Les sociétés civiles dans le monde musulman

Anna BOZZO, Pierre-Jean LUIZARD

La vague révolutionnaire qui balaie le monde arabe depuis janvier 2011 a surpris chacun : les intéressés eux-mêmes, autocrates au pouvoir depuis des décennies, tout comme manifestants, chancelleries, mais aussi les chercheurs spécialistes de la région. Qui aurait pu dire que l’immolation par le feu de Mohammed Bouazizi, un jeune Tunisien de vingt-six ans, en signe de protestation contre la confiscation de sa charrette par la police de Sidi Bou-zid, dans le centre du pays, allait être l’étincelle qui devait aboutir à un bouleversement majeur dans le monde arabe ? Que de Casablanca à Manama, à Bahreïn, en passant par l’Algérie, la Libye, l’Égypte, le Yémen, la Jordanie, la Syrie, Oman et même le « démocratique » Irak, ces sociétés se verraient emportées par la tourmente ?
La chute du régime de Ben Ali en Tunisie, celle de Moubarak en Égypte, cœur du monde arabe, semblent sonner la fin d’un ordre qui avait dominé ce monde depuis les années 1960. Partout, ce sont les mêmes mots d’ordre : liberté, fin de l’autocratie, refus de la corruption, du népotisme, de la misère sociale, dignité et respect. Ben Ali et Moubarak n’ont-ils pas été renversés par la société civile ? Une première dans le monde arabe !
Cet ouvrage pluridisciplinaire décrypte les conditions qui ont permis l’émergence de ces mobilisations à travers l’analyse du phénomène de la société civile. Qu’est-ce que la société civile ? Quels rapports entretient-elle avec l’État, le politique, le marché ou les grandes ONG internationales ? Mène-t-elle toujours à la démocratisation ? Peut-on parler de société civile musulmane ? Autant de questions cruciales à un moment où se posent les questions des lendemains de changements de régime.

Version papier : 29,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Textes à l'appui / Islam et Société
Parution : mai 2011
ISBN : 9782707164896
Nb de pages : 480
Dimensions : 155 * 240 mm
Façonnage : Broché

Anna BOZZO

Anna Bozzo est professeure associée en histoire des pays musulmans à l’université Roma Tre et membre associé au GSRL.

Pierre-Jean LUIZARD

Pierre-Jean Luizard, historien, est chercheur au CNRS et membre du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité (GSRL) à Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La Formation de l’Irak contemporain (CNRS Éditions, 2002) ; La Question irakienne (Fayard, 2002 ; nouvelle édition augmentée 2004) ; La Vie de l’ayatollah Mahdî al-Khâlisî par son fils (La Martinière, 2005).

Extraits presse

Si les auteurs reconnaissent avoir été pris de court par le printemps arabe, on ne peut leur reprocher d'avoir manqué de flair. Les contributions de cet ouvrage sont issues d'un colloque organisé, en mai 2009, sur l'essor de la " société civile " dans le monde musulman. Dans les régions et pays étudiés (Maghreb, Proche-Orient, Mali, Iran, Pakistan…), les auteurs questionnent cette notion de société civile spontanément associée à la démocratie. Ne serait-ce qu'en rappelant combien les associations qui y ont vu le jour ces dernières années ont souvent été des émanations de régimes en quête de respectabilité. Quand bien même les chercheurs n'ont pas tous eu le temps d'intégrer les événements récents (à l'instar de l'auteur d'une analyse de la situation tunisienne, au demeurant passionnante), le propos n'en reste pas moins éclairant. En privilégiant la mise en perspective historique, les contributeurs rappellent utilement l'antériorité du processus intervenu dans les pays du pourtour méditerranéen : dès 1988, des émeutes ont éclaté en Algérie contre les pénuries. Tout en soulignant des phénomènes convergents (dont le rôle des réseaux sociaux du Net), ils insistent sur les particularités nationales, liées notamment à l'existence de précédents, comme en Algérie, encore, où l'impitoyable répression des émeutes, restée vive dans la mémoire des habitants, semble les avoir dissuadés d'emboîter le pas de leurs voisins…

01/06/2011 - Sylvain Allemand - Alternatives internationales

 

Cet ouvrage est le fruit de nombreuses contributions, vingt-six, dues à des universitaires, femmes et hommes, reconnus et compétents, chercheurs et enseignants de différents centres d’études, essentiellement méditerranéens, avec une contribution d’Allemagne et une autre d’Écosse. La liste en est donnée en fin d’ouvrage. La difficulté était double, du fait de la diversité des auteurs et des textes. Il fallait tenir compte de l’aspect culturel, civil et social, religieux, surtout musulman, politique et des différents espaces publics concernés. La notion de société civile donne lieu à une très bonne analyse en début d’ouvrage et à d’utiles précisions selon les pays concernés et les milieux sociaux et religieux. L’ouvrage tient compte des différents bouleversements intervenus dans le monde arabe depuis janvier 2011, et particulièrement de la chute des régimes de Ben Ali en Tunisie et de Moubarak en Égypte, qui semblaient inamovibles. La rapidité et l’extension du mouvement indiquent que la situation était mûre pour un changement, même s’il a surpris aussi bien les intellectuels et les politiques que l’homme de la rue. Reste que la question de l’avenir de ces changements est posée. C’est un ouvrage qui propose une très utile mise au point et pose des questions pour la suite du mouvement.

01/10/2011 - Jacques Langhade - Etudes

 

Contrairement à ce que suggère son titre, cet ouvrage ne propose pas un commentaire " à chaud " des révolutions en cours dans certains pays arabes. Il s'agit en effet des actes de journées d'études organisées à Rome en mai 2009. Si les quelque 25 contributions ainsi rassemblées présentent une hétérogénéité certaine, renforcée par la diversité des thèmes et des sociétés abordées, on y décèle pourtant un certain nombre de questionnements transverses. Le premier d'entre eux porte évidemment sur la notion, à géométrie variable, de " société civile " : plusieurs auteurs repèrent ainsi la portée normative dont celle-ci a été investie par les institutions internationales dans le cadre d'une promotion de la " bonne gouvernance ", autrement dit du marché. Au-delà, les multiples cas développés, du Mali au Pakistan en passant par l'Irak ou la Palestine, quoique d'un intérêt inégal, invitent à déconstruire nombre de catégories que l'on emploie habituellement pour rendre compte des évolutions des pays dits " émergents ". Enrichissant ce faisant utilement les analyses à leur égard, souvent saturées de lieux communs.

01/11/2011 - Igor Martinache - Alternatives économiques

 

Qui aurait pu imaginer que la vague révolutionnaire partie de la Tunisie fin 2010 allait faire tomber plusieurs régimes autoritaires du monde arabe ? Lors des Journées d’études organisées à Rome en 2009 sur les sociétés civiles dans le monde musulman, les participants ne s’en doutaient certainement pas. Leurs contributions viennent d’être réunies dans cet ouvrage. Comme les deux directeurs de la publication l’expliquent dans leur introduction (écrite après le début des événements), ces analyses seront précieuses au moment où il faudra reconstruire les systèmes politiques de ces pays. L’ensemble décrypte ce que sont les réalités des sociétés civiles dans le monde musulman et questionne sur l’existence de leur spécificité musulmane dans le rapport au politique, à l’économique et au social.

01/12/2011 - Altermondes

 

Il y a des livres qui tombent à point nommé, ou mieux, qui sont prémonitoires. Cet ouvrage, transcription enrichie du colloque qui s’est tenu à Rome en 2009 par le groupe Sociétés, religion et laïcité du CNRS et l’université de Rome, est un formidable opus de compréhension des sociétés civiles qui ont renversé, pour certaines, des dictatures au Maghreb et au Moyent-Orient ou qui traduisent la lente transition démocratique que sont prêts à vivre un certain nombre d’autres pays. […] Par la richesse des thèmes évoqués comme des pays étudiés, ce livre est probablement le premier d’une longue série qui vendra égrener les études de la transformation de cette région passionnante pour les politologues et les historiens. Dernière force de l’ouvrage : son caractère pluridisciplinaire qu’il est parfois difficile d’envisager, tant les sciences sociales peuvent encore être cloisonnées en France.

01/01/2012 - Moyen-Orient

 

Table des matières

Introduction, par Anna Bozzo et Pierre-Jean Luizard
Avoir 20 ans en Tunisie, par Jean Hannoyer
I / Vous avez dit « société civile » ?
1. Sur l'étendue d'un concept, par Jean-Claude Vatin
2. Société civile et politiques de démocratisation au Moyen-Orient, par Andrea Teti
II / Société civile et monde musulman : une greffe qui vient de loin
3. Société civile et citoyenneté en Algérie : essor et déclin d'un mouvement associatif indépendant (XIXe-XXe siècles), par Anna Bozzo
4. Vie quotidienne et lieux de sociabilité à Naplouse à la fin de l'Empire ottoman, par Cristiana Baldazzi
5. Chrétiens en terre d'islam. Question confessionnelle et citoyenneté en Égypte, par Paola Pizzo
6. Aux origines du phénomène associatif en Égypte (1888-1952) Sondages dans le fonds d'archives et pistes de recherche, par Francesca Petricca
III / Une société civile religieuse ?
7. Iran: entre République islamique et Mouvement vert, y a-t-il une société civile ?, par Fariba Adelkhah
8. Les femmes et l'engagement associatif dans un cadre islamique, par Renata Pepicelli
9. Le mouvement Fethullahçi en Turquie : une société civile musulmane ?, par Elisabeth Massicard
10. Le Hezbollah libanais et le football : divertissement pieux et socialisation politique, par Olfa Lamloum
11. Associations islamiques et démocratie participative au Mali, par Danielle Jonckers
12. La société civile entre transition démocratique et consolidation autoritaire : le cas du Maroc, par Mohammed Tozy
IV. Société civile, État et sphère politique
13. Réforme par le droit et société civile, par Jean-Noël Ferrié et Baudouin Dupret
14. Société civile en Tunisie : les associations entre captation autoritaire et construction citoyenne, par Sana Ben Achour
15. Société civile : où sont passées les élites ?, par Jacques Ould-Aoudia
16. Les dynamiques sociales et politiques paradoxales de la promotion de la société civile en Égypte, par Sarah Ben Néfissa
17. Les ONG palestiniennes et le politique, par Maher Charif
18. Société civile et ocupation de l'Irak, par Pierre-Jean Luizard
19. Les obstacles à la formation de la société civile en Algérie, par Lahouari Addi
V. Société civile et espace public
20. Syndicalisme professionnel et société civile. Le cas de l'Égypte, par Elisabeth Longuenesse
21. L'éveil de la société civile au Pakistan : le mouvement des avocats, par Daniela Bredi
22. Société civile et liberté d'association dans l'expérience du Réseau euroméditerranéen des droits de l'homme : état des lieux et enjeux, par Khemais Chammari
23. Citoyen, citoyenneté : au risque des mots ordinaires, par Iman Farag
24. Médias arabes, État, nation et sphère publique : pour un nouveau cadre d'analyse, par Claire Talon
25. Acteurs civils contre la violence, la crise libanaise de 2007-2008, par Aïda Kanafani-Zahar
Liste des auteur-e-s

Droits étrangers

CIVIL SOCIETY IN THE MUSLIM WORLD


Predominantly Muslim societies are witnessing the unprecedented emergence of an associative movement which has set down roots in the public sphere. This thirst for « citizenship » brings forth many questions. « Civil society » is today clearly a reference in Muslim countries : Human right activists of course, but also movements claiming to follow Islam and even authoritarian regimes have taken up this concept. Introduced by leading western countries and international NGO's, «civil society » aims to bring forth a democratisation based on citizen participation. This collective work brings the reader a comprehensive review of this issue.


Anna Bozzo (Université Roma Tre) and Pierre-Jean Luizard (CNRS) are historians of contemporary Islam, researchers at the Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (CNRS/EPHE). Pierre-Jean Luizard has supervised the volume Le choc colonial et l'islam. Les politiques religieuses des puissances coloniales en terre d'islam, published by La Découverte (2006).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites