Ce cauchemar qui n'en finit pas
Comment le néolibéralisme défait la démocratie

Pierre DARDOT, Christian LAVAL

Comment expliquer l’étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l’une des pires depuis 1929? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Au moment de son déclenchement, nombre d’économistes parmi les plus célèbres avaient hâtivement annoncé sa « mort ». Ils n’ont vu dans la poursuite des politiques néolibérales que le résultat d’un entêtement doctrinal.
Pour Pierre Dardot et Christian Laval, le néolibéralisme n’est pas qu’un simple dogme. Soutenu par des oligarchies puissantes, il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d’auto renforcement. Loin d’être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement d’une redoutable efficacité.
En montrant comment ce système s’est cristallisé et solidifié, le livre explique que le verrouillage néolibéral a réussi à entraver toute correction de trajectoire par la désactivation progressive de la démocratie. Accroissant le désarroi et la démobilisation, la gauche dite « gouvernementale » a contribué très activement au renforcement de la logique oligarchique. Ceci peut conduire à la sortie définitive de la démocratie au profit d’une gouvernance expertocratique soustraite à tout contrôle.
Pourtant, rien n’est encore joué. Le réveil de l’activité démocratique, que l’on voit se dessiner dans les mouvements et expérimentations politiques des dernières années, est le signe que l’affrontement politique avec le système néolibéral et le bloc oligarchique a déjà commencé.

Version papier : 13,50 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : mai 2016
ISBN : 9782707188526
Nb de pages : 252
Dimensions : 125 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707190406
Format : EPUB

Pierre DARDOT

Pierre DARDOT

Pierre Dardot est philosophe et chercheur à l'université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense.

Christian LAVAL

Christian LAVAL

Christian Laval est professeur de sociologie à l'université Paris-Ouest Nanterre-La Défense et a publiéL’Homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme (Gallimard, « NRF essais », 2007). Il est l'auteur, avec Pierre Dardot et El Mouhoub Mouhoud, de Sauver Marx ? Empire, multitude, travail immatériel (La Découverte, 2007). Depuis 2004, il anime avec Pierre Dardot, le groupe d’études et de recherche « Question Marx » qui entend contribuer au renouvellement de la pensée critique.

Extraits presse

Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, ouvrage de Pierre Dardot et de Christian Laval, déconstruit parfaitement cette rationalité instrumentale mondiale qui s’évertue à produire une « sortie de la démocratie », ou encore cette constitutionnalisation de droit privé qui fait des États les seuls garants du respect des règles de droit privé. L’ « évidemment » de la démocratie est en marche et s’appuie sur la crise, comme mode de gouvernement. L’ « auto-aggravation » de la crise est son meilleur moteur. L’État ne protège plus les populations mais le capital. Wendy Brown, rappellent les auteurs, a parlé de « dé-démocratisation consistant à vider la démocratie de sa substance sans la supprimer formellement ». Dans ce processus, la fabrication de la dette publique joue le rôle d’un véritable « nœud coulant ». Pourtant, nous savons depuis longtemps que le « rejet du fardeau » de la dette (en grec ancien, la seisachtheia) est un principe majeur dans l’émancipation des individus et des sociétés.

27/05/2016 - Cynthia Fleury - L'Humanité

 

Voilà un essai qui résonne singulièrement avec l’actualité la plus immédiate. « Nous écrivons ce livre avec un sentiment d’urgence », commencent les deux auteurs. L’urgence, c’est celle de l’accélération de la sortie de la démocratie et la nécessité de comprendre ce qui la rend possible. Reprenant leurs analyses développées en 2009 dans La nouvelle raison du monde, Dardot et Laval pensent le néolibéralisme non comme un ensemble de doctrines ou de politiques visant à affaiblir l’État, mais comme un système, une logique, une « raison-monde » qui s’impose à toutes les relations sociales. En concentrant la richesse dans les mains de quelques –uns, le néolibéralisme insécurise et discipline la population. Il fragmente la société et désactive la démocratie. C’est à partir de cette matrice de pensée que nos deux auteurs rendent compte du rôle que joue la crise comme mode de gouvernement.

03/06/2016 - Céline Mouzon - Alternatives Économiques

 

Les deux auteurs Pierre Dardot, philosophe, et Christian Laval, sociologue, n’en sont pas à leur premier ouvrage à quatre mains : quatre livres depuis 2007. Dans ce cinquième, ils se penchent au chevet du néolibéralisme et des rapports problématiques que cette doctrine entretient avec la démocratie. Dès le titre, le ton est donné en qualifiant de « cauchemar » les effets négatifs du néolibéralisme sur les sociétés contemporaines. Mais les auteurs ne s’arrêtent pas à ce constat amer, ils décortiquent plus précisément les antagonismes apparents entre les régimes démocratiques et les vues néolibérales. Selon eux, le néolibéralisme, tel qu’il est défini par Hayek, dévoie le mot « démocratie ». Dans son acception néolibérale, le terme désigne la participation des citoyens au choix de leurs dirigeants, mais non à l’exercice du pouvoir, telle que se définissait la démocratie antique. Ainsi, le néolibéralisme s’est peu à peu imposé non seulement comme un dogme économique, mais comme un système politico-institutionnel dont il est devenu presque impossible de sortir. Partant de là, les auteurs s’interrogent sur la résilience étonnante du néolibéralisme, capable de résister à bien des crises, dont la dernière, et non des moindres, celle de 2008, qui semblait pourtant avoir sonné le glas de pratiques financières opaques. Par petits chapitres, qui sont autant d’entailles dans le tronc du néolibéralisme, ils analysent les relations de la démocratie avec le système capitaliste, le fonctionnement de l’Union européenne, les outils de la dette, avant de conclure sur un chapitre plus prospectif sur les pistes que pourrait emprunter une société réellement démocratique. L’utilisation de mots qui peuvent sembler barbares, tels qu’« ordolibéralisme », « expertocratie » ou encore « dettocratie », ne doit pas rebuter le lecteur, tant la démonstration reste didactique et accessible. Si le constat d’une incompatibilité entre démocratie et néolibéralisme peut paraître amer, l’ouvrage se termine néanmoins sur des notes d’espoir pour l’avenir : des idées presque nouvelles qui nous viennent… de la Grèce antique.

25/05/2016 - Chloé Rébillard - Sciences Humaines

 

Pierre Dardot et Christian Laval montrent en quoi le néolibéralisme est le produit d’une volonté politique plus que d’un processus économique. Après La nouvelle raison du monde (2009) et Commun (2014), le tandem Pierre Dardot et Christian Laval nous propose une passionnante analyse du processus néolibéral. Dardot, le philosophe, et Laval, le sociologue, posent d’emblée cette question en forme de paradoxe : pourquoi après tant d’échecs, tant de crises – notamment celle de 2008 – et tant de ravages, le système néolibéral ne s’effondre-t-il pas de lui-même ? Ils avancent une réponse qui sert de fil conducteur à leur essai au titre sombre : Ce cauchemar qui n’en finit pas. C’est que, loin d’affaiblir le système, les crises au contraire le renforcent et le radicalisent, au point qu’elles deviennent un « mode de gouvernement ». Inutile par conséquent d’espérer la « crise finale » qui terrasserait le système. La solution ne réside pas dans un effondrement soudain de l’édifice, mais dans l’invention d’une véritable alternative.

16/06/2016 - Denis Sieffert - Politis

 

Table des matières

Introduction. En pire
1. Gouverner par la crise

Oligarchie contre démocratie
La radicalisation du néolibéralisme
La crise comme mode de gouvernement
La crise comme arme de guerre
2. Le projet néolibéral, un projet antidémocratique
Contre la « souveraineté du peuple »
La supériorité du droit privé sur le gouvernement et l’État
La « démarchie » ou la constitutionnalisation du droit privé
L’idée ordolibérale d’une « constitution économique »
3. Système néolibéral et capitalisme
Le système disciplinaire de la concurrence
Système néolibéral et « lois » du capital
Repousser toujours plus loin les frontières de l’appropriation de la nature
L’illimitation comme régime de la subjectivité
4. L’Union européenne ou l’Empire des normes
Le « projet européen » : du récit des origines à la réalité historique
La construction du grand marché
La gouvernance expertocratique de l’Union européenne
Le budget et la monnaie comme instruments de discipline
En quoi l’Union européenne est-elle « sociale » ?
5. Le nœud coulant de la dette
La dette comme outil de gouvernement
Une nouvelle conception de la « souveraineté »
Tous les moyens sont bons
Une logique de guerre politique
La « dettocratie » ou le pouvoir souverain des créanciers
Des sociétés asservies à la dette
6. Le bloc oligarchique néolibéral
Les acteurs de la radicalisation
La politique professionnelle et la domination néolibérale
La corruption systémique
L’âge du corporate power
L’osmose de la banque et de la haute administration
L’expertise économique et le modelage médiatique de la réalité
Le bloc oligarchique et la gauche de droite
Conclusion. La démocratie comme expérimentation du commun
Une crise historique de la gauche
L’expérience du commun contre l’expertocratie
La stratégie du bloc démocratique.

Droits étrangers

THIS NEVER-ENDING NIGHTMARE
How Neoliberalism Triumphed During the Crisis

How can you explain the insolent victory of the very forces responsible for the 2008 financial crisis, one of the worst since 1929? How do you explain that, in spite of the chaos it generated and the disasters yet to come from it, neoliberalism came out of the crisis stronger than ever? Dardot and Laval believe that neoliberalism is in no way a theory that in any way “faltered”: it is a veritable way of governing societies and moving them beyond democracy.
This book shows how the system has become stronger by explaining how neoliberalism locks us into a system where we are unable to self-correct our trajectory by deactivating the democratic process.

The authors of Commun see the resurgence of democratic political activity over the past few years as a sign that the political battle with the neoliberal system has already begun.


Pierre Dardot, is a philosopher and teacher, researching Marx and Hegel.
Christian Laval is a professor of sociology at University Paris-Ouest Nanterre-La Défense and the author of L’Homme économique (Gallimard, 2007).
Together, they published with La Découverte: Sauver Marx ? (2007), La Nouvelle Raison du monde (2009) and Commun (2014).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com