Obéir / désobéir
Les mutineries de 1917 en perspective

André LOEZ, Nicolas MARIOT

« On ne veut plus monter ». De mai à juillet 1917, plusieurs dizaines de milliers de soldats du front se mettent à refuser les ordres. Qui sont les mutins, les déserteurs et les insoumis ? Comment et pourquoi agissent-ils, dans quels contextes, avec quelles stratégies ? Entre obéissance complète et révolte ouverte, quelles sont les marges de manœuvre et de jeu avec l’ordre dont disposent les individus ? Quel est, enfin, le prix de l’indiscipline ?
Analyser l’émergence des mutineries, dire ce qui les a rendues pensables et possibles, saisir les formes qu’elles ont prises, c’est aussi réfléchir, en creux, à ce qu’elles rompent : l’obéissance. Car si l’événement dévoile l’ampleur possible du désordre et les potentialités de l’indiscipline, il signale dans le même mouvement la solidité de l’institution militaire et la force du conformisme. En cela, les mutineries sont exemplaires : elles permettent, par contraste, de saisir la marche ordinaire des sociétés en guerre.
À rebours d’enquêtes trop souvent cantonnées à un unique pré carré, cet ouvrage soumet 1917 et, au-delà, l’ensemble de la Grande Guerre, aux regards de diverses disciplines (histoire bien sûr, mais aussi science politique, sociologie ou psychologie) et d’autres conflits : Seconde Guerre mondiale, guerre d’Algérie, génocide des Rwandais Tutsis, conflit israélo-palestinien.

Version papier : 34 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Recherches
Parution : octobre 2008
ISBN : 9782707156198
Nb de pages : 448
Dimensions : 155 * 240 mm
Façonnage : Broché

André LOEZ

André Loez est agrégé et docteur en histoire. Il enseigne en lycée et à Sciences-Po Paris, et coanime le séminaire de recherche « L'origine de la guerre » à l'École normale supérieure de Lyon. Il a récemment publiéLa Grande Guerre. Carnet du centenaire (avec Nicolas Affenstadt, Albin Michel, 2013).

Nicolas MARIOT

Nicolas Mariot est chercheur au CNRS (Curapp, Amiens), membre du comité de rédaction de la revue Genèses, sciences sociales et histoires. Il a publié en 2006 Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002 (éditions Belin) et, en 2007, C'est en marchant qu'on devient président. La République et ses chefs de l'Etat, 1848-2007 (Aux Lieux d'Être).

Extraits presse

« Si l'expression "entre obéissance et mutinerie" n'avait pas déjà été choisie par l'historien américain Leonard Smith comme titre à sa belle étude - hélas ! Non traduite en français - sur la 5° division d'infanterie française pendant la Grande Guerre, elle aurait parfaitement convenu à cet ouvrage collectif. Soucieux de dépasser les "dichotomies simplistes", les vingt-neuf contributeurs, historiens en majorité mais aussi politologues et sociologues, s'intéressent aux différentes "manières de dire non" en temps de guerre, du simple "écart" toléré aux différentes formes d'insoumission. L'ouvrage présente l'intérêt de ne pas se cantonner à 14-18, mais propose aussi des études de cas sur la période 39-45, la guerre d'Algérie, le Rwanda des années 1990 et Israël. »
LE MONDE

« Les mutineries qui ont affecté l'armée française en 1917 ont été trop souvent étudiées de façon isolée. En intégrant ces mouvements de désobéissance dans des champs beaucoup plus large, celui, thématique, de l'obéissance et de la désobéissance en milieu militaire, et celui, temporel, de l'ensemble du XX° siècle, en suscitant des comparaisons entre divers pays, A. Loez et N. Mariot proposent incontestablement une approche nouvelle et très féconde. Parmi ces vingt-sept études, une dizaine sont consacrées aux mutineries. Elles s'efforcent d'en mesurer l'importance numérique, en recherchant les causes, en examinant la mémoire dans les manuels scolaires et la littérature de fiction, remarquent à ce propos que "le mutin" s'est un peu effacé devant "le fusillé". Ce noyau d'études prend plus de sens encore lorsque il est confronté à d'autres qui portent sur l'obéissance de l'armée, les techniques qui la maintiennent en France et en Allemagne par exemple, ou traitent en parallèle d'autres formes de désobéissance. L'approche sociologique et comparative enrichit ainsi le point de vue historique. On ne peut qu'admirer la rigueur et la perspicacité des historiens, le plus souvent de la jeune génération, qui ont contribué à ce volume. »
L'HUMANITÉ

PRESSE

 

Table des matières

Remerciements - Sommaire - Introduction générale, par André Loez et Nicolas Mariot - 1/ L'autorité en théorie - 1. Ordonner ou persuader ? Les ambiguïtés du discours militaire français à la veille de la Grande Guerre, par Julien Mary - 2. « Forcer l’obéissance » : intentions, formes et enjeux d’une pratique militaire dans l’activité combattante (1914-1918), par Emmanuel Saint-Fuscien - 3. L’apport de la psychologie sociale à la question de l'obéissance : les travaux de Stanley Milgram sur la soumission à l’autorité, par Sophie Richardot - II / Les épreuves de l'obéissance - L’autre Verdun : doutes et désobéissances dans la bataille, par Paul Jankowski - 5. Italie 1917 : l'été de feu de la désobéissance, par Irene Guerrini et Marco Pluviano - 6. Une garantie d’obéissance ? Discipline, cohésion sociale et conformisme dans la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale, par Christoph Rass et Peter M. Quadfileg - 7. Grands tueurs et petits tueurs : la question de l'obéissance dans le génocide des Rwandais tutsis, par Claudine Vidal - III / Les rumeurs du désordre - 8. Le rôle des permissionnaires parisiens dans la révolte de 1917 : un front contaminé par Paris ?, par Emmanuelle Cronier - 9. Entre fiction et réalité, la rumeur des Annamites massacrant les Parisiennes, par Jean-François Jagielski- IV. Contester dans les formes - 10. Obéir, contourner, refuser : les stratégies révélées par le témoignage du combattant Henri Despeyrières, par Alexandre Lafon - 11. « Il faut que vous sachiez ce qui se passe chez nous…» : 246 lettres de soldats français au Parlement en 1917, par Fabienne Bock et Thierry Bonzon - 12. Quand les disponibles ne veulent pas l'être. Le « Mouvement des rappelés » pendant la Guerre d’Algérie, par François Buton - V / Les dilemmes des chefs - 13. La gestion des mutineries par le Commandement militaire, par André Bach - 14. L’obéissance des généraux allemands au pouvoir nazi : un « faisceau de facteurs » singulier et sa possible remise en cause, par Philippe Garraud - 15. Au risque du mal. La résistance de Kurt Gerstein, par Florent Brayard - VI / Des acteurs partagés - 16. Obéir pour mieux désobéir ? Les volontaires italiens dans la Première Guerre mondiale, par Stéfanie Prezioso - 17. La « Sociale » sous l’uniforme : obéissance et résistance à l’obéissance dans les rangs du socialisme et du syndicalisme français, 1914-1918 , par Romain Ducoulombier - 18. Cesser d’obéir et maintenir un ordre : les policiers parisiens en août 1944, par Christian Chevandier - 19. Obéissance et désobéissance en Israël : l’objection de conscience en question, par Karine Lamarche - VII / La mesure de l'opposition - 20. Éléments pour une sociologie des mutins de 1917, par André Loez - 21. Déserter le front belge. La guerre et ses marges, 1914-1918, par Bruno Benvindo - 22. Pour compter des mutins, faut-il soustraire des moutons ? , par Nicolas Mariot - VIII / La mémoire des mutineries - 23. Les mutineries dans les manuels scolaires français de l'entre-deux guerre, par Emmanuelle Pïcard - 24. Une occasion manquée ? Les mutineries françaises de 1917 dans la stratégie et l'historiographie allemandes, par Markus Poehlmann - 25. Être « héros si on compte six au lieu de dix ». Images de mutins dans la littérature de fiction, par Pierre Schoentjes - 26. Le mutin derrière le fusillé, ou le silence durable de l’acteur, par Philippe Olivera - Liste des auteurs.