Les nouveautés numériques du 16 janvier 2014

Notre catalogue numérique s'enrichit de 19 nouveaux titres au format epub (et toujours sans DRM).

 

* L'ennemi intérieur - Mathieu Rigouste

 

L'auteur retrace l’évolution des représentations de l’ennemi intérieur dans la pensée d’État depuis les années 1960. Ce livre explique comment, des territoires colonisés aux quartiers populaires actuels, le pouvoir politique a régénéré un modèle de domination fondé sur la désignation d’un bouc émissaire socio-ethnique et la gestion de la peur dans la population. À travers l’étude de la lutte contre l’immigration et le terrorisme, il révèle l'évolution du contrôle intérieur et la mise en oeuvre d'un nouvel ordre sécuritaire.

 

 

* L'intérêt souverain - Frédéric Lordon 

 

La science économique utilitariste domine largement les sciences sociales. Les courants de sociologie se sont, en majorité, rendus à la théorie du choix rationnel. Cependant, il existe des courants anti-utilitaristes, qui, à l’autre extrême, versent dans la naïveté du geste donateur. Frédéric Lordon, propose un concept élargi d’intérêt de Spinoza, le conatus, qui permet de sortir de cette antinomie improductive.

 

 

* Petite histoire de l'expérimentation démocratique - Yves Sintomer

 

Le tirage au sort a une longue histoire politique. Il constitue l’une des dimensions, trop souvent oubliée, du gouvernement du peuple. Inventé avec la démocratie à Athènes, longtemps consubstantiel à la tradition républicaine, pourquoi a-t-il été réservé aux jurys d’assises après les révolutions française et américaine ? Pourquoi fait-il son retour aujourd’hui, et quelle peut être sa légitimité dans le monde contemporain ? A quelles conditions peut-il contribuer à rénover la démocratie, à la rendre plus participative et plus délibérative ? Les mini-publics tirés au sort peuvent-ils s’articuler aux mouvements sociaux ? Une comparaison historique fait-elle sens ?
Yves Sintomer montre dans ce livre incisif que des logiques politiques nouvelles sont en train d’émerger.

 

 

* Les guerres de mémoires - Pascal Blanchard, Isabelle Veyrat-Masson (dir.)

 

Depuis la fin des années 1990, on a vu se durcir en France une « guerre de mémoires » autour de l’histoire coloniale et, en particulier, celle de l’Algérie ou celle de l’esclavage. Les différents protagonistes ont largement mobilisé les médias, anciens et nouveaux, saturant parfois l’espace public au point de donner le sentiment d’un débat d’une ampleur sans précédent. Et pourtant, on oublie trop souvent que le XXe siècle a été, génération après génération, une longue suite de conflits mémoriels. Comme si, sur les questions essentielles, les « guerres de mémoires » étaient en France le moyen de faire entrer le passé dans le présent. C’est ce que montre cet ouvrage, réunissant des contributions très accessibles des meilleurs historiens, politologues ou sociologues.

 

 

* La France a peur... - Laurent Bonelli

 

 

L’explosion de l’« insécurité » est devenue un sujet incontournable du débat politique et médiatique français. D’où vient une telle inflation du thème de la sécurité dans notre société depuis le début des années 1980 ? Dans quelle mesure a-t-elle modifié la perception politique et médiatique des milieux populaires et de leurs problèmes sociaux ? L’ouvrage de Laurent Bonelli montre d’abord que l’émergence de « l’insécurité » est inséparablement liée aux formes de précarités existentielles qui se développent à la fin des Trente glorieuses et au recul constant de l’État social. Ensuite, c’est à partir de l’ensemble de ses dimensions qu’il aborde cette question, de son traitement médiatique aux savoirs et expertises en tout genre mobilisés pour interpréter la « délinquance », des politiques de sécurité mises en place localement, jusqu’aux mutations profondes intervenues dans l’organisation et les missions de la police. Avec la reformulation progressive de la question sociale en impératif « d’ordre dans la rue », c’est tout un pan des relations entre les citoyens et les institutions républicaines qui a changé de visage. Un livre somme qui permet de prendre la mesure d’un changement d’époque.

