La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Science de l'éducation, école et pédagogie / L'avenir des Humanités     

L'avenir des Humanités
Économie de la connaissance ou cultures de l'interprétation ?

Yves CITTON

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
sur le net
extraits presse
foreign rights


Imprimer la fiche

 

En parlant de « communication », de « société de l'information » ou d'« économie de la connaissance », on laisse souvent penser que le savoir se réduit à une masse de données segmentées, isolées, brevetables et commercialisables comme n'importe quelle marchandise.
Devant cette vision appauvrie et sclérosée, Yves Citton renverse la perspective et révise notre imaginaire du savoir. Il montre que les Humanités, souvent considérées comme poussiéreuses voire inutiles, cultivent une compétence incontournable, celle de l'interprétation. Très loin de la simple « lecture » automatisée d'informations computables, revêche à toute réduction économiste, l'interprétation est une activité qui demande à être cultivée par un soin très particulier. La dynamique propre à ce geste diffus dans toutes nos pratiques est faite de tâtonnements, d'errances et d'erreurs, de suspens, de sauts, de bifurcations, de rencontres - où l'intuition (esthétique) joue un rôle aussi important que la systématicité (scientifique).
Devant l'emballement de la course au profit, l'exacerbation des inégalités sociales et le mur écologique qui nous font face, affirme Yves Citton, une reconsidération des Humanités est indispensable pour quiconque se préoccupe de l'avenir de l'humanité.

Introcduction.Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ?
Qu’entend-on dire de « l’économie de la connaissance » ?
Quelles voies critiques ont déjà été frayées ?
L’intellectualité diffuse et l’avenir des Humanités
1. Comment penser et présenter nos savoirs ?
Toute connaissance est une interprétation
Volatilisation, aspirations et marges d’interprétation
Régimes de discours et degrés d’adhésion
La connaissance comme court-circuit de l’interprétation
2. Comment dansons-nous la valse de l'interprétation ?
Lecture vs. interprétation
Recognition vs. Interprétation
« Un cerveau, c’est du vide »
Les trois temps de l’interprétation
3. Comment contracter le futur ?
Le temps du pressentiment
L’art de la précipitation
Fragilité de l’interprétation et force du collectif
La vaticination constituante
4. Quelles conditions réunir pour interpréter ?
L’aménagement de vacuoles protectrices
L’impératif d’inaction
L’importance comme questionnement et sentiment
La protection d’une énonciation indirecte
Libre circulation et libre accès au bien commun
Le filtre paradoxal
5. Comment former des interprêtes ?
De la captation privative à l’inter-prêt participatif
Du capital humain à la singularité collective
La décapitation des icebergs
Les sous-cultures comme émergences de formes de vie
L’enseignement de l’interprétation inventrice
Humanités appliquées, critiques, postcritiques
6. Comment humaniser l'avenir ?
« La vie et la vraie vertu de l’esprit »
Chacun est un artiste
Interprétation, humanisation et faitichisme
Conclusion. Politiques de l'interprétation, politiques des Humanités
L’hypothèse du capitalisme cognitif
Le capitalisme est-il soluble dans l’interprétation ?
Cheveux, décodages et déluges
Cultures de l’interprétation, cultures de gauche
Cultiver l’avenir des Humanités
Remerciements
Indications bibliographiques
Index des noms
Index des notions

« Un ouvrage qui fait des humanités la clé de notre culture. Apprendre à interpréter est en effet essentiel dans un société dite de l'information. »
Non fiction

« Parmi les clichés qui structurent notre vision du monde présent, l’un des plus récurrents est sans conteste celui qui veut que nous vivions désormais dans des «sociétés de l’information» ou des «économies de la connaissance». Cette affirmation ? incontestable, si l’on songe au développement exponentiel d’Internet, et en particulier de Google et de Wikipédia ? s’accompagne d’un jugement optimiste, comme si la prolifération des informations était, à elle seule, un bien en soi. Or c’est faire fi de toutes les interrogations que cette situation soulève. Les termes d’«information» et de «connaissance» sont-ils synonymes, donc interchangeables? Quel sens donner à l’expression d’«économie de la connaissance», ou, comme le formulent certains, de «capitalisme cognitif»? Et quelles questions de fond cette juxtaposition d’une rationalité économique et d’un principe abstrait, voire spirituel, pose-t-elle? Ainsi de suite. C’est d’abord à clarifier toutes ces notions que s’emploie Yves Citton dans L’Avenir des humanités. »
LE MAGAZINE LITTERAIRE

PRESSE

 

THE FUTURE OF HUMANITIES


This comprehensive and caustic book shows how knowledge, classics, so often seen as old-fashioned, not to say useless, actually foster an essential competence: interpretative gesture. A revaluation of classical studies, argues the author is essential for anyone preoccupied with the future of Humanity confronted with the frenzied race for profit, the exacerbation of social inequalities and the looming ecological crisis.


Yves Citton is professor of literature at the University of Grenoble and researcher at the CNRS. He has published at Éditions Amsterdam Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche (2010), Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? (2007), and L'Envers de la liberté. L'invention d'un imaginaire spinoziste dans la France des Lumières (2006). He is a member of the editorial board of the review Multitudes and is a regular contributor to the Revue Internationale des Livres et des Idées.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016