La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Enfance et famille / Les bandes de jeunes     

Les bandes de jeunes
Des « blousons noirs » à nos jours

Marwan MOHAMMED, Laurent MUCCHIELLI

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse

Les bandes de jeunes - Marwan MOHAMMED, Laurent MUCCHIELLI
Imprimer la fiche

 

Dans l’imaginaire collectif, la bande renvoie à des actes délinquants commis en groupe et, plus largement, à des désordres juvéniles de tous types. Qu’un groupe d’adolescents ou de jeunes adultes pétarade à mobylettes ou chahute sur la dalle devant les immeubles, et l’on parlera facilement de « bandes ». Mais la presse parle également d’affrontements entre « bandes » de « jeunes de cités », pour des faits qui peuvent aller jusqu’au meurtre. Durant les émeutes, certains fustigent également les agissements de « bandes ». C’est dire si la « bande » est un concept flou, désignant des formes multiples d’agissements et de regroupements bien réels mais qui semblent surtout unifiés par la peur qu’ils suscitent. Du reste, l’inquiétude contemporaine n’est pas nouvelle : au début du XXe siècle, ce sont des bandes de jeunes surnommées « Apaches » qui incarnaient cette dangerosité juvénile.Puis, au tournant des années 1950 et 1960, ce seront les « blousons noirs ».
Dans ce livre, une vingtaine de sociologues, d’ethnologues et d’historiens font le point des connaissances sur ces fameuses bandes de jeunes, depuis l’époque des « blousons noirs » jusqu’à nos jours, en France mais aussi d’autres pays et continents. Ils s’interrogent sur la genèse des bandes, sur leur nature exacte, sur leurs relations avec diverses formes de délinquance, sur la façon dont les institutions travaillent sur ce « problème », ainsi que sur sa construction médiatique et politique.

Préface, par Philippe Robert - Introduction, par Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli - I / Histoire des bandes : le cas des « blousons noirs » - 1. De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène « blousons noirs » (1959-1962), par Ludivine Bantigny - 2. Les « blousons noirs » mineurs et l’Éducation surveillée : la répression d’un mythe, par Élise Yvorel - 3. Le cinéma des blousons noirs, par Sébastien Le Pajolec - II / La construction sociale des bandes - 4. Controverses théoriques autour des bandes de jeunes, par Maryse Esterle-Hedibel - 5. Fratries, collatéraux et bandes de jeunes, par Marwan Mohammed - 6. Équipes, bandes, classes d’âges : la vie juvénile de cité et de rue sous forme de poupées russes, par Thomas Sauvadet - 7. École, jeunes de milieux populaires et groupes de pairs, par Mathias Millet et Daniel Thin - III / Les bandes en actes - 8. Les bandes et la question des viols collectifs. Esquisse d’une analyse sociologique, par Laurent Mucchielli - 9. Des filles dans les bandes aux bandes de filles, par Stéphanie Rubi - 10. Les travailleurs sociaux face aux « bandes ». Stigmatisation de la jeunesse populaire et instrumentalisation des acteurs sociaux, par Manuel Boucher - 11. L’épreuve publique. Espace public et bandes de jeunes, conflits et régulations, par Jérôme Boissonade - IV / Comparaisons internationales - 12. Des « bandes d’ici » aux « gangs d’ailleurs » : comment définir et comparer ?, par Marwan Mohammed - 13. Fonctions du gang : pauvreté et violence dans les métropoles d’Amérique latine, par Yves Pedrazzini - 14. Au cœur des bandes africaines, par Danièle Poitou - 15. Tsotsi : sociologie des gangs du Cap, Afrique du Sud, par Thibaut Dubarry - 16. Bandes d’adolescents de la France au Brésil : comparer l’incomparable ?, par Benjamin Moignard - Postface, par Gérard Mauger - Présentation des auteurs.

« Le 23 juillet 1959, vingt-cinq garçons saccagent la terrasse d'un café, square Saint-Lambert à Paris. Le lendemain, à Bandol, deux bandes de jeunes se disputent des filles à coups de chaînes de vélo. La presse parle pour la première fois de "blousons noirs". L'expression, synonyme de violence juvénile, fait florès. Dans les années 1970, les hordes sauvages en cuir et santiags cèdent la place aux "loubards" puis aux "jeunes des cités". Les codes vestimentaires et les cultures passent, les bandes demeurent. Elles effectuent même un retour en force depuis le début des années 1990. Une vingtaine de sociologues, d'historiens, d'ethnologues ont décortiqué cet objet qui suscite tant de peurs et de fantasmes. Dans un ouvrage collectif dirigé par Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli, ils s'interrogent sur cette forme de "socialisation juvénile", sur sa genèse, sur sa nature exacte, en France et ailleurs. »
LE NOUVEL OBSERVATEUR

« Pour explorer le phénomène des bandes de jeunes, Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli et divers sociologues ont visé large. Ils se sont intéressés aux aspects historiques de la question, en revenant sur les "blousons noirs" des années 1960, aussi bien qu'à sa dimension internationale. Le cas de l'Afrique noire est ainsi étudié, tandis qu'une comparaison entre la France et le Brésil montre, au-delà des différences, la même faillite des deux sociétés à prendre en compte une frange de la jeunesse des quartiers populaires. Traitant un sujet très médiatique et propre aux simplifications abusives, le livre présente l'avantage d'en faire comprendre toute la complexité. »
L'EXPRESS

PRESSE

 

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016