Les nouveautés numériques du 26 septembre 2013

Notre catalogue numérique s'enrichit de treize nouveaux epub à lire ou relire !

 

 

* Islamophobie - Abdellali Hajjat, Marwan Mohammed

 

Contrairement à la légende colportée dans les grands médias, le terme « islamophobie » n’a pas été inventé par les mollahs iraniens : il est apparu en France au début du XXe siècle, en pleine période coloniale, à une époque où s’exprimaient déjà de violents discours antimusulmans… Alors que l’hostilité à l’encontre des musulmans se traduit presque quotidiennement par des discours stigmatisants, des pratiques discriminatoires ou des agressions physiques, Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed font ici oeuvre salutaire : ils expliquent comment l’islam a peu à peu été construit comme un « problème » et comment l’islamophobie est devenue l’arme favorite d’un racisme qui ne dit pas son nom. 
Ce livre présente ainsi au grand public, pour la première fois, un bilan critique des recherches menées, en France et à l’étranger, sur ce phénomène. Faisant le point sur les débats autour du concept d’islamophobie, il offre une description rigoureuse des discours et actes islamophobes, en les inscrivant dans l’histoire longue du racisme colonial et dans leur articulation avec l’antisémitisme. En insistant sur l’importance des stratégies des acteurs, les auteurs décortiquent le processus d’altérisation des « musulmans » qui, expliquant la réalité sociale par le facteur religieux, se diffuse dans les médias et ailleurs. Ils analysent enfin la réception du discours islamophobe par les musulmans et les formes de contestation de l’islamophobie par l’action collective et la mobilisation du droit antidiscrimination.

 

 

 

* Dialogue de femmes en ethnologie - Camille Lacoste-Dujardin

 

Ce dialogue est, sous forme de récit, l’histoire de la relation établie entre deux femmes : une ethnologue qui travaille au Maghreb, particulièrement dans les montagnes où l’on parle berbère, et une Algérienne de Kabylie, émigrée à Paris. Au cours de leurs entretiens hebdomadaires et durant sept années, elles ont appris à se connaître mutuellement, mais aussi elles se sont influencées, modifiées réciproquement, en échangeant leurs expériences, leurs savoirs. Ce récit est un double témoignage : sur les rapports de deux femmes différentes par leurs cultures d’une part, sur l’importance qu’il convient d’accorder à la « relation ethnologique » d’autre part, celle qui est établie, dans l’exercice de cette discipline, entre l’enquêteur et l’enquêté.

 

 

 

* Quand l'homme civilise le temps - Ali Magoudi

 

En apparence, rien n'est plus " naturel " que les systèmes de mesure du temps : le décompte des jours à partir de l'an 1 de l'ère chrétienne, l'année de 365 jours en douze mois, la semaine de sept jours… Et pourtant… Pourquoi le calendrier révolutionnaire de 1793 ne parvint-il pas à s'imposer ? Pourquoi les bolcheviks russes échouèrent-ils à instaurer la semaine de cinq jours ? En tentant de répondre à ces questions, l'auteur propose une enquête passionnante sur les querelles temporelles qui agitèrent les grandes religions au cours des siècles : la fixation de l'origine de l'" ère vulgaire ", l'établissement de la date de Pâques, le découpage de la semaine. Pour Ali Magoudi, s'il n'existe pas d'ordonnancement laïc du temps, si tous les systèmes de " comput temporel " se rattachent in fine à la religion, c'est parce que les mots pour " dire le temps " constituent une institution politique fondamentale intimement liée aux dogmes symboliques.

 

 

 

 

* Critique de la raison utilitaire - Alain Caillé

 

Paru en 1989, ce petit texte pédagogique qui présentait le travail de pensée accompli par la Revue du MAUSS, a peu à peu pris des allures de livre culte et exercé une influence souterraine sur des pans importants de la sociologie, de l’anthropologie, de la science économique ou de la philosophie morale et politique. C’est que l’objectif premier du MAUSS — « Montrer que l’obstacle principal sur lequel bute la pensée moderne est celui de l’économisme, […] que c’est lui qui souffle l’essentiel des réponses et qui limite abusivement le champ du possible et du concevable » — est devenu chaque jour plus actuel. Aujourd’hui, nous y sommes en plein. Ce n’est plus seulement la pensée qui se dissout dans l’économisme, c’est le rapport social lui-même qui se dilue dans le marché. D’où la nécessité urgente de chercher des ressources théoriques et pratiques qui permettent de sauvegarder l’essentiel, la civilité ordinaire et le goût de ce qui fait sens par soi-même, à commencer par celui de la démocratie. Épuisé depuis plusieurs années, ce livre est réédité avec un avant-propos et une postface inédits qui permettent également d’introduire le lecteur aux analyses ultérieures du MAUSS sur la genèse de l’utilitarisme (et donc de l’économisme) et sur le paradigme du don.

