Le crime de Tibhirine
Révélations sur les responsables

Jean-Baptiste RIVOIRE

Le 26 mars 1996, sept moines trappistes du monastère de Tibhirine, en Algérie, sont enlevés. Deux mois plus tard, un communiqué signé du « Groupe islamique armé » annonce leur exécution. Depuis 2004, cette affaire fait l’objet d’une enquête judiciaire en France, car le mystère perdure sur les responsables de ce drame : les moines furent-ils victimes d’islamistes sanguinaires, comme le veut la version officielle ? D’une bavure de l’armée algérienne ? Qui étaient leurs ravisseurs ? Par qui ont-ils été assassinés ?
Dans ce livre, fruit d’une enquête de plusieurs années, Jean-Baptiste Rivoire lève le voile sur l’incroyable opération d’intoxication conduite depuis 1996 par les responsables directs de la mort des moines : les généraux Mohamed Médiène et Smaïl Lamari, chefs des services secrets algériens, le DRS. Car de nouveaux acteurs de cette tragédie ont décidé de parler. Ils révèlent par qui et pourquoi les moines furent enlevés. Et ils expliquent pour la première fois comment ils auraient été exécutés, quand et par qui. Selon ces nouveaux témoins, les moines de Tibhirine n’auraient pas dû mourir, mais l’opération a mal tourné.
Entre manipulations et guerre contre-insurrectionnelle, une enquête explosive au cœur d’une double « raison d’État », celle des services secrets algériens et de leurs relais en France.

Version papier : 20,30 €
Version numérique : 11,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : septembre 2011
ISBN : 9782707167750
Nb de pages : 256
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché
ISBN numérique : 9782707170729
Format : EPUB

Jean-Baptiste RIVOIRE

Jean-Baptiste RIVOIRE

Jean-BaptisteRivoire, journaliste à « 90 minutes » (Canal Plus), est l’auteur de nombreux documentaires dont Benthala, autopsie d’un massacre (1999), Algérie : la grande manipulation (2000) et Attentats de Paris, enquête sur les commanditaires (2002).

Extraits presse

Dans un livre, à paraître le 22 septembre aux éditions La Découverte et dans un documentaire, diffusé le 19 septembre dans Spécial investigation, sur Canal +, le journaliste Jean-baptiste Rivoire apporte deux témoignages exclusifs sur l'assassinat des sept moines de Tibhirine, en mars 1996: celui d'un membre du commando de leurs ravisseurs, qui raconte, à visage masqué, les circonstances de l'enlèvement, sur ordre de la sécurité militaire algérienne; et celui d'un ancien membre des services algériens, qui témoigne à visage découvert. Les deux expliquent que l'objectif n'était pas de tuer les moines, mais de les contraindre à quitter la région - avant que le scénario ne dérape.

31/08/2011 - Eric Mandonnet - L'Express

 

Entre manipulations et guerre contre-insurrectionnelle, une enquête explosive au coeur d'une double "raison d'Etat", celle des services secrets algériens et de leurs relais en France.

05/09/2011 - Le quotidien d'Algérie

 

Etape par étape, de révélations en révélations, le journaliste reconstitue l'histoire, tente de démêler le vrai du faux, recoupe ses informations, met à nu les faux semblants qui, depuis le début, ont recouvert d'un voile d'ignorance la vérité de cette histoire. Confronté à une affaire d'Etat, concernant aussi bien le gouvernement algérien que les services secrets français, Rivoire s'interroge au passage sur l'omerta qui règne sur le plus grave massacre de Français survenu en Algérie depuis la guerre d'indépendance. [...] Si le crime de Tibhirine attend encore son verdict, cette enquête en fournit des indices décisifs, fruits de la ténacité de Jean-Baptiste Rivoire.

14/09/2011 - Jean-Marie Durand - Les Inrockuptibles

 

Qui est responsable de la mort des moines de Tibhirine ? Deux réponses se contredisent. La première, celle du pouvoir algérien de l’époque, des nombreux témoins qui ont vécu sur les lieux et à l’époque du drame, celle aussi des responsables de l’église en Algérie (Mgr Teissier) : les islamistes sont responsables de ce crime et de tant d’autres crimes commis durant cette période (plus de 100 000 victimes). L’autre réponse, très répandue en France, se résume ainsi : les islamistes n’ont été que les exécuteurs manipulés par le pouvoir algérien, avec la complicité des services de renseignements français. Le livre de J.-B. Rivoire veut être l’argumentaire de cette deuxième théorie. Il est vrai qu’il s’appuie sur de multiples témoignages : d’anciens militaires algériens ayant déserté, d’Algé riens opposés à leurs dirigeants et vivant pour la plupart en France ou en Europe. Des témoins certes privilégiés, puisqu’ils ont été proches des acteurs des événements, mais néanmoins des témoins suspects, puisqu’ils ont intérêt à justifier leur présence en France et leur critique du pouvoir algérien. Ce livre, qui reprend des oeuvres antérieures de J.-B. Rivoire, donne avec clarté une opinion contestable qu’on ne peut présenter comme une certitude. Ceux qui, en Algérie, ont vécu ces événements, savent que la vérité est beaucoup plus complexe, et qu’il est très difficile de savoir vraiment qui manipulait qui.

01/02/2012 - Bernard Lapize de Salée - Etudes

 

Vidéos

Table des matières

Introduction. Alger, Paris, Rome : l’omerta d’une triple raison d’État
Des cercueils lestés de sable
Enquête interdite
Des islamistes « retournés » ?
Le silence du Vatican
Sarkozy contre le « mensonge »
Une enquête de dix-huit mois
I / Des moines pour la paix
1. Christian de Chergé, un « conciliateur » en terre d’islam
Première expériences algériennes
L’engagement à la Trappe
Une Église au pays du FLN
Main tendue aux musulmans
« C’était un prophète »
1989 : l’irruption du Front islamique du salut
2. 1992 : l’armée contre les élections
Les espoirs frustrés de la « parenthèse démocratique » de 1989-1991
Janvier 1992 : le coup d’État militaire
Les hésitations de Mgr Teissier
La lucidité de Mgr Pierre Claverie
Christian de Chergé dénonce l’escalade de la violence
3. 1993 : la France complice
DST française et SM algérienne : une longue tradition de collaboration
Pasqua contre Juppé : la France officielle divisée
L’étrange enlèvement des époux Thévenot et d’Alain Fressier
Les invraisemblances de la version officielle
Un « vrai-faux » enlèvement
L’implication de la DST
Dehors, les étrangers !
4. 1993 : les moines « sous pression »
Pris en tenaille entre l’intégrisme de l’« islam officiel » et les islamistes des maquis
« On a eu ordre de faire gicler les moines ! »
Décembre 1993 : l’assassinat des Croates et la visite de l’émir Sayeh Attia
Les moines divisés
Alger contre Christian
Soigner, envers et contre tout
Alger dénonce Christian au Vatican
5. Printemps 1994 : la guerre totale
Silence, on tue !
Le déploiement de la « machine de mort » des généraux « éradicateurs »
Des cadavres traînés par des Jeeps
« Contre-insurrection » : les débuts de Djamel Zitouni
Feu sur les chrétiens !
Témoigner contre l’escalade de la violence : le malaise de Christian de Chergé
« Fumée et feu dans la vallée » 8
6. Automne 1994 : un dialogue en Italie ?
Les chefs du DRS « activent » Djamel Zitouni
Zitouni, terroriste « toléré » ?
Octobre 1994 : le DRS propulse Zitouni à la tête du GIA
Les hélicoptères de Charles Pasqua
Sant’Egidio : des chrétiens pour la paix en Algérie
Le « clan dur » de l’armée contre la paix
II / Zitouni provoque la France
7. Décembre 1994 : des généraux en colère

« Pénétrer, manipuler, intoxiquer »
Noël 1994 : le détournement d’un Airbus d’Air France à Alger
« Les Algériens sont en train de nous enfumer ! »
L’étrange enquête du juge Bruguière
L’assassinat des pères blancs de Tizi-Ouzou
Les généraux « janviéristes » sur la défensive
8. Janvier 1995 : le « séisme » de Rome
Une offre de paix pour l’Algérie
Paris envisage de « durcir sa position à l’égard d’Alger »
La communauté internationale pour la paix
Le clan Juppé à Matignon
9. Été 1995 : les attentats de Paris
L’avertissement du général Smaïl Lamari à Paris
« Zitouni, c’est notre homme ! »
Des bombes dans le RER
Des agents du DRS fêtent l’attentat de Saint-Michel
L’incroyable parcours d’Ali Touchent
Le grand soupçon
L’affaire Lucile Schmid : l’Algérie, « État terroriste » ?
III / L'éliminination des moines
10. Un contexte « explosif »
Tensions entre Paris et Alger
Des insurgés cachés au monastère ?
Un « dossier » du DRS sur les moines
Ultime démarche auprès du Vatican
11. L’enlèvement
Les islamistes refusent d’enlever les moines
Les agents infiltrés de Smaïn en action : un nouveau témoignage décisif
Une opération minutieusement préparée
26 mars au soir : le commando « mixte » DRS/GIA marche vers le monastère
Le témoignage inédit d’un membre du commando
« Marchez ! Marchez ! »
31 mars : les moines sont remis à l’émir du DRS Abderrazak El Para
Les dénégations du capitaine « Rédha »
La « version officielle » du général Smaïl Lamari
12. « Grains de sable »
Les dangers du maquis
Les doutes immédiats des témoins « oubliés » au monastère
La presse « éradicatrice » dénonce le frère Luc
À Paris, la montée du soupçon
L’émir Benhadjar et l’« odeur » des services
Le général Rondot à Alger
La DGSE confirme le soupçon
13. Marchiani en Algérie ?
Un feu vert secret de Jacques Chirac à la « mission » de Marchiani ?
Un espoir de libération ?
L’étrange visite du général Smaïn à Paris
Négociation avortée ? Alain Juppé bloque les très incertaines « négociations » des réseaux Pasqua
Les accusations de Marchiani et Pasqua contre Juppé
14. L’exécution
La France lâche Smaïn : la DGSE en première ligne 6
Le tournant du 24 avril : les chefs du DRS décident de faire tuer les moines
Un commando de tueurs
Les menaces du commandant « Rédha »
L’incrédulité de Raymond Nart
15. Le piège du 30 avril
Le très étrange « communiqué n° 43 » du GIA
Made in DRS : « Le communiqué du 18 avril, c’était nous ! »
30 avril : le curieux émissaire du GIA à l’ambassade de France
La cassette audio des moines du 20 avril : une fausse « preuve de vie »
La « trahison » de Paris
La colère de Smaïn
Les petits mensonges d’Alain Juppé
16. Alger siffle la « fin de la partie »
23 mai : le « communiqué n° 44 » du GIA annonce l’exécution des moines
« Raymond, voilà, on a retrouvé les têtes... »
Mgr Lustiger et la « haine et la violence » des musulmans
Une efficace campagne de désinformation
Un émissaire corse au contact des moines ?
Les menaces d’El Ansar
La France « piégée »
IV / L’impossible vérité ?
17. Chape de plomb

30 mai : la découverte officielle des « dépouilles » des moines
Ne pas « nuire au nom de l’Algérie »
La rumeur d’une « bavure » militaire par hélicoptère
Les familles malvenues à Alger
L’enquête « interdite » et l’opportune liquidation de Zitouni
18. Pierre Claverie, le huitième mort de Tibhirine
Un évêque sous haute surveillance du DRS
L’élimination d’un témoin gênant
Un atroce (et efficace) « message » à la France
19. Révélations, « intox » et propagande : l’omerta des années 1997-2003
La planète musulmane contre le « GIA »
La fausse brochure islamiste de « Nasreddin Lebatelier »
1997-2002 : nouvelles révélations, l’omerta perdure
Mgr Teissier au secours de la version officielle
Quand la DST désinformait Nicolas Sarkozy
20. 2003-2011 : pas de justice pour les moines ?
Le journaliste Didier Contant contre Tigha
Bruguière, un juge « sous contrôle » ?
Le juge Trévidic reprend l’enquête de Bruguière : la « bombe Buchwalter »
2011 : l’échec des promesses du président Sarkozy sur la « vérité »
Conclusion. À quand la vérité sur les « disparus » d’Algérie ?
Bibliographie et filmographie sur les moines de Tibhirine
Principaux ouvrages Principaux films et documentaires
Index.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites