Penser l'ennemi, affronter l'exception
Réflexions critiques sur l'actualité de Carl Schmitt

Jean-Claude Monod

Montée en puissance de la figure d'un nouvel " ennemi ", le terroriste, " combattant irrégulier " sans territoire, mise en place dans les démocraties de législations attentatoires aux libertés publiques, remise au goût du jour de la notion d'" état d'exception " : notre actualité semble convoquer de manière souterraine les analyses du célèbre philosophe et juriste allemand Carl Schmitt (1888-1985). Mais quel sens peut-on donner aux " usages " politico-théoriques d'une pensée d'un auteur dont on connaît bien aujourd'hui le ralliement actif au nazisme ? Dans quelle mesure, et à quel prix, Carl Schmitt nous aide-t-il vraiment à penser notre présent ? Jean-Claude Monod s'efforce ici d'apporter des réponses à ces questions. Il montre que des philosophes marqués à gauche, aussi divers que Giorgio Agamben, Jacques Derrida, Étienne Balibar et Antonio Negri ont ainsi puisé, eux aussi, chez le juriste le plus controversé du XXe siècle, les instruments d'une critique du nouvel impérialisme mondial. Mais ce recours a fait polémique, dans la mesure où cette pensée de l'ennemi a montré toute la dangerosité de son " anti-humanitarisme ". Schmitt est-il vraiment le meilleur critique des confusions de la " guerre contre le terrorisme " ? N'est-il pas au contraire l'une des sources cachées des raisonnements juridiques qui servent aujourd'hui à légitimer la suspension des normes humanitaires et constitutionnelles les plus fondamentales ? Et si, paradoxalement, Carl Schmitt était tout cela à la fois ?


Version papier : 21.00 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Armillaire
Parution : 11/01/2007
ISBN : 9782707149701
Nb de pages : 192
Dimensions : 13.5 * 22.0 cm

Jean-Claude Monod

Jean-Claude Monod, docteur en philosophie, chercheur au CNRS (Archives Husserl), est l'auteur de La Querelle de la sécularisation (Vrin, 2002) et de nombreux articles de philosophie politique, principalement consacrés à Foucault, Max Weber et Carl Schmitt.

Extraits presse

" A l'encontre de ceux qui veulent diaboliser Schmitt, il (J-C.Monod) invite à le lire, mais à la condition seulement de ne pas succomber au vertige de ses analyses les plus équivoques. Il demande donc que l'on puisse "reconnaître deux choses à la fois: que Schmitt a eu part au pire, qu'il a activement collaboré à une politique criminelle, mais aussi que c'est un auteur digne d'intérêt". Ce constat lui permet d'expliquer les deux faces de cet auteur: sa face sombre, c'est à dire sa compromission avec le régime nazi, qui doit expliquer des pans entiers de son oeuvre; et aussi sa face corrosive et stimulante, qui est la critique du droit international contemporain et l'accent mis sur la situation d'exception. Le pari de cet ouvrage consiste donc à soutenir que l'oeuvre schmittienne contient des "diagnostics" exacts, qu'il convient cependant de dissocier des motivations idéologiques. "
LE MONDE

" Il (Carl Scmitt) reste une référence centrale pour les théoriciens du droit. Aujourd'hui, la gauche se mobilise à ses fins, car l'après 11 septembre et son état d'exception permanent pourraient bien être une confirmation in vivo de ses thèses sur le droit comme le résultant de la distinction fondamentale ami-ennemi, et de son scepticisme général à l'egard de l'universalisme juridique, qu'il démystifiait systématiquement. Dans son étude habile et nuancée, le chercheur Jean-Claude Monod parvient à tempérer cet enthousiasme néo-schmittien en montrant que son antihumanisme ne peut être que radicalement antidémocrate. "
LE TEMPS

" Jean-Claude Monod montre les limites voire les dangers potentiels de la pensée du juriste allemend, à l'instar de sa définition du politique qui passe par constante "discrimination de l'ami et de l'ennemi". Or, le philosophe français fait le pari qu'il est possible de lire l'oeuvre de Schmitt - où les "diagnostics" demeurent pertinents - "à l'envers de ses propres valorisations et partis pris éthico-politiques", en délaissant les motivations idéologiques de son auteur. et Jean-Claude Monod d'appeler à s'emparer de cette pensée comme une "boîte à outils"... Des outils qui, certes font froid dans le dos, mais qu'il est impératif de connaître. "
POLITIS

" Monod montre bien la complexité de cet héritage (celui de Schmitt), sa profonde ambiguïté, son refus de tout ordre international régulé sous couvert d'une impitoyable dénonciation des hypocrisies libérales (ce qui plaît aux extrêmes gauches), ou encore sa tendance à valoriser sans scrupule l'inégalité des individus et des peuples. Ce livre intelligent et tout en nuances sait à la fois prendre au sérieux un penseur contestable et à en montrer rigoureusement les dangers. "
ÉTUDES

" Carl Schmitt sent le soufre. Ce grand philosophe et juriste conservateur, qui avait lutté contre l'arrivée d'Hitler au pouvoir, mit ensuite son talent au service du nazisme. il devait fournir l'argumentaire justificatifs des lois racistes de Nuremberg, et il ne se départit jamais de son antisémitisme. Mais faut-il oublier ses analyses souvent éclairantes ? Pas pour Jean-Claude Monod: Schmitt, nous dit-il, nous donne des concepts utiles et, tant par sa réflexion sur l'"état d'exception" que par sa critique d'un universalisme abstrait, nous alarme sur les dangers totalitaires de la lutte contre le terrorisme et sur "un usage fallacieux et impérial des notions de droits d'humanité, de paix et de monde meilleur". "
MARIANNE

2024-07-12 - PRESSE

 

Table des matières

Introduction
1. Un usage critique des concepts schmittiens est-il possible ?

Les usages opposés de Schmitt : une longue histoire
L'état d'exception à partir de la " tradition des opprimés " : le renversement de Walter Benjamin
Un précédent dans les lectures opposées de textes schmittiens Légalités et légitimités et les écrits de 1932
Une compromission radicale avec le nazisme et l'antisémitisme d'État
L'" ennemi " dans la pensée schmittienne : une constante antisémite ?
La polarité d'après guerre : consolider l'ordre libéral républicain, penser la guérilla
Guérilla et ennemi de clase : par où Schmitt séduit l'extrême gauche
Théorie politique, théorie et politique
2. La banalisation de l'exception : essence de la politique moderne ou nouvelle gouvernementalité sécuritaire ?
Principes, topologie et historique de l'état d'exception
L'intégration juridique de l'état d'exception : limitation et énumération des conditions
La banalisation de l'état d'exception dans l'histoire moderne
L'exception au présent ou le présent comme état d'exception permanent ?
Extrémismes, exception et normalité
Une nouvelle gouvernementalité sécuritaire
Une critique autodestructrice
3. La déstabilisation du droit de la guerre : vers un droit international d'exception ?
Le Nomos et la limite
La valeur politique de la limite
La fin de la Respubilca christiana, l'avènement des États souverains et la neutralisation de la guerre juste
La guerre d'anéantissement
Le grand espace impérial contre l'universalisme humanitaire : l'envers de la critique
L'antipolitique libérale au service de l'économie, et la déterritorialisation radicale
4. Le terrorisme, nouvelle figure de l'ennemi ?
Le droit des gens classique et son concept de guerre
Le combattant irrégulier, aux limites du droit
Le partisan déterritorialisé
État de droit et dispositifs de sécurité : les dangers de l'"auto-immunisation "
Conclusion.