Le nucléaire imaginé
Le rêve du capitalisme sans la Terre

Ange Pottin

La relance d'un nucléaire estampillé " vert " interroge alors qu'une série de graves problèmes mine depuis plusieurs années cette industrie en équilibre précaire : stockage des déchets, corrosion, saturation des piscines, désorganisation, conflits. Comment cette technologie controversée, fragile et vieillissante apparaît-elle à nouveau comme une perspective d'avenir ?
Pour tenter de la faire renaître, ses promoteurs s'appuient sur un ancien et puissant imaginaire : celui d'une technologie " sans la Terre ", capable de libérer l'expansion économique de ses conditions matérielles.
Ce nucléaire imaginé – apparu dans l'après-guerre chez des ingénieurs grisés par un nationalisme technologique, entretenu par des économistes soucieux de croissance et de compétitivité, relayé dans les arènes internationales pour y vendre et y défendre des marchandises contestées – a mobilisé et justifié la production en masse de machines, de matériaux, de résidus et d'installations contaminées.
Le nucléaire imaginé est exemplaire d'une contradiction qui traverse plus généralement le capitalisme industriel : en promettant l'indépendance vis-à-vis de la Terre, il étend sans cesse sa pesante emprise terrestre. L'héritage qu'il nous lègue est encombrant : une infrastructure colossale et toxique qu'il faudra bien, un jour ou l'autre, démanteler.

Version papier : 16.00 €
Version numérique : 11.99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Petits cahiers libres
Parution : 11/01/2024
ISBN : 9782348081101
Nb de pages : 160
Dimensions : 12.5 * 19.0 cm
ISBN numérique : 9782348081118

Ange Pottin

Ange Pottin
Ange Pottin est agrégé et docteur en philosophie de l'École normale supérieure de Paris. Ses recherches articulent philosophie des techniques et Science and Technology Studies, et sont notamment consacrées aux industries énergétiques et chimiques, leur matérialité, leurs imaginaires, et l'héritage résiduel qu'elles nous lèguent.

Extraits presse

Dans Le Nucléaire imaginé. Le rêve du capitalisme sans Terre, Ange Pottin analyse la rhétorique (écologique) des promoteurs du nucléaire et les confronte à la réalité et aux difficultés de la filière, à la fois en termes de sécurité et surtout de recyclage (ou non) de son combustible.

2024-01-16 - Nonfiction

 

Dans un livre lumineux, basé sur un patient travail d'archives, le philosophe Ange Pottin retrace la généalogie de l'" écologie nucléaire " rêvée par les créateurs de la filière dans les années 1950, fondée sur l'idée qu'un jour, les réacteurs atomiques pourront recycler à l'infini leur combustible.

2024-01-28 - Mediapart

 

L'ouvrage décrit comment ce " nucléaire imaginé " s'appuie notamment sur la promesse incertaine et toujours repoussée de valorisation des résidus. L'idée d'une " recyclabilité infinie " conforte l'utopie d'une croissance illimitée, occultant la matérialité des combustibles usés et le défi du démantèlement des installations. En resituant ces représentations dans l'histoire du capitalisme industriel, et en éclairant le rôle joué par les personnels de la filière dans la dénonciation de cet " envers irradiant ", l'essai apporte une contribution nécessaire à un débat public qui peine à exister.

2024-01-29 - C - Le Monde

 

Sans lui faire de procès de principe, Ange Pottin invite à regarder le nucléaire pour ce qu'il est vraiment : une énergie efficace mais extrêmement coûteuse en argent et en ressources, produisant des déchets sur des centaines de milliers d'années et dont la question du démantèlement exige dès maintenant une profonde réflexion.

2024-02-01 - Matthieu Giroux - Socialter

 

Le chercheur en philosophie des sciences Ange Pottin met en évidence l'imaginaire hors-sol du nucléaire. Apparue dès les années 1950, cette vision occulte la matérialité de cette industrie –; déchets, ouvriers exposés à la radioactivité, emprise sur le territoire. Elle trouve son point d'orgue dans l'obsession française du retraitement des combustibles usés et la promesse, toujours repoussée, de leur recyclage infini dans des réacteurs à neutrons rapides. Une " fantasmagorie " que s'est réapproprié le capitalisme, qui y voit un argument supplémentaire pour la poursuite de sa croissance illimitée. Le livre d'Ange Pottin est d'autant plus important que cet imaginaire " déterrestré " et ce projet du " capital fissile " sont encore vivaces aujourd'hui, en pleine relance du nucléaire.

2024-02-01 - Émilie Massemin - Reporterre

 

Table des matières

Introduction
1. Relance et défaillances

Relance industrielle et nucléaire écologique
Vieillissement, défaillances et résidus
Le " cycle du combustible fermé " : le nucléaire et l'imaginaire de la circularité
Petit exposé technique du " cycle du combustible "
Matière ou déchet ? L'écologie nucléaire et l'ontologie du résidu

2. Nationalisme technique et imaginaire énergétique
Rencontre avec un nucléocrate
Le CEA et la technopolitique nationaliste nucléaire
Le " style de pensée " déterrestré des ingénieurs du CEA
3. Le projet du capital fissile
Combustible et capital
La naissance du projet du capital fissile
Le projet du capital fissile en 2023
4. Le nucléaire imaginé et la diplomatie du capital fissile
" Promote and control " : le capital fissile entre désir et prolifération
Naissance du nucléaire écologique
Le capital fissile et la matière proliférante aujourd'hui
5. Contester le capital fissile, rendre visible l'infrastructure irradiée
Contester le capital fissile : l'écologie politique oubliée du SNPEA
Rendre visible l'arrière-boutique radioactive du nucléaire imaginé
L'héritage radioactif et la presqu'île
6. Les fantasmagories circulaires et l'héritage du capitalisme industriel
Capital fissile et imaginaire : distorsion, mobilisation, utopie
Fantasmagories circulaires
De l'imaginaire de la clôture à la politique de la fermeture
Remerciements.