L'économie des conventions, méthodes et résultats - François EYMARD-DUVERNAY

L'économie des conventions, méthodes et résultats

François EYMARD-DUVERNAY

Peut-on développer une analyse économique non réduite à l’individualisme méthodologique et pleinement intégrée aux sciences sociales ? Telle est l’ambition du programme de recherche sur l’économie des conventions. Les critiques faites par ce programme à l’économie dite mainstream conduisent à revoir les fondements mêmes du modèle néoclassique, en réarticulant l’approche des valeurs, de la coordination et de la rationalité. Cette reformulation permet de tracer des perspectives de politique économique novatrices : la crise sociale actuelle et le défaut de croissance nécessitent de réarticuler l’économique et le politique. Le présent ouvrage comporte, outre une présentation générale de ces orientations, un débat avec les auteurs des principaux courants institutionnalistes actuels, en économie (théories de la régulation, des coûts de transaction, des marchés transitionnels, approches de Michael Piore), en sociologie et sociologie économique. Ces différents textes constituent ainsi un panorama large de l’institutionnalisme contemporain. Ils font également état du débat théorique actuel sur les points particulièrement cruciaux de la recherche en sciences sociales : débat entre individualisme et holisme, renouvellement de la théorie du choix rationnel, liens entre économie et droit, rôle des conventions comptables et statistiques de mesure.

Version papier : 34 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Recherches
Parution : 27/04/2006
ISBN : 9782707144874
Nb de pages : 336
Dimensions : 155 * 240 mm
Façonnage : Broché

François EYMARD-DUVERNAY

François Eymard-Duvernay (1945-2016) était professeur de sciences économiques à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense depuis 1995. Administrateur de l’Insee (de 1972 à 1984), puis directeur du Centre d’études de l’emploi (de 1984 à 1993), il fut l’un des fondateurs de l’école des Conventions. Il a écrit de nombreux articles et ouvrages d’économie du travail et de l’entreprise.

Table des matières

Introduction, par François Eymard-Duvernay - Un programme interdisciplinaire excessivement ambitieux ? - Une dérive moraliste ? - Une analyse statique ? - I / Débat général entre programmes de recheche institutionnalistes - 1. Valeurs, coordination et rationalité : trois thèmes mis en relation par l’économie des conventions, parFrançois Eymard-Duvernay, Olivier Favereau, André Orléan, Robert Salais et Laurent Thévenot - Affrontements ou efforts d’intégration des sciences économiques et sociales - D’une économie de marché à une science générale des relations humaines - L’encastrement social de l’économie et la construction sociale des marchés - Une intégration non réductrice - Aux fondements des sciences sociales et économiques, une question commune : la coordination problématique des actions - Une question commune aux sciences sociales et économiques - Le renouveau de cadres d’analyse traitant du caractère incertain des coordinations - Comment faire mieux ? Qualifier l’incertitude à partir d’une forme d’évaluation supportant la coordination - Le premier pluralisme de modes généraux de coordination : quelle légitimité et quelle intégration ? - Politique, justice, démocratie - Les agents dans des états différents pour apprécier - Les conventions constitutives du marché et de l’entreprise… - …et celles d’autres modes légitimes de coordination - Le mouvement des conventions constitutives - Des drôles de marchés : marché du travail, marché financier - Les marchés du travail - Les marchés financiers - Le second pluralisme des niveaux de convention, du public au proche - Les réductions des actions et interactions de proximité dans l’économie - Des institutions réglées aux interactions - En deçà du sujet individuel : l’engagement familier qui maintient la personne - Conclusion - Références bibliographiques - 2. L’économie des conventions 15 ans après. Un point de vue à partir de la théorie de la régulation, par Robert Boyer - Du manifeste de 1989 au présent ouvrage - La permanence d’une question centrale en sciences sociales - Un déplacement du centre de gravité de la théorie - Une grande ambition théorique : réunifier les sciences sociales - Une stratégie prometteuse, mais quelques difficultés - Une construction originale… - …mais encore embryonnaire - Unicité théorique ou juxtaposition pragmatique ? - Où sont les médiations ? -Les analyses sectorielles : une segmentation des notions et des méthodes - Est-il légitime et efficace de faire des sciences sociales une discipline morale ? -Toutesles conventions ne dérivent pas de jugements de valeur - Le statut ambigu, voire contradictoire, des compromis - Quelques questions régulationnistes adressées à la théorie des conventions - Encore un effort dans l’analyse du capitalisme ! - L’organisation de l’entreprise : une surprenante convergence - Pour une analyse kaléidoscopique des institutions économiques - Conclusion - Références bibliographiques - 3. Peut-on se passer des conventions ?, par Claude Ménard - Suivez le guide… au risque de vous perdre ! (Ou : « A distorted road map to convention land ! ») - Leçons et provocations - Pluralité des modes de coordination - Qu’est-ce qu’un agent économique ? - Conception ? ou Notion ? - Pilotage à vue ? - Comment prédire ? - Conclusion - Références bibliographiques - 4. Quand la sociologie économique rencontre l’économie des conventions, par Richard Swedberg - État actuel de la sociologie économique (années 1990) - La sociologie économique et l’économie des conventions - Thème 1 : rationalité - Thème 2 : coordination - Thème 3 : évaluation - Conclusion - Références bibliographiques - 5. Remarques sur l’économie des conventions,par Alain Caillé - Des accords massifs et évidents - Accords proprement théoriques - Implications politiques - Identités et différences disciplinaires et paradigmatiques - Conclusion - Références bibliographiques - 6. Les « marchés transitionnels du travail » : à quel paradigme appartiennent-ils ?, par Jérôme Gautié et Bernard Gazier - Fondements positifs - « Transitions » - Marchés et organisations - Pluralité des arrangements institutionnels - Fondements normatifs - Réguler l’emploi - La sécurisation des trajectoires - La promotion de l’égalité et de la citoyenneté sociale - Marchés transitionnels et conventions - Les interconnexions entre plusieurs « mondes » - La « cité par projets » et la régulation de la mobilité - Intégrer d’abord le marginal ou le « common man » ? - Conclusion - Références bibliographiques - 7. Stabilité et flexibilité dans l’économie : le comportement économique entre rationalité et interprétation, par Michael J. Piore - La constitution d’un ordre économique : trois programmes de recherche - Le programme conventionnaliste - La pluralité des évaluations - L’émergence d’un nouveau système d’évaluation - Analyse versus interprétation - Conclusion - Références bibliographiques - II / Individualisme/holisme - 8. Quelle théorie hétérodoxe de l’acteur économique ?,par Nicolas Postel et Richard Sobel - L’acteur économique nécessaire mais impossible : la théorie de la régulation - La position du problème -Un recours incantatoire aux acteurs pour penser les transformations socioéconomiques - L’économie des conventions : versune théorie de l’acteur ? - La nécessité des règles - La dimension interprétative - Vers une théorie de l’action aristotélicienne ? - Une théorie hétérodoxe de l’acteur : quels enjeux ? - Une théorie des règles nécessite une théorie de l’acteur - Une modification de la représentation de l’acteur entraîne une modification de l’objet de l’économie - L’économiste éprouve les limites d’une posture instrumentale même procédurale - Les sciences sociales et l’économie doivent s’appuyer sur une phénoménologie et une herméneutique générales de l’agir humain - Situer l’approche herméneutique dans un espace structuré par des conflits et des inégalités de pouvoir - Références bibliographiques - 9. Action et interprétation, bases d’un rapprochement entre hétérodoxies ?, par Pascal Ughetto - Régulation et conventions : l’illusoire « hol-individualisme » - L’économie des conventions en évolution -Théorie de la régulation : pas de pendant immédiat, à moins que… - De l’enrichissement de l’individualisme méthodologique à l’assouplissement du holisme ? - Pertinence de l’action et de l’interprétation pour la théorie de la régulation - Pour la théorie de la régulation, la piste des identités - Conclusion - Références bibliographiques - 10. La place de l’intersujbectif et du commun dans l’approche de l’économie des conventions, par Christian Bessy - Le holisme structural de Descombes - La critique des « individus collectifs » - Significations intersubjectives et communes - La posture épistémologique de l’économie des conventions - Le positionnement de l’EC par rapport à l’« individualisme institutionnaliste » - Convention et intersubjectivité - Le légitime, l’institué et le commun - La dynamique des institutions - Références bibliographiques - III / Approches interdisciplinaires de la rationalité - 11. L’identité sociale de l’ homo conventionalis, par Franck Bessis, Camille Chaserant, Olivier Favereau et Olivier Thévenon - Identité sociale et processus d’autocatégorisation en psychologie sociale - La construction des catégories sociales - Le sentiment d’appartenance au groupe - L’identité sociale au fondement d’un nouvel homo œconomicus - De la rationalité limitée aux compétences de l’homo conventionalis - De l’identité sociale à la coopération - De la coopération aux jugements éthiques - Références bibliographiques - 12. Herbert Simon et l’économie des conventions,par Rouslan Koumakhov - Projet conventionnaliste - Rôles organisationnels - Cartes simplifiées et modèles communs - Des conventions « linguistiques » à la représentation conventionnelle - Le modèle commun simonien est une forme de représentation sociale - Modèle commun : bilan - Conclusion - Références bibliographiques - 13. Une économie de l’interprétation des règles : Piore et l’économie des conventions, par Olivier Biencourt - Piore à l’origine de l’économie des conventions - Des marchés internes aux conventions - Des modèles de production aux conventions - Règles, interprétation, conventions : les parcours de Piore et de l’économie des conventions - L’économie des conventions, des conventions à l’interprétation - Piore, des règles à l’interprétation - Conclusion - Références bibliographiques - IV / Droit et économie - 14. Les conventions du marché du travail et l’évolution du droit , par Simon Deakin - La vision évolutionniste du droit - Une illustration : l’évolution des concepts dans le droit du travail - Évolution du droit et valeurs juridiques : de l’« action » (agency) à la « capacité » (capacity) - Références bibliographiques - 15. Vers un nouveau paradigme du droit, par Jean De Munck - Un nouveau modèle de régulation - Deux générations de problèmes - Les limites de la régulation classique - La régulation structurelle - Les droits-buts et la question de l’efficience - Le système des droits-buts - Les avantages de la proposition de Sen - Les intermédiaires du droit - Les dispositifs d’évaluation - Un paradigme du droit « réflexif » ? - Références bibliographiques - V / Approches interdisciplinaires de la régulation -16. Esquisse d’une analyse des régulations à laquelle pourrait contribuer l’économie des conventions, par Olivier Thévenon - Le fondement politique de la régulation sociale - La régulation comme art du compromis - La régulation comme art de la justification - La régulation comme art des politiques publiques - Conclusion - Références bibliographiques - 17. Conventions professionnelles et régimes de responsabilité,par Gilles Allaire - Professions, action collective et responsabilité - Fondements sociologiques de l’analyse des professions - Action collective, communautés et institutions - La profession comme conventions et modèles de connaissance - Conventions de coopération et conventions de qualification - L’effort de coopération - La convention de coopération comme système de connaissance - Compétence fondamentale et régimes de la responsabilité - Les compétences fondamentales et l’identité de la profession -Compétences professionnelles et régime de responsabilité - Conclusion - Références bibliographiques - VI / Les conventions de mesure - 18. La quantification de l’économie et la recherche en sciences sociales : paradoxes, contradictions et omissions. Le cas exemplaire de la positive accounting theory, par Ève Chiapello et Alain Desrosières - Le déclin de la réflexion sur la quantification - La positive accounting theory - Diverses postures par rapport à la quantification et à la mathématisation en économie - Conclusion : retour sur la positive accounting theory et sur le déclin de la réflexion sur la quantification - Références bibliographiques - 19. Les conventions de richesse au cœur de la comptabilité nationale. Anciennes et nouvelles controverses, par Jean Gadrey - Deux lectures de l’histoire de la comptabilité nationale au XXe siècle : Fourquet et Vanoli - Débats scientifiques et conflits de conventions sociopolitiques - Des controverses permanentes sur le périmètre des richesses qu’il « convient » de comptabiliser - Il y a convention et convention - Les controverses actuelles ne sont pas moins politiques que les débats fondateurs - L’armement comme investissement - Imputations et réorientations comptables - Production de services domestiques et conventions de genre - Conclusion : l’intérêt pour des indicateurs et des comptes plus « sociaux » et « environnementaux » : une mode cyclique ? - Références bibliographiques - Les auteurs.