Nouveautés
Prendre la route - Matthew B. Crawford
La Commune au présent - Ludivine Bantigny
Basculements - Jérôme Baschet

Plus de nouveautés

[Tweet du jour]

Pour en savoir plus

[Tweet du jour]

[ACTUALITÉ] Disparation de Philippe Jaccottet

Nous apprenons avec grande tristesse la mort de l’écrivain et poète Philippe Jaccottet.
 
Immense poète, il était aussi un très grand traducteur. En 1982, nous avions publié sa superbe traduction versifiée de L’Odyssée d’Homère, désormais considérée comme l’édition de référence.

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Disparation de Philippe Jaccottet

[ACTUALITÉ] L’émancipation par la socioanalyse

Dans son nouvel ouvrage Se ressaisir, la sociologue Rose-Marie Lagrave livre une enquête autobiographique : en ressaisissant son propre parcours, elle interroge les rapports de classes sociales, au prisme des études de genre. Loin de l’ego histoire, elle « renoue avec l’ambition des Mémoires tels que les envisageait le XIXème siècle, où l’auteur était capable de relier le Moi, le Monde et l’Histoire en se ressaisissant » écrit Tiphaine Samoyault dans l’Obs.

À travers ce travail de documentation de soi, Clyde Marlo Plumauzille estime dans Libération que « la lecture de cet ouvrage est de celles qui provoquent des déplacements de perspectives sur ce qui fait les cheminements de nos vies et les conditions de possibilité de s’écarter des sentiers tout tracés ». Si le personnel est toujours politique, ce livre invite alors à imaginer de nouvelles formes d’émancipation par la socioanalyse : se ressaisir, c’est acquérir un pouvoir d’agir, commun aux transfuges de classe et aux féministes, permettant de critiquer les hiérarchies sociales et de les transgresser.

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] L’émancipation par la socioanalyse

[ACTUALITÉ] Explorer de nouvelles formes de survie

En 2017, Bruno Latour publiait Où atterrir ? un essai consacré au grand désarroi né de la mutation climatique. Une pandémie plus tard, dans Où suis-je ?, « il prépare la piste d’atterrissage : entamer la transition écologique, c’est être capable de se localiser sur terre, en étant lié au reste du monde vivant », nous disent Nicolas Celnik et Thibaut Sardier dans Libération.

Paru le 21 janvier dernier, ce nouvel ouvrage est déjà un phénomène. Troisième des ventes parmi les essais du moment, il nous appelle pouvons-nous lire dans Le Monde « à une nouvelle conception de l’émancipation ». Des idées qui rencontrent un succès, on peut s’en réjouir, mais, surtout, qui nous obligent à prendre la mesure de la crise écologique.

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Explorer de nouvelles formes de survie

[ACTUALITÉ] Une réflexion sur l’organisation du travail moderne

Comment est organisé le travail des facteurs ? Dans son nouveau livre Le caché de La Poste, le sociologue Nicolas Jounin s’intéresse aux rouages de la machine qui prescrit le travail des facteurs. À travers cette enquête immergée, il dévoile le malaise qui règne au sein de l’entreprise et propose ainsi, écrit La Croix, « un récit engagé sur le partage d’expériences et le processus de production dans l’entreprise ».

Par cette plongée dans l’organisation du travail, Nicolas Jounin déconstruit le recours théorique à la science pour justifier le calibrage du travail. Les facteurs ont ainsi beaucoup à nous dire « si on les écoutait au lieu de les mesurer à l’aune de mystérieuses cadences que personne ne peut justifier » conclut Le Monde.

À lire également, une interview du sociologue dans le journal Libération

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Une réflexion sur l’organisation du travail moderne

[ACTUALITÉ] Préserver la biodiversité comme meilleur antidote aux épidémies

La journaliste Marie-Monique Robin, notamment lauréate du prix Albert Londres, publie sa nouvelle enquête La fabrique des pandémies dans laquelle elle parvient à mettre en évidence les liens entre destruction de la biodiversité et les « épidémies de pandémies ».

À cette occasion, Paris Match s’est entretenu avec elle, aux côtés de l’actrice Juliette Binoche. Elle a pu y détailler les conséquences de l’effondrement des écosystèmes sur la « santé planétaire ».

Elle était également dans l'émission C à vous diffusée sur France 5 ! 

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Préserver la biodiversité comme meilleur antidote aux épidémies

[ACTUALITÉ] Un silence personnel, familial et sociétal

L’historien Benjamin Stora, auteur notamment de La gangrène et l’oubli, a remis au Président de la République fin janvier un rapport sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie ». Mais la réconciliation demandera encore du temps tant les répercussions et la violence ont été marquantes.

Dans son ouvrage Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? l’historienne Raphaëlle Branche revient sur la transmission ou le silence autour de cette guerre qui ne disait pas son nom au sein des familles de combattants. Elle « lève enfin le voile sur la façon dont le silence s’est installé autour de ce qu’ils ont vécu, un silence personnel, mais aussi familial et sociétal », estime Nathalie Funès dans l’Obs. À partir de témoignages et d’archives inédits, Raphaëlle Branche éclaire ainsi d’un jour nouveau la question de la place de la guerre d’Algérie dans la société. 

À lire ou relire les interviews qu’elle a données à la suite du rapport de Benjamin Stora à L’Express et Télérama.

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Un silence personnel, familial et sociétal

[ACTUALITÉ] Une poétique de la politique

Dix ans après la disparition de l’écrivain Édouard Glissant, paraissent ses Manifestes co-écrits avec Patrick Chamoiseau. Six textes rassemblés pour la première fois qui fondent un imaginaire politique et poétique qui nous manque, ouvrant une voie nouvelle.

Edwy Plenel écrit dans la postface, parue dans Mediapart, « qu’ Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau n’ont cessé d’inventer une poétique de la politique. Une politique qui soit d’horizon et d’échappée, plutôt que d’assignation et de repli ». Aliocha Wald Lasowski dans l’Humanité estime également que « les écrits de Glissant construisent une pensée de l’émancipation et de l’ouverture au monde, dans la résistance aux violences et aux dominations, pour aujourd’hui comme pour demain ».

Des textes intenses et actuels, libres et inspirants, à retrouver en librairie.

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Une poétique de la politique

[ACTUALITÉ] Des patients oubliés récompensés

Luc Perino est le lauréat du prix La science se livre pour son ouvrage Patients zéro !

Un livre qui rend hommage aux patients et aux malades qui ont fait avancer la science. Car si l’Histoire célèbre les victoires que les médecins ont remportées sur les maladies, elle néglige souvent les patients dont les troubles, les souffrances ou les plaintes ont inauguré de nouveaux diagnostics, remis en cause certaines théories médicales ou ouvert des perspectives thérapeutiques inédites.

En racontant 19 histoires de patients oubliés, Luc Perino nous offre une autre histoire de la médecine et livre un plaidoyer pour une médecine humaniste, dans laquelle la relation médecin-patient demeure centrale.

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Réinventer notre système de santé

Jean-Paul Gaudillière, Caroline Izambert et Pierre André Juven signent le livre Pandémopolitique où ils proposent de « méticuleusement observer la santé afin de mieux la réinventer ensemble » d’après France Culture.

Les trois auteurs ont en effet été invités dans l’émission « La suite dans les idées ».  Caroline Izambert s’est exprimée au sujet de la campagne de vaccination sur Mediapart.fr. Dans la Midinale de Regards, elle a affirmé que « Les épidémies appuient sur des inégalités préexistantes dans les sociétés. »

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Moderniser, uniformiser, détruire

L'oeil de l'État écrit par James C. Scott est une recherche foisonnante où il démonte les logiques bureaucratiques et scientifiques au fondement de ces projets « haut-modernistes », poussant à toujours plus de lisibilité et de contrôle sur la nature et les sociétés humaines. Livres Hebdo considère que c'est un livre qui « donnera toujours aux « décroissants » comme à tout libre-penseur du grain à moudre. »

« L’érudition alliée à une modestie et une précision rares, les hypothèses détonantes, le style enlevé et une démarche archéologique à tendance anarchiste ébranlant l’idée que les formes sociales et politiques dans lesquelles nous vivons aujourd’hui seraient l’aboutissement logique et bénéfique d’un développement séculaire sont en effet au rendez-vous de cet ouvrage » écrit Joseph Confavreux pour Médiapart

James C. Scott a été invité sur France Culture dans l'émission « La Grande Table ».

 

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] Moderniser, uniformiser, détruire

[ACTUALITÉ] La face cachée des écoles de commerce

« Maurice Midena a mené une enquête, Entrez rêveurs, sortez manageurs. Formation et formatage en école de commerce, pour comprendre le processus de « métamorphose » des étudiants au sein des écoles. Etant lui-même passé par l’école de commerce de Nantes entre 2013 et 2015, il noue récit personnel et témoignages d’anciens élèves pour décrire la manière dont « l’idéologie néolibérale imprègne les cellules grises des étudiants les plus brillants avant de se répandre dans les plus hautes sphères du pays » écrit Nicolas Celnik dans Libération

En utilisant comme titre ce slogan, dont le cynisme a été raillé sur les réseaux sociaux, ce livre dit beaucoup du processus de formation des étudiants passés par ces grandes écoles de commerce : la conversion de bons élèves, consacrés par le système scolaire, aux impératifs de l’entreprise.

L'auteur a été invité par Le Media pour un entretien filmé et dans le podcast "Le Quart-d'Heure".

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] « La part rêvée », le nouveau livre de B. Lahire

« Le sociologue Bernard Lahire poursuit son enquête sur nos vies ensommeillées et montre que les songes, certes spécifiques à chacun, sont aussi liés à la trajectoire sociale du rêveur » Libération

En s’emparant, avec virtuosité, d’un objet traditionnellement considéré comme hors du champ de la sociologie, Bernard Lahire ne se contente pas de défaire un peu plus le mythe d’une intériorité préservée de toute influence sociale ; il nous donne les moyens d’accéder avec une plus grande lucidité à la part rêvée de nos existences. 

« Au fil d’entretiens avec leurs auteurs, ces patchworks insaisissables déploient peu à peu une cohérence, s’éclairent et font sens. Et le moindre de leurs détails […] s’accorde et résonne avec la vie présente et passée des rêveurs, leurs préoccupations. Tel est le tour de force qu’accomplit le sociologue Bernard Lahire dans La Part rêvée avec, parfois, une trompeuse impression de, facilité tant l’évidence s’impose, une fois leur sens ainsi décrypté. » écrit V. Radier dans l’Obs. 

L’auteur a aussi été invité sur France Culture dans l’émission « La suite dans les idées »

Pour en savoir plus

[ACTUALITÉ] « La part rêvée », le nouveau livre de B. Lahire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites