68, une histoire collective (1962-1981)

Michelle ZANCARINI-FOURNEL, Philippe ARTIÈRES

Mai 68 demeure l’un des moments de l’histoire contemporaine de la France qui suscitent les plus vifs débats : les « années 68 » dérangent autant qu’elles fascinent. Elles restent pourtant largement méconnues – et d’autant plus qu’on ne retient que son fameux mois de mai, les barricades du quartier Latin et l’occupation de la Sorbonne. Or ces scènes participent d’un paysage beaucoup plus vaste, à Paris, en province et à l’étranger. Surtout, on ne peut comprendre les raisons et les effets du « moment 68 » sans examiner la longue séquence historique dans laquelle il s’inscrit, de la fin de la guerre d’Algérie en 1962 à l’élection de François Mitterrand en 1981, de la révolution cubaine à la révolution iranienne.
Cet ouvrage invite à parcourir l’histoire de ces vingt années qui ont transformé la société française. Il met à la portée du plus grand nombre le fruit des travaux de recherches historiques les plus novateurs ainsi que l’exploitation de nombreuses sources inédites (archives des organisations politiques et syndicales, de la police, fonds privés, etc.).
Acteurs anonymes et célèbres, lieux connus et inconnus, objets de la culture matérielle et artistique s’animent et se côtoient pour nourrir cette histoire polyphonique qui touche aussi bien l’urbanisme que le corps, la vie intellectuelle que la condition ouvrière, le cinéma que l’économie. Ce paysage recomposé donne à voir l’intensité des débats politiques, ainsi que l’incroyable diversité des luttes et des aspirations dont ces années furent le théâtre.

Version papier : 16 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Essais n°424
Parution : mars 2015
ISBN : 9782707185884
Nb de pages : 848
Dimensions : 125 * 190 mm

Michelle ZANCARINI-FOURNEL

Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite à l’université Claude Bernard-Lyon-I, spécialiste en histoire contemporaine, a consacré ses recherches à l'histoire des milieux populaires. Elle est notamment l'auteure de L’Histoire des femmes en France XIXe-XXe siècle (PUR, 2005) et a codirigé, avec Philippe Artières, 68, une histoire collective (1962-1981) (La Découverte, 2008).

Philippe ARTIÈRES

Philippe Artières est historien, chargé de recherches au CNRS à l’École des hautes études en sciences sociales (IIAC). Président du Centre Michel-Foucault depuis 1995, il poursuit des recherches sur l’écriture et en particulier les écrits de la contestation. Il est notamment l’auteur de Le Livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909) (Albin Michel, 2000), Vidal, le tueur de femmes. Essai de biographie sociale, avec Dominique Kalifa (Perrin, 2001), Le Groupe d’information sur les prisons. Archives d’une lutte, avec Michelle Zancarini-Fournel et Laurent Quéro (IMEC, 2003), Lettres perdues. Écritures et enfermement (XIXe-XXe siècles), avec Jean-François Laé (Hachette-Littérature, 2003), et D’après Foucault, avec Mathieu Potte-Bonneville (Les Prairies ordinaires, 2007).

Extraits presse



« Une "identité jeune" a-t-elle réellement émergé dans les années 60 ? Oui, répondent les auteurs de 68, une histoire collective (1962-1981), mais avec commentaires. "Le lieu et le jour de naissance - ou de baptême - est la nuit du 22 au 23 juin 1963 à Paris, place de la Nation, lors du concert organisé par "Salut les copains" ". Un événement pour la presse. Peu après, Edgar Morin donne sa légitimité à cette jeunesse en l'inscrivant dans une nouvelle culture et un nouveau marché. L'ouvrage collectif dirigé par Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel, est d'une formidable densité d'informations et restitue l'épicentre du printemps 68 dans la logique de son histoire, de 62 à 81. »
LA TRIBUNE

« Le temps de la discipline historique n'obéit pas au même métabolisme que la production d'investigation, davantage journalistique. Aujourd'hui, le temps de l'histoire est arrivé. Et dans une telle perspective, 68, une histoire collective (1962-1981) constitue une belle réussite, permettant au lecteur de prendre la mesure de ce qui s'est déjà fait et traçant des pistes pour des nouvelles recherches à mettre en oeuvre. Bien plus, par la qualité de ses différentes contributions, écrites par des spécialistes reconnus qui livrent au lecteur le fruit de leurs recherches et de leurs analyses dans un style toujours accessible, cet ouvrage est appelé à faire souche et à devenir une référence. Mais son intérêt réside aussi ailleurs. Son titre, en fait, propose un objet, "68", une démarche, "collective", et une approche en grand-angle, "1962-1981". [...] Comment faire l'histoire d'un événement proche quand plusieurs générations d'historiens sont en même temps sur ce site, avec des rapports mémoriels différents avec cet évènement ? Plutôt que de poser une telle question de façon théorique, les deux maîtres d'oeuvre la résolvent par une "histoire collective" qui est en même temps un dialogue entre deux générations: l'aînée était à l'époque étudiante en histoire, le cadet est né ce printemps-là. Si le livre entier est une réussite, son supplément d'âme vient de ce dialogue, qui illustre avec talent que l'histoire du temps présent est à la fois l'affirmation d'un principe et la mise en oeuvre d'une pratique à géométrie variable: ce périmètre est extensif, puisque délimité par l'écoulement du temps. Il y a bien là, pour l'étude de mai 68 en tout cas, le gage d'un enrichissement du regard rétrospectif. »
LIBÉRATION

« Un vrai livre d'histoire ouvert également sur les événements internationaux, les objets culturels, les portraits d'acteurs oubliés, et construit pour un large public. »
TÉLÉRAMA

« D'abord, il y a des photos, ce qui ne gâte rien pour un livre de ce volume (près de 900 pages). Ensuite chacune des séquences présente un récit, un film, des "objets" (par exemple les affiches de mai), un "ailleurs" comme le mouvement estudiantin à Mexico, des "lieux" en France, comme l'entreprise Lip ou le Larzac, des "acteurs" et des "traverses", catégorie un peu fourre-tout où l'on retrouve aussi bien l'engagement des "cathos de gauche" que l'antipsychiatrie. »
LA CROIX

« Dans un mois, Mai 68 aura 40 ans et, ces dernières années, ce plus si jeune événement aura acquis de plus en plus de détracteurs. Pour tout savoir de l'histoire d'un des enjeux majeurs de ces cinquante dernières années en France, et pour en finir avec les discours réacs de tous bords, ce livre dirigé par deux historiens rassemble plusieurs chercheurs et de multiples entrées, comme une encyclopédie ludique. Analyse du background culturel, de l'avènements de certains objets (dont la minijupe), des événements marquants dans le reste du monde: un tour d'horizon très complet, qui fouille les racines du basculement dès 1962 et s'étend jusqu'en 1981, année de la fin de l'onde de choc 68 pour les deux auteurs. »
VOGUE

« Le pavé le plus pointu du mois, écrit sous la direction d'Artières et Zancarini-Fournel et rassemblant une série de contributions universitaires, restitue l'expérience collective de la révolution de mai, ses origines et son impact. »
TECHNIKART

« C'est un impressionnant ouvrage collectif, on se gardera de dire que c'est un pavé. Refusant d'en rester au coeur de cible "mai-juin 68", il est formé d'une armée de treuils et de pelleteuses qui arrachent et déterrent tout ce qui précède. Il deploie tout ce qui suit selon la logique du "plus jamais comme avant" et nous expose vingt ans qui ont changé la société française. »
LE QUOTIDIEN DU MEDECIN

« Attention, voici le meilleur livre publié ces derniers mois sur le sujet : 68, une histoire collective. Pourquoi ? Parce que l'équipe de chercheurs dirigée par Michelle Zancarini-Fournel et Philippe Artières, parvient presque à saisir la totalité de l'événement. Il n'ignore rien de la province, si souvent négligée, ouvrant sa chronique à Grenoble avec Dudedout, et la poursuivant à Strasbourg avec les "situ". Il relit cette histoire dans un temps long, de la guerre d'Algérie à la victoire de la gauche en 1981. Il franchit les frontières, nous emmène au Mexique et au Vietnam, puis avec les Brigades Rouges italiennes de la RAF allemande. Il ne méprise enfin aucun des bouleversements de la société française, évoquant longuement "La Chinoise" de Godard, le transistor, la pilule et "Hara Kiri". En un mot, indispensable. »
LE PROGRÈS

« Le livre publié à La Découverte sous la direction des historiens Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel se donne pour mission de réaliser un "tableau "des événements de mai-juin 68 "en les inscrivant dans une séquence historique longue (1962-1981)" et, surtout, en sortant du "flot interprétatif" dont 68 est l'objet depuis des décennies. Doté de superbes photos (jamais publiée) des correspondants-photographes anonymes de l'Humanité, l'ouvrage se veut un éclairage à plusieurs mains sur cette période étendue (où l'événement 68 apparaît tel un pivot), divisée en plusieurs séquences donnant chacune à voir "un paysage différent". »
POLITIS

« Énorme ouvrage, kaléidoscopique, polyphonique, soixante auteurs... On pourrait trouver là le foisonnement d'un colloque à thématique attrape-tout. D'autant plus qu'alternent courtes rubriques et longues analyses, beaucoup de travaux bien documentés et quelques billets plus légers, désir manifeste de faire un récit collectif mais individualisé à propos d'évènements collectifs mais dispersés: tout à l'inverse d'un fourre-tout sans ligne directrice, c'est une somme de connaissances maîtrisée qui est proposée au relecteur de Mai 68. [...] Cet ouvrage ouvre la voie à une belle collection encyclopédique à développer sur Mai 68, champs de possibles, épicentre de la contestation, postérités. Liquider, oublier, renier ? Les temps ont vieilli, l'injustice empire, mais les élans sont toujours là, dans la jeunesse. »
L'HUMANITÉ

« Au coeur d'une avalanche éditoriale, cet ouvrage collectif se distingue en proposant d'analyser 68 à la lumière de la période politique 1962-1981. Réunissant historiens, sociologues et politistes, ce livre invite à parcourir l'histoire de ces deux décennies en cassant la mythologie de l'unique mouvement étudiant. Exploitant des sources inédites et dévoilant, dans un cahier central, une centaine de photos inédites, les chercheurs démontrent comment, loin des fantasmes parisiens, la question sociale et les grèves ouvrières furent au coeur du mouvement, ainsi que le monde rural, qui participa tout autant à l'effervescence du pays. Une bible, un livre somme sur l'histoire politique des années 1970. »
HUMANITÉ DIMANCHE

« Cet ouvrage collectif, remarquablement documenté, bien illustré, replace les événements de mai dans un cycle plus large, allant de la guerre d'Algérie à l'éléction de Mitterrand. Un panorama inédit révélant au-delà des clichés les véritables enjeux politiques, sociaux et culturels de l'époque. Une somme. »
PARIS-NORMANDIE - LE PROGRÈS DE FECAMP - HAVRE-LIBRE

« L'ouvrage que publie la Découverte à l'occasion du quarantième anniversaire de mai 68 tranche par sa périodisation et le champ géographique qu'il embrasse. Loin de la focalisation sur le mois de mai 1968 et la seule scène du quartier Latin, "68" y est éponyme des deux décennies qui s'écoulent entre la fin de la guerre d'Algérie et l'élection de François Mitterrand, tandis qu'une attention particulière est prêtée aux événements qui se déroulent hors de paris comme hors de France. La structure très construite du volume lui confère une forte unité bien qu'il rassemble des articles émanant de 59 chercheurs en sciences sociales et permet plusieurs lectures au gré de l'humeur ou selon ce qu'on y cherche. »
VIENT DE PARAÎTRE

 

