La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Science de l'éducation, école et pédagogie / Jeunesses françaises     

Jeunesses françaises
Bac + 5 made in banlieue

Fabien TRUONG

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse


Imprimer la fiche

Lire un extrait


 
Ancien prof de lycée dans le « 9-3 » devenu sociologue, Fabien Truong a pendant dix ans – des émeutes de 2005 aux attentats de janvier 2015 – suivi et accompagné une vingtaine d’anciens élèves, du bac jusqu’à la fi n de leurs études. Tour à tour prof, enquêteur, témoin, conseiller et confi dent, il dresse ici le portrait tout en finesse d’une certaine jeunesse française, celle des banlieues populaires issues de l’immigration.
Loin des clichés médiatiques, du fatalisme politique ambiant et des prophéties catastrophistes de la « désintégration sociale », ce livre observe la dilution quotidienne de cette jeunesse dans la société française. De la fac aux grandes écoles, en passant par les cycles plus courts, ces jeunes incarnent la face cachée d’une passion nationale : sortir de sa condition par l’école. Confrontés au stigmate des origines, à l’impératif de rentabilité assigné aux études longues et à la précarité massive, ils mènent un combat ordinaire pour gagner l’estime de soi et apprendre à naviguer entre les multiples frontières du monde social.
En offrant une véritable plongée dans l’intimité de ces jeunes étudiants en quête d’échappée, ce livre peut se lire aussi comme un récit initiatique, déroulant dans le temps long leurs rêves d’ascension sociale, leurs questionnements identitaires, les peines et les joies de l’apprentissage intellectuel, leur rapport à la religion ou leurs histoires d’amour. Car, dans ces territoires de la République, rien n’est jamais gagné ni perdu d’avance.
Introduction. À l’école de la banlieue
1. Entre les murs du lycée

« Prof en banlieue »
Touriste : « Jésus, il était perdu » - Douanier : « Le problème, c’est qu’ils ne lisent pas » - Passeur : le « respect du médecin » et la « magie de l’étincelle »
« Lycéen de banlieue »
Le badge de dignité : « Sa race, j’étais calme, enculé ! » - Vivre dans le soupçon et par le ballon : « On n’est pas français-français ! » - Ce qui est Capitale
Travail de classes
Ceux qui comptent - Ce qui compte - Ce que peut le bac
2. La voie normale : passer par la fac
Licence to kill, ou les années zéro
Apprivoiser le contenu : « Le taureau qui voit la lumière » - Maîtriser le contenant - Du contenu dans le contenant : « Samia la Coréenne »
Facs de banlieue, universités parisiennes
Le confort de la proximité - Sorbonnardes et banlieusards - Fac de banlieue et bars parisiens
Licenciés
Continuer : la licence-horizon - Voyager : la licence-véhicule - Persévérer : la licence-tampon
3. La voie médiane : assurer un bac +2
Le niveau bac +2
Devenir un ascète : corps, âme et planning - Le sens du chemin
La barrière bac +2
La spirale des infirmations négatives - Une chambre à soi - Back in business
Le tremplin bac +2
Rêves de business school : à la recherche du contrat d’apprentissage perdu - Out of business
4. La voie royale : se frotter à l’élite
Tribulations en prépa : pris en charge et par le temps
Un Algérien dans une prépa de banlieue - Un Noir et un Blanc dans une prépa de banlieue - Une Sénégalaise musulmane à « La Catho »
Welcome to Sciences Po
, ou l’art du cheval à bascule
Entrer à Sciences Po - Être à Sciences Po - Faire Sciences Po
Entrepreneur nouveau style et digital native
Brave new world : « J’étais habillé comme un plouc » - Retour en bas des tours - Networking
Du bac +3 au bac +5 ?
5. Master classes : confirmer à la fac
Un bac +5 pour conclure
« Fret, gestion et logistique » : entre ciel et terre - « Système international » : étudier ici pour travailler là-bas - « Diplomatie économique » : Sherbrooke-Saint-Denis-Santiago
Un bac + 5 pour enseigner
« Bescherelle, Bescherelle, Bescherelle ! » - La bataille de l’école contre l’école - Retour vers le futur
6. Voies privées, voies de salut ?
Écoles supérieures de commerce : la revanche impossible ?
Le clash des conditions : « banlieusards »versus« provinciaux » - La dévaluation du savoir : - C’est une mafia » - Le réalisme économique : « On n’est pas des étudiants, mais des clients »
Extension du domaine de la Toile
Sciences Po around the world : de la bière dans le Coran - La trêve de Corée
7. Vies actives
Fin d’études
Jobs for life - Sur les rails - La vie d’entreprise
Amours
Multiplier : histoires d’un soir - Durer : sortir avec une autre - Fidélités
Conclusion. Pour une politique de la considération
Épilogue : Check Point Charlie
Remerciements Annexe. Profils des enquêtés
Liste des principaux sigles
Notes.

Ancien professeur de lycée en Seine-Saint-Denis devenu sociologue, Fabien Truong a suivi pendant dix ans, des révoltes de 2005 à janvier 2015, la trajectoire étudiante d’une vingtaine 
de ses élèves. Il en a tiré un ouvrage éclairant : Jeunesses françaises, bac +5 made in banlieue.

06/10/2015 - Ixchel Delaporte - L'Humanité

 

Les «jeunes de banlieue» constituent une catégorie en soi, avec ses mille et un poncifs, nourris de faits divers. Sous les projecteurs, ce sont presque toujours les mêmes : des garçons, en rupture avec l’école, désœuvrés au pied des tours ou occupés à divers trafics… Inverser la perspective en s’intéressant à la «crème de la crème banlieusarde», les bacheliers de ZEP et futurs étudiants, tel est le choix de Fabien Truong, empruntant la voie ouverte par Stéphane Beaud dans 80 % au bac… et après ? paru il y a une dizaine d’années. Prenant le parti de l’observation participante, ce jeune enseignant - dans le secondaire, en Seine-Saint-Denis, puis à l’université Paris-VIII et à Sciences-Po - a suivi une vingtaine de jeunes sur près d’une décennie. Un jeune prof qui intrigue ses élèves avec ses mots «chelous», sa sacoche, ses cheveux au vent et son vélo. Un jeune prof las de faire l’expérience, dans tous les établissements qu’il arpente, de la même mécanique implacable : «Plus je bouge, plus les situations se répètent : une sociologie des élèves identique, des difficultés d’apprentissage similaires, les mêmes espoirs d’ascension sociale par l’école. Je fais l’expérience déplaisante de la puissance de la régularité sociale à hauteur d’homme.»[…] Fabien Truong refuse ce qu’il appelle les «discours de perchoir», grandiloquents, définitifs, solennels ou fatalistes. Et c’est bien la force de son enquête que d’éviter tout raccourci en montrant avec de la chair et du talent combien le réel résiste à la simplification abusive et joue quelques tours à ceux avides de prédictions hâtives.

08/10/2015 - Catherine Halpern - Libération

 

[Un livre qui] déconstruit les idées reçues sur la désintégration sociale et met en lumière la diversité des parcours de jeunes pour qui les émeutes ne furent qu’un moment de l’adolescence, dépassé par le soucis de trouver une place stable dans la société.

28/10/2015 - Jean-Marie Durand et Anne Lafetter - Les Inrockuptibles

 

D’entrée de jeu, le ton est donné. Fabien Truong se met en scène, ses cheveux fous et son vélo qui lui valent le surnom de « Jésus » dans les classes, sa propre trajectoire comme prof de banlieue et sociologue, sa découverte et son attachement au « 9.3 » qu’il découvre, «département stigmatisé» aux «élèves redoutés». Le chercheur garde, tout au long du livre, ce triple profil : ancien prof, sociologue, confident. Avec une interrogation, en filigrane, qui montre aussi son attachement à ses enquêtés : que vont-ils tous devenir ? Le lecteur embarque, redoutant page après page les errements, heureux des réussites, frustrés de devoir quitter ses personnages qui grandissent sous ses yeux.

27/10/2015 - Mathilde Goanec - Mediapart

 

L’ouvrage montre avec clarté que la détermination sociale ne joue pas « contre » l’institution dominante, mais bien « avec et sur » elle. Il éclaire les entrecroisements et l’irrégularité des trajectoires, qui ne peuvent se résumer à une approche en termes de confrontation.

01/11/2015 - Esprit

 

Une étude en profondeur, aux antipodes des clichés habituels, qui dépeint l'acharnement d'une grande partie de cette jeunesse à sortir de sa condition par l'école. Rien d'autre qu'un combat ordinaire dont ce récit éclairé rend compte de façon clinique, reléguant au rang des caricatures les discours habituels sur la "désintégration sociale"

11/12/2015 - Daniel Fortin - Les Echos

 

En se focalisant sur «la crème de la crème banlieusarde» - des élèves en filières générales optant pour des études supérieures - le sociologue Fabien Truong a suivi le parcours d’une jeunesse qui s’élève par l’école et réalise le rêve méritocratique. Depuis les émeutes de Clichy-sous-Bois de 2005 jusqu’à la tragédie de Charlie en 2015, l’enquête de cet ancien prof de lycée dans le «9-3» s’étire sur dix ans. Son ouvrage, Jeunesses françaises, joue sur l’image récurrente du «cheval à bascule», permettant des allers-retours quotidiens entre Paris et la banlieue, et la «dilution» de ces étudiants qui naviguent entres les frontières du monde social.

14/12/2015 - Léa Iribarnegaray - Libération

 

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016