Intersectionnalité au travail

REVUE TRAVAIL, GENRE ET SOCIÉTÉS

Avec la pandémie de la Covid-19, la représentation de la hiérarchie sociale des métiers a été symboliquement ébranlée, puisque des activités et des services méprisés et dévalorisés comme les caissières, les aides à domicile, les aides-soignantes, les personnels de nettoyage se sont révélés être indispensables pour la survie de nos sociétés.
L’articulation des rapports sociaux permet de comprendre pourquoi ces travailleuses se trouvent reléguées au plus bas de la hiérarchie dans la division sexuée et raciale du travail. Cette position qu’elles subissent est parfois renversée par les femmes elles-mêmes pour dénoncer des conditions inhumaines d’exploitation du travail, le racisme et le sexisme, et revendiquer dignité et application de leurs droits. D’ordinaire frappées d’invisibilité, les travailleuses racisées comme leurs mobilisations marquent temporairement l’espace de leur présence. Élaboré aux États-Unis, à partir des années 1970, par des théoriciennes se revendiquant du « black feminism », le prisme de l’intersectionnalité a produit un profond renouvellement sociologique et historiographique dans les recherches anglo-saxonnes portant sur le travail et les migrations. En France, l’approche intersectionnelle a été importée, débattue et mise en pratique plus tardivement – à partir des années 2000 –, principalement autour de la question des migrantes, pour éclairer la situation de personnes « dominées » dans la division du travail.
L’enjeu de ce dossier est de mettre le concept d’intersectionnalité à l’épreuve du réel en proposant des contributions de différentes disciplines (histoire, sociologie, science politique) qui s’appuient sur des enquêtes ou des archives se rapportant à des terrains d’investigation variés allant de la France métropolitaine à la Réunion, en passant par Dubaï et les États-Unis. Il s’attache à aborder les processus de racialisation en tant que rapport de pouvoir à l’œuvre dans le monde du travail et la manière dont ils s’articulent avec les rapports sociaux de sexe et de classe, en particulier. En d’autres termes : comment les processus de racialisation segmentent- ils la main-d’œuvre et comment les personnes réagissent-elles à ces inégalités ? Il questionne également l’usage du concept pour aborder la position des dominant·e·s tandis qu’une nouvelle génération de chercheur·e·s analyse la blanchité comme un avantage structurel pour les classes supérieures. Enfin, dans une acception large du travail (productif, domestique, militant, etc.), il ambitionne également de montrer comment l’intersectionnalité est un concept critique qui peut renouveler les stratégies et modes d’organisation des mobilisations sociales.

Version papier : 25 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Travail, Genre et Sociétés
Parution : 12/11/2020
ISBN : 9782348065477
Nb de pages : 250
Dimensions : 160 * 240 mm

REVUE TRAVAIL, GENRE ET SOCIÉTÉS

Travail, genre et sociétés est une revue semestrielle à vocation pluridisciplinaire et européenne, créée par le groupement de recherche Marché du travail et genre en Europe (Mage - CNRS) et publiée sous la direction de Margaret Maruani.
Elle a pour vocation de confronter les points de vue de chercheurs (sociologues, économistes, juristes, historiens, etc.) sur les inégalités entre hommes et femmes au travail et, plus largement, sur la place des femmes dans la société.
La revue a été éditée par L'Harmattan (jusqu'en 2004) puis par Armand Colin (de 2005 à 2008).
Pour s'abonner à la revue, rendez-vous sur le site Cairn.info

Table des matières

Parcours
Maryse Dumas, une dirigeante syndicale aux côtés des femmes, par Fanny Gallot et Rachel Silvera
Dossier, coordonné par Fanny Gallot, Sophie Pochic et Djaouidah Séhili
Intersectionnalité au travail
Introduction L’intersectionnalité au travail : articuler les rapports sociaux de classe, de race et de sexe, par Fanny Gallot, Sophie Pochic et Djaouidah Séhili, Camille Noûs
Domesticité blanche et politiques raciales en France métropolitaine (1850-1930), par Margot Beal
Citoyenneté refusée : les employées domestiques face à la régulation du travail à La Réunion (1945-1960), par Myriam Paris
L’intersectionnalité comme stratégie de mobilisation sociale Les défenseures des immigrées asiatiques aux États-Unis, par Jennifer Chun, George Lipsitz et Young Shin
Approche intersectionnelle et postcoloniale d’un privilège Occidentalité et blanchité sur le marché du travail de Dubaï, par Amélie Le Renard
Des musulmanes entrepreneuses en réseau en France Faire face aux discriminations multiples, par Hanane Karimi
Mutations
La division sexuée du travail revisitée en Chine rurale aujourd’hui (Re)valorisation de l’emploi féminin et subordination familiale persistante, par Hou Renyou
Controverse, coordonnée par Alban Jacquemart, Nathalie Lapeyre et Rachel Silvera
Retraites : « toutes des gagnantes » ?
Un système à points et universel en faveur des femmes, par Béatrice Lestic
Les femmes, premières pénalisées de la réforme, par Christiane Marty
Fonction publique : la double peine pour les femmes, par Delphine Colin
Droits familiaux et réforme des retraites : les mirages de l’égalité, par Julie Landour
Les effets de la réforme des retraites pour les femmes en Suède, par Dominique Anxo et Annie Jolivet
Critiques
Double je. Identité personnelle et identité statutaire, de François de Singly (dir.), par Christophe Giraud
Le travail entre public, privé et intime, de Aurélie Damamme, Helena Hirata et Pascale Molinier, par Isabelle Zinn
La loi et le genre. Études critiques de droit français, de Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard et Diane Roman (dir.), par Benjamin Moron-Puech
Les autorités religieuses face aux questions de genre, de Romain Carnac, Diletta Guidi et Guillaume Roucoux (dir.), par Gwendoline Malogne-Fer
Se défendre. Une philosophie de la violence, d’Elsa Dorlin, par Gabriel Tétry-Rivière
Les amazones : quand les femmes étaient les égales des hommes, d’Adrienne Mayor par Pauline Schmitt-Pantel
Le corps en lambeaux, de Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom et Myriam Soria (dir.), par Maryse Jaspard
L’étonnante histoire des belles-mères de Yannick Ripa (dir.), par Clotilde Lemarchant
Pionnières de l’éducation des adultes. Perspectives internationales, de Françoise Laot F. et Claudie Solar (dir.), par Edmée Ollagnier
Ouvrages reçus
Auteur∙e∙s
Résumés
Abstracts
文章摘要
Zusammenfassungen
Resumenes
Resumos
Table of contents
Coupon d’abonnement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites