Maladies mentales et sociétés
XIXe-XXIe siècles

Nicolas Henckes, Benoît Majerus

Les sciences humaines et la psychiatrie ont longtemps donné des maladies mentales une image de radicale altérité. Celles-ci ont pourtant joué un rôle constitutif dans les sociétés européennes contemporaines, à la fois expression d’une série de vulnérabilités médicales et sociales et représentation associée au génie et au crime, part honteuse de la famille bourgeoise et révélateur des désordres et des grands bouleversements sociaux.
Cet ouvrage est à la fois une introduction à l’histoire des rapports de nos sociétés aux maladies mentales au cours des XIXe et XXe siècles et une synthèse des acquis historiographiques des quarante dernières années sur cette question, de l’histoire sociale et culturelle aux science and technology studies, en passant par l’histoire d’en bas et l’histoire matérielle. Organisé autour de quatre dimensions – espaces, savoirs, pratiques et expériences –, il montre comment les maladies mentales et leur traitement social ont été à la fois un reflet et un moteur de certaines des transformations de nos sociétés.

Version papier : 10 €
Version numérique : 8,49 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°786
Parution : 19/05/2022
ISBN : 9782348045028
Nb de pages : 128
Dimensions : 12,50 * 19 cm
ISBN numérique : 9782348075162
Format : EPUB

Nicolas Henckes

Nicolas Henckes est sociologue et chercheur au CNRS. Ses recherches portent depuis une vingtaine d’années sur les transformations de la psychiatrie depuis les années 1950. Il a publié de nombreux articles sur ces questions.

Benoît Majerus

Benoît Majerus est enseignant-chercheur à l’université du Luxembourg. Il travaille depuis une quinzaine d’années sur l’histoire de la psychiatrie en Europe occidentale du xxe siècle. Il a récemment dirigé Material Cultures of Psychiatry (avec Monika Ankele, Bielefeld, transcript, 2020).

Extraits presse

Un ouvrage passionnant, faisant le point sur une matière abondante et trop peu commentée.

2022-05-22 - Jonathan Fanara - Le Mag du Ciné

 

Dans Maladies mentales et sociétés XIXe-XXIe siècles, Nicolas Henckes et Benoît Majerus reviennent sur ce grand temps des années 1970 qui a révolutionné la psychiatrie traditionnelle, l'a extraite de son dogme d'enfermement pour l'orienter vers un soin plus holistique et réflexif, tant pour les patients, leur famille, que les soignants.
Leur enjeu ? Établir une histoire des maladies mentales prolixe et plurielle, susceptible de prendre en considération ce que les « mad studies » (études folles) nous ont récemment enseigné, mais aussi l'approche des « science and technology studies » (études des sciences et des techniques), ou encore l'historiographie des différentes réformes qui ont défini l'asile psychiatrique. L'ouvrage est synthétique et nous permet de revenir sur les commencements de l'asile, au XIXe siècle, comment de nouvelles géographies de la psychiatrie se sont mises en place depuis la fin des années 1940 ; comment le savoir psychiatrique s'est transformé au fil des siècles jusqu'à solliciter actuellement le champ des neurosciences ; comment le soin et le contrôle des individus ont toujours été liés, et comment tout discours sur la santé mentale est inéluctablement un discours sur les normes de la société et la conception qu'elle promeut, à l'instant T, de la modernité.

2022-06-03 - Cynthia Fleury - L'Humanité

 

Cet ouvrage constitue une synthèse particulièrement éclairante d’un champ de recherche riche et dynamique quoiqu’éclaté. Le découpage de l’ouvrage en quatre dimensions distinctes permet de fournir une boussole extrêmement utile dès lors que l’on souhaite investir un objet en lien avec ces questions. [...] L'ouvrage s’impose ainsi comme un repère et une ressource précieuse pour quiconque souhaite affronter ce « grand défi » que constitue la compréhension historique, sociologique et anthropologique de la maladie mentale.

2022-07-08 - Alex Maignan - Lectures

 

Loin de l’imaginaire d’altérité qu’on lui associe souvent, la maladie mentale est au contraire installée au cœur de nos sociétés. C’est l’histoire de ces rapports, souvent conflictuels, la plupart du temps silencieux, que nos sociétés contemporaines entretiennent avec les maladies mentales que Nicolas Henckes (sociologue et chercheur au CNRS) et Benoît Majerus (historien, enseignant-chercheur à l’Université du Luxembourg) synthétisent dans ce récent ouvrage.

2022-07-14 - Marinette Mormont - Alter Echos

 

Table des matières

Introduction
Du mal du siècle au global burden of disease
Quelle histoire des maladies mentales à l’époque contemporaine ?
Quatre dimensions
I. Espaces
L’essor de l’asile au XIXe siècle : révolution, reproduction ou construction ?
La question de l’origine de l’institution asilaire
L’enfermement au tournant du XIXe siècle : une pratique sociale composite et partielle
L’âge d’or de l’asile
L’archipel asilaire
Encadré : La démographie asilaire pendant les guerres
Classer, travailler, héberger : les dimensions de l’espace asilaire
Cultures matérielles
Encadré : Archéologie asilaire
Espace asilaire et espace familial : résonances et complémentarités
De nouveaux espaces pour la folie ? Psychiatrie, nature, villes et colonies à la fin du XIXe siècle
Le jardin des passions : utopies, alternatives et pratiques
L’émergence d’une psychiatrie urbaine
La psychiatrie coloniale entre altérité et expérimentation sociale
Vers une nouvelle géographie psychiatrique après 1950 ?
La remise en cause de l’institution psychiatrique
Les promesses de la psychiatrie communautaire
Transfert des prises en charge ou dilution des lieux de la psychiatrie ?
II. Savoirs
Classifications et catégories dans l’histoire
Les classifications, usages et critiques
Encadré : Le schizomètre
Qu’est-ce qu’un cas clinique ?
Des catégories aux limites des catégorisations
Encadré : Les syndromes liés à la culture, de Kraepelin au DSM
La quête de l’objectivité
À la recherche des bases biologiques de la maladie mentale
Entre objectivité et spectacle : images et dispositifs d’écoute
Connaître par les émotions
La tentation sociale
De l’hygiène mentale à la santé mentale
De la psychiatrie sociale aux sciences sociales de la psychiatrie
Les neurosciences : nouvelle scène pour un vieux drame ?
III. Pratiques

Les traitements psychiatriques entre thérapie et contrôle social
Contrôler les individus, fabriquer des sujets ?
Contrainte, punition, micropénalités
Thérapie et guérison, quel objet pour l’histoire ?
Les psychothérapies entre spiritualité, marché et médecine
L’invention des psychothérapies entre religion, spectacle et science
Les psychothérapies au XXe siècle : marché des soins ou renouveau spirituel ?
Les médicaments entre standards et usages illicites
Questions à la « révolution neuroleptique »
Les liaisons dangereuses des traitements psychotropes
Mettre les corps en action
Contenir : les bains
Le travail : de la discipline à l’économie
IV. Expériences
Travailler en psychiatrie : de la vocation à la spécialisation
La centralité du religieux
Encadré : La vie de soeur Marie-Françoise (1906‑1996)
Une lente professionnalisation
Encadré : Le care au masculin ?
Vivre à l’asile
Expansion et diversification des expériences professionnelles
Entre aliénation et émancipation : malades et familles face à l’institution psychiatrique
Des populations pauvres et féminines ?
À la recherche de l’expérience des malades
Les familles entre espoir et fardeau
De la contestation à la professionnalisation
Conclusion
Repères bibliographiques.

Droits étrangers

MENTAL ILLNESS AND SOCIETY
19th-21st Centuries

This work provides an introduction to the history and sociology of mental illness and psychiatry in Europe from the early 19th-century onwards. In contrast with discourses affirming the radical alterity of such illness, it emphasizes the place and constituent role that madness played alongside social practices and knowledge about it in contemporary European societies.


Nicolas Henckes is a sociologist and researcher at the National Center for Scientific Research (CNRS). For the last two decades, his work has focused on transformations in the field of psychiatry since the 1950s, and has published several articles on this topic.

Benoît Majerus is an instructor and researcher at the University of Luxembourg. For the last fifteen years, he has been working on the history of psychiatry in 20th-century western Europe. He recently edited Material Cultures of Psychiatry (with Monika Ankele, Bielefeld, transcript, 2020).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com