Les plastiqueurs
Une histoire secrète de l'extrême droite violente

Frédéric CHARPIER

Le 21 mai 2013, Dominique Venner, figure de l’extrême droite nationaliste et violente, se suicide dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Celui qui fut un adepte du plastic lors de la guerre d’Algérie et le précurseur de la théorie du « grand remplacement » espérait par son geste réveiller les consciences face aux « périls » migratoire et identitaire. Durant des années, Venner fut le héraut de cette droite activiste qui s’adonna à l’action violente et au terrorisme en bénéficiant bien souvent de la clémence des plus hautes sphères de l’État.
C’est l’histoire de cette « droite délinquante » que retrace Frédéric Charpier dans cette enquête qui s’appuie sur une importante masse d’archives, le plus souvent inédites. Des bombes de l’OAS aux coups de poing des skins néonazis, de l’assassinat de Pierre Goldman à la mort de Clément Méric, on suit une nébuleuse où se côtoient, pendant des décennies, anciens de la Waffen-SS et de la collaboration, braqueurs, mercenaires, chefs d’entreprise, policiers, hommes politiques ou encore agents du renseignement, tous excellant dans l’assassinat, le hold-up ou le plasticage.
Et aujourd’hui ? Cette histoire n’est pas terminée, affirme l’auteur. On sait peu que la montée de l’extrême droite violente en France et en Europe suscite l’inquiétude des autorités. Alors que les groupes et les réseaux islamophobes se multiplient, certains seraient prêts à prendre les armes. De quoi alimenter la crainte de voir ressurgir les plastiqueurs.

Version papier : 19 €
Version numérique : 12,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : août 2018
ISBN : 9782707196491
Nb de pages : 376
Dimensions : 154 * 240 mm
ISBN numérique : 9782348035579
Format : EPUB

Frédéric CHARPIER

Frédéric CHARPIER
Frédéric Charpier, auteur de films documentaires, a écrit plusieurs ouvrages sur les affaires, les services de renseignement et l’extrême droite, notamment, au Seuil, Génération Occident. De l’extrême droite à la droite Madelin (2005) et La CIA en France (2008), et aux Presses de la Cité, Les Dessous de l’affaire Colonna et Nicolas Sarkozy, enquête sur un homme de pouvoir (2007).

Extraits presse

Dans son dernier ouvrage, Les plastiqueurs (La Découverte), Frédéric Charpier, spécialiste du renseignement et de l’ultra droite, revient sur l’histoire secrète de cette extrême droite brutale – et parfois même sanguinaire – qui semble aujourd’hui en plein revival.

28/08/2018 - Pierre Longeray - Vice

 

Table des matières

Avertissement de l’auteur
Prélude

La menace activiste de droite
Quelques mots sur la droite activiste
Introduction
Le suicidé de Notre‑Dame
Un quart d’heure de célébrité posthume
Dominique Venner le scénographe
D’Orcival, grand absent
Venner le moine guerrier
I / 1947-1958. Guerre froide et guerres coloniales : la filière collabo
1. Les rescapés de la collaboration

La « bête immonde » bouge encore
La fratrie des Sidos
Les connexions de la tribu Sidos
Le Comité national français
Une belle bande d’anciens collaborateurs
2. Les plastiqueurs de la guerre froide
Le suspect Victor Barthélemy
Le PNF de Georges Villaret
Portrait d’un baroudeur borderline
Joël Le Tac, expert en explosifs
3. Les masques du contre-terrorisme
Le cartel du 9, rue de Hanovre
Françoise Dior, égérie des néonazis français
Jean‑Claude Monet, un Führer français
La Main rouge
Antoine, dit « Tony », Méléro
Roger Silly « le Coréen »
4. Un ancien hitlérien très influent
Itinéraire d’un agent nazi
L’officine de renseignement antimaçonnique
Cinq ans de travaux forcés
Le droit au poteau
Henry Coston reprend du service
II. 1958-1968. L’OAS, l’école du crime organisé
1. L’« Algérie française » : l’escalade

Les ultras
La bataille d’Alger
De l’affaire du bazooka au 13 mai 1958
Les activistes aux manettes
Une étude sur l’OAS
2. Le Pen dans la fournaise activiste
Le journaliste et la baronne
Le Pen « clando »
Le petit monde de Jean‑Marie Le Pen
Candidats à la lutte armée
Le Pen, un activiste prudent
Les plastiqueurs
3. L’appel aux armes
Les nationalistes préparent l’insurrection
Venner, champion de l’activisme
Attentat contre le MRP
La PJ entre en scène
Éloge du plastic
Le « groupe Orsoni » vu mais pas pris
Les plastiqueurs ne frappent pas au hasard
L’attentat du Petit‑Clamart
4. La dérive « banditiste »
De la voyoucratie
Le gang des fourgons postaux
Les groupes Alpha de Jean‑Marie Vincent
Plastiqué par erreur
« Le Monocle » tombe à son tour
5. L’OAS frappe les « progressistes »
Les cadences infernales des plastiqueurs de l’OAS
Mitraillage à Saint‑Denis
Attentat contre Vérité et liberté
6. Les experts de la terreur
Itinéraire d’un chef plastiqueur
Un incroyable arsenal
Les forcenés de la rue Sontay
Milka Ghenadieff, la femme barbouze
7. OAS, échec et mat
La chute du lieutenant Godot
Le pistolero Marcetteau de Brem
Les jusqu’au‑boutistes
Françoise Picquart la dure à cuire
L’étrange bienfaiteur d’une officine royaliste
8. Les nouveaux activistes
Les schismatiques
Naissance d’Occident
Les ultras de la barre fer
Opération commando sur le campus
III / 1968-1974. Hommes de main, barbouzes et antigauchisme
1. Droite et extrême droite, les retrouvailles

Occident‑Mai 68, même combat
L’ancien proscrit Jean‑Jacques Susini
Foccart et les ex‑nervis de l’OAS
Les gaullistes passent l’éponge
2. Les stipendiés
Les RG anticipent la fin d’Occident
Le « groupe d’action » d’Occident
« Vietcongs assassins »
Défense des colonels grecs
Grenade à Louis‑le‑Grand
3. Le temps des groupuscules
Tables rondes chez Holeindre
Pour un Ordre nouveau
Des auberges de jeunesse à la Waffen‑SS
Priorité aux anciens activistes
Bernard Lescrainier le hors‑la‑loi
Braquage à la Dolce Vita
Pour une jeune Europe
Un chef sans soldats
4. Une pépinière activiste plutôt éclectique
La circulaire Marcellin
Le mercenariat, un marché qui ne connaît pas la crise
Les plastiqueurs
Le Poulailler et la filière portugaise
Un curieux réseau prosyrien
Le « petit bicot » français ou le lobbyiste pro‑arabe
5. Des mœurs de truand
Où est passé le trésor de l’OAS ?
Le kidnapping de Gorel
Un crime sans cadavre
Le retour des braqueurs
6. Lisbonne, repaire d’activistes
Guérin‑Sérac, un agent très spécial
Ploncard d’Assac le contumace
Aginter, l’agence barbouzarde
L’ultra Jean Souêtre
Les barbouzes d’Aginter migrent à Madrid
Delle Chiaie, dit « rase bitume »
Le duo Delle Chiaie Guérin‑Sérac
Le procès d’Alger
IV / 1974 -1981. La giscardie, l’« internationale noire » et les escadrons de la mort
1. Les drôles de soutiens de Giscard

François Brigneau vote Giscard
Minute, une rédaction de choc
L’affaire Hazan
2. Spaggiari, du casse de Nice à la DINA de Pinochet
Le casse du siècle
L’incroyable accord secret
Spaggiari, agent de la DINA
Attentat Calle Atocha
3. Giscard et les stratèges de la tension
Giscard et le « Centro Piloto » argentin
L’aventurier de plume Pierre Faillant
François Duprat ou la mort mystérieuse d’une balance
L’IREP, un bien curieux institut
Les Fiancés de la mort
4. Pierre Goldman, un meurtre d’État
Signé Delta
Mort obscure d’un juif polonais
L’Élysée était au parfum
5. La France, terre d’asile des néofascistes
La FANE et l’attentat de Bologne
L’affaire Affatigato
TP ou Terza Posizione
La piste trafiquée
Gabriele Adinolfi le fugitif
Au service du MI5 britannique
V / 1981-1990. Les ultras sous la gauche : skins et néonazis
1. Mai 1981 et la droite activiste
La gauche au pouvoir
Le syndrome Allende
Un conspirateur nommé Erulin
Dans le cabinet du juge
Le PFN, la grenouille et le bœuf
La troïka en garde à vue
Explosion au George V : la piste du carnet d’adresses
Le Groupe Tran‑Long et les « soldats de fortune »
2. Le syndrome skin
Malliarakis, le MNR et la cause palestinienne
Serge Ayoub et le nationaliste « new style »
Alias « Batskin »
Main basse sur les skins
Les bandes skinhead
Les JNR, bras armé de Troisième Voie
William, la terreur des « natios »
La guerre des chefs
C’est la rupture finale
3. Néonazis et dérive criminelle
L’affaire Lajoye
Flics plastiqueurs et néonazis
L’écumeur de l’Ariège
Volontaire européen en Irak
VI / 1990-2018. Embourgeoisés, identitaires, revanchards et néo-activistes
1. Scissions et reclassements

Du rififi chez les activistes
Un seul ennemi, l’impérialisme
Michel Schneider, l’homme de dossier
Pour qui roulait Jean Thiriart ?
2. Les nationalistes gardent la main
Le pis‑aller de la sécurité privée
Pour un gramme d’amphétamine
Ayoub casinotier au Salvador
Le Local de la rue de Javel
Rixe mortelle à Saint‑Lazare
La variante bikers
3. Les fourriers de la peur identitaire
Pierre Sidos, le « veilleur »
Les gardiens du temple
« Pour un Grenelle de l’identité nationale »
Venner, le prophète du grand remplacement ressuscité
CasaPound ou le néofascisme du XXIe siècle
Conclusion
Mansuétude, impunité et amnistie
OAS « mission réconciliation »
Entre barbouzerie et services secrets, le grand recyclage
Retour d’une menace activiste de droite ?
Les sources
Sigles et acronymes.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites