La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Ethnologie et anthropologie / Un monde de camps     

Un monde de camps

Michel AGIER

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse
foreign rights

Un monde de camps
Imprimer la fiche



 
Les camps se multiplient et se banalisent partout sur la planète. Ils sont aujourd’hui des milliers, dessinant peu à peu un nouveau paysage mondial. Gouvernements nationaux et agences internationales adoptent de plus en plus systématiquement cette solution pour « regrouper » les réfugiés humanitaires, pour « parquer », faire « transiter », « retenir » ou mettre à l’écart les « déplacés » et les migrants, les « clandestins » et autres indésirables.
Douze millions de personnes vivent ainsi dans ces camps, des millions d’autres dans des campements de fortune, au creux des forêts, dans les interstices des villes, le long des frontières ; d’autres encore sont piégées dans des centres de rétention, des zones d’attente ou de transit. Si ces « hors-lieux » sont des espaces de parias, nombre d’entre eux s’inscrivent dans la durée et se transforment au fil du temps : la vie s’y renouvelle, s’y attache, et l’emporte le plus souvent sur la mort ou le dépérissement.
En vingt-cinq monographies qui forment une sorte de tour du monde des camps (du plus ancien, à Chatila au Liban, au plus grand, à Dadaab au Kenya, qui regroupe 450 000 habitants, en passant par le plus informel, à Canaan en Haïti, ou le plus précaire, à Calais), cet ouvrage fait découvrir la vie intime et quotidienne de leurs habitants. Loin d’être l’« exception » que l’on évoque généralement dans un cadre humanitaire ou sécuritaire pour en justifier l’existence, les camps font durablement partie des espaces et des sociétés qui composent le monde aujourd’hui.
Introduction. L’encampement du monde, par Michel Agier
Un monde de camps, global et divers
L’ambivalence des camps contemporains
Peuples en exil, personnes déplacées, et vice versa
La forme-camp. Extraterritorialité, exception, exclusion
La circulation des personnes, des organisations et des savoirs. Un dispositif de camps
L’exemplarité des camps ou ce que les camps nous disent de l’avenir du monde
I / Temps long, espaces en conflit : les camps de réfugiés entre identité, mémoire et politique
Chatila (Liban). Histoire et devenir d’un camp de réfugiés palestiniens, par Hala Abou-Zaki

Le camp, écho de la Palestine
La construction et l’extension du camp de Chatila
Kacha Garhi (Pakistan). Les camps de réfugiés afghans au Pakistan (1980-2012), par Pierre Centlivres
Kacha Garhi et d’autres camps… les réfugiés afghans en exil
Les Afghans dans et hors des camps
Les partis et le djihad
Les Afghan Refugee Villages, espaces incertains entre Afghanistan et Pakistan
Maheba (Zambie). Le camp et la question du retour des réfugiés angolais, par Pedro Neto
Le camp de Maheba
« Plus ça change, plus c’est la même chose. »
Post-Scriptum
Lukole (Tanzanie). Victimes ou fauteurs de troubles. Humanitaire et politique dans les camps, par Simon Turner
Les réfugiés, victimes sans voix
« Encourager la communauté » à Lukole
Négocier la position de victime
Négocier avec le passé
Mae La (Thaïlande). Humanitaire, nationalisme et religion dans les camps karens à la frontière thaïlando-birmane, par Alexander Horstmann
Gouvernance et distribution de l’aide. Le camp de Mae La
Les camps, creuset du projet national karen
Religion, nationalisme et gouvernance des camps
Tindouf (Algérie). Les camps sahraouis, préfiguration de l’État, par Manuel Herz
Brève histoire du Sahara occidental et des camps sahraouis
Portrait d’un camp à travers ses activités urbaines
Entre le temporaire et le permanent : la ville contre le camp ?
Le camp comme catalyseur, le camp comme projet
Agamé (Bénin). Le feu et la révolte. Le camp comme foyer politique, par Clara Lecadet
De la protestation dans les camps au « gouvernement » des réfugiés
Contre le rapatriement : la carte de réfugiés ou l’asile
Justice et politique : les réfugiés face au HCR
Sainte-Livrade (France). Une situation coloniale sans fin. Le Centre d’accueil des Français d’Indochine (1956-2006), par Marc Bernardot
Sur la route du camp
De camps en camps
C’est la fête au CAFI
Le CAFI des descendants
Le CAFI dans la longue durée des camps français
II / Camps, villes et territoires. De l’industrie humanitaire à l’aménagement des espaces locaux
Dadaab (Kenya). L’histoire architecturale d’un territoire non identifié, par Anooradha Iyer Siddiqi

État des lieux
Une géographie humanitaire-réfugiés
Histoire des premiers réfugiés et travailleurs humanitaires de Dadaab
Mises en images du complexe de Dadaab
Dadaab comme événement culturel
Kakuma, Kenya. Le camp dans l’économie de la ville, de la région et du monde, par Bram J. Jansen
Jonglei 2012 : la marque du camp
Kakuma 1992 : la création du camp
La représentation humanitaire des camps de réfugiés
L’articulation du camp à la ville, au pays et au monde
Nahr al-Bared (Liban). Le camp et ses doubles, par Nicolas Puig
Été 2007 : « Romance triste pour Nahr al-Bared »
Sur les berges du fleuve froid
« Le camp n’est pas mort » (retour à Bared)
Le camp retrouvé
Dheisheh (Cisjordanie). Retours. Penser le futur dans l’extraterritorialité (un projet architectural), par Sandi Hilal, Alessandro Petti et Eyal Weizman
Extraterritorialité et retour
Les retours au présent
Extraterritorialité future
Wad Sharifey, Kishm el-Girbâ, Asotriba… Métamorphoses d’un réseau régional de douze camps de réfugiés érythréens dans l’Est du Soudan (1962-2013), par Hélène Thiollet
Un réseau de camps dans l’Est du Soudan
Les camps de l’Est du Soudan : entre mobilité et encampement
Des camps sans réfugiés ? Les camps après la clause de cessation de 2002
La transformation du paysage des camps depuis 2004
Exil prolongé, l’asile « durable »
Damas (Syrie). Asile, camps et insertion urbaine des migrants et réfugiés au Moyen-Orient. Une mise en perspective régionale, par Kamel Doraï
Du camp à la ville : asile et migration des Palestiniens au Moyen-Orient
Les Irakiens à Damas
III / Camps de déplacés : urgences, marges urbaines et vies précaires
Corail-Canaan (Haïti). D’un camp à l’autre, par Alice Corbet

Corail : l’avenir incertain d’un camp trop rigide
Canaan : installer la vie, installer la ville
Camp et peuplement
Après Fukushima. La vie préfabriquée, par François Gemenne
Contexte
Dans les camps, une attente qui n’a pas de fin
La zone contaminée, un camp qui ne dit pas son nom
Khartoum (Soudan). Le sort des déplacés et la transformation des camps après l’indépendance du Soudan du Sud, par Agnès de Geoffroy
Crises et déplacements : des périphéries vers le centre
Les déplacés à Khartoum : enjeux politiques et sécuritaires
Les espaces de la relégation
Les années 1990, isolement et contrôle
Les années 2000, ouverture et réconciliation
Indépendance du Soudan du Sud, la fin des camps ?
Pavarando (Colombie). Des « communautés de paix » aux « zones humanitaires », par Stellio Rolland
De la dynamique du déplacement forcé à la formation du campement de Pavarando
La délimitation d’espaces protégés par rapport au conflit armé
La difficile reconnaissance de la condition de « civil » et de « paysan » des déplacés
IV / Campements, camps de travailleurs, centres de rétention : entre prison, bidonville et ghetto
Qatar. Vie quotidienne et intimité dans un camp de travailleurs migrants, par Tristan Bruslé

Les zones industrielles, le camp et la clôture : la relégation comme politique
Faire du camp un lieu par la routine quotidienne
Le lit, l’intimité et la métaphore du prisonnier
Le camp, un lieu hybride pour une vie de subalterne
Kofinou (Chypre). Du confinement à la mise au travail des demandeurs d’asile, par Olivier Clochard
Le centre de Kofinou dans l’étau de l’accueil et de la surveillance
Kofinou : un camp de travailleurs ?
Migration et autres dispositifs de main-d’œuvre dans l’espace européen
Lampedusa. Un laboratoire de la rétention en Europe, par Louise Tassin
L’enfermement des étrangers en Europe, enjeu politique et critique
Le centre de Lampedusa, une institution incertaine
Et si le paradoxe n’en était pas un : un flou fonctionnel ?
Calais, Patras, Subotica. Les « jungles » de l’Europe, par Sara Prestianni
Naissance, destruction et reconstruction de la « jungle pachtoune » à la frontière franco-anglaise Calais, Patras, Subotica, un dispositif de camps à l’échelle européenne
Le Hanul (Saint-Denis, France). Du bidonville au « campement illicite ». La « question rom » en Europe et en France, par Martin Olivera
Émigration et immigration des Roms de Roumanie : quelques éléments
Le platz : un habitat par défaut
De l’encampement juridique au « campement illicite » : enfermés dehors
Belyounech (Maroc). L’empreinte de la souillure dans les campements près de la frontière, par Jean-Louis Edogué
Les migrants, cachés dans la forêt
Organisation sociale et politique des campements
De Tinzawaten à Bamako (Mali). Les ghettos de l’expulsion, par Clara Lecadet
Le ban et la langue du ghetto
Ceci n’est pas un camp
Quelle aide pour les expulsés ?
Bibliographie
Index des organisations
Index des ocalités et populations
Présentation des auteurs.


Les camps se multiplient sur la planète. Ils sont aujourd'hui des milliers, dessinant peu à peu un nouveau paysage mondial. Nombre d'entre eux s'inscrivent dans la durée et se transforment au fil du temps: la vie s'y renouvelle et l'emporte le plus souvent sur la mort ou le dépérissement. Ce livre propose au lecteur de "visiter" 25 camps, de la Colombie au Congo, du Soudan à la Thaïlande, de Calais aux Territoires palestiniens, d'Haïti au Liban, de Paris au Pakistan.

22/10/2014 - Le 1

 

"Il faut rendre les camps célèbres", proclame en préambule l'anthropologue Michel Agier. Après un instant de surprise, le mot d'ordre s'impose. S'il y a un point commun qui relie les différents types de camps contemporains - du camp de réfugiés aux centres de rétention administrative -, c'est le manque de visibilité. Le camp est à l'écart, loin des centres-villes et des voies de communication, on ignore qui y réside, on en parle peu. Qui songerait à s'y rendre en visite ? En fait, tout est fait pour que ces lieux aient le moins d'existence possible. Tel ce camp de Dadaab ouvert en 1992 dans l'est du Kenya, qui accueille 450 000 réfugiés somaliens, soit quasiment la population de Lyon, et qui n'apparaît nulle part sur les cartes officielles. C'est cette réalité aussi massive que masquée que vient dévoiler Un monde de camps, ouvrage collectif dirigé par Michel Agier.

30/10/2014 - Eric Aeschimann - Le Nouvel Observateur

 

Dans Un monde de camps (ouvrage collectif aux éditions La Découverte), Michel Agier décrypte la banalisation des camps. Un dispositif de gouvernance mondiale, une solution politique maintenue invisible. A ce jour, près de vingt millions de personnes sont rassemblées dans les camps de réfugiés, des campements de fortune ou des centres de rétention.

12/11/2014 - Olivia Müller - Les Inrockuptibles

 

Réfugiés, déplacés, migrants, ils seraient des millions à vivre dans des camps, officiels ou pas. L'anthropologie Michel Agier, qui a dirigé l'ouvrage Un monde de camps fait le point sur cette nouvelle forme de gouvernement mondial.

13/11/2014 - Anne Guion - La Vie

 

Près de 20 millions de personnes vivent dans des camps. Parmi eux, il y a des camps de réfugiés, le plus souvent dans les pays du Sud. A ces populations vivant en marge des Etats, il faut ajouter les déplacés à l’intérieur de leur propre pays (au Soudan ou en Colombie, par exemple), les camps de rétention, souvent situés dans les pays du Nord, les camps de travailleurs dans les pays émergents et, plus informels, les campements aux abords des frontières, comme ceux de Calais. Du Proche-Orient à l’Afrique, l’ethnologue et anthropologue Michel Agier, directeur de recherches à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), ausculte depuis près de quinze ans la vie dans ces lieux singuliers, provisoires qui deviennent pérennes, organisés géographiquement et politiquement. Il vient de publier Un monde de camps (1), ouvrage collectif, et surtout international, qui restitue une histoire et une identité à ces millions d’anonymes.

22/11/2014 - Catherine Calvet - Libération

 

L'ouvrage donne à voir, au plus près, ce qu'est la vie des personnes "encampées". Ecrit sous forme de monographies par une trentaine de chercheurs, professeurs et architectes, sous la direction de l'anthropologue Michel Agier, il éclaire aussi sur les circonstances historiques et les raisons du développement de ce qui, pour un certain nombre de pays, est devenu une véritable politique.

05/01/2015 - Marianne Bliman - Les Echos

 

Selon les Nations unies, plus d'un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles, parmi lesquels beaucoup de camps provisoires devenus permanents. Sous la direction de deux anthropologues du contemporain, les auteurs passent en revue des cas typiques, dont Chatila (camp palestinien au Liban), Kacha Garhi (Afghanistan), Mae la (camp karen à la frontière thailando-birmane), Sainte-Livrade (le camp d'accueil des réfugiés d'Indochine), Pavarando (camp de déplacés en Colombie) ou encore Calais (Camp de sans-papiers en France). Trois fonctions des camps sont identifiées: refuge, réserve de travailleurs dans l'économie locale et centre de rétention.

01/02/2015 - Pour la Science

 

Saviez-vous que 6 millions de personnes, au moins, vivent aujourd’hui dans les 450 camps de réfugiés existants dans le monde ? Et que certains de ces camps ont été mis en place il y a plusieurs décennies déjà, comme celui de Chatila au Liban en 1949 ? L’ouvrage dirigé par Michel Agier, avec la collaboration de Claire Lecadet – tous les deux anthropologues –, livre ces informations dès les premières pages. Toutefois, il ne s’agit pas ici d’explorer uniquement les camps de réfugiés, mais de les prendre en compte, tout comme les camps de déplacés internes, les camps de rétention et les camps auto-établis. En d’autres termes, il s’agit de saisir l’« encampement » du monde : « une des formes du gouvernement du monde, une manière de gérer l’indésirable » à l’échelle planétaire.

04/12/2014 - Liens socio

 

A WORLD OF CAMPS


Through twenty-five cases (from the oldest, at Shatila in Lebanon, in an area that has become the most cosmopolitan in Beirut, to the biggest, in Dadaab, Kenya, with its 450 000 inhabitants), this exceptional work presents the intimate, daily life inside the camps of refugees and those displaced around the planet. It shows that, far from being the humanitarian or safe \"exception\" that justifies their existence, the camps have become an enduring part of the world today.


Michel Agier is an anthropologist recognized internationally for his knowledge of the world of immigrants and refugees. He is the author of several books on the topic (Gérer les indésirables, 2008, La condition cosmopolite, 2013). The twenty-five researchers from different countries assembled in this book count among the most competent in their field.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016