Algérie 1962
Une histoire populaire

Malika Rahal

En Algérie, l’année 1962 est à la fois la fin d’une guerre et la difficile transition vers la paix. Mettant fin à une longue colonisation française marquée par une combinaison rare de violence et d’acculturation, elle voit l’émergence d’un État algérien d’abord soucieux d’assurer sa propre stabilité et la survie de sa population. Si, dans les pays du Sud, cette date est devenue le symbole de l’ensemble des indépendances des peuples colonisés, en France, 1962 est connue surtout par les expériences des pieds-noirs et des harkis. En Algérie, l’historiographie de l’année 1962 se réduit pour l’essentiel à la crise politique du FLN et aux luttes fratricides qui l’ont accompagnée. Mais on connaît encore très mal l’expérience des habitants du pays qui y restent alors.
D’où l’importance de ce livre, qui entend restituer la façon dont la période a été vécue par cette majorité. L’année 1962 est scandée par trois moments : cessez-le-feu d’Évian du 19 mars, Indépendance de juillet, proclamation de la République algérienne le 25 septembre. L’histoire politique qu’ils dessinent cache des expériences vécues, que restitue finement Malika Rahal au fil d’une enquête mobilisant témoignages, autobiographies, photographies et films, chansons et poèmes. Émerge ainsi une histoire populaire largement absente des approches classiques : en faisant place au désespoir des Français d’Algérie dont le monde s’effondre – désarroi qui nourrit la violence de l’OAS –, elle relate le retour de 300 000 réfugiés algériens de Tunisie et du Maroc, la libération des camps de concentration où était détenu un quart de la population colonisée, ou la libération des prisons, ainsi que les spectaculaires festivités populaires. L’ouvrage décrit des expériences collectives fondatrices pour le pays qui naît à l’Indépendance : la démobilisation et la reconversion de l’Armée de libération nationale, la recherche des morts et disparus par leurs proches, l’occupation des logements et terres laissés par ceux qui ont fui le pays. Une fresque sans équivalent, de bout en bout passionnante.

Version papier : 25 €
Version numérique : 16,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Sciences humaines
Parution : 06/01/2022
ISBN : 9782348073038
Nb de pages : 493
Dimensions : 154 * 240 mm
ISBN numérique : 9782348073045
Format : EPUB

Malika Rahal

Malika Rahal
Malika Rahal, historienne, chargée de recherche au CNRS, est spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Algérie. Elle dirige, depuis 2022, l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, notamment d’une biographie d’Ali Boumendjel, avocat et militant nationaliste assassiné en 1957 (Belles Lettres, 2011 ; réed. poche : La Découverte, 2022) et d’Algérie 1962. Une histoire populaire (La Découverte, 2022).

Extraits presse

Dans une enquête historique, Malika Rahal restitue la dimension révolutionnaire de l’année de l’indépendance algérienne. Fin d’un monde pour la population coloniale, cette période ouvre l’espace des possibles pour les anciens colonisés.

2022-01-06 - François d'Alançon - La Croix

 

Vidéos






 

Table des matières

Remerciements et avertissements
Introduction. Le sceau de la Révolution
Déplier 1962 : l’évènement et la durée
1962 : le récit de la déploration
L’évidence du peuple
Le pays de l’avenir
I. Violences
1. Le sang volé

Les fractions du réel dans la rumeur
La question centrale de la transfusion sanguine
La profondeur historique de la rumeur
L’impensable qui vient
2. L’angoisse des Français d’Algérie
Le temps de l’OAS
L’angoisse eschatologique, la saturation des rumeurs et nouvelles
Les rumeurs et l’exode
L’apparition des autorités algériennes
3. Le temps de l’effervescence
Une foule insaisissable et jeune
L’effervescence comme mouvement social
Effervescence et violence
4. La vengeance
Une histoire emmêlée
Vu de France ou vu d’Algérie
Une violence populaire ?
Le point de vue des combattants de l’ALN
Vers le monopole de la violence légitime
5. L’événement : Oran 1962
Le 5 juillet à Oran
L’arrière-pays de l’événement
La géographie de la ville en guerre
Les lignes de tir des snipers de l’OAS
L’attentat OAS oublié du 28 février, « le plus sanglant de la guerre d’Algérie »
A l’orée de l’indépendance, la confusion des autorités, françaises et algériennes
De l’effervescence festive au paroxysme de la violence
Après la violence
6. La défaite des messalistes
Les racines du conflit MNA-FLN
Relancer le parti dans la période transitoire
La déréliction
Le temps des griefs
II. Corps
7. Vivre entre soi

1962 et le risque de la guerre civile
Les retrouvailles
Faire corps : se compter à la sortie de la guerre
Les premiers titres de la presse nationale
La renaissance associative
Révélation des corps et apparition des failles
En être, ou pas
Quelle place pour les Français ?
8. Le retour des détenus
Des milliers de prisonniers libérés
La fin de guerre en prison
La libération
Le retournement de l’espace carcéral
L’amnistie de juillet
9. La démobilisation
Les miraculés
L’annonce du cessez-le-feu
La fin de la fraternité combattante
Les tâches de la transition
Aux frontières
Démobilisation et reconversion
La reprise du temps de la vie
10. Le corps collectif
La petite Algérie de Fontaine-Fraîche
Soigner les corps
Contrôler les corps
Faire corps collectivement,
La santé face aux défis de l’indépendance
La remise en route du système éducatif
11. Les disparus
La quête des morts
Des petites annonces pour rechercher des disparus
Annoncer la mort des frères et sœurs de combat
Partager les morts et les disparus
La mission du CICR en 1963
Les chercheurs d’os
12. Festivités
Le début des festivités en mars
Les fêtes de juillet et l’inversion du regard
Les préparatifs
Le déroulement des festivités
Les exclus de la performance
III. Espaces
13. La recouvrance
Al-atlal ou la naissance des traces
Le retour au pays de la guerre
La souveraineté et le territoire
La traversée d’un pays fragmenté
Les affrontements de l’été et l’interposition populaire
Sol pollué, sol dangereux, sol réparé
14. Ségrégation
Une ségrégation spatiale accrue
L’exode rural accéléré
Le refuge des quartiers algériens
15. Le retournement de l’espace
Le départ des « Européens »
La surprise de ceux qui restent
Les meubles et les objets
Occuper les quartiers vides
La révolution urbaine
L’héritage des biens vacants
16. Le rapatriement des réfugiés
Géopolitique du rapatriement
Les réfugiés et l’opération de retour
Après le retour
17. Le camp
L’archipel des camps
De la matérialité du camp
Début 1962 : anticiper le dégroupement
La complexe expérience de l’ouverture des camps
18. La ferme
L’inversion des effets de la dépossession foncière
La manne des terres libérées
Autogestion héroïque à la ferme Chiris
Héritages
IV. Le temps
19. L’attente

La longue attente de l’indépendance
Angoisse et impatience
La fabrique des futurs
Le temps des paris
20. L’advention
L’avènement de la République algérienne
L’avenir est un pays ambitieux
Au risque de l’advention
Le « pays de nos utopies »
L’urgence
Le temps des possibles
21. 1962‑1830
Ketchaoua, octobre 1962
1830
Ketchaoua, novembre 1962
1871‑1962 : de la réversibilité de la conquête
22. L’invention du passé
Le récit de cinéma
Des films pour contribuer au partage du temps
Le « pays des épopées »
Changements de noms de rue et commémorations
Le temps de l’inscription
Conclusion. La dimension révolutionnaire de 1962
1962 : le partage du temps
L’effervescence
Le long 1962
Témoignages et sources primaires
Liste des personnages et témoins cités
Autres mémoires, ouvrages d’acteurs, recueils et biographies utilisés
Archives utilisées dans chaque chapitre
Bibliographie sélective
Inspirations littéraires, historiennes et théoriques
Ouvrages et thèses
Articles et chapitres d’ouvrage
Notes
Index.