À paraître

Patrons en France

Michel OFFERLÉ

« Chef d’entreprise vous ne pouvez pas expliquer ce que vous faites, parce que c’est un monde à part »
« Créer quelque chose, créer une entreprise, c’est déjà lutter contre la peur »
« Les hommes politiques n’ont pas l’ombre d’une idée de savoir comment une société conduit sa stratégie »
« C’est vrai qu’on ne peut pas se comparer aux gens de là-haut, les parachutes, les machins, les trucs »
« L’idée, c’est pas d’être millionnaire, c’est de se faire plaisir et de faire tourner une boîte et qu’on s’en tire et qu’on en vive agréablement »
« J’ai une certaine satisfaction, enfin c’est un peu idiot mais je fais vivre treize personnes »
« Je veux gagner de l’argent ! Moi j’ai pas le temps. Je suis comme ça ! Je suis un homme pressé, très pressé ! »
Qu’ils soient grands, très grands, petits ou moyens, qu’ils travaillent dans le bâtiment, l’industrie, le commerce ou les services, les patrons sont au centre de cet ouvrage, produit d’une enquête collective menée par des chercheurs confi rmés et par de jeunes sociologues, sur ce métier beaucoup plus fantasmé, vilipendé ou héroïsé que véritablement connu.
À partir de trente-six entretiens largement reproduits et commentés, il s’agit de comprendre qui sont les patrons en France, quelle place ils occupent dans la société française, quelle vision ils en ont. Il s’agit de réfléchir sur les différences qui traversent les mondes patronaux et sur ce qui les unit puisque, spontanément, la catégorie « patrons » et « patronat » fait sens – même si ce sens est ambigu.
Ce livre est le premier portrait de groupe précis et coloré qui permet, au travers de ces multiples histoires de vie, de comprendre de manière vivante et approfondie qui sont les patrons en France.

Version papier : 25 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Hors collection Sciences Humaines
Parution : mai 2017
ISBN : 9782707190734
Nb de pages : 400
Dimensions : 155 * 240 mm

Michel OFFERLÉ

Michel Offerlé, professeur à l’ENS, est notamment l'auteur de Sociologie des organisations patronales, La Découverte, 2009, et Les Patrons des patrons. Histoire du Medef, Odile Jacob, 2013.

Table des matières

Prologue
Introduction générale
Une photographie statistique des patronats en France

(Années 1990-années 2010)
I / Trajectoires entrepreneuriales
« Ce qui fait le patron, c’est l’insatisfaction »
Du CAP de boulangerie à la grande entreprise
« Il faut se structurer un maximum »
Martin Sauveur, repreneur d’un garage
« Une bonne partie de la prime de licenciement »
(Re) conversion professionnelle et politique d’un ancien salarié de l’industrie
« Vous savez, moi, je suis plutôt atypique »
Une universitaire qui crée son entreprise
« Si on aime l’argent, on ne réussira jamais ! »
Un restaurateur kabyle à Paris
« Dans mon métier de petit banquier d'affaires »
La voie royale (?) ? Du Trésor au privé
« On vit les aventures qu’on peut. »
Un promoteur immobilier français aux États-Unis
II / Surfaces patronales
« Il était important de faire de l’histoire »
Du corps des mines à Saint-Gobain
« Je viens d’une famille très modeste et j’y suis arrivé »
Du statut d’« outsider » à celui de notable local, récit biographique d’un franchisé McDonald’s
« Il y a des solutions locales ! »
Diriger un bureau d’étude technique dans le Tarn
« Il faut que la personne soit courageuse…»
Après, l’état d’esprit, tu juges sur pièces
« J’avais envie de construire quelque chose pour moi »
Un agent immobilier parisien
« Il existe quand même une conscience »
Une libraire menacée d’extinction à Montparnasse
« Faire quelque chose de sa vie »
Une situation professionnelle aux frontières de l’entrepreneuriat
III / Le puzzle du capital entrepreneurial
« De la boue, de la graisse et de la suie »
La reprise d’une entreprise patrimoniale
« Lutter contre la peur »
Un cadre dirigeant en fin de carrière crée son entreprise
« Dans une assemblée de costumes gris, si vous avez une veste rose… »
Une patronne d’une grande entreprise de services
« Moi j’ai déjà fait sept ans comme P.-D.G. et je ne me suis pas encore fait virer ! »
Un fils de petit commerçant devenu dirigeant de la filiale française d’un groupe américain
« Moi ça m’a ouvert un réseau énorme »
Une figure entreprenariale en banlieue parisienne
« Un bureau de tabac, c’est de la rigolade comme commerce »
La mobilité horizontale des indépendants
IV / Diriger une entreprise
« Si on respecte les gens qui travaillents pour vous, c'est pas la peine... »
Une entreprise familiale de transport routier
« Je suis toujours en train de bricoler à droite à gauche »
Un ancien carrossier devenu gérant d’une casse automobile
« Moi je dis, on devient ce qu’on a toujours été »
Fils d’artisan, cadre, puis chef d’entreprise
« Une entreprise, ça décide mais ça exécute ; ça met en œuvre »
Parcourir l’espace des décideurs, Pierre Pringuet
« Les choses ne sont pas toujours aussi smooth»
La carrière d’un « patron salarié »
V / Rapports à l’argent
« Mettre leur argent au travail »
Qu’est-ce qu’un capital-risqueur, un VICI ?
« Gagner de l’argent ! »
Le directeur d’une entreprise d’un grand groupe français
« Rester petit… »
Patrick Gouret, artisan carreleur
« J'ai repris sa Maison »
Un artisan d’art soucieux de son patrimoine familial
« Il y a une exemplarité à tenir »
Un patron catholique
« Je vends… une compétence ! »
Un consultant du 16e arrondissement
VI / Valeurs, goûts et opinions patronaux
« Quand vous avez votre têre sur une affiche... »
L’engagement patronal au Front national, un investissement à la rentabilité très incertaine
« Qui peut se dire patron de gauche à part Pierre Bergé ? »
La mise à distance du militantisme socialiste d’un patron dans le bâtiment
« C’est la différence entre un patron de gauche et un patron de droite. »
Un patron « avec Mélenchon »
« Je suis un métier d'art, mais je suis un commerçant »
Dirigeants d’une verrerie de père en fille
« L’amour de l’opéra »
Un banquier passionné d’art lyrique
Conclusion
« Nos » enquêtés
Les enquêteurs
Remerciements
Bibliographie
Index thématique.

Bibliographie 467