 

 

 

 

* Richesse et puissance - François Fourquet

 

C’est à une relecture originale et stimulante de la pensée économique que François Fourquet nous invite dans ce livre. Son hypothèse est que l’analyse de la valeur, au cœur de l’économie, doit dépasser l’étude du comportement d’un Homo œconomicus plus ou moins fictif. Elle exige une approche plus large, non académique, prenant en compte la volonté de puissance des acteurs collectifs, et en particulier des États, considérés à l’échelle du monde où ils s’affrontent pour conquérir l’hégémonie. Pour vérifier cette hypothèse, l’auteur nous propose une plongée dans l’âge classique (XVIe- XVIIIe siècles), qui a vu naître l’économie politique : il nous raconte d’une façon très vivante l’histoire du couple « richesse et puissance », en déployant, à l’instar de Fernand Braudel, les différentes temporalités (économique, politique, culturelle…) dans l’espace géographique du monde. Cette « généalogie de la valeur » est donc à la fois une histoire du monde et une histoire de la manière dont les économistes ont perçu ce monde, et créé la science économique. Elle propose une vue neuve de l’histoire du « capitalisme » et de ses rapports avec l’État.

 

 

 

* Versant sud de la liberté - Mahmoud Hussein

 

Brillant et incisif, ce livre révèle un phénomène majeur à l'œuvre dans le tiers-monde contemporain, trop souvent occulté aux yeux de l'opinion occidentale par le formidable retentissement médiatique de certains excès fondamentalistes : l'émergence, dans les pays du Sud, d'une nouvelle figure sociale - l'individu moderne, qui a pris le relais historique du membre anonyme de la tribu et du sujet asservi, mais qui n'a pas encore acquis le statut de citoyen. Sans sous-estimer l'importance des réactions intégristes et populistes, cet essai explore les phases successives de maturation d'une conscience individuelle qui, dans un paysage religieux, éthique, social et politique éclaté, doit bricoler à tâtons les conditions, toujours précaires, de son autonomie. À ce titre, il contribue à renouveler profondément le débat essentiel sur les chances de la démocratie dans les pays du tiers-monde. Ce livre a inspiré le film documentaire Versant sud de la liberté , réalisé en 1993 par Bernard Favre pour France 2.

 

 

 

 

 

* Guerre et économie en Grèce ancienne - Yvon Garlan

 

Les hauts faits d'armes de la Grèce ancienne n'ont cessé de nourrir l'imagination occidentale : guerre de Troie, guerres médiques, guerre du Péloponnèse, conquêtes d'Alexandre, etc. Ces événements s'inscrivent en fait dans une longue histoire où les guerres ont rythmé l'existence quotidienne des cités et des royaumes, et influencé largement leurs institutions, leurs façons de vivre et leurs systèmes de valeurs. Bien loin de l'histoire-batailles en vogue au siècle dernier, cet ouvrage - devenu une référence depuis sa première édition en 1989 - explore les voies nouvelles d'une histoire de la guerre antique inscrite dans son contexte social et économique. Yvon Garlan montre en particulier à quel point la guerre était étroitement liée à la vie économique dans la Grèce ancienne : le principal mode d'exploitation (l'esclavage) se fondait directement ou indirectement sur l'usage de la force, et le droit du vainqueur à disposer des biens du vaincu constituait le meilleur des titres de propriété.

 

 

 

* Histoire de la physique moderne -Michel Biezunski

 

La physique moderne est réputée absconse, imprévue, irrespectueuse, rebondissante. Il s'agit pourtant d'un domaine passionnant, qui peut être compris par tous quand il est replacé dans une perspective historique. C'est ce que propose ce livre, qui présente une histoire des concepts principaux de la physique contemporaine et leur genèse à partir des grandes ruptures du début du siècle, avec quelques incursions dans le passé plus lointain. On y trouvera une présentation claire des concepts essentiels, remplacés dans le contexte de leur création. En effet, la science ne résulte pas, comme on le dit trop souvent, d'un enchaînement de mécanismes inévitables : elle est faite de créations individuelles, qui s'ajoutent, se contredisent et se répondent. Les principaux physiciens du siècle s'entrecroisent ainsi dans ce livre en de multiples occasions. Une présentation de l'histoire des grandes théories que sont la relativité et la théorie quantique, ainsi que celle de l'univers fascinant que constitue la physique des particules complètent cet ouvrage. L'auteur n'a pas cherché à être exhaustif, car il a voulu privilégier l'accès au plus grand nombre de lecteurs possibles des concepts essentiels. Les chapitres sont découpés en périodes historiques, permettant de mettre en évidence la longue quête des physiciens pour une théorie unificatrice des lois de l'univers. Ce livre s'adresse au grand public désireux de comprendre les idées fondamentales qui agitent encore aujourd'hui le monde scientifique.

 

 

 

 

*  La fin du monde - Lucian Boia

 

 

Dans cette contribution originale à l'histoire de l'imaginaire, Lucian Boia étudie sans jamais se départir de son humour les diverses fins du monde passées ou à venir que l'humanité s'est inventées jusqu'à nos jours. De la fin par l'eau ou par le feu à l'anéantissement nucléaire, en passant par l'invasion d'animaux, de géants, les comètes menaçantes, le péril jaune, les épidémies mystérieuses, nous découvrons que les sociétés se fabriquent des fins du monde bien à elles, d'une stupéfiante diversité. Resté sans équivalent depuis sa première édition en 1989, cet ouvrage est réédité avec une postface inédite de l'auteur qui évoque les nouveaux récits de « fin du monde » surgis à la veille de l'an 2000.

 

 

 

 

* La société en sablier - Alain Lipietz

 

Depuis les années quatre-vingt, le modèle de la « société en sablier » s'est imposé dans de nombreux pays, et en particulier en France. Cette image désigne la polarisation des revenus entre une minorité de riches, qui gagnent de plus en plus, et une majorité de pauvres, qui gagnent de moins en moins, tandis que fond la part des « couches moyennes ». La société en sablier est la solution aujourd'hui adoptée, de part et d'autre de l'Atlantique, par les élites productivistes et libérales, face au « problème » du progrès technique et de la mondialisation. Une solution dont l'un des effets majeurs est d'aggraver la « déchirure sociale » qui menace désormais la majorité des citoyens et la cohésion même de la société. Ce modèle n'a pourtant rien d'inéluctable. Pour en faire la preuve, Alain Lipietz s'efforce de comprendre la logique de la société en sablier avec une précision qui fait de ce livre un ouvrage de référence pour l'analyse des mutations sociales et économiques contemporaines.

 

 

* L'empire du sens - François Dosse

 

Ce livre-enquête brosse un panorama du renouveau intellectuel en France. François Dosse y propose une analyse systématique de la " recherche de pointe " en sciences humaines, nourrie de nombreux entretiens originaux avec ses acteurs. Il montre ainsi de façon très accessible, que les travaux engagés depuis plus de quinze ans dans diverses disciplines, après la fin des grands paradigmes unifiants, débouchent aujourd'hui sur des propositions novatrices, permettant de penser autrement le social et le politique. De nouveaux concepts, de nouvelles théories voient le jour, rétablissant les ponts entre les différents champs de la recherche, replaçant l'homme et le sujet au cœur des réflexions. Par-delà la diversité de ces travaux, François Dosse y voit l'effet décalé de la génération marquée par Mai 68. Cette génération semble avoir enfin trouvé les mots pour poursuivre sa quête de sens sans téléologie et son goût de l'agir sans activisme, afin de repenser le lien social dans la Cité moderne.

 

 

 

 

* Le clou qui dépasse- Alain L'Hénoret

 

Que fait-on devant un clou qui dépasse ? On lui tape dessus. C'est aussi ce que l'on fait à un individu pour le faire entrer dans le rang. Cette image, très populaire au Japon, est le symbole de la société apparemment lisse de ce pays. C'est cette face cachée du Japon moderne que nous révèle ce livre, récit d'une expérience hors du commun. André L'Hénoret, prêtre-ouvrier, a séjourné pendant vingt ans au Japon et a travaillé dans une petite entreprise de sous-traitance de Tôkyô. Grâce à sa parfaite connaissance de la langue japonaise et à sa volonté de partager la condition ouvrière sans bénéficier d'aucun privilège, il s'est intégré parmi les plus exploités, contraints pour survivre de travailler souvent la nuit, les jours fériés, dans l'insécurité, pour contribuer au « miracle japonais ».

 

 

 

 

* Moderniser sans exclure - Bertrand Schwartz

 

 

Dans ce livre ambitieux nourri de sa longue expérience, Bertrand Schwartz entend montrer que des solutions existent pour faire face à l'exclusion et au chômage. À partir d'une approche enracinée dans le concret, il apporte des réponses pratiques à des questions majeures : comment former efficacement les jeunes sans qualifications pour qu'ils trouvent un vrai emploi ? Comment limiter ou éviter l'exclusion des travailleurs qui accompagne trop souvent la modernisation des entreprises ? Comment permettre la reconversion de travailleurs qualifiés dans les secteurs les plus frappés par la crise ? À travers le récit d'une série d'expériences de formation menées pendant plus de trente ans, ce livre retrace aussi l'itinéraire d'un homme exceptionnel, sans doute le meilleur spécialiste français de ces questions. C'est un véritable message d'espoir qu'il délivre ici, en jetant les bases d'un programme d'action qui s'adresse aussi bien aux chefs d'entreprise qu'aux militants syndicaux, aux formateurs et aux travailleurs sociaux qu'aux hommes politiques.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites