Les nomades du vide - Francois CHOBEAUX

Les nomades du vide
Des jeunes en errance, de squats en festivals, de gares en lieux d'accueil

Francois CHOBEAUX

Ils avaient entre seize et vingt-cinq ans au début des années 1990 quand ils ont fait irruption dans l'espace public avec leurs chiens, leurs sacs à dos, leurs looks punk ou baba, en affirmant fortement leur marginalité. Aucune plainte, mais bien au contraire un statut de « zonards » explicitement revendiqué. En quelques années, ils ont investi les marges des grands festivals, les squares des centres villes, les places publiques, les halls de gares...
Les CEMEA (Centres d'entraînement aux méthodes d'éducation active) ont été alors sollicités et ont engagé une recherche-action pour connaître cette population, inventer des solutions d'accueil et d'accompagnement social et proposer de nouvelles réponses institutionnelles et professionnelles. Les Nomades du vide présente ce travail : données ethnologiques, psychologiques et sociologiques, propositions d'accueil et d'accompagnement, évolutions des prises en charge et des réponses sociales et politiques.
Mais, au-delà de la richesse des informations recueillies, cet ouvrage dresse le portrait vivant d'une population mal connue, par le prisme de la vie, du déroulement et de l'invention quotidienne d'un travail social construit au plus près de ses destinataires. Cette nouvelle édition intègre, dans une postface inédite de l'auteur, les dernières données portant sur ces jeunes.

Version papier : 9,50 €
Version numérique : 7,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de : David LE BRETON
Postface de : Francois CHOBEAUX
Collection : La Découverte Poche / Essais n°188
Parution : 05/05/2011
ISBN : 9782707168962
Nb de pages : 154
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Poche broché
ISBN numérique : 9782707183064
Format : EPUB

Francois CHOBEAUX

Responsable national des secteurs Social et Jeunesse des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), François Chobeaux a été à l’initiative des premières actions conduites en France auprès des jeunes en errance au début des an-nées 1990 et il est aujourd’hui animateur du réseau professionnel national « Jeunes en errance ». Il est l’auteur de Les Nomades du vide (La Découverte/Poche, 2004) et de L’Errance active (ASH, 2001).

Table des matières

Préface de l'auteur à l'édition poche (2004)
Préface. Un travail silencieux, pour remise au monde, par David Le Breton
Première partie :
Introduction. L'intervention des CEMÉA pour aider des jeunes en souffrance
L'identité du zonard
Du constat à l'intervention et à l'expérimentation
Remerciements aux acteurs de cette recherche
I / Les jeunes en errance, approche d'une définition
D'où viennent-ils ?
La préhistoire du zonard - L'errance se conjugue au masculin - Le roman familial - Vers la rupture et le départ en errance - Tentative de quantification du phénomène
La zone au quotidien
La recherche permanente d'argent - La consommation de drogue et d'alcool - Une santé physique et morale déficiente - L'animal comme substitut affectif - Lonesome zonard - L'errance, une fuite illusoire et sans fin - La communauté zonarde - Les relations avec le corps social - Une errance saisonnière
II / L'accueil des jeunes en errance, une organisation appropriée
L'accueil
Un accueil approprié - La nécessaire coordination des différents intervenants - Usage et rejet des prestations sociales et éducatives - La mise en place d'un hébergement provisoire
L'aménagement d'un local
Le matériel - Les consignes - La boisson et la nourriture - L'espace réservé aux intervenants
L'usage réglementé des lieux d'hébergement
Le droit d'entrée - Les chiens - Incivilités, actes illégaux, violence - Du contrat à la négociation
La nécessité de la présence d'un personnel d'encadrement très compétent
L'accueil, lieu de la première rencontre - La buvette, lieu privilégié d'expression - Les rangements matinaux
Les campings provisoires
La fermeture des équipements en fin de festival
III / Des structures de prévention mal adaptées aux jeunes en errance
Une relative carence des institutions éducatives
Les limites des dispositifs spécialisés
Les fugues initiatiques, un moment clé
La période des festivals, une prévention à inventer
Pour une mise en synergie des lieux et des expériences d'accueils temporaires
Développer des circuits d'intervention sociale, différenciés et complémentaires
Des modèles d'insertion sociale à adapter
Conclusion
Les jeunes errants : une population connue et traitée localement et épisodiquement
L'usage de la mise en place d'un programme
Un problème qui ne concerne pas que des spécialistes
Seconde partie : IV / La recherche-action, une méthode pour un sujet d'étude difficile à interroger
Les ceméa : des loisirs collectifs des mineurs à l'accueil des jeunes marginaux
Les villes festivalières à la recherche de solutions pour l'accueil des jeunes en errance
L'expérience de Bourges
Une méthode qui fait école
Vers une autonomie des villes concernées
V / Une méthodologie issue d'une expérience de terrain partagée entre acteurs sociaux et chercheurs
Conclusion. Vers une sociologie de l'errance

Postface à l'édition de 2011
Bibliographie indicative.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites