La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Sociologie, société / The Wire     
présentation
infos techniques
auteur
table des matières
sur le net

The Wire
Imprimer la fiche

 
Créée par un ancien journaliste du Baltimore Sun, David Simon, et un ancien policier, Ed Burns, et scénarisée par des grands noms du roman noir américain, la série américaine The Wire est devenue culte. S’appuyant sur des investigations de terrain de plusieurs années, elle décrit finement la réalité sociale, économique et politique des habitants du « ghetto » de Baltimore. Consacrée « meilleure ethnographie jamais réalisée de l’Amérique urbaine contemporaine » par le sociologue William Julius Wilson, saluée par Time Magazine ou le New York Post comme étant la meilleure série de l’histoire de la télévision américaine, elle est un outil efficace de discussion et de débats autour des problématiques qui parcourent les quartiers populaires. Elle sert aujourd’hui de support à de nombreux cours sur la ville ou sur les inégalités sociales aux États-unis.
Pourquoi un tel succès ? Que peuvent nous apprendre les médias de masse sur la société et, ce faisant, comment interpellent-ils les sciences sociales ? Que donne à voir la série des quartiers populaires américains, au service de quel message social et politique ? Quelle en est la réception française et un The Wire hexagonal serait-il possible ? Telles sont les questions discutées par cet ouvrage pluridisciplinaire, au croisement des études cinématographiques et sérielles, de la sociologie, de l’urbanisme et de la science politique.
Introduction : The Wire : entre fiction et sciences sociales
Une série originale dans le champ télévisuel
Quand les sciences sociales s’intéressent à une série
Un message social et politique discuté
Présentation de l’ouvrage
Bibliographie sélective
I / The Wire ou la ville américaine

1. The Wire et la ville américaine : un contrepoint au discours néolibéral,par Marc V. Levine
Le mythe de la renaissance de Baltimore
Le développement d’une économie parallèle
La mort du travail
Les politiques en échec
2. De quel ghetto The Wire parle-t-il ?, par Anmol Chaddha et William Julius Wilson
The Wire : une série systémique
Le déclin du ghetto noir
The Wire et les effets de quartier
Les origines politiques de la concentration de la pauvreté
Des élus noirs inutiles ?
Conclusion
3. The Wire : fable cynique de l’Amérique urbaine, par Peter Dreier et John Atlas
Une critique radicale ?
Au-delà du constat, croire au changement pour engager le changement
L’absence des travailleurs pauvres
L’absence de l’action collective
II / The Wire et les institutions
4. Les raisons de la « colère ». Emprise et adversité des institutions dans The Wire, par Fabien Desage
Un univers d’institutions
Les institutions au coeur de la tragédie urbaine et sociale de Baltimore
Réflexivité critique, tentatives de subversion et sentiment d’appartenance
5. Dépolitiser le ghetto pour inciter à l’action ?, par Julien Talpin
La politique comme champ de lutte
Le rapport des citoyens au politique : défiance et impossible politisation de l’expérience ordinaire
Disparition de l’action collective et des organisations intermédiaires : la dépolitisation du ghetto
Conclusion : Accentuer la critique pour promouvoir le changement social
6. Dans les rouages du système policier, par Julien Achemchame
Une ambition réaliste et une visée politique revendiquées
Description minutieuse des rouages du système policier par le prisme de la hiérarchie
Dysfonctionnement du système : la politique du chiffre («the numbers game ») et l’impuissance généralisée
III / The Wire comme œuvre télévisuelle
7. Une relation spéculaire, par Didier Fassin
«And all the pieces matter »
«Truth Be Told »
Conclusion
8. «Let’s see if there’s a pattern », par Ariane Hudelet
L’individu et son contexte
Des frontières matérialisées ou transcendées par l’image
Conclusion
9. L’audace queer de The Wire, par Monica Michlin
Genderbending et personnage queer
Snoop, la tueuse androgyne
10. Quelles représentations des Afro-Américains dans The Wire ?, par Anne-Marie Paquet-Deyris
Ville noire, série noire
Les joueurs : perdants et gagnants
Faillite systémique
IV / The Wire depuis la France
11. «I’ve been schooled, dog. For real ». Apprendre et enseigner avec The Wire, par Fabien Truong

Apprendre avec The Wire. Les attractions symétriques, ou quand une série met les sciences sociales sur écoute…
Apprendre de The Wire. Les attractions asymétriques, ou quand les sciences sociales mettent une série sur écoute…
Enseigner avec The Wire. La pédagogie sur écoute
12. Quelle réception française de The Wire ? par Marie-Hélène Bacqué en collaboration avec Lamence Madzou
Une série plébiscitée par un public intellectuel
Le rap comme vecteur de diffusion
« Y a trop de noirs en Amérique ; c’est chaud, ils se tirent dessus »
The Wire et l'imagination sociologique
13. La Commune, ou le portrait ambigu d'une cité française, par Amélie Flamand, Valérie Foucher-Dufoix
« Un western en banlieue »
Espace imaginé et réalité de l'espace
Une tragédie moderne
La cité prison : un monde sans issue
Entre clichés et dévoilement
« Le maire va raser la cité dans moins de six mois »
Conclusion
Liste des personnages
Liste des auteurs.




The Wire (en français Sur écoute) n’est pas la série télévisée américaine la plus célèbre, mais elle est sans doute la plus populaire parmi les sociologues. Rien de plus naturel puisque son créateur, l’ancien journaliste David Simon, a nourri sa démarche d’écrits des sciences sociales dont il entendait transposer les constats et analyses dans un récit fictionnel. Cette affinité élective entre connaissance sociologique et série télévisée explique que The Wire ait été l’objet, depuis sa première diffusion aux États-Unis de 2002 à 2008, de nombreuses publications académiques et que des enseignements universitaires lui soient spécifiquement consacrés. Cet ouvrage collectif apporte une nouvelle contribution à cet ensemble exégétique devenu imposant et dont aucune fiction télévisuelle n’avait probablement encore bénéficié.
Lectures / Liens Socio

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016