La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Histoire contemporaine / Le tournant global des sciences sociales     

Le tournant global des sciences sociales

Alain CAILLÉ, Stéphane DUFOIX

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
sur le net
extraits presse
foreign rights

Le tournant global des sciences sociales
Imprimer la fiche

 

« Globalisation » et « mondialisation » : ces termes sont devenus depuis une vingtaine d’années des éléments-clés du lexique économique et politique, ainsi que du vocabulaire des sciences humaines et sociales. Pourtant, leur usage est le plus souvent fort vague. C’est ce processus de globalisation des diverses disciplines des sciences sociales que l'on tente de décrire ici. Car comment pourraient-elles penser la globalisation, dans toutes ses dimensions et dans tous ses effets, si elles ne savent pas penser en même temps leur globalisation ?
En une vingtaine de chapitres rédigés par des sociologues, des anthropologues, des politistes, des historiens et des géographes, français comme étrangers, parmi les plus réputés dans ce domaine, Le Tournant global des sciences sociales se veut une contribution tout à la fois à une meilleure compréhension des phénomènes que l’on associe généralement à la « globalisation », ainsi qu’à l’étude des transformations disciplinaires entraînées par l’émergence du concept de « global ».

Introduction : Le moment global des sciences sociales, par Alain Caillé et Stéphane Dufoix
Tournant ou moment global ?
Le non-débat français
Une nouvelle articulation spatio-temporelle
I / Mutations disciplinaires
1. Les naissances académiques du global, par Stéphane Dufoix
L’éternelle question des origines - Prodromes académiques - Décrire / prescrire le monde global - En guise de conclusion
2. Histoire globale, histoires connectées, par Romain Bertrand
La résistible ascension des « aires culturelles » - Le « global », une question d’« échelle » ? - Un pari d’histoire « symétrique » - « Comparaisons » et « connexions » : les opérateurs de la mise en récit -Conclusion
3. Une géographie postbraudelienne, par Christian Grataloup
Le méridien de Greenwich du temps - Une géographie posteuropéenne - Ne plus suivre les Rois Mages - Du tube à la carte du temps
4. Problèmes et perspectives de l’histoire globale de l’environnement depuis 1990, par John McNeill
Qu’est-ce que l’histoire environnementale ? - L’histoire environnementale à l’échelle globale - La production globale de l’histoire environnementale - Logique et périls de l’histoire globale de l’environnement
5. Les espaces enchevêtrés du « tournant global », par Ludger Pries
Propositions pour une mise en concept des processus d’internationalisation - Du nationalisme méthodologique et au-delà - Conclusion
6. Tricot français ou mailles anglaises, par Juliet J. Fall
L’emmêlement des géographies - Le projet contestataire de la géographie - Des espaces pour la théorie -Boîtes, centres et marges - Binaires et frontières - Une géographie universelle ? -
7. Rééquilibrer les comptes, par Paul Kennedy
Un monde « en soi », mais pas encore « pour soi » - La résilience continue du local - La fabrique du global : le rôle du local dans les processus globaux

II / De quelques mutations d’objet
8. Les tribulations de la religion, par Peggy Levitt
Comment conceptualiser la religion - Une optique transnationale 1- La religion en mouvement - Les géographies de la circulation - Un exemple empirique - Vernacularisation ou non ?
9. Territoire, autorité, droits : nouveaux assemblages, par Saskia Sassen
De nouvelles formes de territorialité Imbrications et trajectoires : au-delà des dichotomies - Le politique et le normatif face au tournant global - En guise de conclusion

10. Conflits environnementaux et régulation multiniveaux, par Franck Poupeau
L’étude des conflits socio-environnementaux : prolégomènes méthodologiques - Le problème de l’eau en milieu urbain : le cas de La Paz-El Alto en Bolivie
11. La religion à l’ère de la mondialisation, par François Gauthier
Religion et mondialisation - L’effritement de la division public-privé - Redéfinir la notion de société civile
par un triple élargissement - Conclusion

III / Théories de la globalisation entre réalités et idéaux
12. La « globalisation » capitaliste et la classe capitaliste transnationale, par Leslie Sklair
La classe capitaliste transnationale - Le discours de la globalisation capitaliste : la compétitivité - La captation du développement durable par les entreprises
13. Remettre la mondialisation à sa juste place, par Jonathan Friedman
Contre les mots-clés - La mondialisation en tant que moment historique spécifique des cycles ystémiques mondiaux d’expansion et de contraction - La conjoncture historique spécifi que du néolibéralisme - Les dimensions de classe de la crise de reproduction - La transformation sociale : la fabrique de la multitude et les élites (encore) - Le nouveau centralisme et l’essor de la classe politique (
bis repetita)
14. Un « nous » sans « eux », par Jacques Lévy
Les humains entre deux identités - Universalité, fin et suite - Géopolitique - La guerre est finie - Le crépuscule des communautarismes - Fatigue d’être soi en Occident - Les paradoxes de l’échelle ultime - La force du « on »

15. Les démocraties globales postmodernes, par Jan Aart Scholte
La trans-scalarité - Les solidarités plurielles - La transculturalité - La distribution égalitaire - L’écoloyenneté - Conclusion
IV / Re-fonder, re-penser, ré-organiser les sciences sociales
16. Penser global et monter en généralité, par Michel Wieviorka
L’âge d’or des années 1950 et 1960 - Décomposition - L’entrée dans une ère nouvelle
17. Face au multiversalisme scientifique, par Michael Kuhn
Les transformations du système mondial des sciences sociales - Les discours sur les sciences mondiales dans le système scientifique mondial actuel - Et les Européens d’Europe ? - Les paradoxes d’un monde scientifique en mutation - Les transformations du système scientifi que mondial - Le discours scientifique dominant et la monopolisation théorique - Un mode d’existence en structures confinées :
la disciplinarité - Le multiversalisme scientifique contre l’universalime idéaliste
18. Lire le tournant global, par Gayatri Chakravorty Spivak
19. Le global turn entre philosophie et sciences sociales, par Francesco Fistetti
20. L’Essai sur le don, un texte pionnier de la critique décoloniale, par Paulo Henrique Martins
De la pensée classificatoire cognitiviste à la pensée symbolique - Les deux lectures possibles de l’Essai sur le don - Le don comme valeur universelle - L’idée de totalité sociale - En guise de conclusion : le « fait social total » comme théorie décoloniale

Conclusion : L’effet méta-disciplinaire du tournant global en science sociale, par Alain Caillé
Nations et disciplines - Le postnational et le postdisciplinaire - Le global (le mondial) introuvable - Vers une organisation méta-disciplinaire de la division du travail intellectuel - Vers un paradigme du don et de la reconnaissance - Conclusion

Les auteurs

La mondialisation et la globalisation sont deux phénomènes qui font suite à une internationalisation des idées et des politiques dont le point de départ date déjà d’un siècle et demi. Pour autant, « pourquoi les théories sociologiques générales, ou, si l’on préfère, les théories générales en science sociale ont-elles échoué à définir un paradigme […] partagé et partageable ? ». Ce questionnement conclusif trouve ses réponses de manière inductive dans l’éventail pluridisciplinaire et international des vingt contributions présentées dans ce livre, issu d’un colloque tenu en 2010. Dans leur introduction à la thématique, Alain Caillé et Stéphane Dufoix indiquent tout d’abord que le terme de globalisation s’impose dans les sciences humaines et sociales dans les années 1980, avant tout dans les milieux universitaires anglo-saxons. Le « global » visé fait dans cet ouvrage collectif l’objet d’une approche épistémologique par des philosophes, des anthropologues ou encore des historiens venus entre autres d’Italie, d’Allemagne ou des États-Unis. Il s’agit notamment de répondre au canevas proposé lors du colloque mettant en avant des réflexions telles que « Où se trouve le global ? Le global est-il un concept adéquat ou simplement une dénomination qui appelle la conceptualisation ? […] le global est-il postnational et postdisciplinaire ? ».
Lectures / Liens Socio

Depuis une vingtaine d'années, les notions de « mondialisation » ou de « globalisation » ont envahi les médias, les discours politiques et la société dans son ensemble. Il était donc logique que les sciences humaines et sociales se penchent sur ces phénomènes. Dans le même temps, la prise de conscience de la spatialisation du monde a créé de profonds changements dans différentes disciplines (anthropologie, sociologie…), qui jusque-là se limitaient à des études au niveau d'un Etat ou d'une région. Ce livre rassemble une vingtaine de contributions rédigées par des chercheurs venus de la sociologie mais aussi de l'histoire, de la philosophie, de l'anthropologie ou de la géographie à l'occasion d'un colloque international organisé à Paris en septembre 2010. La variété des auteurs et des thèmes abordés apporte une vision large des transformations apportées par la « globalisation ».

22/02/2013 - Les Echos

 

La mondialisation ne concerne pas que les capitaux ou les marchandises, elle affecte également les cultures et les sociétés, et en cela met à l'épreuve les sciences sociales. Tel est le constat dont sont partis les deux colloques dont est tiré cet ouvrage collectif. Les textes d'une vingtaine de contributeurs venus - en toute logique - de divers horizons, tant géographiques que disciplinaires, sont proposés ici. Si chacun s'applique à tirer des fils divers pour esquisser les contours d'une science sociale globale, toutes et tous se rejoignent sur la nécessité non seulement de la sortie du "nationalisme méthodologique", mais aussi du cloisonnement disciplinaire, pour comprendre un certain nombre de transformations à l'oeuvre, dans le domaine religieux par exemple. Si les textes restent dans l'ensemble à un niveau assez théorique, ils n'en sont pas moins pour la plupart relativement accessibles et stimulants, parce que plutôt vivants. On lira notamment avec intérêt la dernière partie qui invite à sortir de l'économicisme du modèle standard, aujourd'hui dominant, pour lui substituer le paradigme du don initié par Marcel Mauss et qui permettrait, lui, de prendre ce "tournant global".

01/05/2013 - Igor Martinache - Alternatives Economiques

 

THE GLOBAL TURNING POINT OF SOCIAL SCIENCE


Since the 1960’s, some fields of Humanities and Social Sciences have developed a growing awareness of the spatial transformation of the world. Echoes of this can be found in Arnold Toynbee or Marshall McLuhan; however, it is only from the middle of the 1980’s that these ideas spread throughout the academic world with words such as \"globalization\" and \"global\".
The authors that have contributed to this book aim to identify and understand the changes in these fields now that notions have become 'global '.


Contributions by : Alain Caillé / Stéphane Dufoix /Romain Bertrand / Christian Grataloup / John McNeill / Ludger Pries / Juliet Fall / Paul Kennedy / Peggy Levitt / Saskia Sassen / Franck Poupeau / François Gauthier / Leslie Sklair / Jonathan Friedman / Jacques Lévy / Jan Aart Scholte / Michael Kuhn / Gayatri Chakravorty Spivak / Francesco Fistetti / Paulo Henrique Martins / Michel Wieviorka


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016