Lundi Matin N°0
Mars-août 2016

LUNDIMATIN

« On ne fait pas d’omelette sans casser des banques, écrivent avec esprit les lycéens sur les vitrines fracassées des agences bancaires. Ce qui s’exprime dans les slogans, dans les cortèges, dans les tags, dans les occupations, dans les affrontements avec la police, a trait à la situation générale du pays. Ce qui s’exprime là est un ras-le-bol diffus, une rage commune, une révolte transgénérationnelle. Jamais sans notre vie, nous n’avions vécu sous un gouvernement aussi discrédité, aussi cynique, aussi inapte à faire face aux défis du présent. Jamais l’idée qu’une alternance politique puisse changer quoi sur ce soit à notre sort n’a semblé aussi absurde. Jamais la perspective d’une élection présidentielle n’ paru aussi saugrenue, grotesque et pour tout dire révoltante. Jamais la lutte entre les prétendants à la victoire électorale n’a offert un spectacle plus ridicule. » (paru dans lundimatin#53, le 22 mars 2016)

Version papier : 12 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Hors Collection Diffusion n°0
Parution : mai 2017
ISBN : 9782707197382
Nb de pages : 164
Dimensions : 165 * 235 mm

LUNDIMATIN

Lundimatin est un journal en ligne qui paraît chaque lundi matin depuis décembre 2014. Avec plus de 800 articles publiés et 6 millions de visites, le site a su trouver sa place dans l'espace intellectuel et subversif français. Considéré par les services de renseignement comme l'émanation culturelle et hebdomadaires des positions du Comité Invisible, la ligne éditoriale n'en est pas moins diverse, tant dans les positions exprimées que dans les thèmes abordés. Dissertations philosophiques à propos de Pokemon Go, interviews fleuves sur l'autonomie italienne, exégèses talmudiques, appels à braver l'état d'urgence, critiques de film, chaque numéro constitue un agencement propre.

Table des matières

Blocus lycéens contre la loi Travail, manifestations sauvages

#52 Le monde ou rien
«Ce qui s'est passé est simple : une bande de youtubeurs ont additionné leurs like, ils ont parlé hors de tout encadrement, de toute \"représentativité\", ils ont appelé à descendre dans la rue ; une femme qui ne représente qu'elle-même a lancé une pétition contre la loi Travail ; et parce que ce qui était dit sonnait juste, rencontrait un sentiement diffus, un écoeurement général, nous sommes descendus dans la rue, et nous étions nombreux. Les organisations ont suivi. »

#54 Hommage à Bergson
« Ce mouvement contre la \"loi Travail\" n'en finit pas de commencer et personne ne voit bien comment il pourrait se finir. Mais quelle qu'en soit l'issue, ce vendredi 25 mars aura constitué un tournant : les lycéens - les lycéens de Bergson - sont notre avenir, courageux, dignes, lucides. »

Mise en mouvement, cortèges

#53 Pourquoi nous appuyons la jeunesse
« Bref : ce petit texte pour dire à la jeunesse que nous sommes avec elle, que nous serons avec elle dans la rue ou en esprit et qu'aucune manoeuvre d'isolement ne nous en dissociera. Qu'elle se permette tout ce qu'il lui semblera nécessaire d'expérimenter. Nous l'appuierons. »

#55 Ceci n'est pas un mouvement
« Le niveau de discrédit de l'appareil gouvernemental est tel qu'il trouvera désormais sur son chemin, à chacune de ses manifestations, une détermination constante, provenant de toutes parts, à l'abattre. »

Nuits à République : déambulations, occupations, constructions

#58 Quelques axiomes pour les Nuits debout
« Il est donc de bon ton de construire des feux de joie, des baraquements solides, de mutiplier les expéditions et explorations urbaines à la recherche de ressources alimentaires et constructibles, de développer des arsenaux de bouteilles de verre, d'élaborer des chants, des danses, des festivités éclatantes de liesse. »

#58 Construire l'hacienda, brûler les palais
« Ce que nous vivons depuis le 9 mars n'est qu'une suite ininterrompue de débordements. Une suite ininterrompue de débordements après quoi courent les vieilles formes de la politique. »

Diversification : blocages, occupations, sabotages

#60 Révolution n'est pas un mot dans nos bouches mais un feu dans notre coeur
« Stratégiquement, la situation est des plus simples : nous voulons destituer ce qui nous gouverne ; et ce qui gouverne veut se maintenir, à n'importe quel prix. Il n'y a pas de question de \"violence\" là-dedans : il y a deux volontés qui s'affrontent : nous voulons les renverser et ils ne le veulent pas. Libre à eux. L'affaire sera tranchée sour les yeux de tous »

#63 Grève dans les raffineries, reportage à Grandpuits
« Tout le truc sur les réserves stratégiques, c'est du pipeau. Nous, ici, on est une réserve stratégique. »

#64 Si une force découvre son propre nombre...
« Le gouvernement révèle qu'il \"puise déjà dans ses réserves stratégiques\". Il croit parler carburant. »

La police

#60 La « nasse » ou l'importation du « kettling »
« Non le mouvement n'échappe pas, de tous côtés, aux services d'ordres syndicaux, il y a simplement un groupe de gens, identifiables, identifiables d'ailleurs par la couleur de leurs habits et leurs pratiques, et ils sont tellement identifiables qu'on va les isoler, réellement, dans la manifestation elle-même. Regardez, ce sont eux que nous encerclons. Quant à vous autres, \"manifestants lambda\", vous êtes invités à poursuivre votre route, sans regarder. »

#62 Voiture de police incendiée : le bluff de Cazeneuve ?
« Cette opération de communication vise évidemment à recouvrir le fiasco des interdictions de manifester et à faire pression sur le tribunal administratif afin qu'il n'annule pas celles qui ne manqueront pas de tomber dans ces prochains jours. »

#62 Tout le monde déteste les voitures de police
« Depuis le début du mouvement et chaque semaine depuis, des solidarités nouvelles se créent [...]. Chaque nouvelle manifestation le montre, la voiture de flics incendiée mercredi 18 mai à Paris n'en est qu'un nouvel exemple. Nul besoin d'être psychologue des foules pour comprendre ce qui anime ce geste, ni d'être un observateur attentif des médias pour voir ce qui se joue derrière cette médiation. »

#63 Éloge d'un brave homme par les amis de Tanguy Fourez
« À Bruxelles, un célèbre commissaire se fait mettre KO par un manifestant ».

14 juin 2016

#66 14 juin : « Nous avons atteint les limites de l'émeute »
« L'énergie comprimée dans le dispositif voulait la destitution de ce qui gouverne, elle n'a atteint, à force de compression, que la destruction de ce qui était là. Tôt ou tard, elle envahira la ville et noiera ce qui nous parle de si haut. Et nous serons alors rendus au sol avec un désir à chercher et la réalité rugueuse à étreindre. »

#67 L'émeute indiscernable
« Construire et renforcer notre Parti, telle est la tâche de la séquence qui vient. »

#68 Université du PS : la destitution est en marche
« Ce nouveau rendez-vous donnait aux forces qui se sont levées partout dans le pays ces derniers mois une occasion évidente d'enjamber le gouffre des vacances et annonçait une année politiquement très chaude, avec, à la clef, l'impossibilité de lancer une campagne présidentielle qui n'en finit plus de balbutier et ne convainc d'ores et déjà personne. »

Vandalisme, épigraphe