Portrait de l'homme d'affaires en prédateur

Michel VILLETTE, Catherine VUILLERMOT

Comment devient-on homme d’affaires ? Qu’est-ce qu’une « bonne » affaire et comment la fait-on ? Ces questions, souvent traitées de manière journalistique, ont jusqu’à présent été négligées par la sociologie. Pourtant, loin de la biographie autorisée ou à charge, le parcours de ces champions du capitalisme que sont les grands hommes d’affaires mérite d’être analysé. C’est ce que propose cet ouvrage, à partir d’une étude des processus d’accumulation du capital et d’une lecture critique des biographies de quelques grands noms des affaires, tels que François Pinault, Marcel Dassault, Bernard Arnault, Claude Bébéar, Vincent Bolloré, Ingvar Kamprad (IKEA), Sam Walton (Wal-Mart) et de nombreux autres. Ponctué de portraits et d’entretiens avec les principaux intéressés, ce livre offre une approche inédite, en rupture avec les explications dominantes de la réussite en affaires, qui tente de comprendre la logique des activités lucratives du point de vue de ceux qui les font. Si les parcours diffèrent, un élément semble essentiel dans la réalisation d’une bonne affaire, moment clé inaugurant la phase d’enrichissement : le fait d’avoir vu, à un moment donné, des occasions de prédation dans certaines imperfections du marché et de savoir jouer, à l’occasion, sur les ambiguïtés de la morale sociale.

Version papier : 11,20 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Essais n°242
Parution : février 2007
ISBN : 9782707150745
Nb de pages : 294
Dimensions : 125 * 190 mm

Michel VILLETTE

Michel Villette, professeur de sociologie à l’ENSIA, chargé de conférence à l'EHESS, a été cadre et consultant dans diverses sociétés et il est l'auteurde L'Homme qui croyait au management (Seuil, 1988) , Le manager jettable (La Découverte, 1996) , Sociologie du conseil d'administration (La Découverte, 2003), Le guide du stage en entreprise (La Découverte, 3e édition, 2004).

Catherine VUILLERMOT

Catherine Vuillermot est agrégée et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté. Elle est l’auteur de Pierre-Marie Durand et l’Energie Industrielle. L’histoire d’un groupe électrique, 1906-1945 (CNRS Editions, 2001).

Extraits presse

« Les deux auteurs l'assument totalement : leur livre est "polémique" puisqu'il traite des "activités prédatrices qu'ont eues ou ont dû avoir les grands hommes d'affaires [...]". Un ouvrage à faire lire d'urgence aux "schumpéteriens" rêveurs pour qu'ils redescendent vite sur terre. »
LE MONDE ÉCONOMIE

« Comment devient-on un grand patron ? Pour répondre à cette question, une historienne et un sociologue ont analysé la façon dont nos hommes d'affaires - Arnault, Bébéar, Bolloré, Dassault, Pinault, et d'autres - ont construit leur empire. Leur conclusion : ces héros de notre temps sont des prédateurs hors pair qui ont su au bon moment repérer la bonne affaire, celle qui inaugure la phase d'enrichissement. »
MANAGEMENT

« Portrait de l'homme d'affaires en prédateur dément l'image d'Épinal du brave homme - trois sous en poche et vertu d'airain - qui conquiert le monde à la force de ses seules innovation. »
LES AFFICHES

«L'idée de départ des deux chercheurs consiste à prendre à rebours la tradition américaine de la "success story" qui postule que toute réussite en affaires à valeur d'exemple. [...] Une façon aussi de contester la vision libérale orthodoxe du marché pur et parfait, ainsi que réintterroger quelques notions morales sociale. Instructif. »
LIAISON SOCIALES

« La réussite, en affaires, ne vient pas de l'innovation, ni de la prise de risques, mais des coups de pouce donnés au départ par l'environnement proche ainsi que de l'exploitation et d'une certaine transgression des spécificités du marché. »
LES ÉCHOS

« Ce que les auteurs apportent de plus précieux, c'est la substitution d'une grille de lecture à une autre. La critique des biographies autorisées est bien menée, rafraîchissante, indispensable. [...] Il n'y a, de mon point de vue, rien à ajouter à l'analyse des processusd'affaires telle que les auteurs parviennent à la mener. Ils vont au-delà de la simple analyse d'une transaction réussie, et décrivent les comportements à adopter pour en conserver les profits. »
GÉRER ET COMPRENDRE

« Ce livre offre une approche inédite, en rupture avec les explications dominantes de la réussite en affaires, qui tente de comprendre la logique des activités lucratives du point de vue de ceux qui les font. Si les parcours diffèrent, un élément semble essentiel dans la réalisation d'une bonne affaire, moment clé inaugurant la phase d'enrichissement le fait d'avoir vu, à un moment donné, des occasions de prédation dans certaines imperfections du marché et de savoir jouer, à l'occasion sur les ambiguïtés de la morale sociale. »
L'AGEFI

« Les auteurs, très bien documentés et sur la base de leurs enquêtes de terrain, nous montrent les différentes facettes de l'histoire (des histoires aussi !) qui a construit certains hommes d'affaires : Bébéar, Bolloré, Branson, Dassault,... Ils passent en revue les multiples aspects de leur ascension sociale et économique, et osent s'attaquer à certains mythes ; comme celui du parfait gestionnaire rationnel, soucieux du bien-être de son personnel et de l'éthique des affaires. Cet ouvrage va bien au-delà de ce que tout le monde sait déjà et n'hésite pas à affirmer certaines vérités souvent bien éloignées des opinions d'une certaine presse favorable à ces grands capitaines d'industrie. »
GESTION 2000

« Voilà une œuvre salutaire, d'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une critique extérieure, mais d'une réflexion alimentée par la fréquentation rapprochée des hommes d'affaires [...]. »
BULLETIN CRITIQUE DU LIVRE EN FRANÇAIS

« "Le pillage a partie liée avec la création de richesses !"Michel Villette et Catherine Vuillermot, deux chercheurs, ont analysé les méthodes des plus grands businessmen modernes. Pour passer de millionnaire à milliardaire en moins de vingt ans, tous ont utilisé la trilogie "séduction, menaces et prédation" ! Qu'ils s'appellent Bernard Arnault, André Citroën, Marcel Bich, Richard Branson, Bill Gates ou Ingvar Kamprad (fondateur d'Ikea), tous sont issus d'une famille habituée à entreprendre. Tous ont bénéficié du soutien d'un protecteur. Surtout, "tous ont vu des occasions de prédation dans certaines imperfections du marché et su jouer sur les ambiguïtés de la morale sociale".
L'ENTREPRISE

« Bien qu'elle est déjà beaucoup servi, la métaphore de la jungle n'a rien perdu de sa pertinence pour désigner le monde que le capital façonne à son image. Dans cette jungle, rôdent des prédateurs de premier plan, ceux que l'on dénomme habituellement et euphémiquement des "hommes d'affaires". La présentation plus particulière d'une dizaine d'entre eux, dont presque tous ont fait la "une" des médias au cours de ces dérnières années, émaille l'ouvrage de Michel Villette et Catherine Vuillermot. Contrairement à la légende, ces héros des temps modernes ne sont pas d'abord des innovateurs. Ou, plus exactement, leur seule véritable innovation consiste à renouveler l'art fort ancien du pillage ! »
LE MONDE DIPLOMATIQUE

PRESSE

 

Table des matières

Remerciements - Introduction - Intermède : Jean-Paul Bucher (Groupe Flo) -I / L'homme d'affaires, personnage énigmatique - 1. L'homme d'affaires dans la tradition savante - Entrepreneurs et patrons - Portrait-puzzle de l'homme d'affaires à travers les siècles - Intermède : Sam Walton (Wal-Mart) et les familles Fournier et Defforey (Carrefour) - 2. Des biographies et des chiffres pour comprendre - Les biographies d'hommes d'affaires, genre mineur mais instructif - La mesure du succès en affaires - Intermède : François Pinault (Pinault-Printemps-Redoute) et Vincent Bolloré (Bolloré Technologie) - II / Comment se font les [bonnes] affaires - 3. Devenir homme d'affaires - L'attrait pour les carrières indépendantes - Caractéristiques personnelles de l'homme d'affaires - Innovation, efficience et prédation - Intermède : Ingvar Kamprad (Ikea) et Jim Clark (Silicon Graphics et Netscape) - 4. La bonne affaire, moment clé de l'accumulation du capital - La capacité à percevoir les erreurs du marché - La bonne affaire est-elle une illusion ? - Un modèle d'analyse des processus d'affaires - Une affaire presque parfaite : la reprise de Cocoladowny par le groupe Danone - Gagner beaucoup en prenant peu de risques - Intermède : Marcel Dassault (Dassault Aviation) - III / Et la morale dans tout ça ? - 5. Séduction, promesses et menaces : la bonne affaire comme pratique politique - De l'art d'attribuer la bonne rétribution - Comment tenir ses alliés ? - La promesse, forme par excellence de l'engagement d'affaires - L'escalade des engagements - Du don à la manipulation - Quand l'homme d'affaires reçoit des cadeaux - La menace, ressort de nombreuses affaires - Intermède : Bernard Arnault (LVMH) -6. De la vertu des hommes d'affaires - Vertu et prédation - Sociétés du don et sociétés de marché - Désir de rédemption et aspiration à la générosité - Institution bâtardes et tolérance - Tantôt adulé, tantôt honni, l'homme d'affaires face à la morale - La vertu considérée comme un capital - Final : Claude Bébéar (Axa) - Conclusion - Annexes : principaux résultats de l'enquête quantitative - Bibliographie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites