Escadrons de la mort, l'école française

Marie-Monique ROBIN

Dans les années 1970 et 1980, les dictatures militaires du Cône sud de l’Amérique latine ont férocement réprimé leurs opposants, utilisant à grande échelle les techniques de la « guerre sale » (rafles, torture, exécutions, escadrons de la mort…). C’est en enquêtant sur l’organisation transnationale dont s’étaient dotées ces dictatures — le fameux « Plan Condor » — que Marie-Monique Robin a découvert le rôle majeur joué secrètement par des militaires français dans la formation à ces méthodes de leurs homologues latino-américains. Dès la fin des années 1950, les méthodes de la « Bataille d’Alger » sont enseignées à l’École supérieure de guerre de Paris, puis en Argentine, où s’installe une « mission militaire permanente française » constituée d’anciens d’Algérie. De même, en 1960, des experts français en lutte antisubversive, dont le général Paul Aussaresses, formeront les officiers américains aux techniques de la « guerre moderne », qu’ils applique-ront au Sud-Viêtnam.
Des dessous encore méconnus des guerres françaises en Indochine et en Algérie, jusqu’à la collaboration politique secrète établie par le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing avec les dictatures de Pinochet et de Videla, ce livre — fruit d’une enquête de deux ans, en Amérique latine et en Europe — dévoile une page occulte de l’histoire de France, où se croisent aussi des anciens de l’OAS, des fascistes européens ou des « moines soldats » agissant pour le compte de l’organisation intégriste la Cité catholique…

Version papier : 13,80 €
Version numérique : 12,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Essais n°268
Parution : février 2008
ISBN : 9782707153494
Nb de pages : 462
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché
ISBN numérique : 9782707186683
Format : EPUB

Marie-Monique ROBIN

Marie-Monique ROBIN

Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice, est lauréate du Prix Albert-Londres (1995). Elle a réalisé de nombreux documentaires couronnés par une trentaine de prix internationaux et reportages tournés en Amérique latine, Afrique, Europe et Asie. Elle est aussi l’auteure de plusieurs ouvrages, dont Voleurs d’organes, enquête sur un trafic (Bayard), Les 100 photos du siècle (Le Chêne/Taschen), Le Sixième Sens, science et paranormal (Le Chêne), 100 photos du XXIe siècle (La Martinière). À La Découverte, elle a déjà publié : Escadrons de la mort, l’école française (2004, 2008), L’École du soupçon (2006) et, en coédition avec Arte-Éditions, le best-seller Le Monde selon Monsanto (2008, 2009), Notre poison quotidien (2011) et Les Moissons du futur (2013) et Sacrée Croissance ! (2015).

Extraits presse

« L'ouvrage, sans langue de bois ni jugement a posteriori, se lit aisément, comme une belle démonstration de ce que le journalisme d'investigation peut exhumer, et révèle - à notre époque de "mort des idéologies" - le poids et les héritages de ces dernières. »
PARUTIONS.COM

« Le grand mérite de cet ouvrage est d'ouvrir enfin les placards nauséabonds de la République. »
NOUVELLE VIE OUVRIÈRE

« [Cet ouvrage] met l'accent sur une autre source d'inspiration des fascistes sud-américains, celle issue des guerres coloniales menées par les gouvernements de notre pays, Indochine et Algérie essentiellement, lorsque l'armée française théorisa sur le concept de "guerre psychologique" pour en dégager les méthodes mises en oeuvre lors de la bataille d'Alger, notamment. »
L'HUMANITÉ

« Les "maîtres français" de la guerre subversive ont enseigné leur théorie et sa pratique dans les écoles militaires des Etats-Unis et d'Amérique latine. [...] La "Bataille d'Alger" est restée le modèle de référence des tortionnaires de l'armée et des services secrets américains jusqu'en Afghanistan et en Irak. Un livre terrifiant. »
LE NOUVEL OBSERVATEUR

« Le travail de Marie-Monique Robin ne peut [...] se réduire à la reconstitution d'une atroce page d'histoire. On y lit aussi comment l'abdication des institutions démocratiques devant une politique dictée par la peur (celle du communisme hier, du terrorisme aujourd'hui) a pu, et peut enconre conduire à l'horreur. »
TÉLÉRAMA

« Dans une solide enquête, Marie-Monique Robin retrace l'histoire de cette "doctrine française" et de ses développements peu connus en... Amérique latine. À travers des noms familiers ou non [...], elle raconte comment nombre d'officiers ont pu passer sans (ou avec) états d'âme de la Résistance à la "guerre sale". »
LE MONDE DIPLOMATIQUE

« Marie-Monique Robin s'attache avec brio à expliquer l'exportation, vers l'Amérique du Sud (Argentine, Chili) et vers les USA (où les militaires étaient avides de techniques de guerre antisubversive), des méthodes de la guerre révolutionnaire. »
OUEST FRANCE

« Dans un livre fort, émaillé d'entretiens exclusifs avec les protagonistes les plus sinistres de ce drame, la journaliste de Canal+, Marie-Monique Robin, démontre que les régimes militaires qui ont brutalisé le continent latino-américain étaient tous des élèves appliqués d'une "école française" de la lutte antisubversive. [...] Ce livre fait voler en éclat les incantations et les justifications. »
ENJEUX INTERNATIONAUX

« L'enquête de Marie-Monique Robin sur les origines du "Plan Condor" par lequel, dans les années 1970, les dictateurs d'Amérique du Sud ont coopéré pour assassiner leurs opposants, dépasse de loin l'histoire de ce continent. Son livre et son film Escadrons de la mort, l'école française nous apportent aussi des éléements précis sur l'émergence au sein de l'armée française, à la fin de la guerre d'Indochine, d'une doctrine de guerre antisubversive impliquant notamment la torture, sur sa mise en pratique en Algérie et son exportation ensuite vers les États-Unis et l'Amérique du Sud. »
HOMMES & LIBERTÉS

« Nous sommes là en présence d'un gros travail d'enquête, retraçant l'influence des militaires et de l'extrême droite française auprès des dictatures américaines dans les années 1960-1980. [...] À travers des témoignages, des interview, nous croisons des anciens de l'OAS, des fascistes européens, des "moines-soldats", nous pénétrons dans les arcanes des relations secrètes entre la France et l'Amérique latine. Cela donne le frisson, cela donne aussi à réfléchir en ces temps où le retour à un tout sécuritaire, au nom de la lutte contre le terrorisme, va bon train. »
DAMOCLÈS

« M.-M. Robin, titulaire d'un prix Albert Londres pour son enquête sur les trafiquants d'organes, livre ici le résultat de deux années de recherches, de lectures, d'enquêtes et d'interviews; le moins que l'on puisse dire, c'est que ce résultat est édifiant. Le livre commence par une description assez saisissante d'une commémoration de l'Algérie française et de ses défenseurs: on y croise le gratin de l'Algérie française et du nationalisme-IVè république. Dès ces premières pages, il n'y a guère d'ambiguïtés sur les discours qui seront tenus, et les personnalités qui les tiennent: nous sommes dans ce "sombre continent" des guerres et des idéologies. De l'Indochine à l'Argentine, M.-M. Robin se penche avec attention sur l'évolution d'une doctrine politico-stratégique dont l'influence sur le XXè siècle est indiscutable. Au final, voilà une enquête bien menée (interviews de différents acteurs français et étrangers, de divers "camps", biographies diverses) qui manque parfois d'archives (mais ce manque est compensé par l'utilisation de quelques travaux universitaires importants comme ceux de Paul et Marie-Catherine Villatoux ou de Gabriel Périès). L'ouvrage, sans langue de bois ni jugement a posteriori, se lit aisément, comme une belle démonstration de ce que le journalisme d'investigation peut exhumer, et révèle - à notre époque de "mort des idéologies" - le poids et les héritages de ces derniers. »
PARUTIONS.COM

PRESSE

 

