La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Géopolitique, géographie et relations internationales / Pour une lecture profane des conflits     

Pour une lecture profane des conflits
Sur le « retour du religieux » dans les conflits contemporains du Moyen-Orient

Georges CORM

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
vidéo
extraits presse
foreign rights

Pour une lecture profane des conflits
Imprimer la fiche



 

C’est à une réflexion de fond qu’invite Georges Corm dans ce livre, pour comprendre les logiques de guerre qui déchirent le Proche et le Moyen-Orient depuis la fin de la guerre froide. Des conflits le plus souvent justifiés par la thèse débilitante du « choc des civilisations » et de la lutte contre le terrorisme « transnational » islamiste. Popularisée dans le monde entier, cette thèse a imposé une vision binaire du monde qui n’en finit plus d’enfler, au point de fabriquer toujours plus de violence.
Prolongeant les analyses historiques remarquablement documentées de ses livres précédents, Gorges Corm donne ici les clés décisives pour comprendre les mécanismes ayant permis depuis les années 1990 de paralyser les oppositions aux guerres injustes et d’étouffer la pensée objective du réel et de ses complexités : la puissance des représentations médiatiques (et académiques) portées par l’imaginaire du « retour du religieux », la manipulation de la mémoire et de l’histoire, l’instrumentalisation de prétendues valeurs politico-religieuses pour susciter des conflits, la relation perverse entre les intérêts géopolitiques de certains États et leur prétention à défendre dans l’ordre international des idéaux religieux, l’application sélective du droit international aux situations conflictuelles.
D’où l’accent mis dans ce livre, à la fois très personnel et rigoureux, sur la nécessité d’une lecture profane des conflits face aux « fanatismes civilisationnels » et sur la problématique de la laïcité et de la liberté, dans sa version républicaine « à la française ».

Avant-propos
I / Déconstruire la logique de justification des conflits
1. Introduction à l’approche « profane » dans l’analyse des conflits

La signification des nouveaux vocabulaires aseptisés décrivant les conflits
Éviter la vision binaire du monde ainsi que la causalité unique
Revenir aux techniques d’une politologie profane et multifactorielle des conflits
L’importance oubliée du facteur démographique - Le facteur économique, cause majeure de conflits -
Reconnaître l’importance de la géographie
Le dédain de l’histoire comme facteur explicatif facilite la « barbarisation » d’un adversaire
Le retour en force des idées aristocratiques et autoritaires
Le retour des théories du complot et la montée des malaises identitaires
Typologie des différentes dynamiques des conflits
Les déstructurations causées par la période coloniale - États atypiques nés dans des situations conflictuelles toujours non résolues - La manipulation des règles du droit international et la politiqueimpériale américaine
L’utilité de l’approche profane des conflits
2. Les nouveaux conflits et le rôle du « retour du religieux »
Un diagnostic faux sur la disparition de la religion et de ses manifestations
Années 1980 : le moment du basculement dans le prétendu « retour du religieux »
La théorie de la « guerre des civilisations » et la montée des fanatismes « civilisationnels »
Quelques éléments d’explication relatifs à l’instrumentalisation du religieux
Conséquences du retour en force des idéologies d’autorité
Le recours au religieux amène un double affaiblissement du religieux et du politique
Pour un pacte républicain international
3. Religion et géopolitique : une relation perverse
L’instrumentalisation de la religion, outil de puissance
Pluralisme païen et exclusivisme monothéiste
Le triomphe éphémère de la laïcité dans l’ordre international au XXe siècle
Les cinq grands événements qui ont battu en brèche le triomphe de la vision laïque du monde
Le succès du wahhabisme saoudien en islam - La sécession des musulmans de l’Inde - Le sionisme et la création de l’État d’Israël - La création de l’Organisation de la conférence islamique - La révolution religieuse iranienne : un malentendu géopolitique majeur
Sortir du cercle vicieux de l’instrumentalisation du religieux
II / Les manipulations de la mémoire et de l'histoire, causes des conflits
4. L’ère des rétractions identitaires et de la communautarisation du monde

Comprendre les paradoxes et contradictions du début du XXIe siècle
Laïcité et sécularisation : deux notions opposées
Les mérites du système laïque
Le droit à la différence ou le droit à l’égalité : le poids des traditions coloniales ?
La grille interprétative des conflits du Moyen-Orient mêle scandaleusement religion et politique
Arrêter la communautarisation du monde et la fragmentation des sociétés
La préservation des valeurs laïques sur le « marché mondial » des religions et des ethnismes
5. L’exportation de la querelle des racines dans l’imaginaire de la construction de l’identité occidentale
L’Occident : une « méga-identité » paradoxale et mythique
Le rôle clé de Hegel et de Weber dans la construction des racines dites occidentales
Des racines « gréco-romaines » de l’Occident aux racines « judéo-chrétiennes »
Quelle profondeur aux racines chrétiennes dans la notion d’Occident ?
La violente querelle sur les racines religieuses ou profanes de l’Occident
L’exportation de la querelle des racines au reste du monde
Se débarrasser du couple pervers Orient-Occident
6. Mémoire et histoire dans la genèse des conflits du Moyen-Orient
Mémoires et « trous de mémoire » au Moyen-Orient
Le Moyen-Orient, carrefour stratégique et réservoir énergétique, dépossédé de son destin
La mémoire contre l’histoire
L’histoire comme remède au renflement dogmatique de la mémoire
Les effets des grands traumatismes sur l’histoire et la mémoire
Guérir les mémoires traumatiques, rétablir l’histoire
7. La Palestine, déversoir des passions européennes et américaines
Aux origines du soutien inconditionnel à l’État d’Israël
Exiger en Palestine la mise en œuvre d’un strict et réel humanisme
Vers la fin du régime d’apartheid en Palestine
III / Problématique de laïcité et de la liberté
8. Communautarisme et multiculturalisme, sources de conflits

L’effritement de la notion de citoyenneté
Contexte et origines historiques des malaises identitaires
Le flou des langages et des concepts du multiculturalisme
La triade peuple/nation/civilisation - Le binôme religion/culture - La triade ethnie/communauté/religion
Les deux grandes problématiques du multiculturalisme
Pour une réhabilitation des droits individuels et de la notion d’esprit républicain
9. La bataille pour la liberté au Proche-Orient
La liberté : concept universel ou spécificité occidentale ?
Arabes et Turcs face au patrimoine révolutionnaire français
La fièvre coloniale et la manipulation des communautés ethniques et religieuses
La difficile bataille en Orient musulman entre réformistes libéraux et conservateurs islamisants
La manipulation du droit international et des droits de l’homme
Démarxisation et réislamisation des sociétés du tiers monde
Le facteur économique et social
Maintenir la crédibilité des valeurs de la modernité politique
10. Les trajectoires inverses de la liberté religieuse en Europe et dans le monde arabe
La problématique laïque ne peut être enfermée dans un modèle unique
Le christianisme européen : du caractère impérial et exclusif à la modestie
La trajectoire inversée de l’islam
En islam, le pouvoir civil contrôle le pouvoir religieux - Entre l’Europe et le monde musulman, l’inversion du cycle historique
La mainmise du wahhabisme saoudien sur les sociétés arabes et le« réveil islamique » La clé de la laïcité dans le monde musulman : le rétablissement de la liberté d’exégèse du texte sacré
La place centrale des relations franco-israéliennes et franco-américaines dans la problématique de la laïcité
La laïcité rempart contre la montée de l’arbitraire
Pour une laïcité « laïcisée »
La démocratie peut-elle exister sans la laïcité ?
La laïcité comme élément central d’une problématique universelle de la liberté
Conclusion. Une vision binaire du monde cristallisée sur le Moyen-Orient : vers une troisième guerre mondiale ?
Le XXIe siècle et le retour à la politique des blocs antagonistes
Violence guerrière et terrorisme
Le terrorisme est-il la cause première des désordres du monde ?
Le problème est-il aux États-Unis et dans la nature de leur relation avec l’Europe ?
Le monde méditerranéo-asiatique est-il la source des problèmes actuels ?
L’impossible normalisation de l’existence israélienne et palestinienne au Moyen-Orient
L’État iranien peut-il être la source d’une conflagration au Moyen-Orient ?
Désamorcer la politique de blocs reproduisant le schéma des guerres mondiales
Annexe. Sources des textes utilisés.


mercredi 2 octobre 2013



 

Georges Corm est un éminent spécialiste du Proche-Orient. Il en a par-dessus la jambe du vocabulaire qu’il dit « aseptisé »des frappes, des dommages collatéraux ou de la lutte contre le terrorisme. Et il n’aime pas que l’on confonde les symptômes et les maux réels, ou le prétexte et la cause. En bref, il en a marre des « fanatismes civilisationnels »et d’un occidentalisme qui fonctionne d’abord au mépris des pauvres. Dans son livre, il est question de représentations biaisées, de manipulations mémorielles et de droit à géométrie variable. Et du refus de confondre la régression islamique et un Islam, dont il souhaite voir renaître la liberté originelle d’exégèse du texte sacré, et donc de possible tolérance. Dans le contexte actuel, le rappel est salutaire.

01/11/2012 - Roger Martelli - Regards

 

Chaque livre de l’économiste et historien libanais Georges Corm est un événement pour qui souhaite comprendre le Proche et le Moyen-Orient, et, au-delà, les formes d’organisation de nos sociétés désormais multiculturelles. Dans son dernier ouvrage, il plaide pour la laïcité, c’est-à-dire précisément contre les doctrines multiculturelles.

20/12/2012 - Denis Sieffert - Politis

 

A en croire la plupart des médias occidentaux, reprenant la vulgate de dirigeants politiques, il est un péril extrême pour l'humanité contre lequel la "communauté internationale" doit mobiliser toute son énergie: l'"islamo-fascisme", porté par tous les "Etats voyous" conglomérés en un "axe du mal", et prêt à pulvériser les démocraties par des actes de "terrorisme transnational" ignobles. Devant l'offensive d'une "civilisation" issue du Proche et du Moyen-Orient, essentialisée dans une religion rétrograde mais conquérante, l'islam, et des pratiques dictatoriales "congénitales", la "civilisation occidentale" n'aurait d'autre choix que le canon pour défendre son modèle de liberté et de modernité, ainsi que ses valeurs "judéo-chrétiennes" intrinsèquement supérieures. Ainsi, les conflits dans le monde depuis la fin de la guerre froide ne seraient rien d'autre qu'une lutte entre deux blocs "civilisationnels", l'un incarnant les "bons", l'autre les "mauvais". C'est cette vision matraquée à l'opinion publique dans un vocabulaire crée pour cela, corroborée par des études académiques ressassant la "nature" des sociétés musulmanes et l'irréductibilité de l'islam à la démocratie, que dénonce Georges Corm dans son nouvel essai. Avec la rigueur et la verve passionnée qui le caractérisent, le chercheur déconstruit minutieusement la thèse mystificatrice de la guerre de civilisation et du prétendu "retour au religieux" qui l'étaye.

01/01/2013 - Corinne Moncel - Afrique-Asie

 

Les relations internationales sont aujourd’hui construites sur un postulat, l’existence d’un Orient musulman intrinsèquement opposé à un Occident chrétien. Leur antagonisme, stimulé par un « retour du religieux », rendrait le choc des civilisations inéluctables. Dans ce recueil de conférences prononcées entre 2006 et 2011, Georges Corm, ministre des Finances du Liban de 1998 à 2000 et consultant auprès du Conseil de l’Europe, revient sur cette construction de l’histoire. Les conflits, rappelle-t-il, sont de nature multicausale : démographique, historique, économique, géographique, culturelle. La religion n’est qu’un sous-produit du pôle culturel, et souvent l’habillage de motifs politiques et économiques. Avant que l’islam commence à être instrumentalisé, le monde arabe a connu, de la fin du XIXe siècle aux années 1970, sous l’impulsion du nationalisme arabe, une période de laïcisation. Pour lutter contre ce mouvement d’inspiration socialiste, les États-Unis ont appuyé l’Arabie Saoudite wahhabite et ont tout fait pour favoriser l’émergence d’un islam conservateur au Proche-Orient. Jusqu’à armer des djihadistes. Dans le même temps, la laïcité a reculé en Occident, tant dans sa gestion interne, où elle tend à être supplantée par un communautarisme à l’anglo-saxonne, que dans son application du droit international, où les sanctions sont fonction de la religion des nations. Aussi G. Corm détourne-t-il le mot de Karl Marx : « Républicains de tous les pays, unissez-vous ! »

01/02/2013 - Emmanuel Casajus - Sciences Humaines

 

Le Moyen-Orient est le berceau des trois grandes religions monothéistes, dont la coexistence séculaire a été plus souvent conflictuelle que pacifique. Dans son analyse des affrontements contemporains, Georges Corm entend déconstruire l'argumentaire centré sur un hypothétique "retour du religieux". La mémoire et l'histoire sont toujours manipulées par les fanatismes identitaires. Le recours au sacré dissimule des enjeux économiques ou démographiques beaucoup plus prosaïques, d'où la nécessité de rejeter la vision binaire opposant le terrorisme islamiste à la démocratie laïque occidentale. Les guerres sont toujours le fruit des ambitions humaines. En conclusion d'un livre original mais complexe, l'auteur réclame le retour d'un droit international fondé sur des valeurs humanistes.

01/06/2013 - Altermondes

 

A SECULAR APPROACH TO CONFLICTS
The « return of the religious » in contemporary conflicts in the Middle-East

Drawing on the remarkably well documented historical analysis of his previous works, Georges Corm shows us how to decrypt the mechanisms that, from the 1990’s onward have paralyzed any opposition to illegal wars and stifled any reflection on a complex reality : Namely the power of the media (and academia) and their representations of a « return of the religious », the manipulation of memory and history, the instrumentalisation of alleged politico-religious values in order to create conflicts, the perverse relationship between the geopolitical interests of certain States and their claim to defend international values of religious ideals, and the selective application of international law in conflictual situations.


Georges Corm, an economist and historian, is a consultant for several international organizations and a university lecturer. He is the author of several books on the Arab world and developpement issues, amongst which, published by La Découverte: Le Proche-Orient éclaté (1983 ; Gallimard Folio/histoire, 2005, 2007, 2012), L’Europe et l’Orient (1989 ; LD/Poche, 2004), Le Nouveau Désordre économique mondial (1993), Orient-Occident, la fracture imaginaire (2002 ; LD/Poche, 2004), Le Liban contemporain (2003 ; LD/Poche, éd. augmentée 2012), La Question religieuse au XXIe siècle (2005 ; LD/Poche, 2005), L’Europe et le mythe de l’Occident (2009, LD/Poche, 2012).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016