La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Science de l'éducation, école et pédagogie / Petit manuel pour une laïcité apaisée     

Petit manuel pour une laïcité apaisée
À l'usage des enseignants, des élèves et de leurs parents

Jean BAUBÉROT, LE CERCLE DES ENSEIGNANT.E.S LAIQUES

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse


Imprimer la fiche

Lire un extrait


 
Étonnant paradoxe : alors que les médias en parlent constamment, la laïcité est encore très mal connue ! Sujette à des interprétations divergentes, parfois instrumentalisée ou consciemment falsifiée, elle apparaît par moments comme un principe nébuleux, ce qui place les enseignant.e.s, les élèves et leurs parents dans une situation difficile.
Cherchant à clarifier le débat, un collectif d’enseignant.e.s s’est réuni autour de Jean Baubérot, historien et sociologue spécialiste de la laïcité, pour répondre aux questions concrètes du personnel éducatif et des usager-ère.s de l’Éducation nationale. Retraçant avec pédagogie l’histoire de la laïcité et redonnant les grands principes de son application, ce petit manuel offre des clés indispensables pour comprendre la philosophie véritable de cet idéal républicain et propose des solutions pratiques pour l’appliquer sereinement.
Car ce livre est aussi un plaidoyer pour une laïcité (enfin !) apaisée et pour une école publique ouverte, capable d’offrir à tou.te.s, quelles que soient leurs origines et leurs convictions, un enseignement de qualité. La laïcité, rappellent les auteur.e.s, ne devrait pas être un instrument de stigmatisation des élèves et un casse-tête pour les professeur.e.s. Au contraire, elle peut, quand elle est bien comprise, apporter des solutions pour une vie collective harmonieuse et respectueuse des convictions de chacun.e.
Préface, par Jean Baubérot
Introduction, par le Cercle des enseignant.e.s laïques
Analyses
Que signifiait, au XIXe siècle, la fondation d’une école républicaine laïque ?
Les écoles confessionnelles sont-elles contraires à la laïcité républicaine ?
Qu’est-ce que la loi de 1905, dite de « séparation des Églises et de l’État » ?
La loi de 1905 a-t-elle toujours été appliquée partout en France ?
Qu’est-ce que la liberté de conscience ?
Quelle différence entre laïcité et religion d’État ?
Quelles sont les obligations de l’État et de ses agents en matière de neutralité religieuse ?
La laïcité à l’école est-elle une exception française ?
Quelle place est faite à la religion dans les écoles à l’étranger ?
Pourquoi parle-t-on autant de la laïcité à l’école depuis les années 1980 ?
La religion musulmane est-elle incompatible avec la laïcité ?
Pourquoi l’islam est-il au centre des débats contemporains sur la laïcité ?
Que prévoit la loi de 2004 dite « sur le voile à l’école » ?
Quelles ont été les conséquences de l’application de la loi de 2004 dans les établissements scolaires ?
Le combat pour la laïcité a-t-il aussi été le combat pour l’égalité hommes-femmes ?
Pratiques
Pourquoi enseigner les faits religieux à l’école laïque ?
Quel est le contenu de la charte de la laïcité ?
Comment enseigner la laïcité ?
Comment aborder de façon apaisée des œuvres religieuses à l’école laïque ?
Que faire si un élève défend des arguments religieux en classe ?
Que faire face au refus d’un cours sur la théorie de l’évolution ? (biologie, philosophie)
Que faire si un.e élève refuse un cours d’EPS pour des raisons religieuses ?
Que faire si une élève se présente voilée à l’école ?
Que faire si un personnel de l’Éducation nationale ne respecte pas son devoir de neutralité ?
Que faire si une intervention extérieure semble contrevenir à la laïcité ?
Une mairie peut-elle supprimer les repas de substitution d’une cantine ?
Et la laïcité au CDI ?
Le vade-mecum laïque d’une sortie scolaire sans souci.
À l’heure où les discours irrationnels, les réactions pulsionnelles et les régressions affectives envahissent le discours public sur la laïcité en France et ailleurs, rien ne pouvait être plus bienvenu que ce Petit manuel pour une laïcité apaisée rédigé par le spécialiste reconnu de longue date Jean Baubérot, en collaboration avec le «Cercle des enseignant.e.s laïques». Rédigé d’une plume alerte et élégante, le livre se veut un rappel sobre et engagé, didactique et à visée pratique de ce qu’est le principe républicain de la laïcité – rappel qui n’élude jamais la complexité à la fois théorique, historique et pratique de la question.
Comme l’indique le sous-titre – «À l’usage des profs, des élèves et de leurs parents» –, la laïcité est ici étudiée dans le milieu scolaire, milieu sensible s’il en est; mais le fil rouge du livre est si limpide que nul n’aura de peine à appliquer ses leçons hors de l’école. Le principe de base est simple, il suffira ensuite, le cas échéant, de le décliner aux diverses situations avec discernement juridique et politique: la laïcité est un principe visant à garantir la liberté de conscience des citoyennes et citoyens, ainsi que la liberté des cultes. Comme le dit Baubérot en toute clarté, «les fondateurs n’avaient pas pour projet de détourner les élèves de leurs croyances ou de leurs convictions mais de garantir au contraire la possibilité de leur expression». Voilà qui est dit. (…) Au-delà de son intelligence pédagogique, l’immense mérite philosophique et politique de ce petit livre est de montrer en toute clarté que, contrairement à ce que véhicule une opinion publique confuse, la laïcité n’est pas une valeur qu’on brandit comme un étendard, mais un principe d’organisation de la vie sociale. Elle n’est donc pas le label d’une identité, mais un outil de régulation. C’est tout différent. Toutes les confusions rhétoriques, intellectuelles et politiques viennent de l’absence de distinction de ces deux niveaux, prêtant ainsi le flanc à toutes les manipulations stratégiques.
C’est dire que les élites françaises qui aiment tant l’assimilation feraient bien d’assimiler au plus vite les leçons de ce petit Manuel: elles éviteraient de devoir être la risée du monde entier le moindre burkini venu.

12/09/2016 - Marc Hunyadi - Le Temps

 

Pédagogique, informé et engagé : tel est le manuel que propose le cercle des enseignant.e.s laïques avec le concours du sociologue et historien de la laïcité, Jean Baubérot. A la manœuvre, cinq enseignants de différentes disciplines (histoire-géo, lettres, philo). Articulé en courts chapitres indépendants les uns des autres, le livre dresse un panorama très complet de la question. Les auteurs y reviennent sur la définition de la laïcité, qui repose sur le triptyque liberté de conscience, égalité et principe de neutralité de l'Etat, et sur certains débats contemporains comme le degré de liberté de conscience des élèves. Le contexte historique et l'inspiration philosophique de la notion sont aussi présentés : on en retient ainsi qu'au début du XXe siècle, deux conceptions s'opposaient, l'une inspirée du philosophe libéral John Locke, défenseur de la tolérance, l'autre de Rousseau, promoteur d'une religion civile (la première prévalut). Une deuxième partie s'attelle aux questions concrètes : "que faire si un élève refuse un cours d'EPS pour des raisons religieuses ?", "que faire si un élève défend des arguments religieux en classe ?", et y répond avec pragmatisme. Un livre qui tombe à pic.

03/10/2016 - Céline Mouzon - Alternatives Économiques

 

Laïcité « ouverte », laïcité « positive », laïcité « républicaine », « nouvelle laïcité » : depuis que la question de l’islam a envahi le débat politique, le mot laïcité est souvent utilisé sans que l’on en définisse clairement les contours. Pour y voir plus clair, Jean Baubérot, ancien titulaire de la chaire Histoire et sociologie de la laïcité à l’École pratique des hautes études, revient sur les débats qui ont entouré, en 1905, la loi de séparation de l’Église et le l’État – et sur la postérité de ce texte fondateur de la République française. Il vient de publier, avec le Cercle des enseignant.e.s laïques un Petit manuel pour une laïcité apaisée, à l’usage des profs, des élèves et de leurs parents (...).

15/10/2016 - Anne Chemin - Le Monde

 

Il ressort de la lecture de cet ouvrage un précieux éclairage sur les débats médiatiques et politiques à propos de la question laïque. Aujourd’hui en 2016 comme hier en 1905, s’opposent position bienveillante à l’égard de la pratique religieuse dès lors qu’elle n’empiète pas sur le contenu de l’enseignement et position imposant la neutralité aux élèves à l’école et à tous dans l’espace public. Entre laïcité intégrale, voire intégriste et laïcité d’apaisement, le débat n’est pas nouveau. Les auteurs citent la circulaire d’application de la loi du 28 mars 1882 sur l’enseignement primaire obligatoire, qui rappelle que cette loi « n’est pas une loi de combat (mais l’une) de ces grandes lois organiques destinées à vivre avec le pays ». Ils pensent que la loi de 2004 marque, à ce titre, une inflexion majeure, préparée en mai 2003 par le rapport du député François Baroin sur une "nouvelle laïcité". Pour éviter toute erreur historique, ils rappellent également à juste titre qu’ « historiquement, l’école laïque s’accommoda très bien du traitement inégalitaire des hommes et des femmes » : programmes différenciés jusqu’en 1924, mixité légale en 1957 et obligatoire en 1975, sexisme marquant encore aujourd’hui l’orientation ou le contenu de certains manuels scolaires.
Venant après les « 38 cas pratiques soumis à un examen précis et informé » du guide de Régis Debray et Didier Leschi, La laïcité au quotidien, leur contribution n’appelle pas, comme Béatrice Mabilon-Bonfils et Geneviève Zoïa l’ont fait dans La laïcité au risque de l’autre, à déconstruire l’universalisme selon elles réducteur de la laïcité, mais invite à penser la laïcité non comme un principe d’uniformisation culturelle, mais comme un moyen de penser, non seulement ce que Debray et Leschi nomment « une forme de cohabitation civilisée », mais encore une coopération harmonieuse et respectueuse de chacun au sein de l’école, au service des apprentissages.

09/10/2016 - Jean-Pierre Veran - Mediapart

 

C’est un travail précisément argumenté et documenté, qui permet d’aplanir des malentendus et d’établir les faits à la base d’un débat d’opinion constructif. C’est au prix de cet effort d’explicitation et de contextualisation que les auteurs, partisans de l’inspiration « libérale » de la IIIe République, mettent en relief la « contradiction entre les principes fondateurs posés par la loi de 1905 et la “nouvelle laïcité” imposée par la loi de 2004 ».
Notant que les polémiques se focalisent quasi exclusivement sur l’islam et le port des signes religieux, le collectif regrette la disparition dans l’espace public d’autres sujets : « Pourquoi seuls les signes religieux ont fait l’objet de mesures législatives et réglementaires et non les signes politiques, dont la commission Stasi […] recommandait également l’interdiction ? Et que dire des marques publicitaires ou commerciales dont l’impact au sein de l’école n’est même pas questionné ? »
À lire et débattre dans le même esprit de sérieux et de dialogue qui a présidé à son écriture.

26/10/2016 - Sébastien Banse - Le journal de Saint-Denis

 

La collaboration entre cet universitaire et des enseignants du second degré permet cet utile va-et-vient entre théorie et pratique. Les auteurs privilégient, face à des conceptions radicales de la laïcité, une conception libérale, plus conforme, selon eux, à l’histoire.

01/10/2016 - Claude Berruer - Enseignement catholique

 

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2017