Qui a tué les verriers de Givors ?
Une enquête de sciences sociales

Pascal MARICHALAR

Dans la petite ville de Givors, proche de Lyon, des hommes meurent les uns après les autres, emportés par des cancers à un âge relativement jeune. Leur point commun : ils ont travaillé pour produire des bouteilles et des pots à la verrerie qui a fermé ses portes en 2003. La compagne d’un verrier malade fait alors équipe avec un imprimeur à la retraite pour résoudre ce mystère. Ils comprennent vite que ce ne sera pas une enquête policière classique : c’est à eux de prouver qu’il y a eu un crime, et plus ils avancent vers la vérité, moins la justice semble disposée à juger les faits. Cependant, grâce à la force collective des verriers et de leurs soutiens, ils vont lever progressivement le voile sur un véritable scandale d’État.
Ce livre est une enquête sur cette enquête. Avec les outils des sciences sociales, l’auteur analyse les procédures, les mensonges et les injustices qui font que tous les jours autour du monde des millions de femmes et d’hommes sont mis en danger impunément.

Version papier : 22 €
Version numérique : 14,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : SH / L'envers des faits
Parution : novembre 2017
ISBN : 9782707192578
Nb de pages : 258
Dimensions : 135 * 220 mm
ISBN numérique : 9782707198112
Format : EPUB

Pascal MARICHALAR

Pascal Marichalar est sociologue et historien, chercheur au CNRS, membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux.

Extraits presse

Pascal Marichalar, sociologue et historien, auteur d’un livre sur les médecins du travail, se penche sur cette histoire en 2013, sur les conseils d’un collègue. Il va réaliser une enquête sur cette enquête, relatant d’abord les conditions de travail dans la verrerie (grâce notamment au patient travail d’archive réalisé par le collectif des verriers), ainsi que la mise en place d’un véritable processus d’«épidémiologie populaire » puisque, jusqu’ici, aucune enquête de santé officielle n’a été menée par les pouvoirs publics. (…) Son ouvrage n’est pas le triste récit de pauvres ouvriers intoxiqués par trente ans d’usine, c’est l’histoire, parfois joyeuse, d’un combat.

07/12/2017 - Mathilde Goanec - Mediapart

 

L'auteur expose dans un récit méthodique et passionnant les mécanismes institutionnels destinés à faire barrage aux anciens travailleurs réclamant justice : de tableaux de maladies professionnelles en tribunal des affaires de Sécurité sociale, de conseil de prud'hommes en procédures pénales avortées... Mais la force de l'ouvrage est que, bien loin de s'improviser justicier des opprimés, l'auteur rend hommage à une bataille collective dont la force a été de conjuguer mobilisation des travailleurs, écosystème militant d'une ville communiste et soutien de scientifiques et avocats engagés.

14/12/2017 - Loan Nguyen - L'Humanité

 

Table des matières


Prologue. Turin
Introduction

L’accommodement à la mise en danger
Une enquête sur une enquête
1. Dernière coulée
La mort du feu
Une « très belle opération »
« Cassez pas mon verre ! »
Lendemains
La sentence
2. Scène de crime
« Parti pour la manif »
Planter la bannière de l’émancipation
Épidémiologie populaire
Loyautés
3. La viande à feu
Abatteuses d’hommes
Une usine d’immigrés
Usual suspect
Vérités enfouies
Brouillard
Décomposition
4. Le gouvernement des travailleurs malades
Le formulaire 60-3950
« J’en ai vu, des toubibs ! »
« Libérez les dossiers médicaux ! »
Les « bons » cancers, et les autres
Une « pauvre loi »
5. La contre-expertise
Des moules à la moutarde
La science et le « malade du peuple »
Les avocats de Paris
Confirmations
Reconnaissance
6. Meurtriers sans visage
La plainte
Interrogatoires
Incertitude
Crimes d’exposition
Indices de pouvoir
7. Le procès de la peur
« C’est même bon pour la santé ! »
« Doux mélange »
Une class action à la française ?
« Tu te vois mourir »
Des victimes vénales ?
8. Le cycle du sacrifice
Une visite en famille
Dangers immédiats
Nouveaux risques, nouvelles victimes
« Tu sais ce que je voudrais ? Un fusil »
Conclusion
Matériaux
Remerciements
Sigles
Notes.