L'État hors-la-loi
Logiques des violences policières

Arié Alimi

La multiplication récente des violences policières, des morts et des blessés qu'elles ont entraînés, a rappelé à quel point l'usage de la force est corrélé au pouvoir d'État. Pour autant, ces violences restent largement impensées, généralement considérées comme la conséquence de contradictions internes à la gestion de l'ordre néolibéral. Or les violences qui ont conduit à la mort de Nahel M., à celle de Rémi Fraisse, à celle de Cédric Chouviat, comme celles qui ont consisté à mettre à genoux les lycéens de Mantes-la-Jolie ou à mutiler des gilets jaunes n'ont ni les mêmes modalités ni les mêmes rationalités.
Fondé sur l'analyse des dossiers judiciaires auxquels l'auteur a eu accès, ce livre montre que les armes, les techniques, les pratiques et les objectifs, ainsi que les réactions politico-médiatiques et les traitements judiciaires diffèrent selon que les violences ciblent une expression politique, l'exercice d'une liberté de circulation ou la simple appartenance ethno-raciale.
Discipliner, punir, instaurer ou restaurer un rapport de domination, territorialiser l'espace public, l'espace privé, les flux de circulation et, dans les cas les plus extrêmes, exprimer une violence pure – celle de l'antique pouvoir de vie et de mort –, telles sont les différentes fonctions des violences policières. Cette distinction permet de mieux saisir les rapports de pouvoir qui s'expriment entre l'État et la population et entre la police et des groupes sociaux déterminés. Elle offre aussi des prises pour tenter de répondre à une question plus fondamentale : la violence est-elle constitutive du pouvoir, un moyen de son exercice ou une condition de sa possibilité ?

Version papier : 19.00 €
Version numérique : 13.99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Petits cahiers libres
Parution : 14/09/2023
ISBN : 9782348078217
Nb de pages : 232
Dimensions : 14.0 * 20.5 cm
ISBN numérique : 9782348078224

Arié Alimi

Arié Alimi
Arié Alimi est avocat, membre du bureau national de la Ligue des droits de l'Homme et défend des victimes de violences policières depuis vingt ans. Il défend notamment le père de Rémi Fraisse, Jérome Rodrigues, Manuel Coisne, la famille de Cédric Chouviat et un grand nombre de victimes et de familles de victimes dans leur combat quotidien pour obtenir la vérité et la justice.

Actualités

Extraits presse

Pour faire bouger les lignes sur la question des violences policières, Arié Alimi use du droit autant qu'il joue des médias. [...] Dans l'État hors-la-loi, l'avocat découpe au scalpel le processus judiciaire qui, bien trop souvent, mène à l'acquittement de policiers violents. Il raconte, en s'appuyant sur les nombreux dossiers qu'il a défendus, le chemin de croix des victimes.

2023-10-06 - Street Press

 

Les premières pages sont trompeuses. Pendant un court instant, le lecteur qui ouvre le dernier ouvrage de l'avocat Arié Alimi, L'Etat hors-la-loi. Logiques des violences policières, pense avoir entre les mains un pamphlet antipolice. Il n'en est rien. Le militant de la Ligue des droits de l'homme livre, en réalité, une passionnante réflexion aux confins de la philosophie et du droit, sur l'usage de la force par l'Etat. M Alimi se propose de disséquer les " violences policières " – locution qu'il assume d'utiliser – pour en comprendre les racines et les implications contemporaines.

2023-10-06 - Le Monde

 

[Arié Alimi] nous rappelle les enquêtes compliquées, des enquêtes souvent mal menées par la police et la justice, des enquêtes qui sont des batailles pour les avocatEs comme Alimi, Kempf ou Bourdon, des combats pour les familles victimes qui demandent justice. Arié Alimi montre toute l'importance de la bataille judiciaire, de la lutte pour nos droits, pour le Droit, pour des lois qui protègent les populations, qui assurent la démocratie et les libertés de toutes et tous. Une bataille qui ne remplace pas la lutte politique et les mobilisations collectives, mais à ne pas laisser de côté.

2023-10-13 - L'Anticapitaliste

 

Vidéos






 

Table des matières

Introduction
Préambule. Une archéologie sémantique et juridique de la violence

Pouvoir, force, puissance, autorité : des synonymes de violence ?
Légalité, légitimité, illégalité et illégalisme
Le monopole de la violence légitime n'existe pas
1. Les violences policières ethno-raciales : un outil de ségrégation
Une histoire personnelle et professionnelle
La matrice coloniale des violences policières ethno-raciales
Une justice " qui se tient sage " face aux violences policières
Pour la police, " un bicot ça ne sait pas nager "
2. Les violences policières politiques : une guerre civile qui ne dit pas son nom
Sivens : une préparation idéologique et politisée des fonctionnaires du maintien de l'ordre
L'État hors-la-loi
La fonction des rapports de police et de gendarmerie, ou la déréalisation de la violence
La brutalisation du maintien de l'ordre, expression de l'illégalité de l'État
Une législation et une politique facteurs de brutalisation
L'idéologisation des forces de l'ordre, fondement de la brutalisation du maintien de l'ordre
Sur quelques vecteurs matériels de la brutalisation du maintien de l'ordre
Un traitement judiciaire discriminant qui favorise les violences du maintien de l'ordre
Massification des manifestants et territorialisation de l'espace public
3. Les violences policières de la circulation : le retour du droit de vie et de mort
" J'étouffe "... Le cas Cédric Chouviat
L'article L. 435-1 du code de la sécurité intérieure : une réécriture du droit de vie et de mort
Souheil El Khalfaoui. Quand l'enquête vise à détruire les preuves
Les courses poursuites tuent
Le mouvement comme objet de violence
Conclusion. L'État de la violence