Affreux, riches et méchants ?
Un autre regard sur les Bleus

Philippe GUIMARD, Stéphane BEAUD

Depuis leur grève lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud, en juin 2010, les joueurs de l’équipe de France de football souffrent toujours d’une image exécrable dans les médias et dans l’opinion publique. Qu’est-ce qui explique cette durable infamie ?
Pour répondre à cette question, ce livre poursuit la réflexion initiée en 2011 avec Traîtres à la nation ?, dont il reprend certains éléments d’analyse, en examinant de plus près, d’une part, les profondes transformations du football professionnel depuis le milieu des années 1990 et, d’autre part, la tension structurelle qui existe aujourd’hui entre des joueurs au sommet de la réussite, sportive et économique, et des journalistes soumis à une forte concurrence, avides d’infos et de scoops. Le livre montre aussi que le football peut se révéler un analyseur fin de la crispation autour de la place accordée aux jeunes issus de l’immigration postcoloniale. Souvent suspectés de ne pas chanter La Marseillaise, de ne pas « mouiller le maillot » tricolore, de ne pas aimer jouer « pour la France », les joueurs issus des cités de banlieue ont pourtant grandement contribué à qualifier l’équipe nationale pour le Mondial 2014 au Brésil. Cette qualification ouvre-t-elle la voie d’une reconquête sportive et d’un retournement de l’opinion en leur faveur ?

Version papier : 12,50 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : juin 2014
ISBN : 9782707182036
Nb de pages : 200
Dimensions : 125 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707183132
Format : EPUB

Philippe GUIMARD

Philippe Guimard est socioéconomiste et conseiller technique dans une confédération syndicale.

Stéphane BEAUD

Stéphane BEAUD

Stéphane Beaud, sociologue, est enseignant à l’École normale supérieure et chercheur au Centre Maurice Halbwachs (CNRS/EHESS/ENS). Il a notamment publié, à La Découverte, Retour sur la condition ouvrière (avec Michel Pialoux, 2012 ; 1reéd. Fayard, 1999), 80 % au bac, et après ? (2002), Pays de malheur ! (avec Younès Amrani, 2004) et Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud (avec Philippe Guimard, 2011).

Extraits presse

Les joueurs de l'équipe de France souffrent toujours d'une image exécrable. Qu'est-ce qui explique cette durable infamie ? Ce livre poursuit la réflexion initiée en 2011 avec Traîtres à la nation ?, dont il reprend certains éléments d'analyse, en examinant de plus près les profondes transformations du foot pro depuis vingt ans. Il montre aussi que le foot peut se révéler un analyseur fin de la crispation autour de la place accordée aux jeunes issus de l'immigration. Souvent suspectés de ne pas chanter La Marseillaise, de ne pas "mouiller le maillot" tricolore, les joueurs issus des cités de banlieue ont pourtant grandement contribué à qualifier l'équipe nationale pour le Mondial 2014. Cette qualification ouvre-t-elle la voie d'une reconquête sportive et d'un retournement de l'opinion en leur faveur ?

01/06/2014 - Sport et plein air

 

Les Bleus souffrent d'un déficit d'avis favorables dans l'opinion française ? Pourquoi, quatre ans après la grève des bleus à Knysna, en Afrique du Sud, les footballeurs sont-ils toujours assimilés à des enfants gâtés ? L'auteur avance des explications. À lire pour mieux comprendre les événements de 2010.

10/06/2014 - France football

 

L'équipe de France, c'est aussi une question d'image. Depuis le fiasco sud-africain, les Bleu souffrent d'un déficit de popularité. Dans cet ouvrage, qui reprend en partie les réflexions initiées en 2011 dans Traîtres à la nation ?, le sociologue Stéphane Beaud décrypte les mutations récentes du football professionnel, retrace l'histoire familiale et personnelle des Bleus, y compris ceux issus de l'immigration et analyse les rapports de force avec les journalistes.

11/06/2014 - Le Parisien

 

Avec Affreux, riches et méchants ?, prolongement de Traîtres à la nation ?, le sociologue Stéphane Beaud continue de s'interroger sur les Bleus, leur origines sociales et culturelles, leur stigmatisation post-Knysna et toute l'hystérie qui a entouré le foot français ces dernières années. Sous-titréUn autre regard sur les Bleus, l'ouvrage défonce les clichés et les analyses prémâchées. Salutaire.

14/06/2014 - L'Équipe Magazine

 

À la veille de la récente Coupe du monde au Brésil, les sondages faisaient encore le constat d’une fracture entre l’équipe de France de football et l’opinion. 
Revenant sur cette impopularité atténuée depuis par le succès relatif des Bleus, Stéphane Beaud et Philippe Guimard posent une question simple : ce divorce était-il imputable, comme le suggéraient les médias, aux joueurs eux-mêmes ou à des facteurs plus généraux ? Dans Affreux, riches et méchants, les deux sociologues développent les conclusions formulées dans un précédent livre, Traîtres à la Nation, plus directement centré sur le fiasco de la Coupe 2010. 
À partir de données de seconde main, ils entreprennent de déconstruire l’idée d’une « crise morale » du football français et font l’historique de ses mutations. Ils dressent le portrait d’un milieu déboussolé par la mondialisation, dans lequel les joueurs sont mis face à des enjeux financiers qui les dépassent. 
Ils évoquent également l’origine sociale des footballeurs et la transition d’un recrutement traditionnel en milieu ouvrier vers une surreprésentation des jeunes de cités. En résulte un choc des ethos inévitable entre une vieille garde biberonnée à la fierté populaire et ces jeunes pousses plus proches du quartier que de l’usine. 
Ces tensions se ressentent au sein de l’équipe de France – « miroir de la société française » – et expliquent, selon eux, les nombreuses turbulences qu’elle a traversées ces dernières années.
Au final, la conclusion des auteurs est formelle : le foot français n’est pas particulièrement en crise. Il est juste en tension entre son berceau national et les mutations provoquées par son développement et son rayonnement international.

01/11/2014 - Tomas Statius - Sciences Humaines

 

L’injure lancée par Anelka au sélectionneur de l’équipe de France de football, Raymond Domenech, et l’épisode rocambolesque de la grève qui s’ensuivit lors de la Coupe du monde de 2010 achevèrent de façonner aux yeux de l’opinion publique une image désastreuse des Bleus. À partir de ces évènements emblématiques, Beaud entend revenir en détails sur la construction du jugement d’infamie porté à l’encontre de l’équipe nationale. Qu’est-ce qui explique cette condamnation ? Quels sont les reproches faits à ces joueurs ? Surtout, qu’est-ce qui se cache derrière ce « désamour » ? Au-delà des simples péripéties sportives, il s’agit pour l’auteur d’utiliser les Bleus comme un analyseur. En considérant l’équipe de France et le football « comme fait social et politique », c’est en fait sur les crispations qui se jouent dans la France contemporaine autour des jeunes issus des migrations postcoloniales que se focalise l’analyse. Après Traîtres à la nation ? paru en 2011, qui portait plus précisément sur le traitement médiatique réservé à l’affaire du « bus de la honte », Beaud élargit la réflexion aux relations complexes qu’entretient le monde du football avec les questions de l’identité, de la socialisation et de la représentation. Comprendre « les grandes crises d’hystérie collective » qui se succèdent à propos de l’équipe de France depuis 2010 nécessite avant tout de poser la question de la légitimité ; celle qui est donnée – ou non – aux jeunes de banlieue pour représenter la France. L’analyse passe par un triple questionnement : sur le recrutement et les expériences de socialisation des joueurs de l’équipe de France ; sur les modifications récentes du champ du journalisme sportif et des relations journalistes-joueurs ; et sur la mobilisation politique qui est faite du sport de haut niveau et du football en particulier. Chacune de ces questions constitue une partie du livre.

