Escadrons de la mort, l'école française - Marie-Monique Robin

Escadrons de la mort, l'école française

Marie-Monique Robin

Dans les années 1970 et 1980, les dictatures militaires du Cône sud de l’Amérique latine ont férocement réprimé leurs opposants, utilisant à grande échelle les techniques de la « guerre sale » (rafles, torture, exécutions, escadrons de la mort…). C’est en enquêtant sur l’organisation transnationale dont s’étaient dotées ces dictatures — le fameux « Plan Condor » — que Marie-Monique Robin a découvert le rôle majeur joué secrètement par des militaires français dans la formation à ces méthodes de leurs homologues latino-américains. Dès la fin des années 1950, les méthodes de la « Bataille d’Alger » sont enseignées à l’École supérieure de guerre de Paris, puis en Argentine, où s’installe une « mission militaire permanente française » constituée d’anciens d’Algérie. De même, en 1960, des experts français en lutte antisubversive, dont le général Paul Aussaresses, formeront les officiers américains aux techniques de la « guerre moderne », qu’ils applique-ront au Sud-Viêtnam.
Des dessous encore méconnus des guerres françaises en Indochine et en Algérie, jusqu’à la collaboration politique secrète établie par le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing avec les dictatures de Pinochet et de Videla, ce livre — fruit d’une enquête de deux ans, en Amérique latine et en Europe — dévoile une page occulte de l’histoire de France, où se croisent aussi des anciens de l’OAS, des fascistes européens ou des « moines soldats » agissant pour le compte de l’organisation intégriste la Cité catholique…

Version papier : 13,80 €
Version numérique : 13,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Essais n°268
Parution : 12/03/2015
Format : EPub
ISBN papier : 9782707153494 ISBN numérique: 9782707186683

Marie-Monique Robin

Marie-Monique Robin

Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice, est lauréate du prix Albert-Londres (1995). Elle a réalisé de nombreux documentaires et est l’autrice de plusieurs ouvrages, dont Notre poison quotidien, Sacrée croissance ! et La Fabrique des pandémies.

Table des matières

I. De l'Indochine à l'Algérie, la naissance de la doctrine française
1. Garder l'empire à tout prix
«
Notre si chère Algérie »
L'épopée indochinoise du colonel Lacheroy
L'option militaire du colonialisme français
L'empire français menacé en Indochine
Le choix des armes
2. En Indochine, l'invention de la « guerre moderne »
« Guérilla contre guérilla »
Les intuitions du colonel Trinquier
Le désarroi du capitaine Léger
Un « ennemi étonnant »
Une « guerre pourrie »
3. Guerre froide et guerre révolutionnaire
Les « militaires révolutionnaires »
La hantise de la « cinquième colonne »
Lacheroy, théoricien de la « guerre révolutionnaire »
Le « scénario type » de la guerre subversive
« Réduire au silence l'ennemi intérieur »
4. De la Résistance à la « guerre sale »
Les secrets du général Aussaresses
De l'esprit des «Jedburgh» au « 11e Choc »
La « guerre psychologique »
La « guerre moderne » du colonel Trinquier
Les méthodes de la « guerre sale »
L'humiliante défaite de Diên Biên Phu
L'obsession anticommuniste
5. Des « Viêts » aux « fellouzes » : la guerre contre-révolutionnaire
Un « officier de caractère »
Colonisation et racisme ordinaire
L'insurrection des « hors la loi »
L'influence des « officiers malades de l'Indochine »
La guerre contre-révolutionnaire
Les débuts de l'« action psychologique »
L'état-major revendique des « méthodes nouvelles »
6. Une justice taillée sur mesure, ou vers une législation d'exception
Paul Aussaresses, le « nettoyeur »
Philipville, ou l'embryon d'un système
La primauté absolue du renseignement
Vers une législation d'exception
Les ultras d'Algérie prennent le relais
L'engrenage du terrorisme
Le « coup dans le dos » de l'expédition de Suez
7. La bataille d'Alger : le pouvoir civil abdique
Yacef Saâdi, acteur et producteur de... La Bataille d'Alger
Une législation taillée sur mesure
Les rafles, ou les « arrestations groupées » du commandant Aussaresses
L'interrogatoire et les « méthodes bien connues »
Les centres de détention clandestins
8. Le modèle de la guerre antisubversive
Escadrons de la mort et disparitions
Camouflages
Le « dispositif de protection urbaine » du colonel Trinquier
La création des 5es bureaux
Les bleus de chauffe du capitaine Léger
Un modèle reproduit dans toute l'Algérie
9. La torture : l'arme de guerre antisubversive
La torture dans la bataille d'Alger
« Nos lois actuelles sont inadaptées au terrorisme »
L'argument de l'efficacité
L'institutionnalisation de la torture
La consécration de la torture comme une arme de guerre
Des moyens pour les professionnels de la torture
Le Centre d'entraînement à la guerre subversive de Bigeard
10. Coup d'État et guerre totale
Le coup de force de l'armée
Le général De Gaulle prend le pouvoir
L'élaboration d'un modèle dictatorial
La guerre totale
Les hélicoptères de combat de Bigeard
Les milliers de victimes de la « bleuite »
Les adeptes de l'action psychologique se radicalisent
Janvier 1960 : les « barricades » d' Alger
11. Le lobby national-catholique
Georges Grasse, le « moine-soldat » de la Cité catholique
Jean Ousset, le « grand chef d'orchestre » de la contre-révolution
L'armée, « terrain de prédilection » de la Cité catholique
La Cité catholique justifie l'usage de la torture en Algérie
La croisade anticommuniste de Georges Sauge
Les deux mamelles de la « doctrine française »
12. Un produit « made in France »
Un général argentin à Paris
Les débuts de la transmission internationale
La greffe argentine
Les assesseurs militaires français s'installent à Buenos Aires
Mercenaires au Zaïre, à la demande de Pierre Messmer
Les États-Unis réclament des « spécialistes »
13. Le putsch d'Alger et l'OAS : les meilleurs élèves
« Prêt à tuer à nouveau... »
Le putsch du 21 avril 1961
L'OAS : un modèle contre-révolutionnaire
Les commandos Delta : le prototype des escadrons de la mort
Un exemple pour l'extrême droite internationale
La fuite protégée des membres de l'OAS
L'amnistie légitime les crimes
II. L'exportation vers les Amériques
14. La greffe française en Argentine

Une doctrine « néfaste et perverse »
Le « coup d'État funeste » de 1930
L'irrésistible ascension du général Perón
Robert Bentresque, le « technicien de la guerre antisubversive »
Les premières applications argentines de la doctrine française
Le premier cours interaméricain de guerre contre-révolutionnaire
L'élaboration du modèle dictatorial
Un manuel pour préparer la « guerre sainte »
15. Le glaive et le goupillon
Mgr Lefebvre en Argentine
Georges Grasset, l'introuvable « moine-soldat »
La vieille complicité des extrêmes droites française et argentine
« La croix et l'épée »
Le « syndicat des condamnés à mort »
Le colonel Gardes et l'École de mécanique de la marine
La Ciudad católica prend le pouvoir
La Bataille d'Alger et l'enseignement de la torture
16. La doctrine française est exportée aux États-Unis
D'Aussaresses à ... Ben Laden
La guerre psychologique de l'OSS
La route vers « Fort Bragg »
Bernard Fall, l'expert français des États-Unis
Les enseignements d'Aussaresses à Fort Bragg
L'« opération Phénix », une copie de la bataille d'Alger
17. L'heure des centurions
Les émules de Lartéguy
La doctrine de la sécurité nationale
Kennedy, l'apôtre de la guerre contre-révolutionnaire
La diffusion massive de la doctrine contre-révolutionnaire
Les « constructeurs de la nation »
L'École des Amériques
Les manuels d'instruction de la CIA
Le renseignement et la torture
Le nid des escadrons de la mort
De « nouveaux besoins » ?
18. Les États de sécurité nationale
Aussaresses et les escadrons de la mort du Brésil
Le centre d'instruction de Manaus
Le « fascisme colonial » ou la « version créole du fascisme européen »
Coup d'État annoncé au Chili
La « quintessence de la sécurité nationale »
La DINA chilienne, une police politique sur le « modèle français »
Chili, 2003 : rencontre avec un chef tortionnaire
Un service très efficace
19. Chronique d'un coup d'État programmé
La « variante argentine de la sécurité nationale »
Révoltes populaires et groupes révolutionnaires
Le massacre d'Ezeiza et le retour de Perón
López Rega et l'Internationale noire
La guerre de la « Triple A »
L'« opération Indépendance »
Le banc d'essai de la guerre sale
La DINA collabore avec la « Triple A »
L'« opération Colombo »
20. La bataille d'Argentine
« Une copie de la bataille d'Alger »
Le « processus de réorganisation nationale »
« Nous tuerons tous les indifférents et les indécis »
La mission militaire française : « muets comme des tombes »
« La rédemption par le sang »
21. La confession
« La fin justifie les moyens »
Rencontre avec un fasciste tortionnaire
« Un triste privilège argentin »
Harguindéguy, l'homme fort de la junte
« Les disparus furent une erreur »
Michel Poniatowski : un ami fidèle de la dictature
L'affaire du colonel Le Guen
22. L'École de mécanique de la marine : le « modèle » contre-révolutionnaire
Alfredo Ortiz et le système boîteux
L'enfer de « Selenio »
Le GT 3332 : une copie fidèle du modèle français
Les vols de la mort
« El Tigre » et son « maître français »
Le boîteux de l'OAS - Le « Centro piloto » de Paris
Massera rencontre Valéry Giscard d'Estaing
La guerre des Malouines, ou la débandade des spécialistes de la guerre subversive
23. L'« Opération Condor » et l'Internationale noire
Les archives d'Arancibia Clavel
La première collaboration des polices secrètes
Les « archives de la terreur »
Les prémices de l'Opération Condor
Une « multinationale de la répression »
La complicité tacite des États-Unis
L'Internationale noire
Le vol du Condor
Condor frappe à Paris
La « bombe » du général Contreras
La chasse aux gauchistes
L'Argentine exporte les techniques de la bataille d'Alger
Conclusion : l'histoire continue...
De la reconnaissance au déni de la réalité
La « doctrine française » au coeur du génocide rwandais
Les guerres sales d'Irlande, de Bosnie et de Tchétchénie
De Guantanamo à la guerre d'Irak
La « sale guerre » des généraux algériens des années 1990
Le pays des droits de l'homme
Notes
Index.