 

 

* L'islam et les fondements du pouvoir - Ali Abderraziq

 

Théologien et juriste reconnu, Ali Abderraziq prône une séparation radicale du spirituel et du temporel : il montre que le Prophète est un guide spirituel et non un roi de ce monde. Ses préceptes pour le gouvernement des hommes n'impliquent en rien les fondements d'un " État islamique " qui n'a jamais existé, pas même aux premiers temps de l'Umma. Aucun principe religieux n'interdit donc aux musulmans d'édifier leur État et leur société sur la base des dernières créations de la raison humaine et des systèmes politiques que l'expérience des nations a désigné comme étant parmi les meilleurs.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 1994.)

 

 

* La fragilité - Miguel Benasayag

 

Nos sociétés connaissent un moment caractérisé, entre autres, par la « séparation » : nous sommes séparés de notre puissance d’agir, nous ne trouvons plus les passerelles entre nos souhaits et nos pratiques. Sortir du fatalisme ambiant, construire une pensée de l’agir : telle est la voie qu’explore ce livre stimulant, où Miguel Benasayag s’interroge sur les moyens de dépasser la séparation. Et de sortir de cette constellation où les humains se vivent comme des sujets séparés à jamais du monde « objet », sur lequel, vainement, il prétendent « agir ». Mobilisant notamment les apports récents de la neurophysiologie de la perception, il s’efforce de construire les bases d’une pensée de la décision.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2007.)

 

 

* Le mythe de l'individu - Miguel Benasayag

 

L'auteur entend remettre en cause ici le mythe de l'individu. Pour sortir du piège de la dichotomie individu/masse, il faut tenter de penser un au-delà de l'individu. Tel est donc le propos du livre qui propose une théorie de l'émancipation qui dépasse l'opposition forts/faibles à la base du fonctionnement de nos sociétés et offre une critique originale de l'individualisme contemporain.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2004.)

 

 

* Mai 68, l'héritage impossible - Jean-Pierre Le Goff

 

Pour comprendre les effets souterrains considérables de Mai dans la France contemporaine, il faut revenir sur son utopie première et sur son échec, sur ces années où la passion des soixante-huitards s’est investie massivement dans un gauchisme aux mille facettes. À ceux qui ont vécu Mai 68 comme à ceux qui sont nés depuis, l’auteur voudrait faire partager cette conviction : pour dépasser aujourd’hui ce principe d’individualisme irresponsable qui nourrit l’air du temps, pour retrouver les voies d’une passion démo-cratique, il importe d’assumer enfin de façon critique l’héritage de Mai.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la troisième édition de 2006.)

 

 

* Gilles Deleuze, Félix Guattari - François Dosse

 

L’un était philosophe, l’autre psychanalyste. Figures majeures de la vie intellectuelle française de la seconde moitié du XXe siècle, ils sont considérés comme les plus illustres représentants de cette période de bouillonnement politique et intellectuel que constituèrent l’avant et l’après-mai 1968. Les deux hommes se rencontrent en 1969. Ce sera le début d’une grande complicité amicale, d’une aventure intellectuelle qui n’a connu que peu de précédents. C’est à leur biographie croisée que l’historien François Dosse nous convie, en trois temps : biographies parallèles, puis biographies croisées, et enfin biographies redifférenciées. Ce livre riche et passionnant explore les mystères d’une collaboration unique qui constitue une page encore proche et toujours actuelle de notre histoire intellectuelle.
Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2009.)

 

 

* Le chasseur noir - Pierre Vidal-Naquet

 

Rassemblant une sélection de textes sur la Grèce, cet ouvrage aborde notamment des thèmes centraux comme l'espace et le temps, les jeunes et les guerriers, les femmes, les esclaves et les artisans, la cité pensée et la cité vécue. Des textes littéraires, philosophiques, historiques, des récits mythiques ou des analyses descriptives, d'une part, et de l'autre, des pratiques sociales : la guerre, l'esclavage, les institutions juvéniles, l'érection des monuments commémoratifs.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2005.)

 

 

* La condition littéraire - Bernard Lahire

 

On connaît très mal les écrivains. Fort de ce constat, Bernard Lahire a mené une enquête rigoureuse et dressé un portrait passionnant de cette population. On apprend entre autres que les écrivains mènent souvent une double vie partagée entre création et activité de subsistance. Pourquoi cette situation ? Quelles en sont les formes et les effets sur les oeuvres et leurs auteurs ? Telles sont les questions auxquelles répond Bernard Lahire : un éclairage précieux sur les conditions d'existence réelles de ces individus.

 

 

* Changer de société, refaire de la sociologie -  Bruno Latour

 

La société ne peut être comprise qu’à partir d’assemblages et de connexions entre des choses qui ne sont pas elles-mêmes sociales. L'auteur expose son projet pour une « science de la vie ensemble ».
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2007.)

 

 

* À quoi sert la sociologie ? - Bernard Lahire

 

La sociologie doit-elle nécessairement servir à quelque chose ? Ou, pour le dire autrement, à quoi ne doit-elle surtout pas servir ? Et si la sociologie doit avoir une quelconque utilité, quelle doit en être la nature : politique, thérapeutique, cognitive ? C'est à cet ensemble de questionnements que les auteurs de cet ouvrage, sous la direction de Bernard Lahire, ont accepté de se confronter.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2004.)

 

 

* Devenir anorexique - Muriel Darmon

 

L’anorexie est trop souvent étudiée à partir des institutions en charge du traitement des malades et à travers les discours médicaux, psychanalytiques ou journalistiques qui détiennent sur ce sujet une sorte de « monopole de la parole légitime ». L'approche sociologique impose de se tenir au plus près de l’expérience des personnes concernées par la maladie, de leurs propriétés sociales et culturelles et  de reconstituer précisément les conduites et les processus qui font que des adolescentes peuvent en venir à être diagnostiquées comme anorexiques.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2008.)

 

 

* Parias urbains - Loïc Wacquant 

 

Rompant avec le biais exotisant des discours médiatique et politique, ce livre emmène le lecteur au sein du ghetto de Chicago et d’une cité déshéritée de la banlieue industrielle de Paris. Où l’on découvre que la marginalité urbaine n’est pas partout tissée de la même étoffe. En éclairant d’un jour nouveau le mélange détonnant entre la misère, l’opulence et la violence qui ressurgissent de concert dans les métropoles du Premier monde, Parias urbains offre des outils précieux pour revigorer le débat public sur les inégalités sociales et la citoyenneté à l’aube du siècle nouveau. 
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2007.)

 

 

*Le rêve de Bolivar - Marc Saint-Upéry

 

Chavez, Lula, Kirchner, Tabaré Vazquez, Evo Morales, Rafael Correa, voire Michelle Bachelet… Y a-t-il vraiment une « vague de gauche » en Amérique du Sud ? Le livre de Marc Saint-Upéry, par l’originalité de son approche, l’ampleur de son champ d’investigation et l’agilité de son écriture journalistique, offre au grand public un panorama de la question sans équivalent sur le marché éditorial. Basé sur quatre ans de voyages et de reportages, des favelas de Salvador de Bahia à l’Amazonie équatorienne en passant par les ghettos sociaux de la banlieue de Buenos Aires, sur des dizaines d’entretiens avec des militants et des banquiers, des « piqueteros » et des ingénieurs pétroliers, des paysans indiens et des hauts fonctionnaires et sur l’assimilation de milliers de pages de littérature politologique, sociologique, historique et ethnographique, l’auteur nous transmet les raisons et les passions des acteurs du changement. Prenant le contre-pied des idées reçues, il démontre qu’il n’existe pas une seule gauche en Amérique latine, mais que les clivages pertinents traversent le plus souvent les lignes de démarcation imaginaires entre « radicaux » et « modérés », « populistes » et « réalistes ». 
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2008.)

 

 

* La matrice de la race - Elsa Dorlin

 

Au croisement de la philosophie, des études sur le genre et de la science politique, Elsa Dorlin analyse comment les enjeux politiques sont articulés à la définition du genre et de la race. Dans cet ouvrage, elle donne à comprendre en quoi, du XVIIe au XIXe siècle, le modèle d’une figure féminine saine et maternelle a déterminé la conception de la race et du racisme à l’œuvre lorsque la nation française s’engageait dans l’esclavage et la colonisation.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2009.)

 

 

* Les droites et la rue - Danielle Tartakowsky

 

13 mai 1958 à Alger, 30 mai 1968 à Paris, ou manifestations pour la défense de l’École libre en juin 1984, récentes manifestations contre le mariage, sans parler du 6 février 1934, il y a 80 ans tout juste, ce livre original s’essaie à cerner la place et le poids des manifestations de droite dans les systèmes politiques depuis quelque cent trente ans - leurs spécificités, leurs logiques d’action et leur autonomie relative .


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites