La folie Napoléon -  Krassinsky, Aurélien Lignereux

À paraître

La folie Napoléon
Du 18 brumaire à Waterloo

Krassinsky, Aurélien Lignereux

C’est l’histoire d’un homme qui se prend pour Napoléon… Après tout, ce n’est pas le premier et c’est peut-être vrai. Mais, dans le Paris d’aujourd’hui, sa volonté de puissance tient du délire. Échappé de l’asile, ce Napoléon parcourt la capitale, revisitant tous les pans de son œuvre, non sans être bousculé dans ses certitudes par les contradicteurs – historiens de métier ou militants – qu’il croise en chemin. Si notre époque lui paraît folle, il sait aussi en capter l’esprit et captiver les foules. Poursuivi par la police, il se jette sur les routes des Pays-Bas ou d’Italie car, avec lui, l’Europe, c’est toujours la France. Sa course s’arrête à Waterloo, en pleine reconstitution de la bataille. Tout a une fin, mais l’essentiel, c’est de tenir la plume pour écrire l’histoire.

Version papier : 22 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Histoire dessinée de la France
Parution : 13/10/2022
ISBN : 9782348071812
Nb de pages : 176
Dimensions : 21 * 25,60 cm

Krassinsky

Né en 1972, Jean-Paul Krassinsky est dessinateur et scénariste de bandes dessinées. Après des études d’arts plastiques et un diplôme d’ingénierie en communication visuelle à l’école Estienne, il travaille dans le storyboard publicitaire. En parallèle, il pratique l’illustration et la direction artistique, avant de tout quitter pour se consacrer à la bande dessinée. Depuis, il développe, seul ou en compagnie de romanciers et d’universitaires, une œuvre protéiforme souvent empreinte d’une ironie mordante.

Aurélien Lignereux

Né en 1978, Aurélien Lignereux, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, est professeur à Sciences Po Grenoble. Entre Napoléon et lui, l’histoire remonte à ses premiers pas comme chercheur, avec une étude sur la police de Fouché. Pas de préférence pourtant : l’historien a autant travaillé sur les villageois rebelles à la conscription et les chouans irréductibles que sur les anciens soldats devenus gendarmes et, désormais, sur tous les serviteurs de l’État impérial à travers l’Europe.