Table des matières

Sommaire. Ouverture, par Philippe Artières
Une histoire renouvelée
Un autre récit
Les auteurs
Le livre : structure et déroulement - I. / 1962-1968 : Le champ des possibles
Récit : Le champ des possibles, par Michelle Zancarini-Fournel
Grenoble, un laboratoire d’expérimentation sociale ? ; La jeunesse, un nouvel acteur collectif ? ; La guerre au Vietnam et la cristallisation d’une jeunesse militante radicale ; Convergences sociales ; « Une répétition pour un grand soir » ? (1967-1968)
Film : La Chinoise de Jean-Luc Godard, par Antoine de Baecque
Objets : 1965
Les Choses de Georges Perec, par Claude Burgelin ; la guitare : pop, rock et protest songs, par Bertrand Lemonnier ; la minijupe, une révolution de tissu, par Élodie Nowinski ; l’autre temps des revues (1962-1968), par Julien Hage ; le LSD, les hippies et la Californie, par Laurent Chollet
Ailleurs : Sur les chemins du tiers monde en lutte : Partisans, Révolution, Tricontinental (1961-1973), par Julien Hage ; génération(s) de résistance : le Mouvement des droits civiques aux États-Unis, par Thomas C. Holt ; la Zengakuren japonaise, modèle pour les étudiants occidentaux ?, par Alain Brossat ; les Pays-Bas et les provos dans les « années 1966 », par Niek Pas ; « Boulevard du Vietnam héroïque », par Sabine Rousseau ; le Front de libération du Québec : la révolte des « nègres blancs », par Francis Dupuis-Déri ; « Perspectives » : l’effervescence tunisienne des années 1960, par Sophie Bessis
Lieux
L’engagement radical de la rue d’Ulm, par Christian Delacroix ; les « villes nouvelles » des Trente Glorieuses, par Jean-Louis Violeau ; Nanterre, les bidonvilles et les étudiants, par Vincent Lemire ; les maisons de la culture entre sanctuarisation culturelle et messianisme politique, par Emmanuelle Loyer
Acteurs
Le PSU, une rénovation politique manquée ?, par Vincent Duclert ; les pieds-rouges, hors de l’histoire officielle, par Catherine Simon ; les correspondants-photographes de L’Humanité: un regard différé sur les années 68, par Vincent Lemire et Yann Potin ; De Gaulle et l’effacement de la question coloniale, par Frank Renken ; portrait : Albert Béville/Paul Niger, leader trop tôt disparu des luttes anticolonialistes, par Philippe Artières
Traverses
Guy Debord et les situationnistes, par Laurent Chollet ; portrait : Jean-Pierre Duteuil, les anars de Nanterre et le Mouvement du 22 mars, par Philippe Artières ; sociologie et sociologues, entre isolement et contestation, par Jean-Louis Fabiani ; Socialisme ou Barbarie, ou comment rester révolutionnaire, par Philippe Gottraux
II / Mai-juin 1968 : L’épicentre
Récit
L’épicentre, par Michelle Zancarini-Fournel ; 3-11 mai : le quartier Latin, centre des manifestations et échos provinciaux. – 13 mai-16 juin : grèves, prises de parole, et occupations. – Le tournant des 24-30 mai : la crise politique. – Les négociations de Grenelle : un compromis manqué ? – 27-30 mai : où est le pouvoir ? – Juin 1968 : vers le compromis républicain
Film
\"Reprise\" d’Hervé Le Roux, par Antoine de Baecque
Objets : Les affiches en Mai 68 : l’atelier populaire des Beaux-Arts, par Béatrice Fraenkel ; matraque, gaz et boucliers : la police en action, par Fabien Jobard ; le transistor : à l’écoute de la rue, par Emmanuel Laurentin
Ailleurs
Le « mouvement estudiantin » à Mexico (26 juillet-2 octobre 1968), par Annick Lempérière ; portrait : Tommie Smith et John Carlos, le stade comme arène politique, par Philippe Artières ; Prague tragique (5 janvier-20 août 1968), par Jean-Yves Potel ; Chicago (août 1968), par François Weil
Lieux
De l’« affaire Langlois » au Festival de Cannes : « Le cinéma s’insurge », par Antoine de Baecque ; les morts de Flins et Sochaux : de la grève à la violence politique, par Nicolas Hatzfeld ; Sud-Aviation : la première occupation de Mai, par Michelle Zancarini-Fournel ; la maison ronde : l’ORTF en mai-juin 68, par Michelle Zancarini-Fournel
Acteurs
PCF et CGT face à 68, par Claude Pennetier ; portrait : Jacqueline Feldman et Anne Tristan, à la naissance du MLF, par Philippe Artières ; les cent visages du gauchisme, par Philippe Artières ; portrait : Michel Recanati : « Mourir à trente ans », par Philippe Artières ; la « majorité silencieuse » ou la bataille de l’opinion en mai-juin 1968, par Frédéric Bas
Traverses
« Je crie, j’écris ». Quand la révolution passe par la prise de la parole et de l’écriture, par Philippe Artières ; insubordination et politisation ouvrières : les occupations d’usine, par Xavier Vigna ; grèves et mouvements lycéens, par Robi Morder ; l’engagement des photographes : le photojournalisme en action, par Vincent Duclert ; Odéon, Villeurbanne, Avignon : la contestation par le théâtre, par Emmanuelle Loyer
III / 1968-1974 : changer le monde et changer sa vie
Récit
Changer le monde et changer sa vie, par Michelle Zancarini-FournelLa persistance des contestations – Les intellectuels et le politique – La loi, l’ordre, et la république. – Libération des femmes : année zéro ? – Homosexualités plurielles
Film : L’An 01 de Jacques Doillon, par Antoine de Baecque
Objets : La révolution de la pilule, par Anne-Claire Rebreyend ; la photographie de l’ouvrier du Joint français : le prolétaire et son double, par Vincent Porhel ; les petits livres rouges (1966-1976), par Julien Hage
Ailleurs
De 1968 au terrorisme : les Brigades rouges et l’Italie des « années de plomb », par Pierre Girard ; la Fraction armée rouge et les autres : la guérilla en RFA, par Dominique Linhardt ; le drame chilien, par Olivier Compagnon - Du Vietnam héroïque à la défense des droits de l’homme, par Sabine Rousseau
Lieux
Lip et Larzac : conflits locaux et mobilisations nationales, par Xavier Vigna ; portrait : Amor le Marocain et la grève de Penarroya-Gerland de Lyon en 1972, par Philippe Artières ; Paris-Pékin, aller-retour : de l’aveuglement à la méfiance, par Philippe Artières ; la route du Népal : la grande migration hippie, par Laurent Chollet ; Vincennes (1969-1974) : entre science et délire, par François Dosse ; la psychanalyse ou la parole contrariée : le séminaire de Lacan, par Jean-Christophe Coffin ; Alliances inattendues à la Goutte d’Or, par Abdellali Hajjat ; l'« utopie communautaire », par Laurent Quéro ; Vie et mort d’une librairie militante : La Joie de lire (1958-1976), par Julien Hage
Acteurs
L’insurrection féministe, par Florence Rochefort ; les établis : du projet politique à l’expérience sociale, par Nicolas Hatzfeld ; portrait : Pierre Overney, le militant ouvrier assassiné, par Philippe Artières ; le gauchisme et ses cultures politiques, par Bernard Brillant ; le Cedetim, de la « coopération rouge » à l’altermondialisme, par Abderrahim Zerouali ; les prisonniers enfin : de l’indifférence à l’« effet de souffle », par Laurent Quéro ; de l’« appel des cent » aux comités de soldats : Mai 68 dans les casernes, par Alain Brossat ; ce que Mai fit à la police, par Fabien Jobard ; le Mai 68 des juristes : défense, revendication, organisation (1968-1974), par Liora Israël
Traverses
L’antipsychiatrie : la folie change de visage, par Frédéric Gros ; la nouvelle presse : de Hara-Kiri à Libération, par Jean Guisnel ; portrait : Pierre Fournier, le pionnier de La Gueule ouverte, par Philippe Artières ; Imaginer l’école d’une société libre, par Christian Laval ; la politisation des corps, par Florence Rochefort ; portrait : l'éclat radiophonique du jeune homme du FHAR, par Philippe Artières ; portrait : Jean Carpentier et Nicole Mercier, sanctionnés pour « apprendre à faire l'amour », par Philippe Artières ; Sartre-Foucault : on change d’intellectuel, par Judith Revel ; les cathos de gauche : l’engagement dans les luttes politiques, par Sabine Rousseau
IV / 1974-1981 : le début de la fin
Récit : le début de la fin, par Michelle Zancarini-Fournel
Le giscardisme et la prise en compte des changements dans la société. – Les régions contre l’État ? – La crise comme horizon d’attente ? – La construction d’un « problème national » : l’immigration. – Union, désunion de la gauche
Film : Le Fond de l’air est rouge de Chris Marker, par Antoine de Baecque
Objets
L’épingle à nourrice ou le punk, enfant schizophrénique de Mai 68, par Dominique Kalifa ; la success story de la 4L , par Philippe Artières ; Trois fois rien sur Libération, parJean Guisnel - Ailleurs
Les échos de la révolution iranienne, par Azadeh Kian-Thiébaut - Un boycott avorté : le Mundial argentin de 1978, par Olivier Compagnon ; portrait : Salvador Puig Antich (1947-1974), le dernier garrotté de Franco, par Philippe Artières ; portrait : L’inconnue du 25 avril 1974 dans la révolution des Œillets, par Philippe Artières ; Solidarnosc, 1980, par Jean-Yves Potel
Lieux : Creys-Malville contre Plogoff : les nouveaux visages de la lutte antinucléaire, par Vincent Porhel ; portrait : René Dumont, le premier candidat écologiste, par Philippe Artières ; Aléria (1975) et Montredon (1976) : deux manifestations régionalistes, par Michelle Zancarini-Fournel ; les grèves de loyers dans les foyers Sonacotra : premier mouvement immigré ?, par Choukri Hmed
Acteurs
Les « nouveaux philosophes », ou la fin des intellectuels, par François Cusset ; l’humanitaire, enfant de Mai ?, par Philippe Ryfman ; les travailleurs sociaux contre le contrôle social, par Isabelle Astier et Jean-François Laé ; Luttes dans la sidérurgie en 1979 : la fin de l’insubordination ouvrière, par Xavier Vigna
Traverses
Les habits étroits de l’Union de la gauche, par Hélène Hatzfeld ; l’esprit de la dissidence à l’Est, par Jean-Yves Potel ; portrait : François Ponchaud, le premier témoin du génocide cambodgien, par Philippe Artières ; portrait : le geste ultime de Georgette Vacher, par Philippe Artières ; 68 après 68 : de la contestation du passé à la crise de l’avenir, par Robert Frank
Épilogue
68 et l’histoire 68, par Philippe Artières
Chronologies, par Michelle Zancarini-Fournel
Publications depuis décembre 2007
Index
Les auteurs
.