avant Freud
La nécessité d’une théorie intégratrice
Progrès scientifique et relativisme
L’art de boiter : la fin de la spéculation pure
Sur l’interprétation scientifique des rêves
Au‑delà de Freud
2. Le rêve : une réalité individuelle intrinsèquement sociale
Le social est‑il soluble dans le cérébral ?
Quelques précédents dans les sciences sociales
Limites des approches environnementalistes : l’écologie du rêve
Limites des approches littérales : l’analyse de contenu des récits de rêves
En quoi le rêve est‑il social ?
Définir le social – Un programme dispositionnaliste et contextualiste sur les rêves –
Les multiples déterminants sociaux des rêves

Une formule générale d’interprétation du rêve
La formule générale d’interprétation des pratiques - Une formule générale adaptée au rêve
3. Psychanalyse et sciences sociales
Entre biologique et social
Psychanalyse et formule générale d’interprétation des pratiques
Explication infantiliste
Explication sexualiste
Les hauts et les bas du rêve : sexualité et domination
La famille, le pouvoir et le sexe – Dominer ou être dominé – Le rêve en régime totalitaire – Le
rêve de grandeur d’Hobson

4. Passé incorporé et inconscient
Les modes d’actualisation du passé incorporé
Le cerveau statisticien ou l’anticipation pratique
L’intériorisation des régularités de l’expérience
Schèmes oniriques et passé incorporé
Critique de l’événementialisme
5. Conscience involontaire et inconscient
La conscience involontaire du rêveur
La croyance en la réalité du rêve – Ça pense en moi : une autre image de l’être humain
Inconscience ou conscience involontaire
L’inconscient sans refoulement
6. Censure formelle, censure morale : le double relâchement
Le plus privé du privé : scènes et coulisses
Les conditions sociales d’effacement de la censure morale comme formelle – Que fait la censure ? – Une lucidité du rêve ?
Tout rêve n’est pas accomplissement d’un désir inassouvi
7. Problématique existentielle et rêves
Rêve et hors‑ rêve
La force motrice des émotions
Les effets thérapeutiques et politiques de l’explicitation des problèmes
8. Les événements déclencheurs
Le résidu diurne : imprécisions théorico‑méthodologiques
Le résidu diurne : l’inertie de l’habitude
Les effets différés des événements déclencheurs
Perceptions et sensations nocturnes
9. Le cadre du sommeil
Contraintes cérébrales et psychiques
Retrait du flux des interactions
Communication de soi à soi : langage intérieur, relâchements formels et implicites
Le rêve et les codes de l’intimité – Vivre son rêve – Récits de rêves et mauvais récits scolaires
– Le langage intérieur, la solitude et le rêve

10. Les formes élémentaires de la vie psychique
L’analogie pratique
L’analogie dans le rêve
Le transfert analytique comme transfert analogique
Association : analogie et contiguïté
11. Les opérations oniriques
Langage verbal, capacité symbolique et images du rêve
Visualisation
Dramatisation‑exagération
Symbolisation personnelle ou universelle
Métaphore
Condensation
Inversions, oppositions, contradictions
12. La variation des formes d’expression
Un continuum expressif
Formes d’expression, formes d’activité psychique et types de contexte social
La fausse « expression libre » du rêve et la gradation des contraintes contextuelles
Le rêve entre assimilation et accommodation
Le rêve, à la différence de la littérature
Le jeu et le rêve
Le rêve et la rêverie éveillée
La cure analytique : recréer les conditions du rêve
13. Éléments de méthodologie pour une sociologie des rêves
Caractère éphémère du rêve et récit de rêve
Faut‑il connaître le rêveur pour comprendre ses rêves ?
L’accès au hors‑rêve : les associations
Au‑delà des associations
L’accès au hors‑rêve : la biographie sociologique
Explicitations, associations, récits biographiques partiels ou systématiques
Conclusion 1. Un rêve sans fonctions
Conclusion 2. Le rêve, la volonté et la liberté

Coda. Sens et enjeu de la formule d’interprétation des pratiques
Bibliographie
Index thématique et conceptuel
Index des noms d’auteurs.