La France des Belhoumi
Portraits de famille (1977-2017)

Stéphane BEAUD

Un livre de plus sur les jeunes « issus de l’immigration » ? Pour dénoncer les discriminations qu’ils subissent, sur fond de relégation sociale dans les quartiers « difficiles » ? Et conclure sur l’échec de leur « intégration » dans notre pays ?
Non. L’ambition de Stéphane Beaud est autre. Il a choisi de décentrer le regard habituellement porté sur ce groupe social. Son enquête retrace le destin des huit enfants (cinq filles, trois garçons) d’une famille algérienne installée en France depuis 1977, dans un quartier HLM d’une petite ville de province. Le récit de leurs parcours – scolaires, professionnels, matrimoniaux, résidentiels, etc. – met au jour une trajectoire d’ascension sociale (accès aux classes moyennes).
En suivant le fil de ces histoires de vie, le lecteur découvre le rôle majeur de la transmission des savoirs par l’école en milieu populaire et l’importance du diplôme. Mais aussi le poids du genre, car ce sont les deux sœurs aînées qui redistribuent les ressources accumulées au profit des cadets : informations sur l’école, ficelles qui mènent à l’emploi, accès à la culture, soutien moral (quand le frère aîné est aux prises avec la justice), capital professionnel (mobilisé pour « placer » un autre frère à la RATP)…
Cette biographie à plusieurs voix, dont l’originalité tient à son caractère collectif et à la réflexivité singulière de chaque récit, montre différents processus d’intégration en train de se faire. Elle pointe aussi les difficultés rencontrées par les enfants Belhoumi pour conquérir une place dans le « club France », en particulier depuis les attentats terroristes de janvier 2015 qui ont singulièrement compliqué la donne pour les descendants d’immigrés algériens.

Version papier : 21 €
Version numérique : 14,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : SH / L'envers des faits
Parution : mars 2018
ISBN : 9782707196118
Nb de pages : 352
Dimensions : 155 * 240 mm
ISBN numérique : 9782348035470
Format : EPUB

Stéphane BEAUD

Stéphane BEAUD

Sociologue, Stéphane Beaud, est professeur de sociologie à l'université de Poitiers, membre du Gresco. Il a notamment publié, à La Découverte, Guide de l'enquête de terrain (avec Florence Weber, 1997), Retour sur la condition ouvrière (avec Michel Pialoux, 2012 ; 1reéd. Fayard, 1999), 80 % au bac, et après ? (2002, 2005 ), Pays de malheur ! (avec Younès Amrani, 2004, 2005) et Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud (avec Philippe Guimard, 2011).

Extraits presse

Le sociologue Stéphane Beaud promène son lecteur dans le quartier HLM d'une petite ville de province, où les huit enfants de la fratrie grandissent entre un père ouvrier du bâtiment et une mère rapidement obligée de travailler.
Dans le microcosme de l'appartement, l'école est centrale. C'est par elle que les aînées s'en sortent, intégration silencieuse dont elles racontent les étapes au sociologue. Chacun des membres de la famille revient ainsi, tour à tour, sur ce qu'a été son enfance, son adolescence, son entrée dans l'âge adulte. En contrepoint, Stéphane Beaud éclaire ces parcours en les confrontant aux travaux sociologiques sur les destinées des garçons et des filles de l'immigration maghrébine, ou sur ce qui a changé à l'école entre les années 1980 et 2000.
Avec ce travail sur une famille semblable à tant d'autres, Stéphane Beaud illustre les rouages de l'intégration douce.

30/03/2018 - Maryline Baumard - Le Monde des Livres

 

Un livre exemplaire et d’utilité publique.

04/04/2018 - L'Express

 

On ne saurait trop conseiller la lecture du livre du sociologue Stéphane Beaud, La France des Belhoumi qui retrace le destin des huit enfants (cinq filles, trois garçons) d’une famille algérienne installée en France depuis 1977. Non seulement cet ouvrage permet une lecture fine des effets des attentats djihadistes de 2015, mais il démontre à quel point l’écart de trajectoire des garçons et des filles de cette famille est, notamment, liée aux regards et aux discriminations très différents ayant pesé sur eux.

