Comment pensent les institutions - Mary DOUGLAS

Comment pensent les institutions
Suivi de« La connaissance de soi » et « Il n'y a pas de don gratuit »

Mary DOUGLAS

Les institutions pensent-elles ? Et si oui, comment font-elles ? Ont-elles un esprit en propre ? Dans ce livre, Mary Douglas prend à bras-le-corps toutes ces questions pour jeter les bases d’une théorie des institutions. On explique d’ordinaire le raisonnement humain par les propriétés de la pensée individuelle. Mary Douglas se focalise, elle, sur la culture et nous entraîne dans un parcours provocateur et passionné, placé sous le double patronage de la sociologie d’Émile Durkheim et de la philosophie des sciences de Ludwik Fleck. D’où il ressort que nous aurions tort de croire que seule la pensée des peuples primitifs serait modelée par les institutions, tandis que notre modernité verrait advenir une pensée véritablement individuelle. Les questions essentielles, les décisions de vie ou de mort, par exemple, ne peuvent jamais être résolues à un niveau purement individuel. Avec le présent livre, qu’elle considère comme une « introduction après coup » à son célèbre De la souillure, Mary Douglas se place directement au cœur du débat épistémologique central des sciences sociales, grâce à une critique croisée de l’individualisme méthodologique et du holisme. Cet ouvrage est suivi de l’introduction à la traduction anglaise du fameux Essai sur le don de Marcel Mauss et d’un texte sur l’identité du moi, qui ont déjà fait du bruit en France et à l’étranger.

Version papier : 11 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de Georges BALANDIER
Traduit de l'Anglais par Anne ABEILLÉ
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°175
Parution : avril 2004
ISBN : 9782707142429
Nb de pages : 224
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché

Mary DOUGLAS

Mary Douglas, anthropologue, a enseigné aux universités de Londres, Columbia, Northwestern et Princeton. Ses travaux d'africaniste lui ont valu la "Memorial Medal du Royal Institute". Elle a publié une quinzaine d'ouvrages, dont De La souillure (Maspero, 1971 ; La Découverte, 1992, 2002), un des classiques de l'anthropologie, et d'autres titres consacrés à la logique des catégories de pensée (Natural Symbols, 1970 ; Implicit Meanings, 1975), au rapport de nos sociétés au risque (Risk and Culture, avec Aaron Wildavski, 1982) ou à la consommation (The World of Goods, avec Baron Isherwood, 1979).

Extraits presse

« Avec un humour tout britannique et un sérieux de chercheur, Mary Douglas donne une vision stimulante du processus de décision des groupes qui passe par une analyse serrée de la notion d'institution. »
LE NOUVEL ÉCONOMISTE

« À l'encontre de l'utilitarisme et de l'individualisme méthodologique, Mary Douglas entend bâtir une théorie qui ne va pas de soi : les institutions ne pensent pas mais la pensée dépend d'elles, et réciproquement. »
LIBÉRATION

PRESSE

 

Table des matières

Avant-propos en forme d'avertissement, par Alain Caillé - Préface, par Georges Balandier- Avertissement de l'auteur - Introduction : Argumentaires pour la vie et pour la mort - 1. Les institutions n'ont pas de cerveau - Le programme Durkheim-Fleck - « Collectif », « mode » ou « monde » de pensée ? - Le défi du fonctionnalisme et de l'individualisme - 2. Ce n'est pas une question d'échelle - M. Olson et le paradoxe du « passager clandestin » - Des exceptions dépourvues de statut théorique - La question des effets d'échelle - Les autres facteurs de la coopération - Au-delà de l'illusion communautaire - 3. Le pourquoi de l'action collective - Elster, critique du fonctionnalisme - Vers un modèle Durkheim-Fleck élargi - Une première synthèse - Encore sur le fonctionnalisme et sa critique - 4. Au fondement de l'institution : l'analogie - L'approche conventionnaliste - La naturalisation des conventions - Des dieux et des ancêtres - 5. C'est l'institution qui décrète l'identité - Quelles analogies triomphent - Ressemblance et classification - L'apprentissage de la ressemblance - Le social, le cognitif et le reste - 6. Où l'on voit les institutions se souvenir et oublier - Les cadres sociaux de la mémoire - La mémoire des Nuers - Science et amnésie - Kenneth Arrow et le théorème de Condorcet - 7. Un outil typique de l'importance des institutions : le cas de la psychologie - Les limites de la psychologie sociale - Pourquoi on oublie l'institution - Haddon et l'émergence des conventions - Du principe de cohérence - 8. Comment les institutions font les classifications - Dans le sillage de Max Weber - ... Et de Durkheim - Le poids des institutions au quotidien - Quand nommer, c'est créer - 9. Comment les nomenclatures changent. Des vins et des tissus... - De l'appellation des vins - 10. Comment les institutions décident de la vie et de la mort - Le juste et le vrai comme artefacts - Justice et égalité - Brian Barry et l'universalité du juste - L'écueil du relativisme - Qui doit mourir ? - Au-delà de l'individualisme méthodologique - Bibliographie - La connaissance de Soi - Une conception humienne de la personne - Une conception non occidentale et post-moderne - L'unité du sujet en question - Bibliographie - Il n'y a pas de don gratuit - Don et contre-don - Le sens du potlatch - Libéralisme et individualisme - L'épreuve du terrain - L'économie politique du don - L'héritage du don - Bibliographie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites