Mike contre-attaque ! - Michael MOORE

Mike contre-attaque !
Bienvenue aux États Stupides d'Amérique

Michael MOORE

Le Bandit-en-chef George W. Bush, dit « George II », et son gang, Dick Cheney, Donald Rumsfeld & Co, gouvernent l’Amérique. Ultraconservateurs et richissimes (leur fortune est liée au big business du pétrole, de l’informatique ou des biotechnologies), ils ont fait main basse sur le pays, et partent maintenant en guerre contre l’« Axe du Mal ». Provocateur, corrosif, inquiétant, narcissique, subversif, Mike l’Agitateur-en-chef refuse de leur abandonner le pays et supplie le secrétaire général de l’ONU de déployer ses casques bleus et de rétablir la démocratie ! Le temps est venu, explique-t-il, de lancer la contre-attaque en dénonçant les maux cachés de l’Amérique : l’illettrisme et l’alcoolisme (le président connaît bien les deux problèmes), le racisme (Mike propose aux Noirs un kit de survie !), la libre circulation des armes, la peine de mort, la pauvreté massive, mais aussi l’arrogance et l’irresponsabilité de la politique étrangère de son pays. Pas de doute, Mike est de retour ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son humour ravageur détonne dans le consensus patriotique qui domine aux États-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Version papier : 17,30 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Traduitde l'Anglais par : Marc SAINT-UPÉRY
Collection : Cahiers libres
Parution : 26/09/2002
ISBN : 9782707138330
Nb de pages : 240
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Michael MOORE

Michael Moore est journaliste, scénariste, acteur, producteur, réalisateur pour la télévision et le cinéma. Son film Bowling for Columbine a obtenu un prix au festival de Cannes en 2002. Ses deux précédents films, Roger & Me et The Big One, avaient également rencontré un grand succès, aux États-Unis et en France. Il est l'auteur de Dégraissez-moi ça ! Petite balade dans le cauchemar américain (La Découverte, 2000). Son livre Mike contre-attaque ! (La Découverte, 2002, nouvelle édition 10/18), s'est vendu à plus de 150 000 exemplaires.

Extraits presse

« Michael Moore est l’autre grand symbole des luttes antimondialisation, antiglobalisation, anti-FMI, anti-OMC, parfois même anti-USA […]. Dans son livre Mike contre-attaque, il éviscère la démocratie parodique de son pays, son président non-élu et sa grégarisation galopante. »

TECHNIKART

« Michael Moore investit les librairies avec un brûlot radical (gros succès aux États-Unis). Il y attaque frontalement la politique mitonnée par l’administration du fiston Bush et s’intéresse plus généralement aux maux pernicieux dont souffre son pays. Illettrisme, alcoolisme, commerce des armes, système électoral déficient, racisme, notre homme, comme à sa bonne habitude, appuie là où ça fait mal […]. Le nouveau bouquin de Moore témoigne […] avec brio des névroses de l’Amérique contemporaine. »

PREMIÈRE

« Avec […] la parution en France de Mike contre-attaque !, son hilarant réquisitoire contre Bush et sa junte ultraconservatrice, Michael Moore s’impose aujourd’hui comme la grande voix dissidente américaine. »

LE NOUVEL OBSERVATEUR

« Ne le répétez pas à George Bush, Michael Moore est un grand timide […]. Sa vie, pourtant, est une interminable mise en scène. Son récent best-seller, Mike contre-attaque !, est un mandat d’arrêt contre les putchistes de la Maison Blanche, un face-à-face imaginaire avec George W. Bush. »

LIBÉRATION

« L’agitateur-réalisateur est obsessionnel et polyvalent : dès aujourd’hui, riez nerveusement à la lecture de son poilant et alarmant réquisitoire contre les États Stupides d’Amérique et leur chef, Deubeuleyou. »

ELLE

« Après Dégraissez-moi ça !, ouvrage sur le naufrage du rêve américain, le journaliste, scénariste acteur producteur et réalisateur, Mike Moore, s’offre un nouveau brûlot sur son propre pays, les États-Unis […]. Un style caustique et féroce […] jamais dénué d‘humour. »

LA TRIBUNE

« Michael Moore […] tire à bout portant sur le président Bush et son gouvernement dans Mike contre-attaque !, un livre de politique-fiction […]. Sous le biais d’un humour qui fait grincer les dents, Michael Moore en profite, chiffres terrifiants à l’appui, pour dénoncer les maux qui rongent les États Stupides d’Amérique, comme il dit.»

LE FIGARO

« Immense best-seller dans son pays, plus d’un million d’exemplaires vendus […]. Au fil des chapitres se déploie la méthode Moore, mélange détonnant de grosses blagues et de considérations très sérieuses. Les militants anti-mondialisation seraient bien inspirés de plonger leur nez dans ce bouquin : ils y puiseraient de solides arguments […]. Michael Moore est un humaniste qui se sert de l’humour et de la farce et force ses contemporains à se livrer à un examen de conscience collectif. Avec subtilité et… dinguerie. »

LA CROIX

« Un brûlot anti-Bush où Michael Moore s’en donne à cœur joie.»

LE JOURNAL DU DIMANCHE

« Ce bréviaire anti-Bush fourmille d’informations sur des domaines comme l’éducation et l’écologie. »

LE POINT

« L’Amérique s’est trouvée un Robin des bois à sa démesure : un tour de taille aussi large que la distance qui sépare New York de Los Angeles ; une grande gueule à faire pâlir d’inquiétude l’entourage du président Bush. Il s’appelle Michael Moore […]. Dans Mike contre-attaque ! Bienvenue aux Etats Stupides d’Amérique il passe au vitriol quelques-uns des grands problèmes de l’Amérique de Bush : le racisme, l’enseignement… Avec plus de 700 000 exemplaires vendus outre-Atlantique, cet ouvrage critique est le best-seller de l’année. »

ELLE

« Ah, ça fait du bien ! Après la vague de bouquins de la rentré essayant de nous persuader que critiquer les États-Unis c’est forcément faire de l’anti-américanisme primaire, voilà qu’un Américain s’amuse à passer au lance-flammes les États Stupides d’Amérique. À lire son brûlot (vendu là-bas à 500 000 exemplaires), on comprend mieux ce que peut ressentir la gauche américaine sous la férule de Doublevé Bush. Et dans un éclat de rire, en prime ! […] Le fameux Michael Moore ne fait jamais dans la dentelle […]. Sur le capitalisme américain, la crétinisation américaine par le sport et les médias, le mépris envers les profs […], les réflexes moutonniers de ses concitoyens, la frénésie pénitentiaire du pouvoir, le joyeux saccage de la planète, etc., il cogne dur et précis. […] Pourquoi se priver de ce bouquin mordant, hilarant et plein de punch ? Ce n’est pas tous les jours que l’Amérique nous fait rire. »

LE CANARD ENCHAÎNÉ

« L’homme a l’âme de Zorro et le physique du sergent Garcia. Michael Moore manie le stylo et la caméra avec la même dextérité que le bretteur masqué. Ses victimes privilégiées : les capitalistes sans foi ni loi. Son livre, Mike contre-attaque, est une charge grinçante contre Bush Jr et ses amis au pouvoir. »

VSD

« Parfait pamphlet contre Bush et contre son administration. »

DERNIÈRES NOUVELLES D’ALSACE

« C'est sans doute essentiel, qu'il soit drôle. C'est une nature, Michael Moore. Un flegme à toute épreuve, un sens très fin du dialogue comme stratégie, un don pour le commentaire explosif à froid, et l'art de jouer les Candide qui permet au spectateur ou au lecteur à la fois d'accompagner son questionnement, et de ne pas se retrouver enphase de dépression grave [...]. Il n'est jamais méprisant, il ne se considère pas, lui, comme éclairé. Il veut juste faire comprendre ce qui se passe, et « faire passer » pour qu'on agisse. Faites passer... »

L'HUMANITÉ HEBDO

« Michael Moore lâche en un peu plus de deux cent pages son humour ravageur contre les rudes réalités américaines depuis deux ans. L'étonnante élection de Bush, les lobbies qui l'entourent, le racisme, les dégâts de l'ultralibéralisme, tout y passe [...]. Comme toujours, Moore, le provocateur, pousse le bouchon très loin pour nous entraîner dans des démonstrations, elles, implacables [...]. Peu de choses essentielles lui échappent tant dans la vie concrète des Américains que dans la volonté de leur gouvernement de dominer le monde. »

OUEST-FRANCE

« Une bouffée salvatrice de liberté dans une Amérique asphyxiée par une hypnose idéologique et médiatique. »

MAGAZINE LITTÉRAIRE

« Amis de George W. Bush, prudence ! Partisans du capitalisme pur et dur, passez votre chemin ! Défenseurs de la race blanche, gare à vous ! Michael Moore tire à vue sur les « stupid white men » ( les stupides hommes blancs ) - le président américain, son entourage, ceux qui les inspirent et ceux qu'ils séduisent [...]. Dans les USA ultra-patriotiques de l'après 11 septembre, Mike Moore veille. »

LE SOIR

« Les armes de Moore contre le grand méchant Bush ? Un cocktail de provocation et d'humour, pour le grand bonheur de ses lecteurs et spectateurs de plus en plus nombreux. »

JEUNE AFRIQUE INTELLIGENT

« Qui voudrait se priver d'un Mickey ruant si salutairement dans les plates-bandes du Disneyland relooké par Bush bis et sa bande ?»

24 HEURES

« Il y a de la dérision dans ce livre, certes, mais aussi une grande générosité : Moore ne juge pas, il exhibe les pièces du dossier, les présentant à la manière d'un puzzle absurde et impossible à reconstituer. Du très grand art. Et une magistraleleçon de critique sociale. »

DERNIÈRES NOUVELLES D’ALSACE

« Portrait au vitriol dont la lecture peut être considérée comme un acte de salubrité publique. »

LIEN SOCIAL

« Un livre sérieux et drôle à la fois. C'est plutôt rassurant de voir qu'il y en a encore quelques-uns dans ce pays qui réfléchissent et qui proposent. »

SILENCE

0000-00-00 - PRESSE

 

Table des matières

Introduction : Un putsch à l'américaine - 1. Mon cher George - 2. Ça s'appelle le C-A-P-I-T-A-L-I-S-M-E - 3. Mort aux visages pâles ! - 4. Les États Stupides d'Amérique - 5. Sauve qui peut la planète ! - 6. La fin des hommes - 7. On est les plus forts ! - 8. Tous en taule, c'est tellement plus drôle - Épilogue : La triste et sordide histoire de Ben Cheney et Ben Bush.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites