La justice comme équité
Une reformulation de Théorie de la justice

John Rawls

« Dans ce travail, je poursuis deux objectifs. L’un consiste à rectifier les erreurs les plus graves de Théorie de la justice, qui ont obscurci les idées principales de la justice comme équité, ainsi que j’ai nommé la conception de la justice présentée dans ce livre. Comme j’ai toujours confiance en ces idées, et que j’estime que les difficultés les plus importantes peuvent être résolues, j’ai entrepris cette reformulation. […]
« L’autre objectif est de mettre en relation, dans le cadre d’une présentation unifiée, la conception de la justice présentée dans Théorie de la justice avec les principales idées qui figurent dans mes essais publiés à partir de 1974. Théorie de la justice est un livre de plus de six cents pages, et les essais les plus importants (qui sont à peu près une dizaine) portent le total à près de mille pages. De plus, les essais ne sont pas parfaitement compatibles entre eux, et les ambiguïtés de l’exposé de certaines idées – par exemple, celle d’un consensus par recoupement – rendent difficile d’y voir une position claire et cohérente. Le lecteur intéressé a droit à une aide pour comprendre la manière dont les essais et Théorie de la justice peuvent se compléter, pour déceler les endroits où les révisions interviennent, et pour apprécier le changement qu’elles représentent. » John Rawls.

Version papier : 13 €
Version numérique : 0,00 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°281
Parution : 24/04/2008
ISBN : 9782707154606
Nb de pages : 294
Dimensions : 12,50 * 19 cm
ISBN numérique : 9782348067235

John Rawls

John Rawls (1921-2002), est notamment l’auteur de Théorie de la justice (Seuil, 1987), Justice et démocratie (Seuil, 1993), Libéralisme politique (PUF, 1997), Leçons sur l'histoire de la philosophie morale (La Découverte, 2002) et La justice comme équité (La Découverte, 2003).

Extraits presse

« La lecture de l'ouvrage est particulièrement excitante pour qui cherche à répondre à l'une des plus vieilles questions que se pose l'humanité : qu'est-ce qui est juste ? Question d'une brûlante actualité dans les sociétés plurielles que vise Rawls, où les citoyens ne peuvent plus s'accorder sur une même autorité morale, un même texte sacré, une même tradition religieuse. »
LE MONDE

« Le grand mérite de ce texte est de présenter une synthèse des thèses politiques de J. Rawls, qui réaffirme globalement l'essentiel des thèses de Théorie de la justice tout en apportant des compléments et des corrections liés aux derniers développements de sa pensée. »
SCIENCES HUMAINES

« Ces pages [...] offrent à qui ignorent tout de Rawls une façon d'entrer dans sa pensée et d'en voir la richesse. »
ÉTUDES

0000-00-00 - PRESSE

 

Table des matières

Avant-propos, par Bertrand Guillarme
Préface
I. Idées fondamentales
1. Quatre rôles de la philosophie politique
2. La société comme système équitable de coopération sociale
3. L’idée d’une société bien ordonnée
4. L’idée de la structure de base
5. Limites de notre enquête
6. L’idée de la position originelle
7. L’idée des personnes libres et égales
8. Relations entre les idées fondamentales
9. L’idée de justification publique
10. L’idée d’équilibre réfléchi
11. L’idée d’un consensus par recoupement
II. Principes de justice
12. trois points essentiels
13. Deux principes de justice
14. Le problème de la justice distributive
15. La structure de base comme objet ; premier type de raison
16. La structure de base comme objet ; second type de raison
17. Qui sont les plus défavorisés ?
18. Le principe de différence : sa signification
19. Objections au moyen de contre-exemples
20. Attentes légitimes, titres, et mérite
21. À propos de la conception des dons innés comme un atout commun
22. Commentaires synthétiques sur la justice distributive et le mérite
III. L’argumentation à partir de la position originelle
23. La position originelle : l’agencement
24. Les circonstances de la justice
25. Les contraintes formelles et le voile d’ignorance
26. L’idée de raison publique
27. Première comparaison fondamentale
28. La structure de l’argumentation et la règle du maximin
29. L’argumentation mettant l’accent sur la troisième condition
30. La priorité des libertés de base
31. Une objection au sujet de l’aversion pour l’incertitude
32. Les libertés de base égales revisitées
33. L’argumentation mettant l’accent sur la deuxième condition
34. Seconde comparaison fondamentale : introduction
35. Raisons relevant de la publicité
36. Raisons relevant de la réciprocité
37. Raisons relevant de la stabilité
38. Raisons contre le principe d’utilité restreinte
39. Remarques sur l’égalité
40. Remarques conclusives
IV. Les institutions d’une structure de base juste
41. La démocratie de propriétaires : remarques introductives
42. Quelques contrastes de base entre les régimes
43. Idées du bien dans la justice comme équité
44. Démocratie constitutionnelle contre démocratie procédurale
45. La valeur équitable des libertés politiques égales
46. Déni de la valeur équitable des autres libertés de base
47. Libéralisme politique et libéralisme englobant : un contraste
48. Note sur les taxes per capita et la priorité de la liberté
49. Les institutions économiques d’une démocratie de propriétaires
50. La famille en tant qu’institution de base
51. La flexibilité d’un indice de biens primaires
52. À propos de la critique marxienne du libéralisme
53. Brefs commentaires sur le temps consacré au loisir
V. La question de la stabilité
54. Le domaine du politique
55. La question de la stabilité
56. La justice comme équité est-elle politique au mauvais sens du terme ?
57. Comment le libéralisme politique est-il possible ?
58. Un consensus par recoupement n’est pas utopique
59. Une psychologie morale raisonnable
60. La société politique comme bien
Index.