08/04/2018 - Joseph Confavreux - Mediapart

 

La France des Belhoumi se lit comme un roman, (mais) que l’on ne s’y méprenne pas toutefois. Recherche très élaborée, bien fondée en méthode, ce qui est d’abord un rapport d’enquête ne saurait nous tromper : la rigueur est de mise au long d’une étude appuyée sur des entretiens nombreux recueillis au long de plusieurs années. […] Mais l’effet roman n’en est pas moins effectif, étant comme l’envers de ce que nous percevons de plus en plus aujourd’hui à travers quelques romanciers majeurs, qu’ils soient Balzac, Flaubert ou Proust, lorsque, nous sommes enclins à les identifier à de véritables sociologues.

09/04/2018 - Diacritik

 

C’est l’histoire ordinaire d’une famille algérienne ordinaire, avec ses parcours singuliers qui déjouent les discours préconçus sur la délinquance ou la radicalisation. Histoire d’une famille d’immigrés, mais aussi d’enfants de la classe ouvrière, dans laquelle se détachent deux figures de femmes puissantes. Et, à travers elle, l’histoire d’une enquête, et une belle leçon du métier de sociologue que livre là Stéphane Beaud.

24/04/2018 - Christine Detrez - AOC

 

Table des matières

Avertissement
Introduction
Brève présentation de la famille

Les parents
Les huit enfants (par ordre de naissance)
1. Histoire d’une émigration-immigration en France
Questions de méthode
Le père, venu des hauts plateaux de Mascara, dans et hors de la guerre d’Algérie
La mère, une jeune femme « de la ville »
L’émigration du père en France : une histoire de « jetons »
Parenthèse : quel « héritage colonial » aux yeux des parents Belhoumi ?
Le père, une invalidité professionnelle précoce en France
Le lien maintenu avec l’Algérie, la maison « là-bas »
I / Les cinq soeurs : école et émancipation
2. Les deux soeurs aînées : locomotives de la fratrie et soutiens de famille

Le mot d’ordre du père : « Travailler avec le stylo ! »
Samira trace le sillon
Leïla, une fille « de l’extérieur »
Effets de lieux : de la mixité en école primaire
La figure salvatrice des institutrices
Grandir dans une famille « pauvre », devenir tôt « soutien de famille »
Envisager des études supérieures, demander les « papiers français »
3. Les trois cadettes : suivre la trace des aînées
Quand l’enquête vient perturber la relation aînées-cadettes
Une scolarité primaire encadrée de près par les aînées...
... mais une forme de fragilité, inédite, dans la fratrie féminine
Sortir du quartier, l’ouverture par le sport
Le collège du quartier : trois soeurs et trois visions différentes
L’épreuve de l’arrivée au lycée
La menace de renvoi au lycée : « C’est à cause de filles comme toi qu’on vote Le Pen »
4. Stratégies matrimoniales et mobilité géographique
Brève description des parcours matrimoniaux de la fratrie
L’« obsession » du mariage des filles aînées : comment
Samira y fait face...
... et comment Leïla résiste
Repousser le mariage et la maternité
Samira et Leïla comme « têtes de pont » de la fratrie à Paris
Le mariage plus précoce des cadettes
Retour « au quartier » de Dalila et sentiment de déclassement
En guise de contrepoint, les frères : mariage avec des « Françaises »
II / Les trois frères sous la protection bienveillante des soeurs aînées
5. Les trois garçons : de l’échec scolaire à l’intégration professionnelle

Les trois garçons face à l’enquête : entre intérêt et prudence
Des scolarités avortées : liberté des garçons et effet de quartier
Quand Mounir « tente » allemand/latin au collège
Discrimination, racisme... Les garçons en première ligne
Quand les soeurs aînées aident leurs frères à s’établir sur le marché du travail
6. Le fils aîné : de la chute au rétablissement
Rachid et son histoire : en parler ou pas à l’enquêteur ? ...
De l’échec scolaire au sentiment d’être un « bon-à-rien »
Arrêt de l’école, placement en foyer, puis prison
Le salut par le travail, la respectabilité que donne l’« argent propre »
« Trahi » par son orthographe : le retour du stigmate scolaire
Quand Rachid était un « trophée » pour les femmes en quête de transgression
L’histoire de Rachid vue par ses soeurs
7. Chauffeur de bus à la RATP : l’apprentissage du travail et du syndicalisme
La découverte de la RATP, un « gars de cité » au travail
Conflits au travail : apprendre à « ne plus se laisser faire »
Au dépôt de bus, coincé entre les « Le Pen » et les « barbus »
Une envie d’« évoluer », voire de quitter le cocon de la RATP
De la CFDT à SUD : la découverte désabusée du syndicalisme à la RATP
Un « Arabe provincial » à la capitale
Épilogue à la deuxième partie. Les parents en filigrane
III / Le rapport au politique et à la région dans la fratrie
8. Quand les soeurs aînées ancrent la fratrie « à gauche »

Du côté du père, un regard oblique sur la politique en France
Quand les soeurs aînées donnent le ton politique dans la fratrie
Leïla : une éducation politique à Sardan, ville communiste
Avec le PCF, « pas de bague au doigt ! »
Le rapport au « populo » : la différence avec Samira
Les frères à distance de la politique
Amel et son entrée ratée en politique à la « fac de socio »
Tenir un bureau de vote à Paris, une expérience politique fondatrice
9. Quand Nadia passe « à droite » : mobilité sociale ascendante et rapport au politique
Les contradictions d’un couple improbable
Hollande et la gauche : un déficit de « charisme » et la taxation des classes moyennes
La découverte du milieu social UMP et de la force des « réseaux »
En province, la rencontre au travail de la « France profonde »
Gérer les usagers : « voilées » et « barbus »
La présence religieuse dans le quartier : un indice de déclassement résidentiel
10. À l’épreuve des attentats djihadistes de 2015
Les « trois soeurs » sous le choc
La manif du 11 janvier : « Je suis fière, ivre de la joie des gens qui m’entourent » (Amel)
Les autres frères et soeurs : « pas trop Charlie»...
Les attentats vus de la Mission locale de l’emploi
L’insupportable injonction à se désolidariser des djihadistes
11. Les usages de l’islam dans la fratrie, un révélateur de la différence de générations
Le paysage religieux dans la famille Belhoumi
Un repas de ramadan qui se passe mal
Petites surenchères religieuses, ici et là
Empreintes générationnelles dans la fratrie
Les soeurs aînées, héritières de la génération de la Marche pour l’égalité de 1983
Les trois cadettes dans l’orbite de la « génération de cité »
Le « féminisme pratique » comme facteur d’unité transgénérationnelle
Épilogue
Conclusion

Les ressorts de l’ascension sociale
Les enfants d’immigrés algériens : un groupe social clivé
Comprendre l’« intégration » sur la longue durée
La politisation de l’islam et ses effets
Le soubassement des expériences scolaires dans les parcours djihadistes
Une gauche qui a failli, une France « moins bienveillante »
Remerciements
Annexes

Sigles
Tableau 1. Chronologie de la famille Belhoumi
Tableau 2. La fratrie Belhoumi
Tableau 3. Rapport à la politique et à la religion de la fratrie Belhoumi
Notes.

Droits étrangers

THE BELHOUMI'S FRANCE
Family portraits (1977-2017)

Through the Belhoumi family’s accounts, Stéphane Beaud recreates the story of an Algerian family during 40 years in France (5 girls, 3 boys). The story of a peaceful integration.
The study illustrates the essential role of redistribution among the siblings. Resources gathered by the “big sisters” helped the younger siblings: information about school and leads for finding work, occasional financial help, access to books and cultural centers, moral support and professional capital.
An original, in-depth study which allows us to immerse ourselves in the life of this family of siblings with its mutual help and tensions and to look at the question of integration from a different perspective.


Stéphane Beaud is a sociologist. He is a professor of sociology at the Université de Poitiers. Among his publications with La Découverte are: Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue (A miserable country ! A young man from a housing project writes to a sociologist) (with Younès Amrani, 2004, 2005), La France invisible (Invisible France) (co-edited with Jade Lindgaard and Joseph Confavreux, 2006, 2008) and Affreux, riches et méchants ? Un autre regard sur les Bleus (Nasty, rich bad guys? A different view of the Bleus) (with Philippe Guimard, 2014).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites