Sexe, race & colonies
La domination des corps du XVe siècle à nos jours

Pascal BLANCHARD, Nicolas BANCEL, Gilles BOËTSCH, Dominic THOMAS, Christelle TARAUD

Reposant sur plus de mille peintures, illustrations, photographies et objets répartis sur six siècles d’histoire au creuset de tous les empires coloniaux, depuis les conquistadors, en passant par les systèmes esclavagistes, notamment aux États-Unis, et jusqu’aux décolonisations, ce livre s’attache à une histoire complexe et taboue. Une histoire dont les traces sont toujours visibles de nos jours, dans les enjeux postcoloniaux, les questions migratoires ou le métissage des identités.
C’est le récit d’une fascination et d’une violence multiforme. C’est aussi la révélation de l’incroyable production d’images qui ont fabriqué le regard exotique et les fantasmes de l’Occident. Projet inédit tant par son ambition éditoriale, que par sa volonté de rassembler les meilleurs spécialistes internationaux, l’objectif de Sexe, race & colonies est de dresser un panorama complet de ce passé oublié et ignoré, en suivant pas à pas ce long récit de la domination des corps.

Version papier : 65 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Postface de Leïla SLIMANI
Collection : Hors collection Sciences Humaines
Parution : septembre 2018
ISBN : 9782348036002
Nb de pages : 544
Dimensions : 290 * 310 mm

Pascal BLANCHARD

Pascal BLANCHARD

Pascal Blanchard est historien, chercheur associé au Laboratoire communication et politique (CNRS), spécialiste du « fait colonial » et des immigrations. Il a codirigé l’édition des huit ouvrages du coffret Un siècle d’immigration des Suds en France (GRA, 2009) et des ouvrages tels Le Paris arabe. Deux siècles de présence des Orientaux et des Maghrébins en France (La Découverte, 2003), La France noire. Trois siècles de présences (La Découverte, 2011). Documentariste, il a proposé les films Paris couleurs (France 3, 2005) et Noirs de France (France 5, 2012) et il a été co-commissaire scientifique de l’exposition « Exhibitions. L’invention du sauvage » (2012).

Nicolas BANCEL

Nicolas BANCEL

Nicolas Bancel est historien, professeur à l'université de Lausanne, directeur du laboratoire plurisciplinaire Grissul et et vice-président du groupe de recherche Achac (Association pour la connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine). Il a co-dirigé Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française (La Découverte, 2010), Culture postcoloniale (Autrement, 2007), La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial (La Découverte, 2005) et Lyon, capitale des outre-mers. Immigration des Suds & culture coloniale en Rhône-Alpes & Auvergne (La Découverte, 2007).

Gilles BOËTSCH

Gilles BOËTSCH

Gilles Boëtsch anthropologue, directeur de recherche au CNRS, il dirige l'UMR 6 578 Anthropologie : Adaptabilité biologique et culturelle (CNRS, Université de la Méditerranée) et le GDR 2 322 du CNRS, Anthropologie des représentations du corps (Marseille). Ses domaines de recherches concernent l'anthropologie biologique, l'anthropologie démographique, l'anthropologie coloniale et des représentations.

Dominic THOMAS

Dominic THOMAS

Dominic Thomas, directeur du département d’études françaises et francophones de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), est spécialiste des politiques d’échanges culturels entre l’Afrique et la France et des questions d’immigration et de racisme en Europe. Il a notamment publié La France noire (avec Pascal Blanchard, La Découverte, 2011) et Africa and France : Postcolonial Cultures, Migration, and Racism (Indiana University Press, 2013).

Christelle TARAUD

Christelle TARAUD
Christelle Taraud est historienne, enseignante dans les programmes parisiens de Columbia University et de New York University et membre associé du Centre d’histoire du XIXe siècle des Universités Paris I et Paris IV. Spécialiste des questions de genre et de sexualité(s) dans les espaces coloniaux, tout particulièrement au Maghreb, elle a notamment publié La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962) (Payot, 2009 [2003]), Mauresques. Femmes orientales dans la photographie coloniale (1860-1910) (Albin Michel, 2003) et « Amour interdit ». Prostitution, marginalité et colonialisme. Maghreb (1830-1962) (Payot, 2012).

Extraits presse

Cet ouvrage présente un travail inédit d'un point de vue historique, géographique et iconographique.

01/08/2018 - Sandrine Trouvelot - Géo

 

Avec le livre-somme «Sexe, race et colonies », 97 chercheurs dévoilent un pan méconnu de six siècles de domination occidentale, où la conquête des territoires passe également par la possession des corps.

22/09/2018 - Sonya Faure - Libération

 

Bien sûr qu'il faut montrer ces images ; non, la matérialité de l'image, sa force d'interpellation, ne peuvent pas être réduites à leur équivalent verbal. Lire la description d'images de violence, ou d'images sexuelles, est une expérience différente de celle de les regarder et d'affronter le trouble que suscite toujours la représentation du corps. C'est dire aussi que l'image est, comme disait Jean-Luc Godard, « juste une image », que la représentation du réel n'est pas le réel, quand bien même l'actuelle production surabondante d'images tendrait à le faire oublier. L’exhibition du corps nu peut être une violence, résulter d'une violence, témoigner d'une violence systématique ; la considérer comme une souillure de la personne photographiée, cela revient à faire sien le regard du colon.

01/11/2018 - Laurent Perez - Art press

 

Les normes productives de représentation des corps et de la nudité forment l’enjeu majeur de cette recherche magistrale. S’il ne se présente pas ainsi, l’ouvrage est par ailleurs un témoignage utile et critique de l’histoire des mentalités occidentales et françaises en particulier. Enfin, chacun observera que si nous avons changé d’époque, la domination des corps sur notre planète reste d’une actualité criante. D’où l’intérêt de réfléchir et de coucher sur le papier images et textes de ce passé peu reluisant enfoui dans nos mémoires collectives mais dont la traçabilité mérite d’être contée et discutée. Et de poursuivre l’étude et le débat d’idée sur ces sujets hautement sensibles non pour les banaliser mais pour mieux connaître notre humanité dans ses interactions, même les plus outrancières.

23/10/2018 - François Guillemot - Guerillera

 

Vidéos






 

Table des matières

Préface
Introducion générale
I / Fascinations (1420-1830)

Les corps de l'« Autre ». Les représentations des Africains et des Amérindiens
De la désirabilité de l'« Autre » à la hantise du métissage
L'iconographie sexuelle des « sauvages » et la passion exotique et érotique
Possessions et érotisation violentes des femmes esclaves
II / Dominations (1830-1920)
Disposer des corps : contrôler, surveiller et punir
Économie politique de la sexualité coloniale et raciale
La lente fabrication des stéréotypes de l'Orientale et de l'Oriental
Hygiène coloniale, sexualité et métissage
Érotisme colonial et « goût de l'Autre »
III / Décolonisations (1920-1970)
Spectacles ethnographiques, pornographie exotique et propagande coloniale
Fascinations et répulsions pour le corps noir
Sexualité, couple et mariages interraciaux dans le colonial tardif
Violences sexuelles au temps des décolonisations
IV / Métissages (depuis 1970)
Métissage et métis : sexualité, sociabilité et politique de l'identité
Mondialisation, immigration et nouvelle identité : libérer le regard
Les nouveaux territoires de la sexualité postcoloniale
Reconstruire l'«Autre »corps : émancipation et création contemporaine
Postface
Annexes

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites