Catalogue / Écologie et environnement / Nourrir l'humanité     
Nouvelle édition
Nourrir l'humanité
Les grands problèmes de l'agriculture mondiale au XXIe siècle
Bruno PARMENTIER
présentation
infos techniques
auteur
table des matières
vidéo
extraits presse

Nourrir l'humanité
Imprimer la fiche

 

Nourrir les Français ? La tâche est relativement facile depuis qu'a disparu la malédiction millénaire qui rendait chacun inquiet de sa subsistance quotidienne. Nourrir l'humanité ? Un défi bien plus complexe face au scandale des 850 millions de personnes qui ne peuvent manger à leur faim et aux trois milliards d'humains supplémentaires qu'il faudra nourrir en 2050. Cela frise l'impossible, alors que la planète va manquer d'eau, de terre et d'énergie et que nous devrons affronter les effets de nos inconséquences actuelles : réchauffement de la planète, pollution, érosion, perte de la biodiversité...
Dans ce livre sont présentés tous les aspects de ce gigantesque défi, sans doute le plus important du XXIe siècle et pour lequel l'agriculture sera à nouveau appelée à occuper le devant de la scène. Sont ainsi exposées très pédagogiquement les questions de l'avenir des subventions agricoles au sein d'un commerce « mondialisé », des rapports de l'agriculture avec l'agro-industrie et la grande distribution, du risque de crises sanitaires de grande ampleur, de l'extension de la production OGM, mais aussi de l'émergence de nouveaux pays exportateurs (Chine, Brésil), etc. Un ouvrage aussi complet qu'accessible, qui passionnera agriculteurs et urbains, citoyens et décideurs.

Préface, d'Edgard Pisani - Introduction - L'agriculture au cœur même des problèmes vitaux du XXIe siècle - 1. Nourrir les hommes et les femmes du XXIe siècle - L'énorme diversité des pratiques rend difficile de parler de « l'agriculture » - Se nourrir, un problème bien différent suivant les régions de la planète - Que mange-t-on aujourd'hui ? - Peut-on nourrir chaque habitant de la planète ? - 2. Produire plus et mieux avec trois fois moins : moins de terre, moins d'eau, moins de biodiversité - Les sols agricoles manquent et nombre d'entre eux s'appauvrissent - L'eau douce de bonne qualité devient rare et chère - La diminution de la biodiversité menace le vivant - 3. Dépenser moins d'énergie, mais en produire davantage - La fin toute proche de l'ère du pétrole - De multiples solutions alternatives à mettre en œuvre d'urgence - Les solutions que peut proposer l'agriculture - 4. Intégrer de nouvelles contraintes : plus de chaleur, plus d'épidémies - La planète se réchauffe et le rayonnement solaire diminue - Les conditions sont réunies pour qu'éclatent de nombreuses crises sanitaires - 5. Les armes traditionnelles de l'agriculture ne suffiront pas à relever les défis de demain - L'organisation et le contrôle, méconnus et pas assez valorisés - La machine n'est plus au centre de la modernité - La chimie est allée trop loin - 6. Le développement accéléré de la biologie ouvre le « siècle du vivant » - De la sélection empirique aux manipulations génétiques - Les apports constants de la biologie « traditionnelle » et de la biochimie - Les agricultures « biologiques », « raisonnées » ou « intégrées » - De la « révolution verte » à la « révolution doublement verte » - Les OGM - Les nanotechnologies - Une nouvelle éthique de l'espèce humaine - 7. Le commerce international, un outil pour mieux nourrir ou pour affamer ? - Des prix fixes subsistent dans les marchés ouverts - Ce sont majoritairement les ruraux et les périurbains du tiers monde qui ont faim - La production agricole coûte beaucoup plus cher au Sud qu'au Nord - L'agriculture européenne s'est développée à l'écart du marché - En l'état, le commerce international ne permet pas de nourrir durablement l'humanité - L'approvisionnement alimentaire des villes provoque souvent la ruine des campagnes - La souveraineté alimentaire est un droit pour chaque peuple - L'enjeu des exportations agricoles n'est pas le même dans tous les pays - Le commerce équitable remet en question la toute puissance du commerce international - Manger, un nouveau droit de l'homme - 8. Les relations entre agriculture, agroalimentaire et grande distribution - De très grandes entreprises gravitent autour des agriculteurs - Fortes pressions sur les fournisseurs, en particulier les agriculteurs - Un système efficace de captation de la valeur - Standardisation, mondialisation et appauvrissement des produits... ...mais réels progrès en matière de sécurité sanitaire - Vers des modèles d'échange plus « équitables » ? - 9. Qui nourrira qui au XXIe siècle ? - L'Inde et la Chine - L'Amérique latine - L'Afrique et le Moyen-Orient - L'ancienne Union soviétique - 10. Soutenir l'agriculture au XXIe siècle - Une activité fortement encadrée et subventionnée - Les subventions aux exportations au Nord compromettent gravement l'alimentation au Sud - Fin de l'État providence, naissance de l'État gendarme : quels soutiens restent envisageables pour l'agriculture ? - Une nouvelle politique agricole européenne : alimentaire, rurale et environnementale - Conclusion - Postface à l'édition 2009 - Les pénuries et la spéculation provoquent des variations spectaculaires des prix agricoles - Le réchauffement de la planète s'accélère - La crise de l'énergie s'aggrave, les agrocarburants sont mis en doute - Si on veut produire davantage avec pas ou peu d'OGM, il faut inventer une nouvelle agriculture à haute intensité environnementale - Pour éviter les émeutes de la faim, remettre à plat l'organisation du monde agricole et alimentaire - Annexes.

Les défis du XXI° siècle
Les grands problèmes de l'agriculture mondiale au XXI° siècle


Toute aussi enrichissante que son livre Nourrir l'humanité, une interview approfondie de Bruno Parmentier, qui donne beaucoup à réfléchir...
 

« Bruno Parmentier, patron d'une grande école angevine, publie Nourrir l'humanité. L'ouvrage, préfacé par l'ancien ministre Edgard Pisani, remet en cause pas mal d'idées reçues ! »
LE COURRIER DE L'OUEST

« Edgard Pisani qui préface le livre, l'admet: "Pour être lu comme il le mérite, ce livre ne devait pas être écrit par un agronome pour des agriculteurs et des agronomes, mais par un généraliste pour "M.Tout-le-Monde". Un généraliste... pas tout à fait le premier venu: économiste et ingénieur des Mines, il est immergé dans les réalités du monde agricole depuis une poignée d'années: Bruno Parmentier est directeur de l'Ecole supérieure d'agriculture d'Angers depuis 2002. Un ouvrage qu'Edgard Pisani salue comme "le plus méthodique, le plus alerte, le plus honnête". »
OUEST FRANCE

« Avec ce livre, Bruno Parmentier entreprend un diagnostic de l'état de la planète agricole et cherche à mettre à portée du lecteur les possibilités qu'auront ou non les agriculteurs de produire suffisamment pour nourrir les hommes. Alors que l'agriculture est quasiment absente de la campagne électorale en vue d'élire le prochain président de la République, tout ouvrage qui alerte l'opinion sur ce secteur économique, pas comme les autres est le bienvenu. [...]Nourrir l'humanité se veut un ouvrage de vulgarisation accessible à tout un chacun au-delà du cercle restreint de spécialistes. »
L'HUMANITÉ

« Bruno Parmentier l'avoue: l'agriculture, il n'y connaissait rien. Désorienté par le concert ininterrompu de polémiques sur la politique agricole commune, l'Organisation mondiale du commerce, les manipulations génétiques, l'irrigation, l'exode rurale, etc. il a voulu y voir clair. En posant une question simple: l'agriculture pourra -t- elle nourrir les hommes et les femmes du XXI° siècle ? Une interrogation suffisante pour dérouler un ouvrage passionnant, clair et complet, qui montre l'immense défi que devra releverl'agriculture dans les quarantes ans à venir, doubler sa production sur une planète de plus en plus fragile. »
LES ECHOS

« Ce livre très complet, explique à l'agriculteur comme à l'urbain, les multiples facettes du défi qui gigantesque, sans doute le plus important du XXIème siècle, et pour lequel l'agriculture sera à nouveau appelée à occuper le devant de la scène. »
AGRICULTEURS DE FRANCE

« Un livre pour perturber nos digestions béates et nos idées toutes faites sur les grandes peurs d'aujourd'hui, entre OGM, vache folle et grippe aviaire. Un plaidoyer aussi pour tenter de réconcilier citadins et paysans. »
LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ

« Dans Nourrir l'humanité, Bruno Parmentier présente toutes les facettes de ce gigantesque défi, sans doute le plus important du XIX ème siècle: l'agriculture, qui paraissait ringarde et dépassé, va revenir au premier plan des préoccupations de chacun. En s'appuyant sur des exemples concrets, il expose les ressorts des problèmes cruciaux les plus contemporains. »
LES CAHIERS DE L'IFOREP

« Nourrir l'humanité est un défi complexe étant donné les 850 millions de personnes ne mangeant pas à leur faim, et les trois milliards d'individus supplémentaires à l'horizon 2050. [...] Selon Bruno Parmentier, directeur de l'Ecole supérieur d'agriculture d'Angers (ESA), l'agriculture sera à nouveau appelée à occuper le devant de la scène dans ce défi. Il expose l'avenir des subventions agricoles, les rapports avec l'agro-industrie et la grande distribution, les risques de crises sanitaires, la production d'OGM, l'émergence de nouveaux pays comme la Chine et le Brésil... »
L'ARBORICULTURE FRUITIERE

« Riche en gros plans sur des questions précises (conflits d'accès à l'eau, toxicités des pesticides, crises sanitaires...), son tour d'horizon ne se limite nullement aux dimensions agronomiques, mais accorde au contraire une grande attention à l'organisation des échanges, tant au niveau mondial ("le commerce international, un outil pour mieux nourrir ou pour affamer ?") qu'entre producteurs, transformateurs et distributeurs, ainsi qu'aux différentes politiques de soutien envisageables pour l'agriculture. Même si l'absence de parti pris qu'il affiche connaît quelques limites, Bruno Parmentier fournit une abondante matière pour mieux cerner un enjeu du présent siècle en combinant comme le recommandait Antonio Gramsci, "le pessimisme de la raison et l'optimisme de la volonté". »
TRANSRURAL INITIATIVES

« Le livre est un cri d'alarme. L'auteur choisit de ne pas prendre parti. Certes, "mais les faits parlent d'eux-mêmes", dit Edgard Pisani dans sa préface, "et une fois signalés, personne ne peut les réduire au silence". »
CAHIERS AGRICULTURES

« Contrairement à une croyance largement répandue dans le monde développé, l'alimentation n'est pas un problème du passé. Elle est l'une des principales incertitudes de l'avenir. »
LE TEMPS

« Ingénieur des Mines et économiste, Bruno Parmentier n'a découvert "les milieux de l'agriculture, de l'environnement et de l'alimentation, en France et à travers le monde" qu'à partir de 2002, quand il a pris la direction d'une école d'ingénieurs en agriculture. En cinq ans il a eu le temps de rassembler une grande masse d'informations, mais la fraîcheur de son regard lui permet de les organiser et de les présenter de façon cohérente et limpide. [...] Bruno Parmentier fournit une abondante matière pour mieux cerner un enjeu majeur du présent siècle en combinant, comme le recommandait Antonio Gramsci, "le pessimisme de la raison et l'optimisme de la volonté". »
TRANSRURAL

« Comme l'écrit Edgard Pisani dans sa préface, ce livre s'adresse à M. Tout -le-Monde. Parce que tout le monde boit, mange, vit dans la nature, mais aussi parce que les défis auxquels sont confrontées nos sociétés ne sauraient être résolus sans une réflexion de fond sur la place des agriculteurs, et sur le rôle des prés, des fôrets et des mers dans notre existence. Bruno Parmentier, qui dirige aujourd'hui une école d'agriculture, ne prétend pas avoir réponse à tout. Mais il donne à réfléchir. [...] Un plaidoyer convaincant. »
LE MONDE ECONOMIE

« C'est un livre très accessible et nécessaire au débat qui ne doit pas manquer de traverser la société et qui ne sera pas sans bousculer nos habitudes de consommation et sans interpeller nos positions syndicales, même si la Confédération paysanne est en pointe dans ce débat, sachons garder de l'avance sans avoir peur de nous remettre en questions. »
PAYSAN NANTAIS

« L'auteur, après avoir pris la direction d'une école d'ingénieurs en agriculture, découvre un peu sur le tard les problèmes de l'agriculture et de l'alimentation en France et dans le monde. De l'expérience acquise dans d'autres domaines et de la distanciation que lui donne sa fraîcheur dans la science agronomique, Bruno Parmentier tire une analyse claire, un tableau fouillé de la situation agricole du monde en ce début de XXI° siècle. À la question de l'alimentation, s'ajoutent celle de l'énergie, de la raréfaction des terres cultivables et de l'eau. Partant du commerce international, il se demande si c'est un outil pour nourrir ou pour affamer, précisant que "se nourrir est un droit de l'Homme". Dans sa conclusion, il montre à quel point le problème est global, incluant politique, technique, économie et écologie. »
ALTERMONDES

« Les surplus agricoles, c'est fini. Nous entrons dans un monde de rareté. C'est vrai pour le pétrole. C'est également vrai pour les produits agricoles. Ingénieur des Mines, économiste, Bruno Parmentier dirige l'Ecole supérieure d'agriculture (ESA) d'Angers. Il est l'auteur d'un livre brillant, accessible à tous, consacré au défi de l'alimentation dans le monde. Dans Nourrir l'humanité, couronné par le prix Terra, il rappelle avec brio que la planète va manquer d'eau, de terre et d'énergie et que nous devons affronter les effets de nos inconséquences actuelles: réchauffement de la planète, pollution, érosion, perte de la biodiversité. Ce défi, la planète peut le relever si elle remet l'agriculture au coeur du projet politique. »
OUEST FRANCE

« Directeur du groupe ESA, l'École supérieur d'agriculture d'Angers, Bruno Parmentier réédite son livre Nourrir l'humanité, préfacé par l'ancien ministre Edgard Pisani. Ingénieur des mines et économistes, l'auteur résume le défi alimentaire des années à venir: il faut produire plus et mieux, avec moins de terre, moins d'eau, moins de chimie. Dans sa postface, qui est inédite, Bruno Parmentier note que ces "défis énormes... ne doivent pas inciter à réduire, faute de moyens, les investissements dans l'agriculture mondiale. Bien au contraire, il n'y a rien de plus urgent que de réorienter les priorités des différents gouvernements en faveur d'un soutien résolu à l'agriculture, aux paysans et à la recherche. Quitte à refermer certaines frontières pour que chaque grande région du monde puisse se nourrir à base de produits régionaux avec une certaine sécurité." »
LE COURRIER DE L'OUEST

« Les Français et plus généralement les Occidentaux, mangent tous les jours, même si l'affirmation supporte quelques bémols. Il n'en va pas de même pour les 850 milliards d'humains supplémentaires. Le défi apparaît immense, quand on envisage tous les aspects du défi: changement climatique, pollution, érosion, manque d'eau, de terre et d'énergie. Bruno Parmentier pose d'abord tous ces problèmes, au pluriel, car on ne se nourrit pas de la même façon suivant les régions du monde, et il n'y a pas qu'une agriculture. de manière très accessible, il explore ce que pourrait ou devrait être l'avenir, en exposant les questions qui se posent autour des subventions agricoles, des crises sanitaires, du rapport de l'agriculture avec la grande distribution, des OGM, de l'émergence de nouveaux pays explorateurs, des nouvelles sciences du vivant. L'ouvrage est enrichi d'une préface d'Edgard Pisani, et d'une dense postface à la première édition de 2007. »
OUEST FRANCE

PRESSE

 

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2014