Table des matières

I / De l'Indochine à l'Algérie, la naissance de la doctrine française - 1. Garder l'empire à tout prix - « Notre si chère Algérie » - L'épopée indochinoise du colonel Lacheroy - L'option militaire du colonialisme français - L'empire français menacé en Indochine - Le choix des armes - 2. En Indochine, l'invention de la « guerre moderne » - « Guérilla contre guérilla » - Les intuitions du colonel Trinquier - Le désarroi du capitaine Léger - Un « ennemi étonnant » - Une « guerre pourrie » - 3. Guerre froide et guerre révolutionnaire - Les « militaires révolutionnaires » - La hantise de la « cinquième colonne » - Lacheroy, théoricien de la « guerre révolutionnaire » - Le « scénario type » de la guerre subversive - « Réduire au silence l'ennemi intérieur » - 4. De la Résistance à la « guerre sale » - Les secrets du général Aussaresses - De l'esprit des « Jedburgh » au « 11e Choc » - La « guerre psychologique » - La « guerre moderne » du colonel Trinquier - Les méthodes de la « guerre sale » - L'humiliante défaite de Diên Biên Phu - L'obsession anticommuniste - 5. Des « Viêts » aux « fellouzes » : la guerre contre-révolutionnaire - Un « officier de caractère » - Colonisation et racisme ordinaire - L'insurrection des « hors la loi » - L'influence des « officiers malades de l'Indochine » - La guerre contre-révolutionnaire - Les débuts de l'« action psychologique » - L'état-major revendique des « méthodes nouvelles » - 6. Une justice taillée sur mesure, ou vers une législation d'exception - Paul Aussaresses, le « nettoyeur » - Philipville, ou l'embryon d'un système - La primauté absolue du renseignement - Vers une législation d'exception - Les ultras d'Algérie prennent le relais - L'engrenage du terrorisme - Le « coup dans le dos » de l'expédition de Suez - 7. La bataille d'Alger : le pouvoir civil abdique - Yacef Saâdi, acteur et producteur de... La Bataille d'Alger - Une législation taillée sur mesure - Les rafles, ou les « arrestations groupées » du commandant Aussaresses - L'interrogatoire et les « méthodes bien connues » - Les centres de détention clandestins - 8. Le modèle de la guerre antisubversive - Escadrons de la mort et disparitions - Camouflages - Le « dispositif de protection urbaine » du colonel Trinquier - La création des 5es bureaux - Les bleus de chauffe du capitaine Léger - Un modèle reproduit dans toute l'Algérie - 9. La torture : l'arme de guerre antisubversive - La torture dans la bataille d'Alger - « Nos lois actuelles sont inadaptées au terrorisme » - L'argument de l'efficacité - L'institutionnalisation de la torture - La consécration de la torture comme une arme de guerre - Des moyens pour les professionnels de la torture - Le Centre d'entraînement à la guerre subversive de Bigeard - 10. Coup d'État et guerre totale - Le coup de force de l'armée - Le général De Gaulle prend le pouvoir - L'élaboration d'un modèle dictatorial - La guerre totale -Les hélicoptères de combat de Bigeard - Les milliers de victimes de la « bleuite » - Les adeptes de l'action psychologique se radicalisent - Janvier 1960 : les « barricades » d' Alger - 11. Le lobby national-catholique - Georges Grasse, le « moine-soldat » de la Cité catholique - Jean Ousset, le « grand chef d'orchestre » de la contre-révolution - L'armée, « terrain de prédilection » de la Cité catholique - La Cité catholique justifie l'usage de la torture en Algérie - La croisade anticommuniste de Georges Sauge - Les deux mamelles de la « doctrine française » - 12. Un produit « made in France » - Un général argentin à Paris - Les débuts de la transmission internationale - La greffe argentine - Les assesseurs militaires français s'installent à Buenos Aires - Mercenaires au Zaïre, à la demande de Pierre Messmer - Les États-Unis réclament des « spécialistes » - 13. Le putsch d'Alger et l'OAS : les meilleurs élèves - « Prêt à tuer à nouveau... » - Le putsch du 21 avril 1961 - L'OAS : un modèle contre-révolutionnaire - Les commandos Delta : le prototype des escadrons de la mort - Un exemple pour l'extrême droite internationale - La fuite protégée des membres de l'OAS - L'amnistie légitime les crimes - II / L'exportation vers les Amériques - 14. La greffe française en Argentine - Une doctrine « néfaste et perverse » - Le « coup d'État funeste » de 1930 - L'irrésistible ascension du général Perón - Robert Bentresque, le « technicien de la guerre antisubversive » - Les premières applications argentines de la doctrine française - Le premier cours interaméricain de guerre contre-révolutionnaire - L'élaboration du modèle dictatorial - Un manuel pour préparer la « guerre sainte » - 15. Le glaive et le goupillon - Mgr Lefebvre en Argentine - Georges Grasset, l'introuvable « moine-soldat » - La vieille complicité des extrêmes droites française et argentine - « La croix et l'épée » - Le « syndicat des condamnés à mort » - Le colonel Gardes et l'École de mécanique de la marine - La Ciudad católica prend le pouvoir - La Bataille d'Alger et l'enseignement de la torture - 16. La doctrine française est exportée aux États-Unis - D'Aussaresses à ... Ben Laden - La guerre psychologique de l'OSS - La route vers « Fort Bragg » - Bernard Fall, l'expert français des États-Unis - Les enseignements d'Aussaresses à Fort Bragg - L'« opération Phénix », une copie de la bataille d'Alger - 17. L'heure des centurions - Les émules de Lartéguy - La doctrine de la sécurité nationale - Kennedy, l'apôtre de la guerre contre-révolutionnaire - La diffusion massive de la doctrine contre-révolutionnaire - Les « constructeurs de la nation » - L'École des Amériques - Les manuels d'instruction de la CIA - Le renseignement et la torture - Le nid des escadrons de la mort - De « nouveaux besoins » ? - 18. Les États de sécurité nationale - Aussaresses et les escadrons de la mort du Brésil - Le centre d'instruction de Manaus - Le « fascisme colonial » ou la « version créole du fascisme européen » - Coup d'État annoncé au Chili - La « quintessence de la sécurité nationale » - La DINA chilienne, une police politique sur le « modèle français » - Chili, 2003 : rencontre avec un chef tortionnaire - Un service très efficace - 19. Chronique d'un coup d'État programmé - La « variante argentine de la sécurité nationale » - Révoltes populaires et groupes révolutionnaires - Le massacre d'Ezeiza et le retour de Perón - López Rega et l'Internationale noire - La guerre de la « Triple A » - L'« opération Indépendance » - Le banc d'essai de la guerre sale - La DINA collabore avec la « Triple A » - L'« opération Colombo » - 20. La bataille d'Argentine - « Une copie de la bataille d'Alger » - Le « processus de réorganisation nationale » - « Nous tuerons tous les indifférents et les indécis » - La mission militaire française : « muets comme des tombes » - « La rédemption par le sang ». 21. La confession - « La fin justifie les moyens » - Rencontre avec un fasciste tortionnaire - « Un triste privilège argentin » - Harguindéguy, l'homme fort de la junte - « Les disparus furent une erreur » - Michel Poniatowski : un ami fidèle de la dictature - L'affaire du colonel Le Guen - 22. L'École de mécanique de la marine : le « modèle » contre-révolutionnaire - Alfredo Ortiz et le système boîteux - L'enfer de « Selenio » - Le GT 3332 : une copie fidèle du modèle français - Les vols de la mort - « El Tigre » et son « maître français » - Le boîteux de l'OAS - Le « Centro piloto » de Paris - Massera rencontre Valéry Giscard d'Estaing - La guerre des Malouines, ou la débandade des spécialistes de la guerre subversive - 23. L'« Opération Condor » et l'Internationale noire - Les archives d'Arancibia Clavel - La première collaboration des polices secrètes - Les « archives de la terreur » - Les prémices de l'Opération Condor - Une « multinationale de la répression » - La complicité tacite des États-Unis - L'Internationale noire - Le vol du Condor - Condor frappe à Paris - La « bombe » du général Contreras - La chasse aux gauchistes - L'Argentine exporte les techniques de la bataille d'Alger - Conclusion : l'histoire continue... De la reconnaissance au déni de la réalité - La « doctrine française » au coeur du génocide rwandais - Les guerres sales d'Irlande, de Bosnie et de Tchétchénie - De Guantanamo à la guerre d'Irak - La « sale guerre » des généraux algériens des années 1990 - Le pays des droits de l'homme - Notes - Index.