05/08/2014 - Lectures

 

Table des matières

Introduction
I / Le monde des footballeurs professionnels

1. L’entrée dans le métier et l’ouverture internationale
L’arrêt Bosman : une révolution dans le football mondial
Les Bleus de 1998 : une génération charnière
Les Bleus de la « génération Bosman » : carrières plus précoces et départ accéléré à l’étranger
2. Les transformations du recrutement social des joueurs professionnels
Les Bleus de 1998 : héritiers du monde ouvrier des Trente Glorieuses
Les Bleus de 2010 : une équipe socialement clivée
La fracture sociale qui traverse l’équipe tricolore de 2010 et 2014
3. Ombres et lumières des « joueurs de cité »
Les Bleus de 1998 : grandir dans les cités « mélangées » des années 1970-1980
La paupérisation des quartiers et l’apparition du « joueur de cité »
Au-delà des frasques des joueurs de banlieue
Les joueurs de cité comme ressource footballistique
II / Le face-à-face journalistes sportifs/joueurs
4. Concurrence médiatique et mutation du travail de journaliste de football

La relation journalistes/joueurs : de la convivialité à la tension
Noter et évaluer les joueurs : un pouvoir journalistique ambivalent
L’accès plus fermé aux joueurs et la « religion du direct »
5. Affronter la presse : une épreuve sociale
Le « taiseux » : une figure typique du footballeur professionnel
Le « complexe culturel » du footballeur
Karim Benzema et sa carapace face aux médias
6. Le temps des règlements de comptes
La Une de L’Équipe du 19 juin 2010 ou la révélation d’un « secret de vestiaire »
« Quand j’ai vu qu’il commençait à me prendre pour un con, dans ma tête, ça a commencé à tourner » 97
III / Le football, la banlieue et la nation
7. La grève de Knysna : la « banlieue » au banc des accusés

La fausse piste, raciale et banlieusarde, des « meneurs »…
La légitimité sportive, fondement du leadership dans le groupe
Politisation rampante des joueurs de banlieue et « révolte » des Antillais
Anelka : un héros négatif de banlieue
8. Du racisme dans le football français ? L’« affaire des quotas » remise dans son contexte
Un projet discriminatoire et « choquant »
Le contexte post-Knysna : réagir vite contre le « péril musulman » et la fuite des binationaux
« Laurent Blanc est-il raciste ? »
Après les décrets Fifa, le travail d’attraction des binationaux par les pays du Sud
La DTN : une institution nationale « collée au bleu-blanc-rouge »
9. De symboles de l’intégration à « mauvais Français »…
Le « patriotisme » des footballeurs grandis dans l’après-guerre
Zidane en équipe de France : le temps de l’adoubement des « Beurs »
15 novembre 2013 : défaite contre l’Ukraine et mise au pilori des « mauvais Français »…
19 novembre 2013 : victoire contre l’Ukraine et réconciliation avec le « peuple de France » ?...
Conclusion
Annexe méthodologique

Notes.

Droits étrangers

MEAN, AWFUL, AND RICH ?
Les Bleus: The French football team between athletic promotion and social stigmatization

The national football team of France suffers from an execrable public image, and the \"troublemakers\" (Anelka, Evra, Ribery…) remain in the opinion of most \"exiles\" without hope or redemption. What can explain this infamy ? How can we account for the tenacity of the media in their run against the football players when other sports scandals have been much more serious ? An informed and empathetic essay on these athletes, who in spite of themselves are \"spokesmen\" for the working class, a group confronted with many different forms of discrimination.


Stéphane Beaud, a sociologist, teaches at the École normale supérieure. He is notably the author, with Michel Pialoux, of Retour sur la condition ouvrière (Fayard, 1999, La Découverte/Poche, 2012) and, at La Découverte, of 80 % au bac, et après ? (2004), Pays de malheur ! (avec Y. Amrani, 2004), La France invisible (co-directed with Jade Lindgaard et Joseph Confavreux, 2006) and of Traitres à la Nation ? Un autre regard sur la grèce des Bleus en Afrique du Sud, 2011.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com