Aux origines de la guerre d'Algérie, 1940-1945
De Mers-el-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois

Annie Rey-Goldzeiguer

Fruit de longues années de travail, ce livre propose un récit détaillé, nourri de nombreux témoignages et de documents d’archives inédits, d’une page particulièrement sombre de l’histoire coloniale : la folie meurtrière déclenchée en mai 1945 par l’armée française et les milices de colons contre la révolte des nationalistes algériens de Sétif et Guelma. Annie Rey-Goldzeiguer revient sur les origines de ce drame en retraçant l’histoire des cinq années qui l’ont précédé en Algérie. Durant la période de Vichy, puis après le débarquement américain de novembre 1942, la tension n’a cessé de monter entre le monde des colons et celui des « indigènes ». Les journées sanglantes de mai 1945, résultat tragique de ces tensions croissantes, sont à l’origine des sept années de guerre que le peuple algérien devra subir pour accéder à son indépendance en 1962.

Version papier : 13,50 €
Version numérique : 12,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°227
Parution : 11/05/2006
ISBN : 9782707148896
Nb de pages : 408
Dimensions : 12,50 * 19 cm
ISBN numérique : 9782348061226
Format : EPUB

Annie Rey-Goldzeiguer

Annie Rey-Goldzeiguer

Annie Rey-Goldzeiguer (1925-2019), historienne, a notamment cosigné une Histoire de la France coloniale des origines à 1914, avec Jean Meyer, Jean Tarrade et Jacques Thobie (Armand Colin, 1991, 2016).

Extraits presse

« On, retiendra d’abord l’intelligente et délicate étude de ce que l’historienne appelle monde du contact, frange fragile mais fausse charnière qui rêve d’une société pluriethnique où la notion d’intégration ne soit pas un vain mot ; la présentation du quadrilatère constantinois, où les tensions s’affichent avant l’embrasement du printemps 1945 ; la nouvelle donne qui s’ensuit, où le bloc européen se ressoude face au traumatisme général, et les leçons, de résistance ou de dialogue nécessaire, qui préparent l’avenir ; enfin, les deux histoires parallèles qui s’inventent alors pour justifier les belligérants de demain. »
LE MONDE

« [L'ouvrage d'Annie Rey-Goldzeiguer] est indispensable pour comprendre une période peu connue : celle de la Seconde Guerre mondiale en Algérie. »
LIBÉRATION

« Annie Rey nous donne une remarquable contribution historique. Elle nous donne aussi une leçon de générosité. »
LA QUINZAINE LITTÉRAIRE

« Annie Rey Goldzeiguer nous oblige à regarder en face le temps de Vichy, l'autre guerre, celle qui avait un nom. Il faut en parler à part, comme des mémoires de Mohammed Harbi. »
Madeleine Rebérioux, L'HUMANITÉ

« Etudiante à Alger en mai 1945, en faisant taire ses ressentiments de témoin, le professeur Annie Rey-Goldzeiguer réussit l’exploit de commettre ce qui apparaît bien à ce jour comme la meilleure synthèse relative à l’Algérie de la Seconde Guerre mondiale [...] En faisant la somme des recherches les plus récentes,tant algériennes que françaises, tout en se livrant à un patient travail de dépouillement de documents [...], sans négliger l’enquête orale, Annie Rey-Goldzeiguer choisit avant tout de faire parler les acteurs. »
HISTORIENS & GÉOGRAPHES

« Annie Rey-Goldzeiguer reconstitue par le menu le tableau d'une société. »

HOMMES & MIGRATIONS

« Le raisonnement est clair et aisé à suivre et ce d'autant plus que l'écriture de l'auteur est fluide et agréable. Son effort pour croiser les points de vue est louable, tant il est peu courant dans les publications sur l'Algérie coloniale ou sur la guerre de 1954 à 1962 [...] Sa sincérité sur ses souvenirs personnels, évoqués dans le livre, est d'ailleurs de très bonne augure : il est important, en particuliers sur des sujets réputés sensibles, que l'historien dise clairement d'où il parle. »

REVUE FRANÇAISE D'HISTOIRE D'OUTRE-MER

« Ce livre aux rythmes d'écriture variés fourmille de pistes. Il pourra intéresser des lecteurs très différents qui y trouveront, assurément, matière à discussion. »

XXe SIÈCLE

0000-00-00 - PRESSE

 

~~




































« Originaire de l’Afrique du Nord, traumatisée par les « événements » de mai 1945 qu’elle vécut alors qu’elle était étudiante à Alger, l’auteur s’est dès lors livrée à une « longue quête pour comprendre et expliquer » ce drame, animée du double souci de « rendre compte des événements tels qu’ils ont été vécus par les différents acteurs » et de nuancer les comportements et les motivations de ceux-ci, en soulignant les contradictions internes à chaque groupe, collectivement et parfois individuellement, comme au sein des pouvoirs publics et de l’armée eux-mêmes. Pour mener à bien son travail, elle a recouru largement à l’enquête orale pour compléter l’étude des archives disponibles, car, si celles-ci se sont ouvertes récemment, elles ne le sont toujours que partiellement… Malgré ces difficultés, cet ouvrage constitue un apport essentiel pour saisir les mentalités des communautés qui se sont affrontées. Il ne peut être question de résumer un ouvrage d’une grande densité, mais tout au plus d’en dégager quelques perspectives et quelques points forts. »

2009-10-02 - Cahiers d'histoire

 

Table des matières

Introduction
1940-1945 : trois camps en Algérie
Témoigner
Le problème des archives
Mon questionnement
I. L' « Algérie française » et Vichy
1. Les Européens d'Algérie et le pétainisme
Les Européens d'Algérie face aux Juifs et aux francs-maçons
Le racisme du mépris
La Révolution nationale, un régime idéal pour l'Algérie coloniale
Une situation économique critique
L'aristocratie des grands colons
L'Algérie citadine, ou le monde des restrictions
Le triomphe de la droite extrême
Une nouvelle distribution sociale
Une jeunesse en uniforme
L'Algérie des réprouvés : Juifs...
... communistes...
... gaullistes et démocrates
2. Le monde « indigène »
Le « loyalisme » des Algériens
La fascination nazie
L'étouffement de toute opposition
Les villes, creuset des mutations sociales
La ville, lieu de politisation
Les campagnes soumises au déracinement
La politisation des campagnes
3. Le monde du contact : une fausse charnière
Un monde de castes pyramidales
Les fonctionnaires
Les colons du bled
Les « petits blancs » des cités
Les caïds
Les intellectuels algériens
L'échec des politiques
Les jeunes lycéens
Les lieux de contact
Les tentatives de syncrétisme idéologique
Une « nation en formation » ?
II. La grande fracture : novembre 1942-fin 1944
4. La « conspiration d'Alger » et le débarquement américain
Les résistants potentiels
La conjuration du « groupe des cinq » : des personnages d'opérette
Un chef d'occasion : le général Giraud
Le jeu américain
7 novembre 1942, la journée des dupes
Darlan et Giraud : le régime de Vichy survit en Algérie
La seconde défaite de la France
Poussée nationaliste
5. Les Européens d'Algérie face au débarquement américain
Un nationalisme chrétien et conservateur
L'échec du complot royaliste
Le nationalisme de la contestation et l'émergence de l'espoir gaulliste
Les jeunes dans la guerre : le corps franc d'Afrique
L'effort militaire
Alger, capitale de la France en guerre
La « vie tournoyante d'Alger »
6. Le désenchantement des « réprouvés » de Vichy
Les espoirs déçus
La « question juive » et les relents d'antisémitisme
La montée des gaullistes minoritaires
La longue attente des communistes
« Terreur blanche » et épuration
Le procès Pucheu
L'écœurement des « gaullistes excessifs »
Fin de règne à Alger
7. L'amertume des « Français musulmans »
Le choc du débarquement américain
Famines, maladies, corruption
Une société éclatée
Déceptions culturelles
Désillusions politiques
La violence grandit
La révolte sourde des faubourgs et des campagnes
8. Le nationalisme algérien décolle
La rupture identitaire du PPA
La politisation des oulémas
Ferhat Abbas et le Manifeste
À la recherche de l'unité perdue
Le succès des AML (Amis du Manifeste et de la liberté)
Les activistes à l'œuvre
L'anti-intellectualisme de la nouvelle génération
9. Le monde du contact face aux périls : l'impossible dialogue
La politique du gouvernement général
Des réformes tardives et insuffisantes
La morgue des puissants
Les déceptions « indigènes »
Humiliations
Règlements de comptes entre Français
L'inquiétude des intellectuels face à la violence
La position ambiguë du PCA
L'armée, enjeu politique
III. 1945, répétition générale ?
10. Début 1945 : l'Algérie a peur
La communauté européenne sur la défensive
L'obsession de la dignité pour les Algériens
La réalisation de l'unité : les ALM
Le congrès de l'unité et l'échec d'Abbas
11. Une situation critique
Zizanie dans l'administration coloniale
Le temps des complots
L'affaire de Reibell
La spirale du mépris et de la haine
12. L'escalade de la peur et de la haine : la première semaine de mai 1945
Les manifestations du 1er mai
Les affrontements à Alger et à Oran
Le monde du contact laminé
Des réactions diverses en milieu algérien nationaliste
L'armée en alerte
Une atmosphère électrique
13. Le quadrilatère constantinois, une région clé
Une région originale, façonnée par le climat et par l'histoire
Deux sociétés coexistent
Une vie politique intense
Sétif, capitale du nationalisme algérien
Les centres de décision du quadrilatère : l'administration et l'armée
14. Les scénarios de l'embrasement
Pour les Européens : les « événements de Sétif »
Les assassinats ciblés de l'insurrection rurale
Pour les Algériens : la révolte
L'originalité du scénario guelmois
Des raisons politiques ?
Des raisons économiques ?
Retour sur le déclenchement des « événements »
15. Un bilan difficile à établir
40 000 hommes opérationnels pour la répression
Bombardements et mitraillages
Combien d'insurgés ?
Arrestations, exécutions sommaires, disparitions
Les cérémonies expiatoires
Les victimes européennes
Les victimes algériennes
16. L'occultation des manifestations algériennes du 8 mai 1945
L'effervescence de la zone aveugle du quadrilatère
Dans toute l'Algérie, des manifestations similaires, vite réprimées
Une censure efficace
IV. Une histoire à deux voix : la fin tragique du printemps algérien
17. La nouvelle Algérie des Européens
Les Européens forment un bloc
La loi du talion
Éradiquer le nationalisme algérien
Tensions dans la haute administration
La victoire du clan Gazagne
L'armée et la répression
De Gaulle, l'homme providentiel de l'Algérie française ?
18. Le traumatisme des Algériens
L'affolement du camp nationaliste
Dans toute l'Algérie, la répression
Une justice expéditive
L'unité brisée
L'affaire de Saïda
Le complot de Cherchell
L'affaire d'Haussonvilliers
Initiatives spontanées
L'émigration, résurrection du PPA en métropole ?
19. Les leçons des « événements » de mai 1945
Quelques politiques prônent le rapprochement entre communautés
« L'Algérie c'est la France »
Rudes leçons pour les Algériens
20. Le bilan algérien après 1945
Le monde du contact, cible commune des camps opposés
Le camp européen veut assurer la victoire
Un sens aigu de la médiatisation
La défaite de l'espoir dans le camp algérien
Une redistribution politique
Chronologie
Bibliographie
Ouvrages généraux
La période 1940-1942
1942-1944, la grande fracture
Les événements de 1945
Index.