La concurrence des victimes - Jean-Michel CHAUMONT

La concurrence des victimes
Génocide, identité, reconnaissance

Jean-Michel CHAUMONT

Depuis les années 1980, rien ne va plus entre les victimes. Sous une unanimité de façade - condensée dans quelques impératifs tels que « plus jamais ça » -, des conflits virulents opposent les milieux de mémoire, déportés juifs contre déportés résistants, Juifs contre Tziganes, homosexuels contre politiques. Bien au-delà des victimes du nazisme, ces conflits entraînent dans une ronde infernale de soupçon et de récrimination Arméniens, Noirs américains, Amérindiens... Au cœur de ces tensions, une revendication hautement polémique, celle de l'unicité absolue de la Shoah, qui alimente depuis des années un débat interminable, passionné et vain.
C'est d'abord ce débat qu'explore ici l'auteur, à travers les réflexions et les prises de position de personnalités aussi diverses que Bruno Bettelheim, Rony Brauman, Alain Finkielkraut, Tzvetan Todorov, Simone Veil ou Élie Wiesel. Pour sortir de l'impasse, Jean-Michel Chaumont ne se contente pas d'offrir une analyse subtile des diverses définitions du génocide et de l'ethnocide, de leurs limites et de leurs conséquences morales. Derrière les dérives du « palmarès de la souffrance », il décèle un enjeu latent beaucoup plus profond, qui engage toutes nos conceptions de l'identité sociale et de la dignité humaine : la lutte des individus et des groupes humains pour la reconnaissance, qui constitue le véritable chantier sociologique et philosophique de cet ouvrage.

Version papier : 12,70 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°124
Parution : septembre 2010
ISBN : 9782707165206
Nb de pages : 392
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché

Jean-Michel CHAUMONT

Jean-Michel Chaumont, chercheur au Fonds national de la recherche scientifique belge et professeur de sociologie historique à l’Université de Louvain, est notamment l’auteur de La Concurrence des victimes. Génocide, identité, reconnaissance (La Découverte, 1997, 2002).

Extraits presse

« Il convient de souligner la rigueur de la démarche et l'apport incontestable de l'ouvrage à un débat difficile mais nécessaire. »

TRIBUNE JUIVE

« À mi-chemin entre philosophie et sociologie, le libre de Jean-Michel Chaumont éclaire d'un jour cruel mais rigoureux les débats actuels sur la Shoah. »

LES INROCKUPTIBLES

« Une analyse d'une rare finesse concernant l'unicité absolue de la Shoah à travers les conflits des milieux de mémoire : déportés juifs contre résistants, Juifs contre Tsiganes, récriminations des Arméniens, Noirs, Tutsis... »

FRANCE ARMÉNIE

PRESSE

 

Table des matières

Introduction
I /Le temps de la honte (1945-1967)
1. Humiliation et revanche : le témoignage de Simone Veil
« Raciaux » et « politiques » à Auschwitz - « Raciaux » et « politiques » après la Libération - L’humiliation vengée : le renversement des rôles - Les effets pervers de la revendication de singularité - Connaissance et reconnaissance : le dilemme
2. Réactions d’époque
Les réactions à l’occultation - Les réactions à la discrimination - Les réactions à la stigmatisation - « Comme des moutons » ? - De l’unité de l’humanité à la différence revendiquée
II / Le temps de la gloire (1967-…)
3. « Un chapitre glorieux de notre histoire éternelle »
Quête d’identité et victimisation - La naissance d’un débat : New-York, 1967 - L’unicité de la Shoah : un défi à la face du monde - Histoire, théologie, identité
4. Au cœur du débat sur la singularité
Le problème de l’unicité en histoire - Le pseudo-débat historique - Le pseudo-débat entre historiens et sociologues - La concurrence des victimes : les Juifs et les « autres » - Les enjeux latents du conflit victimaire - 5. Les avatars de la singularité - L’Historikerstreit - La récupération antifasciste - Le détournement humanitaire
III / Les dilemmes de la reconnaissance
6. Qu’est-ce qu’un génocide ?
Les définitions officielles et leurs limites - Génocide et ethnocide - L’impact identitaire et normatif de l’ethnocide - Réparer l’occultation des noms
7. Sordide, honte et grandeur : les mécanismes de la non-reconnaissance
Victimisation et stigmatisation - La honte des corps avilis - Face à la défaite de l’humain - Le bourreau, les victimes et l’image de l’homme - Les conventions de la grandeur - Non-reconnaissance et stigmatisation - L’honneur des victimes et le regard historique
8. Singularité mémorielle et nouveau rapport à l’histoire
Singularité mémorielle et espace public - Pour un nouveau rapport à l’histoire - Le judéocide inimaginable - Restaurer la confiance au monde
Conclusion
Revendication victimaire et conflits d’identité
Reconnaître les identités collectives
Droits culturels et attentes de reconnaissance
Les trois dimensions de la reconnaissance
Allocation de prestige et division du travail social
Bibliographie.